Roberto Bermúdez de Castro

Roberto Bermúdez de Castro
Illustration.
Roberto Bermúdez de Castro en 2014.
Fonctions
Secrétaire d'État aux Administrations territoriales

(1 an et 7 mois)
Ministre Soraya Sáenz de Santamaría
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Ignacio Sánchez Amor (indirectement)
Porte-parole du groupe populaire aux Cortes d'Aragon

(1 an, 4 mois et 30 jours)
Législature IXe
Prédécesseur Antonio Torres
Successeur Mar Vaquero
Conseiller à la Présidence et à la Justice de la députation générale d'Aragon

(3 ans, 11 mois et 20 jours)
Président Luisa Fernanda Rudi
Gouvernement Rudi
Prédécesseur Eva Almunia Badía
Successeur Vicente Guillén Izquierdo
Sénateur aux Cortes Generales

(3 ans, 4 mois et 6 jours)
Élection
Circonscription Huesca
Législature IXe
Groupe politique Populaire
Successeur Blanca Puyuelo
Biographie
Nom de naissance Roberto Pablo Bermúdez de Castro Mur
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Huesca (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PP
Diplômé de Université ouverte de Catalogne
Profession Conseiller en entreprise

Roberto Bermúdez de Castro
Secrétaires d'État aux Administrations territoriales

Roberto Pablo Bermúdez de Castro Mur, né le à Huesca, est un homme politique espagnol membre du Parti populaire (PP).

Candidat défait lors des élections municipales de 2003 et 2007 à Huesca, il obtient un mandat de sénateur lors des élections générales de . Il démissionne de son mandat en lorsqu'il est élu aux Cortes d'Aragon puis nommé conseiller à la Présidence, à l'Intérieur et à la Justice dans le gouvernement de Luisa Fernanda Rudi. Homme de confiance de la vice-présidente du gouvernement espagnol Soraya Sáenz de Santamaría et de Rudi, qui comptait en faire son successeur en Aragon, il accepte la proposition formulée par la première et devient secrétaire d'État aux Administrations territoriales en . Il perd son poste en en conséquence de la chute du deuxième gouvernement de Mariano Rajoy du fait de l'adoption d'une motion de censure proposée par le Parti socialiste ouvrier espagnol.

Biographie

Vie privée

Compagnon de la journaliste Esther Iriarte, Roberto Bermúdez de Castro est père de deux enfants dont le premier, une fille, est né en [1],[2].

Formation et vie professionnelle

Étudiant de l'université ouverte de Catalogne, Roberto Bermúdez de Castro est diplômé en sciences entrepreneuriales et titulaire d'une licence en administration et direction d'entreprises. Il fonde un cabinet de conseil en entreprise et dirige divers projets dans le domaine des énergies renouvelables[3].

Candidat malheureux à la mairie de Huesca

Il postule à la mairie de Huesca lors des élections municipales de 2003 et 2007 pour le compte du PP[4]. Battu lors des deux scrutins par le maire socialiste Fernando Elboj Broto, il siège comme conseiller municipal d'opposition. Désigné par son parti, il siège à la députation provinciale de Huesca[5] et préside la comarque Hoya de Huesca[6]. Il est relevé par sa collègue Ana Alós à la fonction de porte-parole municipal en 2008 puis comme tête de liste pour les élections municipales de . Celle-ci obtiendra onze des vingt-cinq mandats du conseil municipal et deviendra la première femme élue maire de la ville, notamment grâce à l'abstention du Parti aragonais[7].

