Robert Conrad

Robert Conrad
Description de cette image, également commentée ci-après
Robert Conrad en 1972.
Nom de naissance Conrad Robert Falk
Surnom Bob Conrad
Naissance
Chicago, Illinois, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 84 ans)
Malibu, Californie, États-Unis
Profession Acteur
Cascadeur
Chanteur
Séries notables Les Mystères de l'Ouest
Les Têtes brûlées

Conrad Robert Falk, dit Robert Conrad, est un acteur, cascadeur et chanteur américain né le à Chicago[1] et mort le à Malibu en Californie.

Il est principalement connu pour ses rôles de James T. West dans la série télévisée Les Mystères de l'Ouest (The Wild Wild West) de 1965 à 1969, et du major Greg « Pappy » Boyington dans la série Les Têtes brûlées (Baa Baa Black Sheep) de 1976 à 1978.

Biographie

Jeunesse et débuts

Robert Conrad naît et grandit à Chicago. Il est le fils de Leonard Falk (né en 1918), un responsable technique dans une usine de chocolat du New Jersey d'origine allemande, et de Jackie Smith (née Alice Jacqueline Hartman, en 1919, morte en 1987), une directrice des relations publiques de Mercury Records qui est par la suite l'épouse de l'animateur de radio Eddie Hubbard de 1948 à 1958[2]. Ses parents l'ont très jeune (son père avait 16 ans, sa mère 15)[3].

S'étant émancipé à 15 ans[3], il devient boxeur à l'âge de seize ans dans la catégorie poids plume (il mesure 1,67 m), mais aussi livreur de lait puis docker le jour, tout en se produisant comme chanteur dans des cabarets le soir[2].

Quelques années plus tard, il réussit à intégrer un programme d'études théâtrales à l'université Northwestern et se lance dans une carrière d'acteur[2],[3]. Conrad Robert Falk décide alors de changer de nom pour Robert Conrad, en raison des différents remariages de sa mère pour ne plus prendre le nom de ses beaux-pères successifs[2].

Son premier coup d'éclat est d'utiliser sa ressemblance avec l'acteur James Dean pour attirer le public dans un cinéma de Chicago où était projeté le film Géant (1956)[3], au cours d'un travail d'une semaine en posant à l'extérieur[4]. L'année suivante, c'est sur la tombe de l'acteur et étoile fulgurante d'Hollywood à Fairmount dans l'Indiana qu'il fait la rencontre déterminante avec l'acteur Nick Adams, qui lui conseille d'aller tenter sa chance à Hollywood, lui obtenant un petit rôle dans le film Juvenile Jungle  (1958)[3].

Carrière

Engagé par les studios Warner Bros, Robert Conrad débute au cinéma puis décroche en 1958 des petits rôles dans des séries télévisées Colt 45, Maverick, 77 Sunset strip.

Grâce à la Warner, il peut aussi faire fructifier son talent de chanteur. Il travaille avec Dick Marx père du chanteur Richard Marx. Ce dernier le fera d'ailleurs jouer en 1991 dans le clip de sa chanson Hazard[3]. Dans les années 1950, il tente une carrière de chanteur crooner et sort plusieurs disques comme I Want You Pretty Baby, Ballin' the Jack, sous le nom de Bob Conrad[5], et sort même deux albums au Mexique contenant quelques chansons en espagnol[3].

Robert Conrad en 1961.

Il tient pendant quatre ans le rôle de Tom Lopaka pour la série Intrigues à Hawaï (Hawaiian Eye, 1959-1963). Il enchaîne ensuite les premiers rôles dans des séries du petit écran.

Robert Conrad en 1965.

De 1965 à 1969, il obtient le succès en incarnant le personnage de James T. West dans la série Les Mystères de l'Ouest, un homme d'action vêtu de noir faisant équipe avec son acolyte pince-sans-rire Artemus Gordon (Ross Martin), dans le rôle d'un agent du gouvernement américain à la fin du XIXe siècle où il affronte d'étranges adversaires, la série mélangeant western et fantastique[5]. Pour les besoins de la série, il réalise lui-même ses cascades et scènes de bagarre — pour ceci, il sera intronisé dans les années 2000 au Hall of Fame des cascadeurs[3]. Dans le même temps, il fonde une société de production à son nom, grâce à laquelle il écrit, réalise et joue en 1967 le western The Bandits[3].

