Richilde d'Ardennes

(Redirigé depuis Richilde de Provence)
Richilde d'Ardennes
RichildaofProvence.jpg
Titre de noblesse
Reine des Francs
Biographie
Naissance

Lieu inconnu ou Metz
Décès

Lieu inconnu
Activité
Reine
Famille
Père
Fratrie
Conjoint
Enfants
Rothilde
Pépin ()
Drogon ()
Charles ()

Richilde d'Ardennes ou Richilde de Provence (vers 845-2 juin 910) est la seconde épouse de Charles II le Chauve, impératrice d'Occident.

Biographie

Née vers 845, Richilde[1] est la fille de Bivin de Gorze, comte d'Ardennes, et la sœur de Boson de Provence (cf. dynastie des Bosonides). Concubine de Charles II le Chauve, elle l'épouse le 22 janvier 870 à la mort de sa première femme Ermentrude. Elle donne au roi une sixième fille, Rothilde (v.871-v.928), qui épousera Hugues de Bourges, puis Roger du Maine, et quatre fils qui meurent en bas âge (dont deux jumeaux, Drogo et Pippin enterrés dans l'abbaye de Saint-Amand[2]).

Couronnement de Louis II le bègue, qui reçoit l'épée et le sceptre de la main de Richilde (à gauche). Miniature réalisée entre 1332 et 1350.

Pendant les absences de l'empereur, parti guerroyer contre les Sarrasins, elle administre le royaume occidental et se retrouve à sa tête à la mort de Charles en 877. Elle envisage de placer sur le trône son frère Boson, duc de Bourgogne, car Louis II le Bègue (fils de Charles II et d'Ermentrude d'Orléans) meurt peu après son père et ses enfants sont encore trop jeunes[3]. Néanmoins, Richilde est accusée d'inceste avec son frère et les seigneurs du royaume refusent de se soumettre à son autorité. Elle aide ensuite Boson à devenir roi de Provence[3].

À la mort de Louis le Bègue en 879, fils de Charles et Ermentrude, elle revient au pouvoir, pendant les règnes des jeunes Louis III et Carloman II, puis après leur mort en 882 et 884. Mais le royaume occidental est agité et menacé par les Normands, et les grands l'obligent à se retirer en Provence chez son frère, où elle meurt le 2 juin 910[3].

Notes et références

  1. Richildis sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  2. Anselme de Sainte Marie (Père Anselme), Histoire généalogique et chronologique de la Maison Royale de France, 9 volumes, Paris, 1725 et années suivantes, tome 1, page 34, lire en ligne
  3. a, b et c Christian Bouyer, Dictionnaire des Reines de France, Librairie Académique Perrin, 1992 (ISBN 2-262-00789-6)

Voir aussi

Bibliographie complémentaire

  • Genevra Kornbluth, « Richildis and her Seal: Carolingian Self-reference and the Imagery of Power », Jane L. Carroll et Alison G. Stewart, éd., Saints, Sinners, and Sisters: Gender and Northern Art in Medieval and Early Modern Europe, Ashgate, 2003, p. 161-181.
  • Jane Hyam, « Ermentrude and Richildis », Margaret T. Gibson et Janet L. Nelson, éd. Charles the Bald: Court and Kingdom, 2e édition révisée, Variorum, 1990, p. 154-168.

Liens externes