Relais de la flamme olympique 2008

Logo du relais de la flamme 2008

Le relais de la flamme olympique 2008 est parti le 25 mars 2008 d'Olympie en Grèce, pour se conclure 130 jours plus tard le 8 août 2008 à Pékin en Chine à l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 2008. Cette tradition du relais de la flamme olympique remonte aux Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin.

La flamme olympique 2008 est acheminée à travers plus de 130 villes des cinq continents, parcourant près de 137 000 kilomètres au total. Durant son périple, la torche olympique sera acheminée sur le « toit du monde », l'Everest. Le tracé imaginé se veut, à l'image de la route de la soie, un lien entre l'Orient et l'Occident. Il permet également de faire parvenir la flamme dans des pays n'ayant jamais accueilli les Jeux olympiques, dont une majorité de nations asiatiques.

Des incidents ont marqué différentes étapes de ce relais 2008 de la flamme olympique. Ce fut le cas, en particulier, lors de l'allumage de la torche à Olympie le 24 mars, puis lors de son passage à Londres le 6 avril, à Paris le 7 avril et dans une moindre mesure à San Francisco le 9 avril et Buenos Aires le 11 avril.

La torche

Article détaillé : Flamme olympique.
La torche olympique exposée à Vilnius le 16 février 2008

La torche olympique dont la forme est inspirée des rouleaux traditionnels chinois, utilise un motif que l'on trouve sur les anciennes poteries[1] appelés « nuage de bon augure » ou « nuage de bonheur ». Conçue par le groupe Lenovo dans un alliage aluminium-magnésium[2], elle pèse un peu moins d'1 kg (985 grammes)[2] et mesure 72 cm en hauteur[2]. La torche est élaborée pour que le feu reste allumé avec un vent jusqu'à 65 km/h et une pluie jusqu'à 50 mm/h[réf. nécessaire]. La torche peut rester allumée pendant 15 minutes.

Route internationale

Parcours de la flamme olympique
Date Villes Pays
25 mars Olympie Drapeau de la Grèce Grèce
24-29 mars
31 mars Cérémonie d'accueil à Pékin Drapeau de la République populaire de Chine Chine
2 avril Almaty Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
3 avril Istanbul Drapeau de la Turquie Turquie
5 avril Saint-Pétersbourg Drapeau de la Russie Russie
6 avril Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
7 avril Paris Drapeau de la France France
9 avril San Francisco Drapeau des États-Unis États-Unis
11 avril Buenos Aires Drapeau de l'Argentine Argentine
13 avril Dar es Salam Drapeau de la Tanzanie Tanzanie
14 avril Mascate Drapeau d'Oman Oman
16 avril Islamabad Drapeau du Pakistan Pakistan
17 avril New-Dehli Drapeau de l'Inde Inde
19 avril Bangkok Drapeau de la Thaïlande Thaïlande
21 avril Kuala Lumpur Drapeau de la Malaisie Malaisie
22 avril Jakarta Drapeau de l'Indonésie Indonésie
24 avril Canberra Drapeau de l'Australie Australie
26 avril Nagano Drapeau du Japon Japon
27 avril Séoul Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
28 avril Pyongyang Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
29 avril Hô-Chi-Minh-Ville Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam
2 mai Hong Kong Drapeau de Hong Kong Hong Kong
3 mai Macao Drapeau de Macao Macao
Le parcours de la flamme à travers six continents. En rouge, le relais de Taipei, annulé.

Départ à Olympie

Le 24 mars 2008, la flamme olympique a été allumée à Olympie (Grèce), où avaient lieu les Jeux olympiques antiques. L'actrice Maria Nafpliotou, dans le rôle de la grande prêtresse, alluma la torche du premier porteur de la flamme, le médaillé d'argent en taekwondo aux Jeux olympiques d'été de 2004, le Grec Alexandros Nikolaidis, qui donna la flamme au second porteur de la torche, championne olympique en brasse de la même année, la chinoise Luo Xuejuan[3].

La cérémonie d'allumage de la torche, le 24 mars, fut perturbée par trois protestataires membres de Reporters sans frontières, dont le secrétaire général du mouvement Robert Ménard. Ils furent appréhendés après avoir déroulé une banderole et crié des slogans appelant à boycotter les jeux[4].

Passage à Londres

Manifestants au relais de la torche olympique à Londres
Arrivée de la flamme olympique à Londres, près de l'O2 Arena.

Organisé le , le relais de la flamme olympique a fait l'objet, en raison des Troubles au Tibet en 2008, de nombreuses manifestations d'opposants aux politiques chinoises au Tibet, mais aussi au Darfour, et contraint les organisateurs à modifier légèrement le parcours de la flamme. Trente-sept personnes ont été interpellées[5] et le comité d'organisation olympique chinois a dénoncé un « sabotage » de l'événement.

Ce même jour au soir, à ce que rapporte le New York Times dans son édition du 8 avril[6], l'Eurostar de Londres à destination de Paris, a emporté à son bord un fort contingent de défenseurs qui suivent le relais d'une ville à l'autre, dont des nonnes tibétaines emprisonnées en Chine pendant 12 ans et des athlètes tibétains résidant en Suisse ("Tibet Team"); en outre des cars entiers de protestataires sont arrivés à Paris de Belgique et des Pays-Bas. Les défenseurs de la liberté du Tibet accompagnaient la « torche tibétaine de la liberté » portée par les nonnes de la prison de Drapchi[7].

Passage à Paris

Manifestation à Paris en 2008 avec un drapeau de RSF représentant les anneaux olympiques sous forme de menottes accompagné de la mention « Beijing 2008 »
Près de la Tour Eiffel, jeunes Chinois venant assister au passage de la flamme olympique.
Manifestant essayant d'arracher la flamme des mains de la paralympique Jin Jing.
La flamme protégée par un cortège de pompiers et de policiers.
Interpellation d'un homme brandissant le drapeau des tibétains en exil
Manifestants maintenus à l'écart par un cordon de gendarmes, place de l'Hôtel de Ville.

