Richard Morgiève

Richard Morgiève
Description de cette image, également commentée ci-après
Richard Morgiève en 2013.
Naissance (67 ans)
Paris (France)
Activité principale
Distinctions
Prix Wepler 2005 pour Vertig
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • Un petit homme de dos (1988)
  • Ma vie folle (2000)
  • United Colors of Crime (2012)

Richard Morgiève, né à Paris le , est un écrivain et scénariste français. Ses œuvres sont principalement des romans, mais il est aussi l'auteur de plusieurs pièces de théâtre. Il est également acteur, et pratique la peinture.

Biographie

Richard Morgiève devient très tôt orphelin[1] : sa mère, Andrée, meurt d'un cancer du col de l'utérus alors qu'il n'a que sept ans[2], et son père se suicide quand il en a treize[2]. Il vit ensuite une adolescence chaotique, au cours de laquelle il se débrouille en dealant du faux haschisch[1], entre autres activités, avant d'entamer toute une série de petits métiers. Il publie son premier livre, un recueil de poèmes, à compte d'auteur à l'âge de vingt ans mais, honteux et écœuré de devoir payer pour être lu, il s'interdit d'écrire pendant dix ans. Il exerce tour à tour des emplois de débrouille tel fort des halles, employé de bureau, ouvrier, mécanicien, peintre en bâtiment, plâtrier, représentant, colporteur, déménageur de caves, standardiste ou chauffeur de poids lourds. Foncièrement autodidacte, Richard Morgiève publie, à l'âge de trente ans, en 1980, son premier livre à compte d'éditeur : un roman policier[3]. Dès lors, il ne cessera plus d'écrire, entamant véritablement son œuvre personnelle avec la publication de son premier roman de littérature générale, Des femmes et des boulons, en 1987.

Pour Fausto, il obtient deux prix : le prix Point de Mire en 1993 et le prix Joseph Delteil l'année suivante. L'ouvrage est adapté au cinéma en 1993 sous le même titre, Fausto, réalisé par Rémy Duchemin, dont Richard Morgiève a écrit les dialogues.

En 2000, il obtient la « Mention spéciale du jury » du prix Wepler pour Ma vie folle et, cinq ans plus tard, il en est le lauréat pour Vertig.

Toujours en 2005, il adapte en spectacle son ouvrage Mon petit garçon (2002), et le met en scène avec Bruno Marchand[5].

Il est couronné en 2007 du prix d'Interprétation au Festival du court-métrage d'humour de Meudon pour son rôle dans Le Mozart des pickpockets de Philippe Pollet-Villard. Ce film est lauréat de nombreux prix dans plusieurs festivals et obtient, en 2008, l'Oscar du meilleur court-métrage de fiction et le César du meilleur court-métrage.

Richard Morgiève pratique également la peinture[6]. Pour lui : « Peindre, ça rend riche. C'est aller vers le beau[2]. »

Il publie un triptyque de romans aux éditions Carnets nord, avec United Colors of Crime[3] en 2012, puis Boy en 2013, et enfin Love[7] en 2015, dernier volet[8]. L'intégrale sort en un seul volume en août 2017, sous le titre Trilogie. Le même mois sort, aux éditions Joëlle Losfeld, son roman Les Hommes, qui retrace la vie d'un petit malfrat dans les années 1970[9],[10],[11]. Ce dernier reçoit le Prix du Printemps du roman en 2018[12],[13].

Carrière littéraire

Les cinq premiers romans de Richard Morgiève, publiés de 1980 à 1983, sont des romans policiers qui, à ses yeux, ne font pas véritablement partie de son œuvre, des livres dont il dit que c'était pour lui des tentatives de montrer qu'il savait écrire et user des artifices propres au genre, ce qui le plongeait dans un profond malaise, car l'honnêteté et la mise à nu de ses sentiments les plus intimes et les plus profonds constituent ce qu'il a toujours véritablement attendu de son travail d'écrivain[1].