Après l'arrêt de la série, il continue d'apparaître de temps en temps dans diverses séries (Mannix, Mission: Impossible, Columbo)[3]. En 1972, il incarne l'espion Jake Webster dans L'Homme de Vienne.

De 1976 à 1978, il renoue avec le succès en tenant le rôle de l'aviateur Greg « Pappy » Boyington, héros de la guerre dans le Pacifique, dans la série Les Têtes brûlées qui lui vaudra une nomination au Golden Globe du meilleur acteur[3]. Il aime tellement ce rôle qu'il ira même jusqu'à passer son brevet de pilote[6].

À la fin des années 1970, il reprend un rôle similaire à celui de James West dans la série Sloane, agent spécial (1979) et celui de Pasquinel dans la mini-série Colorado (1978). Il retrouve également son camarade Ross Martin en 1979 et 1980, à l'occasion de téléfilms tirés de la série Les Mystères de l'Ouest qui fit d'eux des vedettes du petit écran[3] et incarne John Dillinger dans le film The Lady in Red (1979)[3].

Par la suite, il se fait plus rare à la télévision, mis à part dans des publicités et tourne en 1988 avec ses deux fils une série en douze épisodes intitulée High Mountain Rangers . Il apparaît aussi dans Samurai Cowboy (1993) ou encore face à Arnold Schwarzenegger dans la comédie de Noël La course au jouet (1996)[3].

En 2000, il fait son ultime apparition dans le monde des séries télévisée dans un épisode de Nash Bridges (avec Don Johnson dans le rôle titre), et au cinéma en 2002 dans Dead Above Ground[3].

À partir de 2007, il anime une émission de radio nationale hebdomadaire de deux heures (« The PM Show with Robert Conrad »), le soir sur CRN Digital Talk Radio [7],[2]. Sa dernière émission a lieu en juillet 2019[3].

En 2010, il apparaît dans le film documentaire Pappy Boyington Field (sorti en juillet 2010 sur DVD) où il raconte ses idées personnelles sur le légendaire aviateur du Marine Corps qu'il a incarné dans la série télévisée Les Têtes brûlées[8],[9].

Mort

Robert Conrad meurt à l’âge de 84 ans d'un arrêt cardiaque, à sa résidence de Malibu en Californie[2],[10].

Une cérémonie funéraire doit avoir lieu en son honneur et dans l'intimité le , la date où il aurait du fêter son 85e anniversaire[3]. La famille de l'acteur a demandé à ce que, au lieu de fleurs, ceux qui le souhaitent fassent des dons à des bonnes œuvres militaires, notamment le Wounded Warrior Project  de la Marine Corps Scholarship Foundation  car, de son vivant, Robert Conrad était bénévole et soutenait de nombreuses associations, notamment en faveur des vétérans de guerre ou des personnes atteintes de sclérose en plaques[3].

Vie privée

Robert Conrad est marié à Joan Kenlay de 1952 à 1977[2]. De cette union sont nés cinq enfants (Joan, Shane, Christian, Christy et Nancy). Du deuxième mariage en 1983 avec LaVelda Fann sont issus trois enfants (Kaja, Camille et Chelsea) avant leur divorce en 2010[2].

Au milieu des années 1980, il est pendant quelque temps shérif : à l'époque, il vend sa villa de Malibu et part s'installer dans la Vallée de l'Ours en Californie du Nord, où il continue à pratiquer la boxe pour son plaisir[5]. A cette occasion, il accepte le poste d'assistant-shérif de sa vallée[5]. En 1989, il indique dans une interview, à propos de ses fonctions : « Les bagarres entre touristes, ça me connaît »[5] ; il ajoute : « Ce sont d'ailleurs les seuls incidents regrettables, la région connaissant seulement une très faible criminalité. Bref, ici, je prends le temps de vivre »[5].

En 2003, l'acteur est impliqué dans un grave accident de la route. Il conduit sa Jaguar sous l'emprise de l'alcool près du comté de Calaveras lorsqu'il traverse le terre-plein central et percute de front un véhicule conduit par un jeune homme de 26 ans, Kevin Burnett[11]. Les deux conducteurs sont grièvement blessés. Burnett meurt deux ans plus tard de complications d'ulcères digestifs[12],[13]. Au procès, l'acteur plaide la « non contestation »[14] et est reconnu coupable de conduite en état d'ivresse (son alcoolémie est près de trois fois supérieure à la limite autorisée) et condamné à six mois d'assignation à domicile, son permis de conduire lui étant retiré pendant un an[14]. L'acteur a lui-même subi de graves blessures aux nerfs à la suite de l'accident, qui laisse son côté droit partiellement paralysé[15].