Le parcours parisien de la flamme olympique, le long duquel s'étaient rassemblés de nombreux spectateurs, mais aussi des manifestants pro-tibétains, a été émaillé de tant d'incidents que la fête a été décrite comme un fiasco par plusieurs médias français[8]. Au nombre de ces incidents, l'arrestation par la police d'un membre du parti des Verts, arrivant à la manifestation avec un extincteur[9].

Afin de manifester leur solidarité contre les violences récentes au Tibet, les athlètes français participant au relais de la flamme ont arboré un petit badge portant le slogan « pour un monde meilleur[10] ».

Départ du premier étage de la Tour Eiffel à 12 h 30 le sous haute sécurité puisque 3 000 policiers protègent le parcours de la flamme olympique portée par 80 athlètes français. Des manifestants tibétains ont bloqué le parcours de la flamme pratiquement dès son départ et interrompu le flux vidéo officiel diffusé par France Télévision[réf. nécessaire]. La flamme a été transférée dans un bus sécurisé afin de permettre l'avancée du relais. D'après la préfecture de Paris, la torche olympique a été éteinte — mais pas la flamme — pour raison technique pendant quelques minutes avant de repartir[réf. nécessaire].

L'association Reporters sans frontières a hissé plusieurs de ses drapeaux (où figurent des menottes sur fond noir en lieu et place des anneaux olympiques sur fond blanc) en haut de la Tour Eiffel, sur l’avenue Marceau, sur les Champs-Élysées, sur le Pont des Arts et sur le quai Malaquais, sur la façade de Notre-Dame de Paris et sur un immeuble près du stade Charléty[11].

Vers 15 h 30, le drapeau du Gouvernement tibétain en exil et le drapeau à anneaux-menottes de RSF ont été déployés à la Mairie de Paris par six élus Verts[12]. La cérémonie prévue à la Mairie de Paris en présence de Bertrand Delanoë a été annulée au dernier moment par les autorités chinoises[13]. Cette annulation n'a fait l'objet d'aucun communiqué.

En pleine séance à l'Assemblée nationale, les députés ont arrêté leur travail et une quarantaine d'entre eux s'est rendue dehors, toutes tendances politiques confondues, au moment du passage de la flamme olympique, se rassemblant derrière une banderole où était inscrit « Respect des droits de l'homme en Chine ». Certains avaient des drapeaux tibétains, ils ont chanté la Marseillaise après avoir scandé « Liberté pour le Tibet[14] ».

Le troisième porteur de la torche lors de l’étape de Paris, la championne paralympique Jin Jing, qui se déplaçait dans un fauteuil roulant, fut agressée à plusieurs reprises par des manifestants favorables à l'indépendance du Tibet, selon l'agence Chine nouvelle[15]. Interrogée par la presse, Jin Jing a déclaré qu’on l’avait agrippée, griffée et gratifiée de coups de pieds mais qu’elle avait fait abstraction de la peine sur le moment. Son courage a été célébré par les médias chinois[16].

Article détaillé : Jin Jing.

La télévision chinoise a partiellement censuré les images montrant une opposition au parcours de la flamme olympique à Paris. La télévision chinoise CCTV a montré certains manifestants pro Gouvernement tibétain en exil, insistant sur le qualificatif de « séparatistes », et affirmant que leurs actions ont entraîné de vives condamnations du public français et des Chinois en France[17].

Le Figaro estime qu'« à destination de 1350 millions de téléspectateurs chinois, l'affront fait à l'esprit olympique est uniquement l'affaire d'une minorité d'exilés tibétains amplifiée par une presse occidentale biaisée[18] ».

La manifestation chinoise (le passage de la flamme olympique et les drapeaux chinois) a été autorisée par la préfecture. La contre-manifestation et les drapeaux tibétains devaient rester place du Trocadéro[19]. Sur le parcours de la flamme, des policiers français ont confisqué ou arraché des drapeaux tibétains et autres signes de protestation comme des drapeaux de Reporters sans Frontières[20],[21]. Ces actions ont entraîné une polémique le lendemain des événements, le député Jean-Christophe Lagarde s'interrogeant sur le fait de savoir si les Chinois avaient « donné des ordres à la police française ». La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a cependant démenti avoir interdit les drapeaux tibétains et a demandé l'ouverture d'une enquête administrative à ce sujet[22],[23].

Le quotidien Le Figaro a pour sa part insisté sur le coût du dispositif policier (un hélicoptère, 3 vedettes fluviales, 65 motos, 100 véhicules, 3 000 agents) chiffré à 400 000 euros[24].

Vêtus de survêtements bleus et blancs, la garde de la flamme olympique, une unité de 70 hommes, dont 30 pour le parcours à l'étranger, est issue de la Police armée populaire chinoise. Le porteur de flamme français David Douillet a déclaré à leur sujet : « J'appellerais ça plutôt des robots ou des chiens de garde, qui n'ont aucune humanité, vous bousculent, vous tarabustent, vous empêchent de courir, vous invectivent en chinois »[25]. Pour l'Ambassade de la République de Chine en République française, ces « escorteurs de la flamme dépendent du Centre du relais de la flamme olympique » et « leur présence relève d'une exigence du Comité international olympique et d'une pratique habituelle des jeux précédents »[26].

Un événement marquant a ainsi eu lieu lors du passage de la flamme entre David Douillet et Teddy Riner, judoka lui aussi : un officiel chinois est intervenu pour éteindre la torche portée par Douillet, l'empêchant de fait d'effectuer le passage[27]. Les raisons de ce geste n'ont pas donné lieu à des explications de la part des autorités chinoises.