Son « premier roman de littérature "générale" »[1], Des femmes et des boulons, est publié en 1987. Dix ans plus tard, le magazine Le Matricule des anges écrit : Richard Morgiève « démolit littéralement les phrases pour qu'elles expriment sans aucune contrainte une force venue d'ailleurs, hors conscience. [...] Son autobiographie est éclatée dans ses divers écrits même si Un petit homme de dos condense dans une beauté troublante son passé oscillant entre les souvenirs et l'imaginaire[1]. »

Richard Morgiève rapporte en 1997 qu'il a trouvé la force d'écrire dans « ce qu'il avait de plus misérable en lui parce que c'est l'endroit où se situe la véritable beauté[1] », et précise : « J'écris pour établir moi-même mes propres règles, n'ayant jamais pu adhérer à celles des autres. Et puis, j'écris aussi pour transmettre l'histoire de ma famille, pour donner du sens à ce formidable chaos qu'a été mon enfance[1] ». En 2007 il indique : « Tout mon travail consiste à chercher les mots, la justesse. La littérature, c’est comme les hommes, en fait ; il faut être juste[6]. »

Il écrit plusieurs ouvrages de façon parallèle : « J’en écris un, je le pose, j’en commence un autre, puis je reviens sur le premier. Cette méthode me permet d’enrichir mon travail. C’est très dur moralement parce que reprendre un livre huit mois, neuf mois après... C’est très dur, mais les livres en ressortent beaucoup plus riches grâce au temps qui est passé par là[6]. »

Quant à ses goûts littéraires, il déclare, en 1997 : « En France, il y a deux auteurs qui m'ont profondément marqué, un inconnu qui s'appelle Jean Douassot et l'autre c'est Louis Calaferte[1] ». Dix ans plus tard, ce sont à nouveau ces deux auteurs qu'il cite[6], et vingt ans plus tard, en 2017, dans un entretien pour le site de lecteurs Babelio, à la question « Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ? », ce sont deux ouvrages de Jean Douassot qu'il mentionne[11].

Vie privée

Il épouse Émilie Chaix, fille de la romancière Marie Chaix, dont il divorce, avant de se remarier, dans les années 2000, avec la psychanalyste et romancière Alice Massat. Il est père d'un garçon[6] et d'une fille[1].

Distinctions

Œuvre

Romans policiers

Romans

Théâtre

  • 2000 : Tout un oiseau, Éditions Pauvert (ISBN 2-7202-1390-X)
    Pièce mise en scène en 2002 : voir section Adaptations de ses œuvres.
  • 2001 : La demoiselle aux crottes de nez, Joëlle Losfeld (ISBN 2-84412-102-0)
    Pièce mise en scène en 2003 : voir section Adaptations de ses œuvres.
  • 2005 : Mondial cafard, Joëlle Losfeld (ISBN 2-07-078956-X)

Littérature jeunesse

Articles

Collectif

  • 2001 : Un cavalier de dos, in Histoire de lecture, Ministère de la Culture et de la Communication (ISBN 2-907005-12-X)
  • 2002 : Intérieur-extérieur, in Les mots des autres, FRMK (ISBN 2-911842-83-9)
  • 2002 : Contre Offensive, éditions Pauvert (ISBN 2-7202-1481-7)
  • 2002 : Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons ?, in Anti-annales de philosophie, Bréal (ISBN 2-84291-987-4)
  • 2004 : Pendant que les enfants jouent, in Tout sera comme avant, Verticales (ISBN 2-84335-198-7), d'après l'album éponyme de Dominique A

Filmographie

Scénariste

Au cinéma

À la télévision

Acteur

Au cinéma

Courts métrages

À la télévision

Exposition de peintures

  • 2008 : Exposition de ses œuvres peintes à la Maison Gueffier, Le Grand R, à La Roche-sur-Yon (Vendée), novembre et décembre 2008[19].

Adaptations de ses œuvres

Au cinéma

Au théâtre

  • 2002 : Sa pièce de théâtre Tout un oiseau, publiée en 2000, est mise en scène par Evelyne Pérard, interprétée par Johnny Dejoux, Fabrice Jardin et Pierre Lhôte ; Forum culturel du Blanc-Mesnil, en mars 2002
  • 2003 : Sa pièce de théâtre La Demoiselle aux crottes de nez, publiée en 2001, est mise en scène par Emmanuelle Hiron et Léonore Chaix, avec Léonore Chaix, musique de Sanseverino, Théâtre du Rond-Point à Paris, avril 2003
  • 2005 : Ça, préliminaires, est un spectacle d'après ses textes et ceux de Philippe Cruzéby et Caroline Lamarche, conception et mise en scène Anne-Laure Liégeois, chorégraphie Dominique Boivin ; avec Sébastien Bravard, Christian Caro, Léonore Chaix ; coproduction Le Festin à Montluçon, La Filature à Mulhouse et le Parc de la Villette à Paris ; création pour les Rencontres théâtrales de Hérisson (Allier), juillet 2005
  • 2005 : il adapte en spectacle son ouvrage Mon petit garçon (2002), et le met en scène avec Bruno Marchand, interprété par Bruno Marchand et Stella Cohen-Hadria ; maison de la culture de Clermont-Ferrand, janvier 2005

En musique

  • 2008 : Doriand compose une musique sur le texte de Richard Morgiève Mon petit garçon (2002), pour le livre-disque conceptuel Fantaisie littéraire

Documentaire

  • 2007 : Portrait de Richard, film de Nicolas Barrié, production Incidences, DVD de 52 min.

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Alex Besnainou, Mon beau Jacky, et rencontre avec Richard Morgiève, article Le Matricule des anges N° 018 décembre 1996 - janvier 1997 (consulté le 1er mars 2018)
  2. a, b, c et d Xavier Houssin, « Richard Morgiève, les mots de la fin », article du journal Le Monde du 22 septembre 2005.
  3. a, b et c Xavier Houssin, « "United Colors of Crime", de Richard Morgiève : métaphores et métamorphoses », article du journal Le Monde du 26 janvier 2012.
  4. Présentation du spectacle Mon petit garçon Comédie de Clermont-FerrandSaison 2004-2005
  5. a, b, c, d et e Entretien avec Richard Morgiève, site lesfillesduloir.com du 5 septembre 2007.
  6. a et b Xavier Houssin, « L’amour à la fin des temps », article du journal Le Monde, du 26 février 2015.
  7. Fiche du livre Love, sur le site de l'éditeur Carnets Nord.
  8. a et b Corinne Renou-Nativel, « Une souris et un homme », article du journal La Croix, du 23 novembre 2017.
  9. a et b Xavier Houssin, « Les amitiés viriles de Richard Morgiève », article du journal Le Monde, du 7 septembre 2017.
  10. a et b Entretien avec Richard Morgiève à l'occasion de la sortie de Les Hommes, site Babelio.com du 15 septembre 2017.
  11. a et b Prix du Printemps du roman 2018, sur le site livreshebdo.fr.
  12. a et b Prix du Printemps du roman 2018, sur le site forumlivre.fr.
  13. Liste des Prix Littéraires 2007
  14. Alex Besnainou, Legarçon, article Le Matricule des anges N° 021, novembre - décembre 1997 (consulté le 1er mars 2018)
  15. Xavier Houssin, « Richard Morgiève : une drôle de débâcle », article du journal Le Monde, du 3 août 2007.
  16. Xavier Houssin, « "Cheval" : Affreux, sales, mais pas méchants », article du journal Le Monde, du 22 janvier 2009.
  17. Hugo Marsan, avis critique de Bébé-Jo, de Richard Morgiève, article du journal Le Monde, du 2000.
  18. Page de l'exposition, site de Le Grand R.

Liens externes

  • Lecture critique d'Un petit homme de dos, premier numéro des Carnets du loir consacré au Petit homme de dos sur le site des Filles du loir. Entretien avec Richard Morgiève et ses deux éditrices Joëlle Losfeld et Florence Robert.
  • L'œil était au fond du trou et regardait l'auteur, conversation entre Richard Morgiève et Isabelle Rabineau (rédactrice en chef de Topo) à propos de son roman Vertig, et lecture d'extraits, en podcast et en MP3 (1h18, 71,2 Mo) sur le site de la revue Topo, plus entretien en PDF, avec reproduction de tableaux de Morgiève
  • Richard Morgiève sur le site de la revue Le matricule des anges
  • Richard Morgiève sur le site de la revue Inventaire/Invention, avec extrait de Mondial cafard
  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation