Roman policier

Manuscrit de Double assassinat dans la rue Morgue (The Murders in the Rue Morgue), nouvelle de l’écrivain américain Edgar Allan Poe, parue en avril 1841 et considérée comme fondatrice du genre roman policier.

Le roman policier (familièrement appelé « polar » en France) est un roman relevant du genre policier. Le drame y est fondé sur l'attention d'un fait ou, plus précisément, d'une intrigue, et sur une recherche méthodique faite de preuves, le plus souvent par une enquête policière ou encore une enquête de détective privé. L'abréviation « policier » (pour « roman policier ») est également utilisée. Le genre policier comporte six invariants : le crime ou délit, le mobile, le coupable, la victime, le mode opératoire et l'enquête. Le roman policier recouvre beaucoup de types de romans, notamment le roman noir et le roman à suspense ou thriller. Si l'action est transposée au minimum d'un siècle en arrière, on pourra le qualifier raisonnablement de roman policier historique. Il existe également des romans policiers de science-fiction.

Définition du roman policier

À partir d’un cours élaboré en 1985[1], Anne Pambrun a synthétisé[2][réf. insuffisante] des articles définissant le roman policier. Partant de la définition que donne en 1929 Régis Messac dans Le « Detective Novel » et l'influence de la pensée scientifique : « Un récit consacré avant tout à la découverte méthodique et graduelle, par des moyens rationnels, des circonstances exactes d’un événement mystérieux ». Passant par celles de François Fosca (1937), de Boileau-Narcejac (1965), et de Jacques Sadoul, Anne Pambrun propose : « Un récit rationnel dont le ressort dramatique est un crime, vrai ou supposé ». Il convient cependant de tenir compte de la définition affinée et méconnue que Messac livrait en décembre 1929[3] : « Un crime mystérieux, graduellement éclairci par les raisonnements et les recherches d’un policier. » Il constitue l'essentiel de ce que l'on appelle aujourd'hui la « littérature noire »[4], dans un sens complètement différent de la littérature noire américaine.

Catégories de romans policiers

Le terme français de roman policier est un terme générique qui, par extension, recouvre beaucoup de catégories de romans. Il est réducteur de la diversité du genre, et sur ce point, la langue anglaise est beaucoup plus expressive.

On peut distinguer :

Ces diverses catégories ne sont pas étanches.

Histoire du roman policier

L’élément thématique prédominant du roman policier est l’élucidation d’un crime au travers d'une enquête policière.

Chine ancienne

Le roman policier occidental a eu un précurseur dans la Chine impériale : le juge Ti, qui exista réellement au VIIe siècle et est utilisé au XVIIIe siècle comme héros d'un roman policier chinois, Dee Goong An (« Trois affaires criminelles résolues par le juge Ti »). Ce texte, redécouvert et traduit en anglais par le diplomate hollandais Robert van Gulik dans les années 1940, est publié en 1949.

Il n'y a pas eu d'influence de la littérature chinoise sur celle qui se développa en Europe.

Occident

Lié d’une part à l’apparition d’une civilisation industrielle et d’autre part à l’émergence de la science positive, le récit policier change le mystère en problème. De ce fait, il se présente rapidement comme un genre strictement codifié, orienté vers la résolution d’une énigme.

En décembre 1815, Jane Austen publie Emma. Le roman a souvent été défini, à la suite de R. W. Chapman, de Robert Liddell[5], et surtout, de P. D. James[6], comme « un roman policier sans policier », ou « un roman policier sans meurtre » (« a detective novel without a detective »[7], ou « a detective novel without a murder »[8]). Certains[réf. souhaitée] ont même vu en Emma le tout premier roman policier en Occident, car il est en effet antérieur à d'autres « ancêtres du roman policier » tels que The Murders in the Rue Morgue d'Edgar Poe (1841), Le Meurtre du constructeur de machines Roolfsen de Maurits Hansen (1839) ou même Das Fräulein von Scuderi, de Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (1819). Quoi qu'il en soit, l'énigme que contient le roman est remarquable par le fait que la plupart de ceux qui lisent Emma pour la première fois ne se rendent compte du mystère qu'il contient que tout à la fin[6], malgré les indices extrêmement nombreux et précis dont Jane Austen l'a parsemé.

En 1829, Balzac publie Les Chouans, œuvre dont certains aspects préfigurent le roman policier. En effet, Corentin, fils naturel présumé de Fouché, débute dans le métier de la police, c'est aussi un agent secret. On le retrouvera dans Une ténébreuse affaire, puis Splendeurs et misères des courtisanes et Les Petits Bourgeois.

En 1841, Edgar Poe écrit les premières nouvelles policières directement inspirées de faits divers. Émile Gaboriau a ensuite publié, en 1863, le premier roman policier dont le récit est encore largement imprégné du fond mélodramatique accumulé dans les feuilletons du XIXe siècle.