Lors du parcours de la Flamme à Paris, les manifestations tibétaines, les incidents et les drapeaux tibétains exposés par la mairie de Paris, ont été vus en Chine, malgré la censure, tandis que RSF affirmait le contraire[28]. Pour le sinologue Jean-Luc Domenach[29], la population chinoise a bien vu les manifestations pro-tibétaines à Paris et elle en a été très remontée (ne faisant pas le distinguo entre le gouvernement français et la mairie de Paris[30]). Le 19 avril, des manifestations ont eu lieu en Chine contre l'attitude de la France vis-à-vis du Tibet et des J.O[31]. Dans un communiqué, l'ambassadeur de France en Chine a précisé que la position du maire de Paris ne représentait pas celle du gouvernement français[32].

Passage à San Francisco

Une partie d'un groupe de manifestants solidaires du Tibet se déplaçant au sud le long de The Embarcadero (San Francisco) arrivant au contact de manifestants chinois.

La flamme olympique est passée à San Francisco le mercredi 9 avril. Le parcours déjà beaucoup raccourci, a été changé au tout dernier moment. Ce dernier devait longer toute la Baie depuis le AT&T Ball Park (stade de baseball) jusqu'au Fisherman's wharf puis s'achever sur l'Embarcadero en face du Ferry Building.

En effet face à l'afflux de militants pro-tibétain et pro–RPC sur la Ferry Plaza, il était impossible à la flamme d'emprunter l'itinéraire initial. Ce sont quelque 30000 manifestants qui se sont rassemblés pour manifester le soutien ou bien au contraire la désapprobation des JO à Pékin.

[réf. nécessaire]

Trois personnes ont été appréhendées après avoir fixé des drapeaux entre les câbles du Golden Gate bridge[33].[citation nécessaire]

Des sources tibétaines prétendent que des participants chinois auraient été payés par l'ambassade de Chine, et ne connaissaient pas la situation au Tibet[34].

Le Dalaï Lama a affirmé avoir essayé de freiner les manifestations lors du passage de la flamme à San Francisco « pour ne pas heurter la Chine »[35].

Passage à Buenos Aires

Buenos Aires : des manifestants au relais alternatif des Droits Humains, portant le drapeau tibétain ou des pancartes de Falun Gong.

Grâce au déploiement d'importantes forces de sécurité, les athlètes argentins ont pu porter la torche à travers les rues de Buenos Aires sans être harcelés comme leurs homologues de Londres et de Paris. Cependant, plusieurs manifestants essayèrent vainement d'éteindre la flamme en jetant des ballons remplis d'eau à son passage. Des membres du mouvement Falun Gong organisèrent un relais alternatif, nommé « relais des droits humains ». Ils rapportèrent cette flamme des droits humains jusqu'à l'obélisque au centre de la ville[36]. Le footballeur Diego Maradona avait refusé au dernier moment de porter la flamme (cf infra).

Passage à Dar es Salam

Wangari Maathai, prix Nobel de la paix en 2004, qui devait porter la torche olympique à Dar es Salam, a annoncé qu'elle ne le ferait pas, souhaitant ainsi « faire pression sur la Chine afin de régler les questions des droits de l'Homme » au Tibet, au Darfour et en Birmanie[37].

Passage à Islamabad

La torche atteignit Islamabad pour la première fois de son histoire le 16 avril. Elle fut accueillie lors d'une cérémonie par le président Pervez Musharraf et le premier ministre Youssouf Raza Gilani. Jahangir Khan fut l'un des porteurs de la flamme[38]. Des milliers de soldats et de policiers furent mobilisés, les autorités craignant « des menaces de militants ou des manifestations anti-chinoises », d'après un journal australien[39], ou bien « un attentat islamiste », d'après la TSR[40]. Le relais prévu à travers les rues d'Islamabad fut annulé, et la torche fit simplement le tour de la piste du stade Jinnah[41].

Passage à Séoul

Des incidents violents ont marqué le passage de la flamme à Séoul, capitale de la Corée du Sud, le 27 avril. Selon L'Express du 29 avril, « la presse sud-coréenne a dénoncé dans de virulents éditoriaux le comportement d'étudiants chinois ayant lancé des pierres sur des manifestants critiques à l'égard de Pékin, chargé les policiers, battu des défenseurs du Tibet et donné des coups de pied à un vieil homme » [42]. À la suite de ces incidents, le ministre sud-coréen des Affaires étrangères aurait fait part de son inquiétude à l'ambassadeur de Chine à Séoul[43]. En outre, Choi Seung-kook et Park Won-sun, qui devaient faire partie des 80 personnes choisies pour porter la torche, ont refusé de le faire, expliquant qu'ils souhaitaient ainsi protester contre la répression chinoise au Tibet[44].

Passage à Pyongyang

Lors du passage de la flamme à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord, le 28 avril, elle a été accueillie, selon Radio Canada, par des drapeaux chinois et des milliers de fleurs roses en papier, et par une foule qui scandait « Bienvenue ! » tout au long du parcours[45].


Parcours en en Chine

Après son arrivée en Chine, la flamme voyagea à travers ses villes et provinces. La première étape fut la province d'Hainan, le 4 mai 2008, et l'arrivée eut lieu le à Pékin pour la cérémonie d'ouverture.

