Roland Rappaport

Roland Rappaport
Biographie
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
blogs.mediapart.fr/roland-rappaport/blog

Roland Rappaport, né le [1] et mort le [2] à Paris, est un avocat français.

Connu pour avoir défendu des militants indépendantistes algériens et plaidé au procès Barbie pour Sabine Zlatin, la « dame d’Izieu, il est également spécialiste en droit aérien.

Biographie

Roland Rappaport entre au barreau de Paris en 1956[3]. Il défend devant les tribunaux militaires des militants du Front de libération nationale (FLN) et du Parti communiste algérien[2] et représente la famille de Maurice Audin un jeune mathématicien, militant de l’indépendance algérienne, enlevé puis assassiné par les parachutistes français en juin 1957[4]

Il est membre du Parti communiste français de 1949 à 1979, cofondateur du Syndicat des avocats de France[5] au début des années 1970, du collectif Rencontres communistes en 1981[6] et président du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) en 1988 et 1989[2].

Spécialiste du droit aérien, il « s'est toujours porté en première ligne pour la défense de la sécurité des vols[7] ». Il a notamment défendu la famille du commandant de bord et d’un syndicat de pilotes au procès du crash du Concorde[8],[9].

Roland Rappaport est l’un des exécuteurs testamentaires du photographe Willy Ronis[10].

Hommage posthume

Roland Rappaport meurt le à Paris, alors qu’il se rendait à la cérémonie d’inauguration d’un collège au nom de Sabine Zlatin, la « Dame d'Izieu ».

Le Syndicat des avocats de France, dont il fut l'un des fondateurs, rappelle — dans l'hommage qui lui est rendu — son engagement humaniste intransigeant et ses « indignations devant toutes les formes d’injustice ou de discrimination »[11].

Pour Edwy Plenel, qui reconnait en lui l'« avocat de toutes les libertés », Roland Rappaport « est mort comme il a vécu : en inlassable activiste de la justice, en inépuisable militant du droit. » Humaniste sans frontières, il « fut l’un des principaux artisans de la Maison d’Izieu, dont l’existence maintient vivant le souvenir des quarante-quatre enfants juifs qui avaient trouvé refuge dans cette petite commune de l’Ain grâce à Sabine Zlatin et qui, arrêtés le 6 avril 1944, furent immédiatement déportés »[5].

À l’annonce de son décès, le président de la République française Emmanuel Macron a exprimé dans un communiqué sa « grande tristesse », saluant la mémoire « de cet avocat engagé, qui a consacré sa vie à la lutte contre l'injustice et les discriminations ». « Ses combats resteront les nôtres et son exemple fait désormais partie de notre histoire nationale »[12].

Filmographie

Notes et références

  1. Jérôme Skalski, « Roland Rappaport, défenseur de la dignité humaine », L’Humanité, 30 juin 2017.
  2. a b et c « Voix des enfants d’Izieu, l’avocat Roland Rappaport est mort», Le Monde 29 juin 2017.
  3. « La mort de l’avocat Roland Rappaport », sur lemonde.fr, .
  4. « Décès de Roland Rappaport, l’avocat engagé pour la cause algérienne », sur huffpostmaghreb.com, .
  5. a et b Edwy Plenel, « Roland Rappaport, avocat de toute l’humanité », sur mediapart.fr,
  6. « Me Rappaport et le PCF », sur lemonde.fr, .
  7. Syndicat des Pilotes d'Air France, « Hommage » [PDF],
  8. « Crash Concorde : le procès d’une catastrophe prévisible » [vidéo], sur ina.fr, .
  9. « Crash du Concorde : un nouveau procès », sur europe1.fr, .
  10. Claire Guillot,, « Willy Ronis, une œuvre très convoitée », sur lemonde.fr, .
  11. « Décès d'un des pères fondateurs du SAF : Hommage de Jean-Louis Brochen à Roland Rappaport », sur lesaf.org,
  12. « Décès de Roland Rappaport, avocat engagé », Le Figaro, 30 juin 2017.

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • WorldCat
  • Site officiel