Un mandat de sénateur

Il se présente lors des élections générales du pour l'un des quatre sièges de sénateur de la circonscription de Huesca[8]. Obtenant 46 664 voix et le quatrième meilleur score derrière les trois candidats socialistes, il est élu à la chambre haute des Cortes Generales et siège sur les bancs du groupe populaire alors dans la minorité. Membre de la commission bicamérale pour l'Étude du changement climatique, il intègre les commissions de la Culture et de la Science et de l'Innovation. Premier vice-président de la commission spéciale chargée d'élaborer un livre blanc pour la Jeunesse de 2020, il est vice-porte-parole à la commission des Entités locales. En , Luisa Fernanda Rudi le choisit pour intégrer la direction régionale du Parti populaire d'Aragon au poste de vice-secrétaire à l'Action territoriale et électorale[9].

Élu député aux Cortes d'Aragon lors des élections aragonaises de [10] auxquelles il concourt en deuxième position sur la liste d'Antonio Torres dans la circonscription de Huesca[11], il abandonne son mandat sénatorial le suivant.

Membre du gouvernement d'Aragon

Roberto Bermúdez de Castro.
Roberto Bermúdez de Castro s'exprimant à la tribune des Cortes d'Aragon en .

Ayant occupé diverses responsabilités au sein du Parti populaire d'Aragon comme celles de président des Nouvelles Générations — l'organisation des jeunesses du PP — et de secrétaire provincial à Huesca, il est nommé conseiller à la Présidence et à la Justice[12] de la députation générale d'Aragon après la victoire de Luisa Fernanda Rudi et la nomination de son gouvernement[13]. En , il annonce l'inauguration d'un nouveau palais de justice dans la capitale nord-aragonaise pour le mois d' suivant afin de rassembler l'ensemble des tribunaux dispersés dans Huesca. L'édifice d'une superficie de 12 000 mètres carrés est conçu pour héberger les tribunaux d'instruction et de première instance, les juges pour enfants, les sections sociales et du contentieux administratif ainsi que l'Audience provinciale de Huesca et le parquet[14]. Cet investissement de 12 millions d'euros correspond à la troisième phase d'un plan de rénovation des institutions judiciaires d'Aragon après la réfection du siège de l'Audience provinciale de Saragosse en [15] et l'inauguration d'une cité de la justice dans cette même ville en [16]. Il annonce également des travaux d'aménagement dans les tribunaux de Teruel ainsi que la restructuration du Tribunal supérieur de justice d'Aragon (TSJA)[17]. Son département exécutif a également travaillé à l'amélioration du système informatique judiciaire Minerva, précédemment utilisé par l'État, afin que celui-ci puisse s'adapter à la nouvelle gestion de la justice par les communautés autonomes. Il critique, à cet effet, que certaines communautés ont développé leur propre système informatique sans que ces différents systèmes soient compatibles entre-eux[14].

En , il présente le portail de transparence d'Aragon prévu dans le cadre de la loi 8/2015 relative à la transparence de l'activité publique et la participation citoyenne votée le même mois par les Cortes d'Aragon[18]. Ce portail, contenant plus de 1,3 données à sa création, permet la consultation des indemnités et du curriculum vitae de tous les hauts-fonctionnaires et membres du gouvernement régional, ainsi que l'ensemble des subventions octroyées à partir de 2007, les marchés publics intervenus à partir de 2009 et des données relatives au patrimoine de la communauté autonome. Le portail permet en outre de connaître l'organigramme et la politique menée par chacun des titulaires de l'exécutif. Bermúdez de Castro annonce également la création d'un bureau de la transparence et d'un conseil chargé de vérifier le correct accomplissement de la loi[19].

Lors des élections aragonaises de , le gouvernement de Luisa Fernanda Rudi perd la majorité parlementaire sur laquelle il s'appuyait. Une nouvelle majorité de gauche permet l'élection de Javier Lámban à la présidence de la communauté autonome et la révocation des membres de l'exécutif sortant. Roberto Bermúdez de Castro est donc logiquement remplacé le par Vicente Guillén Izquierdo[20]. Il prend alors la tête du groupe parlementaire populaire aux Cortes d'Aragon[21],[22].