Le relais de la flamme à travers la Chine
  1. Hainan (Sanya, Wuzhishan, Wanning, Haikou)
  2. Guangdong (Guangzhou, Shenzhen, Huizhou, Shantou)
  3. Fujian (Fuzhou, Quanzhou, Xiamen, Longyan)
  4. Jiangxi (Ruijin, Jinggangshan, Nanchang)
  5. Zhejiang (Wenzhou Ningbo, Hangzhou, Shaoxing, Jiaxing)
  6. Shanghai
  7. Jiangsu (Suzhou, Nantong, Taizhou, Yangzhou, Nankin)
  8. Anhui (Hefei, Huainan, Wuhu, Jixi, Huangshan)
  9. Hubei (Wuhan, Yichang, Jingzhou)
  10. Hunan (Yueyang, Changsha, Shaoshan)
  11. Guangxi (Guilin, Nanning, Baise)
  12. Yunnan (Kunming, Lijiang, Xamgyi'nyilha)
  13. Guizhou (Guiyang, Kaili, Zunyi)
  14. Chongqing
  15. Sichuan (Guang'an, Mianyang, Guanghan, Leshan, Zigong, Yibin, Chengdu)
  16. Tibet (Shannan, Lhassa)
  17. Qinghai (Golmud, Lac Qinghai, Xining)
  18. Xinjiang (Ürümqi, Kashi, Shihezi, Changji)
  19. Gansu (Dunhuang, Jiayuguan, Jiuquan, Tianshui, Lanzhou)
  20. Ningxia (Zhongwei, Wuzhong, Yinchuan)
  21. Shaanxi (Yan'an, Yangling, Xianyang, Xi'an)
  22. Shanxi (Yuncheng, Pingyao, Taiyuan, Datong)
  23. Mongolie-Intérieure (Hohhot, Ordos, Baotou, Chifeng)
  24. Heilongjiang (Qiqihar, Daqing, Harbin)
  25. Jilin (Songyuan, Changchun, Jilin, Yanji)
  26. Liaoning (Shenyang, Benxi, Liaoyang, Anshan, Dalian)
  27. Shandong (Yantai, Weihai, Qingdao, Rizhao, Linyi, Qufu, Tai'an, Jinan)
  28. Henan (Shangqiu, Kaifeng, Zhengzhou, Luoyang, Anyang)
  29. Hebei (Shijiazhuang, Qinhuangdao, Tangshan)
  30. Tianjin
  31. Pékin

Passage au Tibet

La flamme olympique a parcouru Lhassa le , devant une assistance composée uniquement d'invités. Lors de la cérémonie marquant la fin du parcours sur la place du palais du Potala, le responsable du Parti communiste au Tibet, Zhang Qingli, a prononcé un discours très politique dans lequel il affirma notamment : « Le ciel du Tibet ne changera jamais et le drapeau rouge aux cinq étoiles flottera à jamais au-dessus de lui », et « Nous briserons sans aucun doute les intrigues de la clique du dalaï-lama »[46]. Zhang Qingli aurait aussi déclaré devant le palais du Potala : « Afin de glorifier davantage l'esprit olympique, nous devons fermement écraser les complots de la clique du dalaï-lama et des forces étrangères hostiles qui cherchent à ruiner les Jeux olympiques de Pékin », entraînant les regrets du CIO[47]. Un autre chef du parti communiste chinois, Qin Yizhi, a appelé à « écraser les partisans de la clique du dalaï-lama »[48].

Refus de porter la torche

Outre les diverses manifestations – pour les droits de l'homme, pour le Tibet, ou encore pro-chinoises –, perturbations et violences qui ont marqué le relais international de la flamme, un ou plusieurs porteurs de la flamme (sur les 80 de chaque relais) [49] à Londres, Buenos Aires, Dar es Salaam, New Delhi, Bangkok, Canberra et Séoul, se sont retirés de l'évènement, exprimant leur volonté de se joindre par là à divers aspects des protestations contre les actions des autorités chinoises.

Ainsi, à Londres, trois porteurs de la torche se sont déprogrammés avant l'évènement. La comédienne Francesca Martinez déclara qu'elle prenait position en faveur de la « cause tibétaine », et appela les autres porteurs de la torche à refuser comme elle de participer[50],[51]. Le joueur de badminton Richard Vaughan annonça qu'il ne porterait pas la torche, afin d'attirer l'attention sur les « questions humanitaires », et d'inciter la Chine à faire plus pour le Darfour[52],[50],[51]. Le vice-directeur général de la BBC Mike Byford, pour sa part, décida qu'il serait "inapproprié" qu'il participe, puisque son métier pourrait l'amener à prendre position[50].

À Buenos Aires, Diego Maradona retarda son retour du Mexique apparemment pour éviter la controverse[53].

À Dar es Salaam, Wangari Muta Maathai annonça qu'elle ne porterait pas la torche, et ce pour « faire pression sur la Chine afin de régler les questions des droits de l'Homme » au Tibet, au Darfour et en Birmanie[54].

À New Delhi, cinq porteurs de la torche se retirèrent de l'évènement : Baichung Bhutia pour protester contre la répression au Tibet[55], Rahul Gandhi sans citer de raison précise[56],[57], Sachin Tendulkar officiellement pour cause de blessure, bien que la presse occidentale l'ait comparé aux protestataires[56], Soha Ali Khan pour de « très fortes raisons personnelles »[58],[56], et Kiran Bedi, qui déclara qu'elle refusait de courir « comme une femme en cage » entourée par les escorteurs chinois[59],[57].

À Bangkok, parmi les personnalités des mondes du sport et des affaires devant participer au relais, il y eut une absence notable : l'écologiste Narisa Chakrapongee, qui refusa de porter la torche, expliquant qu'elle souhaitait protester contre la répression chinoise au Tibet[60].

À Canberra, l'activiste sociale Lin Hatfield Dodds se retira, déclarant qu'elle voulait ainsi protester contre les violations des droits de l'homme au Tibet[61].

Enfin, à Séoul, l'écologiste Choi Seung-kook et l'avocat Park Won-sun se déprogrammèrent afin, expliquèrent-ils, de protester contre la répression chinoise au Tibet[44].

