Rudy Demotte

Rudy Demotte
Rudy Demotte
Rudy Demotte
Fonctions
Ministre-Président de la Communauté française
Devenu depuis le  :
Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles
En fonction depuis le
Gouvernement Demotte I
Demotte II
Demotte III
Législature 7e, 8e et 9e législatures de la Communauté française
Prédécesseur Marie Arena
12e Ministre-Président wallon
Gouvernement Demotte I
Demotte II
Législature 4e législature wallonne
Prédécesseur Elio Di Rupo
Successeur Paul Magnette
Président de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai
En fonction depuis le
Prédécesseur Martine Aubry
Ministre fédéral des Affaires sociales et de la Santé publique
Gouvernement Verhofstadt II
Prédécesseur Magda Alvoet (Santé)
Frank Vandenbroucke (Affaires Sociales)
Successeur Laurette Onkelinx
Ministre francophone du Budget, de la Culture et des Sports
Auxquels s'ajoutent le  :
de la Fonction publique et de la Jeunesse
Gouvernement Hasquin I
Législature 3e législature de la Communauté française
Prédécesseur Robert Collignon
Successeur Christian Dupont (Culture, Sports, Fonction publique, Jeunesse)
Michel Daerden (Budget)
Bourgmestre de Flobecq
(Empêché)
Prédécesseur Denis D'Hondt
Successeur Philippe Mettens
Ministre fédéral de l'Économie et de la Recherche scientifique
Gouvernement Verhofstadt I
Prédécesseur Elio Di Rupo (Économie)
Yvan Ylieff (Politique scientifique)
Successeur Marc Verwilghen
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Renaix (Belgique)
Nationalité belge
Parti politique Logo du Parti socialiste (Belgique).png Parti socialiste
Conjoint Maria Gueorguieva Miltcheva
Résidence Tournai

Rudy Demotte Rudy Demotte
Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Ministre-Président wallon

Rudy Willy Georges Demotte, né le à Renaix est un homme politique belge, membre du Parti socialiste. Impliqué dans les institutions de langue française, il est bilingue français - néerlandais.

Il est ministre-président du Gouvernement de la communauté française depuis le [1] et fut Ministre-Président du Gouvernement wallon du au 22 juillet 2014.

En décembre 2009, Rudy Demotte a annoncé sa volonté de s'installer à Tournai, afin de se présenter sur les listes électorales locales. En octobre 2012, il devient Bourgmestre de Tournai.

Jeunesse et formation

Rudy Demotte est issu d'une famille linguistiquement mixte : son père est wallon et sa mère flamande. Ayant grandi à Flobecq et Brakel, il parle parfaitement le néerlandais.

Il est licencié en Sciences politiques et Relations internationales de l'Université libre de Bruxelles en 1986.

Il est marié à Maria Gueorguieva Miltcheva, née à Dobritch, avec qui il a deux enfants[2].

Parcours politique

Rudy Demotte adhère rapidement au Parti socialiste. En 1985, il devient Secrétaire National du Mouvement des jeunes socialistes, puis Président en 1986 (il le restera jusqu'en 1992). Il devient secrétaire du CPAS de Lessines, puis de 1988 à 1990, Collaborateur au cabinet du ministre fédéral des Affaires sociales Philippe Busquin. Parallèlement, Demotte exerce diverses fonctions au sein de la Fédération Socialiste d'Ath-Tournai-Mouscron (Hainaut occidental), devenant l'une des principales figures socialistes de la région après les retraits de Guy Spitaels et Philippe Busquin.

Il obtient son premier mandat électoral en devenant conseiller communal à Flobecq. L'année suivante il est élu Député fédéral de l'arrondissement d'Ath - Tournai - Mouscron. En 1999, il prend de nouveau part aux élections et est élu au Parlement wallon. Il n'exerce toutefois pas ce mandat car il est nommé en juillet 1999 Ministre fédéral de l'Économie et de la Recherche scientifique. Il est alors le plus jeune ministre du gouvernement Verhofstadt I.

