Royaume de Corse (1794-1796)

Royaume de Corse
Kingdom of Corsica (en)

1794 – 1796

Drapeau
Drapeau de la Corse
Blason
Armoiries de la Corse
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de l'île et royaume de Corse (1794).
Informations générales
Capitale Corte, puis Bastia
Langue Italien, corse
Religion Catholicisme
Superficie
Superficie 8,680 km2
Histoire et événements
Déclaration d'indépendance
Royaume conquis, devient un département français
Roi de Corse
17941796 George III
Vice-roi de Corse
17941796 Gilbert Elliot
Président du conseil d'État
17941796 Carlo Andrea Pozzo di Borgo

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Royaume de Corse, ou plus communément royaume anglo-corse, est un État dont l'indépendance vis à vis de la France fut déclarée le 17 juin 1794. Il exerça sa souveraineté sur l'île de Corse jusqu'en 1796, date de sa reconquête par l'armée française.

Pasquale Paoli, chassé de Corse après la bataille de Ponte-Novo en 1769, où son armée est défaite par les troupes françaises, est appelé par les révolutionnaires en 1789. À son arrivée à Paris, on ne tarit pas d'éloges sur cet homme éclairé, précurseur des Lumières et dont l'influence fut grande, jusqu'au États-Unis, où il inspira la déclaration d'indépendance américaine. Mais rapidement, choqué par les exactions de la Terreur, Paoli préfère retourner auprès des Anglais, où il trouve un appui pour créer un nouveau royaume anglo-corse.

Cette tentative d'indépendance des corses constitue la troisième et dernière en date de l'histoire de l'île, après celles de 1735 et 1755.

Histoire

Lors du début de la Révolution française, la Corse n'est devenue française que depuis deux décennies. Le leader corse Pascal Paoli, qui s'était exilé sous la monarchie de Louis XV après la défaite de Ponte-Novo (1769), était devenu une idole de la liberté et de la démocratie, et en 1789, il est invité à Paris par la nouvelle Assemblée constituante devant laquelle il est célébré comme un héros. Il est ensuite envoyé en Corse avec le grade de lieutenant-général.

Cependant, Paoli finit par se séparer du mouvement révolutionnaire sur la question de l'Exécution de Louis XVI et se rapprocha du parti royaliste. Accusé de trahison par la Convention nationale, il convoqua en 1793 une « consulta » à Corte, avec lui-même comme président, assemblée au cours de laquelle la sécession formelle de la Corse de la France fut déclarée. Il demanda la protection du gouvernement britannique, alors en guerre contre la France révolutionnaire, et suggèra le Royaume d'Irlande comme un modèle pour un royaume autonome corse sous le monarque britannique. Pour la Royaume-Uni, c'est l'occasion de sécuriser une base en Méditerranée.

En 1794, les Anglais envoie une flotte en Corse commandée par l'amiral Samuel Hood. C'est durant le combat pour prendre Calvi que l'alors capitaine Horatio Nelson perdit l'usage de son œil droit. Pour une courte période, la Corse fut ajoutée aux dominions du roi George III, principalement grâce aux actions de la flotte de Hood et la coopération de Paoli.

La constitution corse est démocratique, avec un vice-roi (Gilbert Elliot-Murray-Kynynmound), représentant le roi britannique, un parlement monocaméral élu et un conseil qui est l'exécutif du royaume avec à sa tête Charles André Pozzo di Borgo comme syndic procureur-général (chef du gouvernement) et plus tard président du Conseil de l'État.

Les relations entre le gouvernement corse et les Britanniques ne furent jamais clairement définies, posant de nombreuses questions sur l'exercice de l'autorité ; en particulier, des tensions surgirent du conflit entre la fidélité de Sir Gilbert à la monarchie britannique et les tendances républicaines de Paoli et le désir de défendre l'autonomie corse. Il y avait aussi une division marquée entre Corte, la capitale traditionnelle et un bastion de l'intérieur de l'île, et Bastia sur la côte, où Sir Gilbert déplaça la capitale au début de 1795, et qui était le centre des royalistes français et corses[1]. Avec l'Espagne rejoignant le camp français, les Britanniques réalisèrent que leur position en Méditerranée était précaire et retirèrent leurs forces de l'île en octobre. La couronne britannique invita Paoli à démissionner et à retourner en exil en Angleterre, le dotant d'une pension, ce que, faute d'alternative, il fut forcé de faire, quittant l'île avec les Anglais lors de leur retraite. Le 19 octobre 1796, les Français reconquièrent Bastia et la Corse redevint deux départements français[2] (la création des deux départements avait été prise en 1793 mais n'avait pu être appliquée).

Notes et références

  1. Peter Adam Thrasher, Pasquale Paoli: An Enlightened Hero 1725-1807, Hamden, CT, Archon Books, , 291–326 p. (ISBN 0-208-01031-9)
  2. Desmond Gregory, The Ungovernable Rock: A History of the Anglo-Corsican Kingdom and Its Role in Britain's Mediterranean Strategy During the Revolutionary War, 1793-1797, London, Fairleigh Dickinson University Press, (ISBN 0-8386-3225-4), p. 171

Annexes

Bibliographie

  • (en) Edmund Burke, Papers relating to the Union of Corsica with the Crown of England, dans Annual Register, or a view of the history, politics and literature for the year 1794, 1806, volume 36, p. 95-111 (lire en ligne)
  • Maurice Jollivet, Les Anglais dans la Méditerranée (1794-1797) : Un royaume anglo-corse, Léon Chailley éditeur, Paris, 1896 (lire en ligne)
  • (en) Sir John Frederick Maurice, « Introduction », Diary of Sir John Moore, Londres, 1904.
  • Pierre Tomi, « Le royaume anglo-corse », Études corses, 1956, no 9, et 1957, no 14.
  • (en) Robert Roswell Palmer, « The Kingdom of Corsica and the Science of History », Proceeding of the American Philosophical Society, CV, 1961, p. 345-360.
  • (en) Elisa A. Carrillo, « The Corsican Kingdom of George III », Journal of Modern History, XXXIV, 1962, p. 254-74.
  • Christian Ambrosi, « La sécession de la Corse en 1794 », Mélanges d'Études corses offertes à P. Arrighi, Gap, 1971, p. 11-39.
  • Antoine Casanova, Caractères originaux et cheminements de la Révolution en Corse, dans Annales historiques de la Révolution française, 1985, no 260, Questions d'histoire de la Corse (fin XVIIIe siècle - Révolution française), p. 140-172 (lire en ligne)
  • John Michael Peter Mac Erlean, « Le Royaume anglo-corse (1794-1796) : Contre-révolution ou continuité ? », Annales historiques de la Révolution française, 1985, no 260 Questions d'histoire de la Corse (fin XVIIIe siècle - Révolution française), p. 215-235 (lire en ligne)
  • Michel Vergé-Franceschi, Paoli, un Corse des Lumières, Librairie Arthème Fayard, Paris, 2005 (ISBN 978-2-213-64866-8)

Articles connexes

Lien externe