Le relais dans les médias occidentaux et les médias chinois

Les reportages des médias chinois à propos du relais de la flamme olympique se distinguent de plusieurs manières de ceux des médias occidentaux. Ainsi, par exemple, les interventions de Robert Ménard et de Reporters sans frontières ayant perturbé la cérémonie d'allumage de la torche en Grèce ont été commentées en Occident, mais n'ont pas été mentionnées dans les médias chinois, ce qui a été relevé par divers médias occidentaux[62],[63]. En retour, des internautes chinois ont accusé les médias occidentaux de mensonges et de propagande lors de leurs reportages sur le relais de la flamme et sur la situation au Tibet, donnant comme exemples une image de CNN qui présente une ambulance comme étant un véhicule militaire ou des médias allemands qui font passer des photos de la police népalaise battant des manifestants au Népal pour des actes commis au Tibet par la police chinoise[64],[65],[66].

À la suite des manifestations sur le Tibet et sur les droits de l'homme pendant les relais, les médias chinois ont attiré l'attention sur les manifestants les plus violents et ont présenté comme très minoritaires les « sécessionnistes tibétains » et « soi-disant activistes des droits de l’homme, membres d’ONG », qui seraient « déterminés à saboter les Jeux olympiques de Pékin » [67],[68]. Les médias chinois ne mentionnent aucunement les manifestants pacifiques, et n'interviewent aucun manifestant quel qu'il soit. D'un autre côté, les médias chinois ont publié des articles consacrés aux foules qui ont exprimé leur soutien pour le passage de la torche, aspect qui était en contre-partie minimisé voire ignoré par plusieurs médias occidentaux[69]. Le People's Daily parle de « dizaines de milliers de Parisiens » enthousiastes, heureux et fiers d'accueillir la torche olympique à Paris[70]. Le comité chinois d'organisation des Jeux mentionne les « visages souriants des personnes âgées, des enfants et des artistes » dans les rues de Londres lors du passage de la torche[71].

Xinhua et la Télévision centrale de Chine (CCTV) ont cité des spectateurs des relais qui condamnent « l’entrave faite au relais de la torche olympique par des séparatistes tibétains » [72],[73],[74], bien plus que ne le font les médias occidentaux, mais n'ont pas présenté le point de vue des manifestants en opposition, ni mentionné le soutien dont ils ont pu bénéficier auprès d'une partie du public. Les médias chinois ont davantage cité des athlètes qui expriment leur fierté à porter la torche[75] que les médias occidentaux, et n'ont pas cité les athlètes relayeurs qui ont exprimé leur soutien pour les manifestants[76] ou qui, tels Baichung Bhutia en Inde, se sont retirés du relais pour protester contre les violations des droits de l'homme au Tibet[77]. Xinhua a décrit les manifestants comme étant des « radicaux » qui « foulent aux pieds les droits de l'homme » et dont les actes sont condamnés par « les peuples du monde qui aiment de tout cœur l'esprit olympique » [78].

Une des divergences les plus remarquées entre les médias occidentaux et chinois a été la place accordée par les uns et les autres à la tentative d'un homme portant le drapeau tibétain d'arracher la torche des mains de la relayeuse chinoise en fauteuil roulant Jin Jing à Paris. Les médias chinois ont consacré à celle-ci des dizaines d'articles, louant son courage face à son agresseur tibétain[79],[80],[81]. Le comité chinois d'organisation du relais de la torche a lui aussi consacré de nombreux articles à Jin, la décrivant comme « héroïne » [82] et un « ange » [83]. À l'inverse, les médias occidentaux ont très peu mentionné cette citoyenne chinoise, malgré l'affirmation de ce même comité qui déclare que « l’athlète paralympique chinoise Jin Jing a fortement attiré l’attention des médias » [84]. Plusieurs jours après les événements, la presse française a rapporté que les médias chinois « encensent [Jin] depuis une semaine » [85], et qu'elle est devenue « une héroïne et un symbole de patriotisme dans son pays » [86] — patriotisme qui s'accompagne parfois, selon Le Monde, d'une « campagne antifrançaise » [87].

Une journaliste du Times suggère que « certaines méthodes des médias [chinois] rappellent même, un peu, la Révolution culturelle, lorsque des organes de propagande étaient capables de modeler le public, de générer en lui une rage frénétique en réaction à un sujet choisi » [88]. Dans le même sens, le journal The Globe and Mail affirme que les médias chinois ont instrumentalisé les manifestations en Occident lors du passage de la torche — et notamment l'incident concernant Jin Jing — pour susciter une colère anti-occidentale chez les Chinois, renforcer leur loyauté envers le Parti, et présenter la Chine comme une victime de violents manifestants sinophobes[89]. À l'inverse, l'ambassadeur de la République populaire de Chine au Royaume-Uni a accusé les médias britanniques, et plus largement les médias occidentaux, d'avoir diabolisé la Chine à l'occasion du relais de la flamme olympique[90]. Le 13 avril, Xinhua accuse Libération d'avoir « interverti le vrai et le faux et [...] tenu à semer la discorde » au sujet du passage de la flamme olympique à Paris. « Donnons une claque cinglante à Libération », conclut l'agence de presse étatique chinoise[91]

Le 17 avril, Xinhua dénonce « les reportages biaisés de la chaîne américaine CNN au sujet des émeutes de Lhassa et du relais de la torche olympique » [92]. Le gouvernement chinois en outre demande à CNN de s'excuser pour les propos injurieux du commentateur Jack Cafferty qualifiant les Chinois de « cinglés » et dépeignant les produits chinois comme de « la camelote couverte de plomb », ainsi que pour avoir « tenté de monter le peuple chinois contre le gouvernement[93],[94] ». Le Quotidien du peuple a également dénoncé ce qu'il décrit comme « la couverture biaisée des médias occidentaux » [95], et le Shanghai Daily pour sa part affirme que « des reportages biaisés dans les médias français au sujet de la Chine et des Jeux olympiques de Pékin ont provoqué l’indignation des internautes chinois » [96]. En soutien au gouvernement chinois et pour protester contre le manque de neutralité des médias occidentaux de nombreuses manifestations ont été organisées à travers le monde, mais ont été peu couvertes par les médias occidentaux. Entre autres, une manifestation a attiré plus de 6000 personnes sur la Colline du Parlement du Canada, le 13 avril 2008[97], plus de 1300 personnes devant les locaux de la BBC à Manchester et à Londres[98], 4000 personnes à Paris et 5000 personnes à Los Angeles ainsi que dans plusieurs autres pays[99].