Dès avril 2000, il quitte cette responsabilité pour le Gouvernement de la Communauté française, dans lequel il devient Ministre du Budget, de la Culture et des Sports. En 2001, il se voit également attribuer la Fonction publique et la Jeunesse.

Avec la nomination du gouvernement Verhofstadt II en juillet 2003, Rudy Demotte devient à nouveau ministre fédéral, cette fois chargé de la Santé publique et des Affaires sociales. Il succède à Frank Vandenbroucke. Durant ce mandat, il est amené à se pencher sur des questions sensibles, comme la prescription obligatoire de médicaments génériques lorsque cela est possible.

De 2004 à 2007, Rudy Demotte sera à l'origine de mesures drastiques d'économie, qui ont permis non seulement un retour à l'équilibre de la Sécurité Sociale mais de dégager des surplus[3] : [sécurité sociale].

Après la défaite du Parti socialiste aux élections fédérales du 10 juin 2007, Elio Di Rupo abandonne son mandat de Ministre-président de la Région Wallonne pour se consacrer à la présidence du parti. Demotte lui succède le 19 juillet.

Le 20 mars, la montée de Marie Arena dans le gouvernement Leterme Ier entraîne l'arrivée de Rudy Demotte au poste de Ministre-président de la Communauté française de Belgique. Il devient alors le premier à cumuler les deux présidences[4] : Région wallonne et Communauté française de Belgique.

Depuis janvier 2000, Rudy Demotte est également bourgmestre empêché de Flobecq. Rudy Demotte démissionne le 17 janvier 2011 de son poste de Bourgmestre de Flobecq, en faveur de son suppléant Philippe Mettens[5], dans le but de s'établir à Tournai, dont il est président de l'Usc, et brigue le mayorat en 2012[6].

En mars 2011, Rudy demotte est élu Président de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai[7], succédant à Martine Aubry, maire de Lille[8]. Il devient le premier Wallon à diriger le groupement Européen de Coopération territoriale œuvrant sur cet espace.

Depuis 2012 Rudy Demotte est Bourgemestre "empêché" de Tournai et en même temps ministre président de la Communauté française , il cumule 8 mandats avec 2 rémunérées

Mandats électoraux

Autres

À la suite de propos qu'il a tenus dans la presse (« Quant à la franc-maçonnerie, je ne connais rien à ces sociétés secrètes, que je laisse à qui ça excite »), son appartenance à la franc-maçonnerie a été révélée dans divers médias[9]. Il a, semble-t-il, été initié à Lille[10].
Par ailleurs, il a été promu, en 2014, Grand Officier de l'Ordre de Léopold[11].

Verbatim

« À ceux qui prônent le confédéralisme je leur dis solennellement que c'est un piège à cons »

— Rudy Demotte, paraphrasant Francis Delpérée lors de la présentation de ses vœux à la population et au monde politique et économique de la Wallonie picarde depuis l'hôtel de ville de Tournai[12]

Notes et références

Références

  1. Accueil contrasté pour Rudy Demotte (article de actu24.be du 20 mars 2008)
  2. "Chercher la femme: Madame Rudy Demotte" (article de moustique.be du 24 juillet 2007)
  3. « La sécurité sociale dégage des surplus »
  4. Rudy Demotte, super ministre-président (article du Lepolitiqueshow.be du 23 mars 2008)
  5. Geeraerts Fanny, « Rudy Demotte a remis les clefs de Flobecq à son bourgmestre en titre », Le Courrier de l'Escaut,‎ (lire en ligne)
  6. Eykerman Géry, « Rudy Demotte : les vœux d'un socialiste... réformateur », Le Courrier de l'Escaut,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Présidence, site de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai
  8. Eykerman Géry, « E-campus et visibilité accrue pour l'Eurométropole version Demotte », Le Courrier de l'Escaut,‎ (lire en ligne)
  9. Le Vif L'Express, 8 août 2013 [1]
  10. L'Avenir, 22 août 2013 [2]
  11. Site du Parlement wallon, 26 novembre 2014 [3]
  12. « Demotte: "Le confédéralisme, c'est un piège à cons" (vidéo) », RTL.be, (consulté le 10 janvier 2013)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes