Rue Hautefeuille

6e arrt
Rue Hautefeuille
Vue de la rue.
Vue de la rue.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Monnaie
Début Place Saint-André-des-Arts
Fin 8, rue de l'École-de-Médecine
Morphologie
Longueur 250 m
Largeur 10 m
Historique
Création Avant 1252
Ancien nom Rue de la Barre,
rue du Chevet Saint-André,
rue Saint-André,
rue de la Vieille-Plâtrière.
Géocodification
Ville de Paris 4440
DGI 4490

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Hautefeuille
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Hautefeuille est une voie située dans le quartier de la Monnaie du 6e arrondissement de Paris.

Situation et accès

Elle commence place Saint-André-des-Arts et se termine au 8, rue de l'École-de-Médecine, en face du site des Cordeliers de la faculté de médecine.

La rue Hautefeuille est desservie par les lignes (M)(4)(10) aux stations Odéon et Saint-Michel ainsi que par plusieurs lignes de bus RATP 24 27 63 85 86 87 96.

Voies rencontrées

La rue Hautefeuille rencontre les voies suivantes, dans l’ordre des numéros croissants (« g » indique que la rue se situe à gauche, « d » à droite) :

Odonymie

L'origine du nom « Hautefeuille » est incertaine. Une hypothèse est que la rue était bordée d'arbres hauts et touffus et que les moines du couvent des Cordeliers allaient jouer au jeu de paume sous les « hautes feuillées[1] », ou en raison du nom de ruines romaines découvertes en 1358, lors du creusement des fossés de l'enceinte de Charles V et que l'on dénomma sous le nom d'Altum folium[2]. Cette hypothèse formulée par Jacques Hillairet est contredite par l'analyse chronologique d'Hercule Géraud, qui date Le Dit des rues de Paris aux premières années du XIVe siècle, dans lequel la rue porte déjà le nom de « Haute Feuille[3] ».

Historique

Plaque actuelle et ancienne inscription.

La rue Hautefeuille est une très ancienne rue de Paris, qui au Moyen Âge allait jusqu'au faubourg Saint-Jacques. Elle fut coupée en deux par l'enceinte construite par Philippe Auguste entre 1190 et 1215[4]. La construction au XIIe siècle du couvent des Cordeliers raccourcit de nouveau la rue qui s'arrête maintenant rue de l'École-de-Médecine, ancienne rue des Cordeliers.

En 1252, la rue porte le nom de « rue de la Barre » entre la rue Saint-Séverin et la rue Serpente.

En 1292, elle est désignée dans un document fiscal comme « la rue qui va droit à Saint-Andri », ce qui laisse penser qu'elle n'avait alors toujours pas de nom connu de tous[3].

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous la forme « rue de la Barre ».

À la fin du XIIe au XVIe siècle, elle est appelée « rue du Chevet-Saint-André », « rue Saint-André » puis « rue de la Vieille-Plâtrière », avant de prendre son nom actuel.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

  • No 5 : hôtel des abbés de Fécamp, ou hôtel de Fécamp, édifice Logo monument historique Classé MH (1948). Cet hôtel particulier, situé au croisement entre la rue Hautefeuille et l'impasse Hautefeuille, date du XVIe siècle et a été construit en remplacement d'une ancienne demeure des abbés de Fécamp qui datait de 1292. Le bâtiment possède une tourelle d'angle, ou échauguette, en cul-de-lampe, du début du XVIe siècle, classée monument historique. Elle est fortement détériorée mais il subsiste toutefois les sculptures en dentelles de l'encorbellement et les perles et entrelacs de la corniche. Les façades et toitures font l'objet d'une inscription par arrêté du 18 février 1947 et la tourelle d'angle fait l'objet d'un classement par arrêté du 5 janvier 1948[5].
  • No 8 : hôtel Sapere Aude. Hôtel particulier construit sous Louis XIII, ayant été la propriété de l'évêque de Césarée de Maurétanie, Bonaventure Rousseau. Cet hôtel particulier a été largement modifié avec la surélévation de ses ailes et la restructuration de son portail. Le quartier ayant accueilli de nombreux éditeurs, cet hôtel n'échappa pas à la règle : en 1812 Jean-Jacques-Pierre Deterville, libraire-imprimeur-éditeur y résida ; c'était un cousin de Nicolas Roret. Plus tard, une imprimerie y fut installée, monsieur et madame Flamand, fondateurs des Éditions du Seuil, une des plus importantes maisons d’édition française (la deuxième après Hachette), ont été locataires dans cet immeuble, du 1er étage et d’une partie du second, de 1932 à 1950. Les éditions du Seuil ont vu le jour dans cet hôtel en 1945, au 1er étage. En 2014, l'hôtel est racheté par le groupe Diderot Éducation qui y installe l'IFJ (Institut de formation juridique) et l'EDNH (École de diététique et nutrition humaine)[6].
  • No 12 : Nicolas Roret demeura en ces lieux à son arrivée à Paris au début du XIXe siècle.
  • No 13 : Manufacture de vitraux Didron.
  • No 17 : le poète Charles Baudelaire est né à cette adresse, dans une maison qui n'existe plus[1].
  • No 19 : c'est ici que le l'éditeur Jean-Baptiste Baissière (1797-1885) installe sa nouvelle maison d'édition dans laquelle il meurt en 1885. Une plaque commémore l'événement.
  • No 21 : hôtel de Foretz dit aussi hôtel de Bullion, des XVIe et XVIIe siècles, édifice  Inscrit MH (1990)[7]. Le terrain délimité par la rue Hautefeuille (entre les numéros 15 et 21), la rue de l'École-de-Médecine, la rue Pierre-Sarrazin et la rue de la Harpe (actuel boulevard Saint-Michel) est au Moyen Âge jusqu'en 1310 un cimetière juif.
Le terrain semble avoir appartenu par la suite à Pierre Sarrazin qui le vendit en 1252 aux chanoines de l'abbaye de Prémontré pour y installer le collège Danville. L'hôtel particulier actuel dit « hôtel de Bullion », a appartenu en 1703 à Mme Bullion, en 1755 au capitaine de Coëtlosquet et, en 1805, à Arthus Bertrand. Au début du XXe siècle, le bâtiment était occupé par l'Association corporative des étudiants en médecine. En 1923, les éditions Georges Crès et Cie y sont installées[8]. Le bâtiment possède une tourelle d'angle octogonale à deux étages datant du XIVe siècle, classée monument historique depuis 1992.
  • No 23 : le libraire-éditeur Arthus Bertrand réside à cette adresse en 1808. Il a fait l'acquisition des fonds de monsieur Buisson et de madame veuve Desaint.
  • La brasserie Andler, située vers le milieu de la rue, était dans les années 1840-1860 un lieu de rendez-vous animé des étudiants, artistes et personnalités de la gauche républicaine. La fréquentaient entre autres Gambetta, Jules Vallès, Courbet, Corot, Daumier, André Gill[1].
  • No 32 : le peintre Diogène Maillart (1840-1926) avait un atelier à cette adresse en 1872.

Notes et références

  1. a, b et c Paris avant.
  2. Jacques Hillairet, Évocation du vieux Paris, éditions de Minuit, 1952.
  3. a et b Hercule Géraud, Paris sous Philippe-le-Bel. D'après des documents originaux et notamment d'après un manuscrit contenant le rôle de la taille imposée sur les habitants de Paris en 1292, Imprimerie de Crapelet, 1837, p. VIII. Lire en ligne.
  4. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 624.
  5. « Hôtel des abbés de Fécamp ou Hôtel de Fécamp », notice no PA00088522, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « EDNH Paris Bachelor Master Nutrition BTS Dietetique », sur www.ednh.fr (consulté le 8 août 2016).
  7. « Hôtel de Foretz ou Bullion (ancien) », notice no PA00088533, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. W. F. Volbach, traduction de Maurice Bloch, Les Ivoires au Moyen-Âge, Paris, Éditions C. Grès & Cie, 1923, 48 p.

Annexes

Bibliographie

  • Henri Baillière, La Rue Hautefeuille, Paris, J.-B. Baillière, 1901. Lire en ligne.