La BBC a consacré un article aux différences entre les approches et perspectives choisies par les médias chinois et celles choisies par les médias occidentaux, ainsi que les différences entre les thématiques abordées et les manières de les interpréter[100]. Au sujet du relais de San Francisco, par exemple, la BBC établit ainsi un contraste entre le point de vue du Washington Post, qui affirme que « les Chinois voient pour eux-mêmes que l’opinion publique mondiale trouve répugnante la politique étrangère cynique et amorale de leur gouvernement, au sujet du Soudan ou de la Birmanie, ainsi que sa répression de la minorité tibétaine », et celui du China Daily, qui au contraire met l'accent sur l'indignation de certains habitants de San Francisco face aux manifestations.

Coordination des manifestations des Tibétains et de leurs supporteurs

Selon le journaliste Doug Saunders du journal canadien The Globe and Mail, les manifestations et perturbations qu'a connues le relais de la flamme olympique ont été en partie coordonnées par trois jeunes femmes (Kate Woznow, Lhadon Tethong et Freya Putt), qui se sont investies plusieurs années dans deux collectifs associatifs : International Tibet Support Network (ITSN) et Students for a Free Tibet. Quinze mois auparavant, le gouvernement en exil du dalaï-lama avait convoqué la Conférence internationale des groupes de soutien au Tibet à Bruxelles, où il fut décidé de focaliser les campagnes sur les Jeux Olympiques[101]. Il s'agissait de la 5e Conférence internationale des groupes de soutien au Tibet, à laquelle le dalaï-lama dut renoncer à se rendre en raison de pressions du gouvernement belge[102]. Plus de 150 associations membres de l'ITSN dans le monde reçurent des directives précises sur la conduite à tenir lors de l'organisation de manifestations sur le passage de la flamme six mois durant (en particulier ne pas recourir à la violence, réclamer l'autonomie et non l'indépendance du Tibet)[103].

Doug Saunders s’étonna que l’agence Chine nouvelle, citant son article, prétende que la Fondation Friedrich-Naumann, contrôlée par le gouvernement allemand, avait organisé une conférence à Bruxelles à laquelle aurait assisté le Département d'État des États-Unis et où l’ensemble du complot anti-chinois aurait été lancé. Un article de China Daily, citant Doug Saunders, prétendait que la même bande de militants soutenus par ces gouvernements avaient « planifié et organisé longtemps à l’avance » les « émeutes de Lhassa »[104]. Doug Saunders déclara que son article initial avait peu de rapport avec les affirmations qui lui étaient prêtées par China Daily, et que la conférence de Bruxelles était un événement régulier des groupes de soutien au Tibet, et que ni le Département d'État ni aucun gouvernement n’y assista, qu’elle n'était pas organisée par la Fondation Friedrich-Naumann, qui n’était pas non plus contrôlée par le gouvernement allemand, ajoutant que les manifestations de relais de flamme qui avaient résulté de cette conférence étaient sans relation avec les émeutes et soulèvements à l’intérieur du Tibet[105].