C’est seulement avec Conan Doyle qu’émerge la première figure de détective vraiment scientifique avec son personnage de Sherlock Holmes. À l’inverse du choix de Conan Doyle dont le personnage de pur enquêteur est sans émotion et sans vie de famille, ses contemporains français sont engagés dans le jeu des passions, des idéologies et des morales de leur époque. Ainsi, Gaston Leroux doit sa célébrité à un récit de chambre close où le détective Rouletabille conduit ses investigations jusqu’à la résolution de son destin œdipien. Quant à Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur héros de Maurice Leblanc, il vole au secours des démunis au point de leur abandonner une partie de son butin.

Autrefois associé à la culture populaire, le roman policier a acquis ses lettres de noblesse et a élargi son lectorat en mordant notamment sur le public féminin et sur tout type de catégories sociales. C'est ainsi que Georges Simenon a reçu la consécration d'être édité par la bibliothèque de la Pléiade, à l'aube du XXIe siècle[9].

À l'époque actuelle, un roman sur quatre vendus est un roman policier[Où ?]. En 2010, selon une enquête du Ministère de la culture (France), en nombre de livres lus, les romans policiers dépassent les romans d'un autre genre que policier[pas clair][10].

Les collections

Prix littéraires

Prix de littérature policière en France

Prix de littérature policière à l’étranger

Ouvrages de référence

  • Dictionnaire des littératures policières sous la direction de Claude Mesplède
  • Policiers de roman et de laboratoire, par Edmond Locard, Payot, 1924.
  • Le « Detective Novel » et l'influence de la pensée scientifique, par Régis Messac, les Belles Lettres, coll. Encrage, [éd. orig. : 1929] 2011.
  • Histoire et technique du roman policier, par François Fosca, Gallimard, 1937.
  • Le Roman policier, par Roger Caillois, Buenos Aires, Éditions des Lettres françaises, 1941.
  • Rêveries d’un policier amateur, par Alexandre Arnoux, Lyon, Lugdunum, c. 1942 ; Albin Michel, 1954.
  • Esthétique du roman policier, par Thomas Narcejac, 1947, Le Portulan.
  • D’Arsène Lupin à San-Antonio, par Jean-Jacques Tourteau, Tours, MAME, 1970.
  • Mythologie du roman policier, par Francis Lacassin, 10/18, 1974.
  • le Roman policier : une machine à lire, par Thomas Narcejac, Denoël-Gonthier, 1975.
  • Le Roman policier, un traité philosophique, par Siegfried Kracauer, Payot, [1922-1924] 1981.
  • Autopsies du roman policier, textes réunis et présentés par Uri Eisenzweig, UGE, coll. 10/18, 1983.
  • Émile Gaboriau ou la naissance du roman policier, par Roger Bonniot, Librairie philosophique J. Vrin, 1984.
  • Le Roman policier archaïque : un essai de lecture groupée, par Jean-Paul Colin, Berne, Lang, 1984.
  • Le récit impossible : forme et sens du roman policier, Uri Eisenzweig, Christian Bourgois, 1986.
  • L'art du suspense, mode d'emploi, par Patricia Highsmith, 1987.
  • Le Roman policier et ses personnages, textes réunis par Yves Reuter, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1989.
  • Les maîtres du roman policier, par Robert Deleuse, Bordas, 1991.
  • Le Roman policier ou la modernité, par Jacques Dubois Nathan, 1992.
  • Mythologie du roman policier, par Francis Lacassin ; Nouvelle édition augmentée et mise à jour, Christian Bourgois 1993.
  • Lire le roman policier, par Francis Evrard, Dunod, 1996.
  • La Belle époque du roman policier français, par Jean-Paul Colin, Delachaux et Niestle, 1999.
  • Le Roman policier, par Marc Lits, Liège, Éditions du Céfal, 1999.
  • Le Roman policier, par Daniel Fondanèche, Paris, Ellipses, 2000.
  • Le Roman policier en Amérique française, par Norbert Spehner, Québec, Éditions Alire, 2000.
  • Le Roman policier, par André Vanoncini, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 2003.
  • Dictionnaire du roman policier, par Jean Tulard, Fayard, 2005.
  • Le Roman policier, in Paralittératures, par Daniel Fondanèche, Vuibert, 2005.
  • Le Polar américain, la modernité et le mal, par Benoît Tadié, PUF, 2006.
  • Dictionnaire des littératures policières, sous la direction de Claude Mesplède, nouvelle édition, Nantes, Joseph K, 2007.
  • Histoire du polar jeunesse, romans et bandes dessinées par Raymond Perrin, L'Harmattan, 2011.
  • Le Roman policier en Amérique française - 2 (2000-2010), par Norbert Spehner, Québec, Éditions Alire, 2011.
  • Le roman policier pour la jeunesse, bonne ou mauvais lecture ?, par Béatrice Nicodème, 2012.
  • Roman policier, fragment d'histoire, par Régis Messac, Paris, 2009, Éditions ex nihilo.
  • La Naissance du roman policier français. Du Second Empire à la Première Guerre mondiale, par Elsa de Lavergne, Paris : Classiques Garnier, 2009, 413 pages ( (ISBN 978-2-8124-0028-5))[11].
  • Polars et métaphysique (dossier), Nunc, no 20, février 2010.
  • Guide du roman policier nordique, par Thierry Maricourt, Encrage, 2010.
  • Quand le délit est dans le texte. Le roman policier, une littérature de l'excès ?, Cathy Fourez, Victor Martinez, Raphaël Villatte (dir.), Amsterdam, Peter Lang, 2011.
  • Dicopolar, par Béatrice Nicodème, 2012.
  • Enigmes et complots. Une enquête à propos d'enquêtes, par Luc Boltanski, Gallimard, 2012.
  • Archéologie de la littérature policière, par André-Marc Aymé, Collection Sang Maudit, L'Harmattan, 2013.
  • Polars, philosophie et critique sociale, par Philippe Corcuff, Textuel, 2013.