Secrétaire d'État

Réunion des délégués du gouvernement.
Roberto Bermúdez de Castro avec le ministre de l'Équipement Íñigo de la Serna, le président de Cantabrie Miguel Ángel Revilla et la vice-présidente du gouvernement Soraya Sáenz de Santamaría en .

Considéré comme très proche de la vice-présidente du gouvernement Soraya Sáenz de Santamaría, à l'instar de personnalités comme José Luis Ayllón[23], il est nommé secrétaire d'État aux Administrations territoriales au sein du ministère de la Présidence et des Administrations territoriales le  ; poste nouvellement créé[24],[25]. Il démissionne en conséquence de son mandat parlementaire régional[26],[6]. Il travaille essentiellement à la mise en œuvre de l'« opération Dialogue » qui vise à tendre des ponts et établir des points d'accroche entre les institutions nationales et celles de Catalogne[27] aux côtés d'Enric Millo, nommé au poste stratégique de délégué du gouvernement en Catalogne[28]. Le plan se solde néanmoins par un échec dont la responsabilité est attribuée à l'impossibilité de négocier avec un « mur »[29].

Assermentation d'Enric Millo.
Roberto Bermúdez de Castro assiste à l'assermentation d'Enric Millo comme délégué du gouvernement en .

Dans le cadre de l'application de l'article 155 de la Constitution espagnole dans cette communauté autonome, à partir d', il est chargé de gérer les affaires courantes et de coordonner l'action de la Généralité par délégation de la vice-présidente[30]. Il gagne alors les surnoms de « monsieur 155 » et « architecte du 155 »[31]. Afin de souligner que le contrôle sur les institutions catalanes est le plus minime possible, il indique que les indépendantistes « ne verront aucune image de lui et de son équipe dans les sièges de la Généralité » et ordonne de ne retirer aucun ruban jaune ou pancarte demandant la libération des membres de l'ancien gouvernement Puigdemont[32]. Le suivant, il déclare ne pas pouvoir écouter la chaine de télévision régionale TV3 « plus de cinq minutes »[33]. Il dénonce le fait que la société cautionne que des « applications [numériques] permettent de signaler des établissements [scolaires] dans lesquels l'enseignement n'est pas réalisé en catalan »[34]. Remerciant la collaboration manifestée par Elsa Artadi[29] et la possibilité d'établir un dialogue avec des personnalités comme Pere Aragonès et Marta Pascal, il critique le « personnalisme » employé par Carles Puigdemont ainsi que l'attitude déloyale manifestée par Ciudadanos qui réalise, selon lui, de la « politique à coup de sondages »[31].

Le , alors qu'il se trouve en situation d'intérim du fait de l'adoption de la motion de censure déposée contre le gouvernement de Mariano Rajoy par les socialistes[35], il est invité par Luis Felipe Serrate — maire socialiste de Huesca — à signer le livre d'or de la capitale provinciale[36] en reconnaissance de l'aide apportée et du travail réalisé en faveur de la réouverture du camp militaire Sancho Ramírez fermé en par le ministre de la Défense Pedro Morenés[37],[38].

Le suivant, après avoir communiqué sa décision à Sáenz de Santamaría, María Dolores de Cospedal et Luisa Fernanda Rudi, qui comptait pourtant en faire son dauphin à la présidence du Parti populaire d'Aragon[39], il annonce son intention d'abandonner la vie politique et retourner travailler dans le privé dans sa province natale[40],[41]. Il est officiellement relevé de ses fonctions le [42]. Dans le nouvel exécutif de Pedro Sánchez, le portefeuille des Administrations territoriales est renommé en secrétariat d'État à la Politique territoriale, désormais dépendant du ministère de la Politique territoriale et de la Fonction publique[43] dirigé par Meritxell Batet[44].

Il soutient Soraya Sáenz de Santamaría dans le cadre du 19e congrès du Parti populaire, convoqué après le retrait de Mariano Rajoy de la vie politique[29].

Notes et références

  1. (es) « Bermúdez de Castro, padre de una niña. », sur elperiodicodearagon.com, (consulté le 23 juin 2018).
  2. (es) « Manuela Bermúdez de Castro Iriarte, precioso bebé. », sur diariodelaltoaragon.es, (consulté le 23 juin 2018).
  3. (es) « Roberto Bermúdez de Castro llega a la portavocía tras desarollar su carrera política en Huesca y Madrid. », sur europapress.es, (consulté le 23 juin 2018).
  4. (es) « Roberto Bermúdez de Castro candidato del PP a las próximas elecciones en Huesca. », sur radiohuesca.com, (consulté le 23 juin 2018).
  5. (es) « Roberto Bermúdez de Castro, una discreta mano izquierda para el 155. », sur eldiario.es, (consulté le 23 juin 2018).
  6. a et b (es) « El 'popular' Roberto Bermúdez de Castro renuncia a su escaño en las Cortes de Aragón. », sur europapress.es, (consulté le 23 juin 2018).
  7. (es) « Ana Alós (PP) será investida este sábado alcaldesa de Huesca. », sur 20minutos.es, (consulté le 27 décembre 2017).
  8. (es) Junte électorale centrale, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 33/2008, de 14 de enero. », sur BOE.es, (consulté le 20 janvier 2018).
  9. (es) « El PP de Aragón nombra a Rosa Plantagenet nueva secretaria general y propone a Eloy Suárez,nuevo portavoz de las Cortes. », sur europapress.es, (consulté le 23 juin 2018).
  10. (es) « Actas de proclamación de Diputados electos remitidas por las Juntas Electorales Provinciales de Huesca, Teruel y Zaragoza. », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le 23 juin 2018).
  11. (es) « Candidaturas proclamadas ante la Junta Electoral Provincial de Huesca, a Elecciones a Cortés de Aragón 2011, a celebrar el día 22 de mayo. », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le 23 juin 2018).
  12. (es) « DECRETO de 15 de julio de 2011, de la Presidencia del Gobierno de Aragón, por el que se nombra Consejero de Presidencia y Justicia a don Roberto Bermúdez de Castro Mur. », sur boa.aragon.es, (consulté le 23 juin 2018).
  13. (es) « Roberto Bermúdez de Castro: "El mayor foco de contaminación del sur de Europa, tristemente, está en Aragón". », sur iagua.es, (consulté le 15 avril 2017).
  14. a et b (es) « El traslado de los juzgados al Palacio de Justicia empezará en abril. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  15. (es) « El edificio de la Audiencia estará finalizado después del verano. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  16. (es) « La Ciudad de la Justicia funciona ya a pleno rendimiento. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  17. (es) « La Audiencia y los juzgados de Teruel se remodelarán en 2014. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  18. (es) « LEY 8/2015, de 25 de marzo, de Transparencia de la Actividad Pública y Participación Ciudadana de Aragón. », sur boa.aragon.es, (consulté le 23 juin 2018).
  19. (es) « Gobierno de Aragón pone en marcha el portal de transparencia. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  20. (es) « DECRETO de 5 de julio de 2015, de la Presidencia del Gobierno de Aragón, por el que se declara el cese de los Consejeros en funciones. », sur boa.aragon.es, (consulté le 23 juin 2018).
  21. (es) « Bermúdez de Castro, portavoz del Grupo Parlamentario Popular de las Cortes. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  22. (es) « El PP urge a suprimir el aforamiento y reducir el número de diputados y consejeros comarcales. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  23. (es) « Un 'sorayista' de pro. », sur heraldo.es, (consulté le 23 juin 2018).
