Richard Ramos

Richard Ramos
Illustration.
Richard Ramos en juin 2017 à l'Assemblée nationale.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 12 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 6e circonscription du Loiret
Législature XVe
Groupe politique MoDem
Prédécesseur Valérie Corre
Vice-président de la Communauté de communes des Loges
En fonction depuis le
(1 an et 11 mois)
Élection
Président Jean-Pierre Garnier
Conseiller municipal de Fay-aux-Loges
En fonction depuis le
(10 ans, 9 mois et 12 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 23 mars 2014
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Blois (Loir-et-Cher)
Nationalité Française
Parti politique MoDem
Profession Autre cadre (secteur privé)

Richard Ramos, né le à Blois en France, est un homme politique français. Il est l'actuel député de la 6e circonscription du Loiret[1].

Biographie

Étudiant à Blois, il prend la tête de la contestation contre le projet de loi Devaquet dans son université. Il s'engage avec le MoDem en 2008.

Il a été chroniqueur gastronomique à la télévision[réf. nécessaire].

Conseiller municipal

Son premier mandat d'élu à Fay-aux-loges est mouvementé. Richard Ramos, alors vice-président du Sictom, propose une redevance incitative pour le ramassage des ordures. Pétition, manifestation : la colère monte dans plus de 60 communes et le Sictom renonce à son projet[2].

Député de la XVe législature

Il devient député à l'Assemblée nationale en 2017, élu dans la circonscription du Loiret.

Il milite pour faire adopter une loi permettant aux restaurateurs de mettre des pré-enseignes dans leurs communes. Sur le sujet de l'alimentation, il défend par ailleurs des positions allant au-delà des clivages politiques traditionnels, ayant notamment été rallié par les députés LFI et LR[3].

Le 11 février 2018, sur l'émission C politique de France 5, il reprend la légende urbaine du tract de Villejuif et dénonce l'acide citrique (E330) comme cancérigène alors que c'est un composant naturel que l'on trouve dans les agrumes[4]. Il reconnaît par la suite avoir commis une erreur durant cette émission d’une heure mais promet de continuer à combattre la malbouffe[5].

Il a aussi su se faire remarquer par son franc parlé lors des revendications portées par les Gilets jaunes.

Il s’implique beaucoup sur la question du lobbying auprès des législateurs[6].

Le 12 décembre 2018, il devient secrétaire général adjoint du MoDem.

Notes et références

Liens externes