Rue Vergniaud

13e arrt
Rue Vergniaud
Vue vers le sud à hauteur de la rue Daviel.
Vue vers le sud à hauteur de la rue Daviel.
Situation
Arrondissement 13e
Quartier Maison-Blanche
Début 99, boulevard Auguste-Blanqui
Fin 66, rue Brillat-Savarin et 24, rue Auguste-Lançon
Morphologie
Longueur 850 m
Largeur 20 m
Historique
Création Vers 1895
Dénomination
Ancien nom Rue Pascal
Géocodification
Ville de Paris 9710
DGI 9679

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Vergniaud
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Vergniaud est une voie du 13e arrondissement de Paris située dans le quartier de la Maison-Blanche.

Situation et accès

La rue Vergniaud est desservie à proximité par la ligne (M)(6) à la station Glacière, ainsi que par les lignes de bus RATP 21 62 67 Traverse Bièvre.

Origine du nom

La rue porte le nom du député girondin, membre de la Convention Pierre Victurnien Vergniaud (1753-1793).

Historique

La rue Vergniaud, amorcée vers 1893 sous le nom de rue Pascal, est ouverte en 1895[1] dans le prolongement de la rue Vulpian créée à la même époque. Elle prend son nom actuel en 1894. Elle est située à l'emplacement de prairies inondables entre deux bras de la Bièvre. La rivière fut couverte vers 1885 au sud de la rue de Tolbiac, en 1898 de cette rue au boulevard Auguste-Blanqui [2]. La vallée fut ensuite remblayée après expropriations des anciens propriétaires. La rue est située de 9 à 11 mètres au-dessus du niveau originel de la vallée ce qui permet un croisement à niveau avec la rue de Tolbiac qui était établie sur un viaduc à son ouverture en 1875[3].

En 1973, Jacques Mesrine est arrêté dans son appartement de la rue Vergniaud par le commissaire Robert Broussard.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 620.
  2. Renaud Gagneux, Jean Anckaert et Gérard Conte, Sur les traces de la Bièvre parisienne, Paris, Éditions Parigramme, , 157 p. (ISBN 2 84096 238 1), p. 56 à 58.
  3. Renaud Gagneux, Jean Anckaert et Gérard Conte, Sur les traces de la Bièvre parisienne, Paris, Éditions Parigramme, , 157 p. (ISBN 2 84096 238 1), p. 61 à 66.
  4. Céline Carez, « Paris : un nouveau foyer pour femmes SDF vieillissantes », Le Parisien,‎ (lire en ligne). Les indications de la direction de La Mie de pain dans cet article sont à considérer avec prudence, les indications sur la durée d'inoccupation des locaux et leur destination précédentes étant erronées. Voir « Le nouveau siège de la Fondation », Fondation de la France libre, no 58,‎ , p. 2 (lire en ligne).