  24. (es) « Roberto Bermúdez de Castro, nuevo Secretario de Estado para Administraciones Territoriales. », sur Expansión.com, (consulté le 15 avril 2017)
  25. (es) « Real Decreto 518/2016, de 18 de noviembre, por el que se nombra Secretario de Estado para las Administraciones Territoriales a don Roberto Bermúdez de Castro Mur. », sur boe.es, (consulté le 8 juin 2018).
  26. (es) « Roberto Bermúdez de Castro presenta su renuncia como diputado de las Cortes de Aragón. », sur heraldo.es (consulté le 15 avril 2017)
  27. (es) « La ‘Operación diálogo’ se amplía: Moncloa quiere que todos los ministros vayan a Cataluña. », sur okdiario.com, (consulté le 23 juin 2018).
  28. (es) « Enric Millo, un aventurero en la Delegación del Gobierno. », sur lavanguardia.com, (consulté le 23 juin 2018).
  29. a, b et c (es) « Roberto Bermúdez de Castro: "La operación diálogo con Cataluña fracasó porque negociábamos con un muro". », sur ondacero.es, (consulté le 23 juin 2018).
  30. (es) « El arquitecto y ejecutor del 155: “Lo de TV3 y Catalunya Ràdio es una vergüenza”. », sur lavanguardia.com, (consulté le 18 janvier 2018).
  31. a et b (es) « Roberto Bermúdez de Castro: "He hecho todo lo posible, sin que se notase mucho, por la provincia y la ciudad". », sur diariodelaltoaragon.es, (consulté le 23 juin 2018).
  32. (es) « El 'señor 155' deja la política. », sur elperiodico.com, (consulté le 8 juin 2018).
  33. (es) « Bermúdez de Castro insiste: No puedo poner TV3 ni Catalunya Ràdio “más de cinco minutos”. », sur lavanguardia.com, (consulté le 18 janvier 2018).
  34. (es) « El coordinador del 155: "Los independentistas acataban, no dimitía nadie". », sur elperiodico.com, (consulté le 18 janvier 2018).
  35. (es) « Una decena de aragoneses con cargos en el Gobierno de Rajoy preparan las maletas. », sur heraldo.es, (consulté le 8 juin 2018).
  36. (es) « Luis Felipe reconoce a Bermúdez de Castro su labor por la ciudad. », sur radiohuesca.com, (consulté le 8 juin 2018).
  37. (es) « El relevo en el Gobierno central no cambia los planes respecto al cuartel Sancho Ramírez de Huesca. », sur eldiario.es, (consulté le 8 juin 2018).
  38. (es) « Luis Felipe agradece el apoyo a la ciudad de Huesca de Bermúdez de Castro. », sur diariodelaltoaragon.es, (consulté le 8 juin 2018).
  39. (es) « Deja la política Roberto Bermúdez de Castro, el hombre de Santamaría en Cataluña. », sur elmundo.es, (consulté le 8 juin 2018).
  40. (es) « Bermúdez de Castro, el hombre de confianza de Santamaría en Cataluña, abandona la política. », sur republica.com, (consulté le 8 juin 2018).
  41. (es) « La despedida de Bermúdez de Castro. », sur heraldo.es, (consulté le 8 juin 2018).
  42. (es) « Real Decreto 568/2018, de 18 de junio, por el que se dispone el cese de don Roberto Bermúdez de Castro Mur como Secretario de Estado para las Administraciones Territoriales. », sur boe.es, (consulté le 19 juin 2018).
  43. (es) « Real Decreto 355/2018, de 6 de junio, por el que se reestructuran los departamentos ministeriales. », sur boe.es, (consulté le 8 juin 2018).
  44. (es) « Los traspasos de cartera en los Ministerios del Gobierno de Pedro Sánchez, en imágenes. », sur elpais.com, (consulté le 8 juin 2018).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Fiche sur le site du Sénat : IXe législature.
  • Fiche sur le site des Cortes d'Aragon : VIIIe et IXe législatures.
  • Fiche sur le site du secrétariat d'État.
  • Fiche sur le site de transparence du gouvernement.