Revues de référence

  • La revue 813, bulletin de l'association des Amis de la littérature policière ;
  • L'Indic (magazine), magazine édité par l'association Fondu Au Noir ;
  • Les Temps modernes, no 595, 1997, Roman noir – Pas d’orchidées pour les T.M. ;
  • Mouvements, no 15-16, été 2001, Le Polar – Entre critique sociale et désenchantement ;
  • Temps noir, revue dédiée au roman policier.

Articles de référence

  • Albert Dubeux, Le Roman policier, la Revue des deux Mondes, no 16, 15 août 1959.
  • Le Roman noir américain, revue Europe, août-Septembre 1984.
  • Régis Messac, Le Roman policier, le Journal de Quinzinzinzili, no 3, été 2008.
  • André Vanoncini, « Du roman policier au roman de l'homme: La Nuit du carrefour de Georges Simenon », Colloque de l'Association internationale des études françaises, 22 juillet 1987, Cahiers de l'A.I.E.F., mai 1988, no 40 ; « Narratologie et herméneutique: le roman policier de Simenon au carrefour de la critique », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte / Cahiers d'histoire des littératures romanes, 1988, 1/2 ; « Léo Malet et Charles Baudelaire: de l'enquête policière à la quête poétique », Poétique, 110, avril 1997 ; « Roman policier », « Léo Malet », Dictionnaire des lettres françaises, XXe siècle, Le livre de poche, 1998 ; « Le roman policier comme enjeu littéraire », ARBA 10, Acta romanica basiliensa, juin 1998 ; « De Zadig à Maître Cornélius : le roman policier en gestation », Colloque « Lire Balzac en l’an 2000 », Paris / Saché 18-22 mai 1999, L’Année balzacienne, 1999, I.
  • Ramon Fernandez, Le roman policier in Messages, Bernard Grasset, Paris, 1981; p. 219-225.

Notes et références

  1. « Le roman policier (histoire) », (consulté le 14 juillet 2016)
  2. « Le Roman policier », Mauvaisgenres.com
  3. Le Progrès civique, no 540, 21 décembre 1929
  4. Glossaire : « Les genres littéraires » : « Littérature blanche », dans Damien Porte-Plume, Guide des éditeurs de fiction, Le cercle des écritures, 2015 (disponible en partie sur Google Books) ; Christine Ferniot, « Le polar n'a plus mauvais genre », article du site L'Express.fr du 8 juin 2010 ; Marc Lits, « De la « Noire » à la « Blanche » : la position mouvante du roman policier au sein de l’institution littéraire », Revue Itinéraires, 2014-3 | 2015, lire en ligne.
  5. Roger Sales 1996, p. 142
  6. a et b Emma, sur The Jane Austen Society of the United Kingdom
  7. Marilyn Butler, Jane Austen 2003, p. XL, « Introduction »
  8. Deirdre Le Faye 2003, p. 255
  9. Tome II des romans de Georges Simenon, sur La Pléiade. Consulté le 30 décembre 2011.
  10. Michel Abescat, article de Télérama no 3137 du 27 février 2010, p. 30-32
  11. Compte-rendu de l'ouvrage par Amy Wigelsworth dans Acta fabula, 2010

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Jane Austen, Northanger Abbey, Penguin Books, coll. « Penguin Classics », (ISBN 9780141439792), annoté par Marilyn Butler et Claire Lamont
  • (en) Deirdre Le Faye, Jane Austen: The World of Her Novels, Londres, Frances Lincoln, (ISBN 9780711222786)
  • (en) Roger Sales, Jane Austen and representations of Regency England, Routledge, (ISBN 9780415109215, lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes

  • (en) « Emma », sur The Jane Austen Society of the United Kingdom (consulté le 25 juillet 2010)
  • Revue du web littéraire dédiée au genre sur le site Bibliosurf