Notes et références

  1. (en) Jane Spencer, Olympic Torch Uproar Could Burn Lenovo, Wall Street Journal, 14 avril 2008.
  2. a, b et c .Quand Pékin s'enflammera, Eurosport, 31 mars 2008.
  3. (en) Olympic Flame begins relay in Greece at the Official Website of the Torch Relay.
  4. La flamme olympique allumée, des opposants à Pékin s'invitent à la cérémonie, 'AFP, 24 mars 2008.
  5. Relais de la flamme olympique: Pékin crie au sabotage après les échauffourées de Londres, Le Nouvel Observateur, 7 avril 2008.
  6. (en) Olympic Torch Goes Out, Briefly, in Paris.
  7. La flamme tibétaine de la liberté Video, Dailymotion.
  8. « Le passage de la flamme olympique à Paris tourne au fiasco », AFP, 7 avril 2008.
  9. (en) Anti-China protesters douse Olympic flame not once but twice in Paris.
  10. « Flamme olympique : ce qui s'est vraiment passé à Paris », L'Express, 8 avril 2008.
  11. Article du 4 avril 2008 sur le site de Reporters Sans Frontières.
  12. .
  13. La flamme de passage à Paris, actualité du 4 avril 2008 sur le site officiel de la Mairie de Paris.
  14. Des députés crient « Liberté pour le Tibet » devant une flamme... invisible ! « Copie archivée » (version du 11 avril 2008 sur l'Internet Archive), dépêche AFP du 4 avril 2008.
  15. (en) « BOOC thanks overseas supporters for torch relay, criticizes radical saboteurs », Xinhua, 10 avril 2008 : « Supporters of Tibetan independence attacked the Chinese girl, who lost her right leg when she was nine (..). Jin held the torch tightly in her arms, while three or four people tried to take the torch from her. »
  16. Paris : la Flamme a trouvé son ange gardien.
  17. Public condemns interruption of torch relay, www.cctv.com, 04-08-2008 : « Tibet independence separatists' attempts to disrupt the Olympic torch relay were foiled by Paris police on Monday. Their activities have incited condemnations from the French public and overseas Chinese ».
  18. Le Figaro, 8 avril 2008, page 9.
  19. La flamme bousculée à Paris. Le point à 22h08, AFP, 20 minutes du 7 avril 2008.
  20. Journal de 20 heures de France 2 du .
  21. Flamme olympique: ce qui s'est vraiment passé à Paris, L'Express.fr, 8 avril 2008.
  22. Flamme olympique à Paris : polémique autour du rôle de la police, Le Nouvel Observateur, 8 avril 2008.
  23. Pas de consigne sur les drapeaux tibétains, assure MAM, dépêche Reuters, 8 avril 2008, 10:54:16.
  24. Le Figaro, 8 avril 2008, page 8.
  25. « Flamme olympique, les étranges méthodes des cerbères chinois », Libération, jeudi 10 avril 2008, page 10. Et informations similaires sur Radio-Canada.ca, Aujourd'hui la Chine, et dans Le Mondedu samedi 12 avril 2008.
  26. Conférence de presse du 8 avril 2008 du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Jiang Yu à l'Ambassade de la République de Chine à Paris.
  27. http://www.vsd.fr/contenu-editorial/l-actualite/les-indiscrets/416-david-douillet-se-fait-eteindre-sa-flamme-olympique
  28. Chine - Rapport annuel 2008, RSF, 2008.
  29. Jean-Luc Domenach, sinologue: « À Pékin, on trouve des T-shirts pour la Corse libre « Copie archivée » (version du 20 avril 2009 sur l'Internet Archive)
  30. [1], Beijing Information, « Paris se gifle elle-même ».
  31. « Manifestations anti-françaises en Chine », Le Figaro, 19 avril 2008.
  32. Ambassadeur français: le maire de Paris ne représente pas le gouvernement français.
  33. Journal de 20 heures de France 2 du 8 avril 2008.
  34. (en) China salaries overseas Chinese for anti-Tibetan protests.
  35. Le dalaï lama estime avoir favorisé la tenue des J.O. à Pékin.
  36. (en) Argentine torch relay unhindered, BBC News, 11 avril 2008.
  37. "La flamme olympique attendue en Tanzanie pour son unique étape africaine", John Kelukena, France 24, 12 avril 2008.
  38. (en) "Islamabad stages Olympic flame relay in Sports Complex", site officiel du relais de la torche, 16 avril 2008.
  39. (en) "Torch's most sensitive leg of Olympic journey", Herald Sun, 16 avril 2008.
  40. "La flamme olympique, confinée, tourne en rond dans un stade à Islamabad. Pas d'incident à signaler", TSR, 16 avril 2008.
  41. (en) "Olympic torch relay in Pakistan", BBC, 16 avril 2008
  42. Séoul proteste auprès de Pékin après le passage de la torche.
  43. Séoul proteste auprès de Pékin après le passage de la torche, L'Express, 29 avril 2008.
  44. a et b (en) "2 South Koreans boycott Olympic torch relay to protest Tibet crackdown", International Herald Tribune, 22 avril 2008.
  45. « L'accalmie en Corée du Nord », Radio Canada, 28 avril 2008.
  46. La flamme olympique au Tibet, à Lhassa, Reuters, publié le 21 juin 2008, consulté le 22 juin 2008.
  47. Tibet: le CIO « regrette » les « déclarations politiques » du PCC à Lhassa.
  48. (en) RPT-Olympic torch starts controversial Tibet leg.
  49. (en) "Torch-bearer boycotts Bangkok Olympic relay", France 24, 19 avril 2008 : « Some 80 sporting and business personalites from Thailand will relay the torch through Bangkok » - (en) 2 South Koreans boycott Olympic torch relay to protest Tibet crackdown, International Herald Tribune, 22 avril 2008 : « some 80 people (were) picked to carry the Olympic flame, which is to arrive in Seoul ».
  50. a, b et c (en) "Logan vows to run Olympic gauntlet", The Scotsman, 6 avril 2008
  51. a et b (en) "Burning debate over relay boycott", Jon Kelly, BBC, 5 avril 2008
  52. (en) "Richard Vaughan on China's Olympic crisis", John Inverdale, The Telegraph, 9 avril 2008.
  53. (en) "Diego Maradona refuses to carry Olympic torch", The Times, 12 avril 2008 : « Maradona delayed his return from Mexico in an apparent attempt to avoid the controversy. »
  54. John Kulekana, "La flamme olympique attendue en Tanzanie pour son unique étape africaine", AFP, 12 avril 2008.
  55. (en) "India's soccer captain refuses to join in Beijing Olympic torch run in Indian capital", Sandeep Nakai, China Post (Taiwan), 1 avril 2008.
  56. a, b et c (en) "Tendulkar joins stars ditching relay", Bruce Loudon, The Australian, 17 avril 2008
  57. a et b (en) "Olympic torch relay caught in confusion", Business Standard, 10 avril 2008
  58. (en) "Soha drops Olympic torch", The Telegraph, 16 avril 2008.
  59. (en) "Kiran Bedi refuses to run with torch; Kalmadi baffled", Zeenews.
