Rose d'or

Rose d'or de Minucchio da Siena (1330), Musée national du Moyen Âge.

La Rose d'or est un ornement béni par le pape, destiné à honorer des souverains ou des sanctuaires catholiques. Comme son nom l'indique, il représente une rose, un bouquet de roses ou un petit rosier en or massif. Il était attribué à un souverain fidèle chaque année par le pape le IV eme dimanche de Carême[1].

Histoire

La rose d'or apparaît dès le début du Moyen Âge. La première mention attestée est une bulle de 1049, dans laquelle Léon IX exempte le couvent de Sainte-Croix de Woffenheim (Alsace)[pas clair] à condition que l'abbesse envoie annuellement une rose d'or au Saint-Siège. La chronique de Saint-Martin de Tours mentionne le plus ancien don connu d'une rose d'or par le pape : don d'Urbain II au comte Foulque IV d'Anjou, en 1096. Dès le bas Moyen Âge, le don d'une rose d'or pour honorer un souverain supplante le don des clefs de Pierre, institué au VIIIe siècle.

La rose est traditionnellement portée en procession, de la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem jusqu'au palais du Latran, lors du dimanche de Lætare (quatrième dimanche de Carême), également appelé dimanche de la Rose pour cette raison. Elle est d'abord portée par le pape lui-même. Par la suite, quand le poids de la rose augmente, un clerc est chargé de cette tâche. C'est à cette occasion que le pape bénit, dans la sacristie de Sainte-Croix, le baume et le musc destinés à la rose, avant que celle-ci ne soit portée par un ablégat à son destinataire, ou remise à un ambassadeur résident. En 1895, la charge de porter la rose d'or est confiée à un camérier secret de cape et d'épée.

À l'époque contemporaine, Jean-Paul II a remis des roses d'or à de nombreux sanctuaires dédiés à la Vierge Marie, comme celui de Lourdes en France, d'Aparecida au Brésil ou de Guadalupe au Mexique. Le pape Benoît XVI a notamment donné la Rose d'Or au Sanctuaire de Jasna Góra (Pologne) en 2006 ; en 2007 à la basilique d'Aparecida, au Brésil; le 12 mai 2010 à Notre Dame de Fatima et le 2 février 2011 au Sanctuaire de Notre-Dame de Montaigu (Scherpenheuvel), en Belgique.

Le Pape François (pape) a offert à quatre reprises une rose d'or à un sanctuaire marial : à Notre Dame del Cobre (Cuba), en septembre 2015 ; à Notre Dame de Guadalupe (Mexique), en février 2016 ; à Notre Dame de Czestochowa (Pologne), en juillet 2016 ; et à Notre Dame de Fatima pour le centenaire des apparitions en mai 2017.

Représentation et symbolique

La plus ancienne représentation de la rose d'or (XIIIe siècle) est une rose seule portant en son cœur une petite coupe ajourée contenant du baume et du musc. Avec Sixte IV, le dessin se complique : la rose d'or représente également des tiges épineuses, des feuilles ou encore des bourgeons ; des pierres précieuses sont serties dans le bijou. Par la suite, on y ajoute un piédestal et un vase. Ainsi, en 1668, la rose d'or envoyée par Clément IX à Marie-Thérèse d'Autriche, épouse de Louis XIV, pèse 4 kilos.

La rose d'or, si elle est un présent coûteux, revêt également une importance symbolique : la rose symbolise le Christ — la rose rouge en particulier symbolisant sa Passion. On interprète en ce sens un verset du Cantique des cantiques : « Je suis la fleur des champs et le lis des vallées » (2-1), ou encore un verset du livre d'Isaïe : « et il sortira un rejeton de la souche de Jésée, et une branche de ses racines fructifiera ». Cette signification mystique est présente dans les lettres accompagnant la rose, ou encore dans les sermons prononcés le dimanche de Lætare.

Exemplaires connus

La plupart des roses d'or ont été fondues par leur destinataire, afin de récupérer l'or à des fins monétaires. Les exemplaires subsistant sont donc peu nombreux :

Les destinataires de roses d'or

Postérité

Que devient cette rose? — Dans le principe, elle fut souvent offerte au préfet de Rome. Plus tard, l'usage prévalut de l'envoyer à quelque royal souverain, à quelque prince qui s'était illustré par sa valeur, à quelque princesse renommée pour sa vertu ou sa charité envers les pauvres. Assez longtemps les empereurs d'Allemagne la reçurent à l'époque de leur couronnement. Lorsque le Saint-Siége fut établi à Avignon, on convint d'offrir la rose d'or à la personne la plus digne qui se trouvait à la cour pontificale à l'époque du carême. — De nos jours, toutes ces traditions diverses sont en usage : tantôt la rose est envoyée à des princes ou des princesses que le Pape veut honorer, tantôt leSouverainPontife l'offre lui-même à quelqu'un des grands seigneurs de sa cour, ou à quelque personnage de distinction qui a assisté à la cérémonie, quelquefois c'est à une ville tout entière ou à une église qu'il en fait présent (Lorsque le Pape est absent de Rome, la cérémonie de la bénédiction de la rose n'a pas lieu : on se contente , en cette circonstance, d'exposer sur l'autel de la Sixtine une rose précédemment bénite.

C'est ce qui se pratiqua sous le pontificat de Pie VI, l'année du voyage que fit ce pape en Autriche. — Durant les dernières années de la vie de Clément XII, ce pontife, ayant été frappé de cécité, et ne pouvant par conséquent paraître dans les cérémonies chrétiennes , bénissait la rose dans un de ses oratoires particuliers : elle était ensuite transportée dans le sanctuaire où se tenait la chapelle papale (Extrait desnotes do A, Manavit.)).

Je dois vous dire encore que, pour la chapelle papale du IVe dimanche de Carême, les insignes des cardinaux sont de couleur rose; l'étole du Pape et les ornements du célébrant, qui est ordinairement un cardinal-prêtre, sont également de couleur rose, aussi bien que les tentures du devant de l'autel. Tout cela, vous le sentez, est la continuation de la même pensée dans la liturgie de l'Église[1].

Notes et références

  1. a et b Cdl Balthasar, « Rome, IVe dimanche de Carême: la rose d'or - Les carnets du Cardinal Balthasar », Les carnets du Cardinal Balthasar, (lire en ligne)
  2. Treccani.it. Ludovico III Gonzaga.

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) « Golden Rose », dans Catholic Encyclopedia, 1913.
  • C. Burns, Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-618577).
  • E. Müntz, « Les Roses d'or pontificales », Revue de l'art chrétien, no 44 (1901).

Lien externe