Filmographie

Robert Conrad avec sa co-star Connie Stevens dans la série Intrigues à Hawaï (1961).
Ross Martin et Robert Conrad en 1965 dans la série Les Mystères de l'Ouest.
Julie Payne et Robert Conrad en 1966 dans la série Les Mystères de l'Ouest.
Robert Conrad en 1976 dans la série Les Têtes brûlées.

Cinéma

  • 1958 : Juvenile Jungle  : rôle mineur (non crédité)
  • 1958 : Thundering Jets  : le lieutenant Robert Kiley
  • 1963 : Les dingues sont lachés de Norman Taurog : Eric Dean
  • 1964 : Le Rossignol de Castille  (La nueva Cenicienta) : Bob
  • 1967 : Ven a Cantar Conmigo : Bob
  • 1967 : The Bandits  : Chris Barrett
  • 1975 : Les Gagneurs  (Murph the Surf) : Allan Kuhn
  • 1977 : Sudden Death  : Duke Smith
  • 1979 : Du rouge pour un truand  (The Lady in Red) : John Dilinger
  • 1982 : Meurtres en direct de Richard Brooks : le lieutenant général Wombat
  • 1985 : Les Zéros de conduite  (Moving Violations) : Chef Rowe
  • 1993 : Samurai Cowboy  : Gabe McBride
  • 1996 : La Course au jouet de Brian Levant : l'officier Hummell
  • 1999 : Garbage Day (court métrage) : l'éboueur
  • 2002 : Dead Above Ground : Reed Wilson

Télévision

Voix françaises

En France

Jacques Thébault a été la voix française régulière de Robert Conrad.

et aussi

Notes et références

  1. (en) « Certificate #6008106 filed March 11, 1935 (registration required) »
  2. a b c d e f g et h (en) Neil Genzlinger, « Robert Conrad, Two-Fisted TV Star of ‘Wild Wild West,’ Dies at 84 », The New York Times, 8 février 2020.
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r « Mort de Robert Conrad, fameux James T. West des Mystères de l'Ouest », sur Pure People.com, .
  4. (en) Gus Thomson, « A wild, wild night with Conrad: Actor's Auburn visit recalls fond memories », Auburn Journal, Auburn, CA,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2018)
  5. a b c d e et f Renaud Baronian, « Mort de Robert Conrad : cinq choses à savoir sur l’acteur des "Mystères de l’Ouest" », sur Le Parisien.fr, .
  6. Christophe Dordain, « Robert Conrad (1935/2020) », sur www.lequotidienducinema.com,
  7. (en) « The PM Show with Robert Conrad », crntalk.com (consulté le 11 janvier 2016).
  8. (en) « Documentary of WWII Ace Pappy Boyington Screens Jan. 10 and 11 », Museum of Flight, (consulté le 5 mars 2019)
  9. (en) « 'Pappy Boyington Field' Documentary Film Examines Historic Marine Aviator », Salem-News.com,‎ (lire en ligne).
  10. (en) Bruce Haring, « Robert Conrad Dies: Star Of ‘The Wild Wild West’ Was 84 », sur Deadline.com, .
  11. (en) « Actor Robert Conrad to be tried on felony DUI charges »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), .
  12. (en) « Father: son's death tied to actor's dui says ulcers a result of stressful recovery after conrad crash », Nl.newsbank.com, .
  13. (en) « Man injured in Conrad accident dies from perforated ulcers at 28 », sur news.google.com
  14. a et b (en) Associated Press, « Robert Conrad sentenced for DUI accident », MSNBC.com,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  15. (en) « Robert Conrad Takes Wrong Turn », CBSnews.com,‎ (lire en ligne).
  16. Jacques Thébault y doublant déjà G. D. Spradlin.

Annexes

Bibliographie

  • Les Têtes brûlées, les corsaires du Pacifique, éditions YRIS.
  • Les Mystères de l'ouest, les reflets de l'étrange, éditions YRIS.

Articles connexes

Liens externes