  60. (en) "Torch-bearer boycotts Bangkok Olympic relay", France 24, 19 avril 2008 : « Some 80 sporting and business personalities from Thailand will relay the torch through Bangkok under high surveillance. But there will be one notable absence. Narisa Chakrapongse of the Green World Foundation is the first torch bearer to have boycotted the event. »
  61. (en) "Australian torch runner pulls out of Olympic relay" « Copie archivée » (version du 27 avril 2008 sur l'Internet Archive), AFP, 21 avril 2008.
  62. "Sarkozy n'exclut pas un boycott de la cérémonie des JO", Europe 1, 25 mars 2008.
  63. « "Un allumage agité pour la flamme des JO" »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Radio Suisse Romande, 25 mars 2008.
  64. (en) "China online: Tibet and torch reaction", BBC, April 17, 2008.
  65. "Le hit chinois : 'Ne soyez pas comme CNN'", France 24, 17 avril 2008.
  66. "CNN accusé de manipuler l’information sur le Tibet", France 24, 17 mars 2008.
  67. (en) "Beijing Olympic official strongly condemns disruption of torch relay in Paris", Xinhua, 8 avril 2008.
  68. (en) "Tibetan separatists try to sabotage Olympic torch relay in U.S.", Xinhua, 10 avril 2008.
  69. (en) "Crowds gather to show support for Olympic torch relay", Xinhua, 10 avril 2008.
  70. (en) "French passion greets torch in Paris", People's Daily, 8 avril 2008.
  71. (en) "Ambassador Fu: Olympic torch spreads message of peace to the world", site web officiel du relais de la torche, 7 avril 2008.
  72. (en) "French Olympic chief, spectators condemn disruption of Olympic torch relay in Paris", Xinhua, 8 avril 2008.
  73. (en) "Netizens worldwide condemn violent protests at Olympic torch relay", 8 avril 2008.
  74. (en) "Chinese Americans criticize torch relay disturbance", CCTV, 10 avril 2008.
  75. (en) "Ugandan track queen steps up training for Olympic torch relay", Xinhua, 7 avril 2008.
  76. Marie-José Pérec interrogée par France 24, 7 avril 2008.
  77. (en) "India's soccer captain refuses to join in Beijing Olympic torch run in Indian capital", Sandeep Nakai, China Post (journal taiwanais), 1 avril 2008.
  78. (en) « BOOC thanks overseas supporters for torch relay, criticizes radical saboteurs », Xinhua, 10 avril 2008.
  79. (en) « Handicapped Jin receives hero's welcome for protecting Olympic torch in Paris », Xinhua, 10 avril 2008.
  80. (en) "Touche: Assailant meets match", Lydia Chen, Shanghai Daily, 9 avril 2008.
  81. (en) "Handicapped girl wins respect for protecting sacred flame", CCTV, 10 avril 2008.
  82. (en) "Photos: Heroic torchbearer Jin Jing back in Beijing", site web officiel du relais de la torche, 9 avril 2008.
  83. (en) "Chinese angel comes home", site web officiel du relais de la torche, 10 avril 2008.
  84. (en) "Jin: Protecting the torch is my duty", site web officiel du relais de la torche, 10 avril 2008.
  85. « La relayeuse qui ravive le patriotisme chinois »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Libération, 15 avril 2008.
  86. « JO : Jin Jing, porteuse de flamme handicapée et héroïne chinoise », L'Express, 11 avril 2008.
  87. « Flamme olympique : la campagne antifrançaise s'accentue en Chine », Le Monde, 15 avril 2008.
  88. (en) Jane Macartney, "Chinese media provokes outrage over pro-Tibet Olympics protests", The Times, 12 avril 2008.
  89. (en) "China spins protests abroad to buttress support at home", Geoffrey York, The Globe & Mail, 12 avril 2008.
  90. (en) "Chinese ambassador Fu Ying: Western media has demonised China", The Telegraph, 12 avril 2008.
  91. "Donnons une claque cinglante à « Libération »", Xinhua, 13 avril 2008.
  92. (en) "CNN biased coverage comes under fire", Xinhua, 17 avril 2008.
  93. (en) « Pékin demande à CNN de s'excuser pour insulte envers le peuple chinois », Le Monde, 17 avril 2008.
  94. (en) "China urges again that CNN sincerely apologizes over insulting words", Xinhua, 17 avril 2008.
  95. Les Chinois d'outre-mer se réunissent pour les JO de Beijing et contre la couverture biaisée des médias occidentaux, Le Quotidien du peuple, 21 avril 2008
  96. (en) "Sarkozy, and France, woo wheelchair angel", Lydia Chen, Shanghai Daily, 22 avril 2008.
  97. (en) "Thousands protest to show support for China", CTV, April 13, 2008.
  98. (en) "Anti-French rallies across China", BBC, April 19, 2008.
  99. (en) "Pro-China demonstrations in five countries", Radio New-Zealand, April 20, 2008.
  100. (en) "Olympic media coverage: China vs West", BBC, 10 avril 2008.
  101. (en) Doug Saunders, How three Canadians upstaged Beijing, 29 mars 2008.
  102. (en) Dalai Lama cancels Brussels visit on request of Belgian government.
  103. (en) Doug Saunders, How three Canadians upstaged Beijing, 29 mars 2008 ; citation 1 : « Last May, the Dalai Lama's Tibetan government-in-exile put together a meeting in Brussels of all the major Tibet organizations — there are hundreds, and they're organized under a Washington-based umbrella group, the International Tibet Support Network. There, the exiled Tibetans decided that the Olympics should be the single focus of their activities for the next 15 months. » - citation 2 : « As the torch makes its slow journey around the world, passing through Beijing this weekend before crossing Asia, the Middle East, Europe and the Americas before returning to China for its controversial trip through Tibet in May, the three Canadian women are working their BlackBerrys and laptops late into the night, ensuring that something dramatic will happen at each stop » (il s'agit de Kate Woznow (Students for a Free Tibet, à New York), Lhadon Tethong (Students for a Free Tibet, Washington) et Freya Putt, étudiante à l'université de Victoria).
  104. (en) Doug Saunders, Beijing has become the guardian of the Chinese brand, 19 avril 2008 : « And now they also know, thanks to a report carried on the state-owned Xinhua News Agency, that "according to a news report by Canadian journalist Doug Saunders," these attacks on China were orchestrated in a Washington-Berlin conspiracy that began when the German state-run Friedrich Naumann Foundation organized a conference in Brussels, attended by the U.S. State Department, where the whole anti-China plot was launched. And, furthermore, according to an article in the China Daily that cites me, Chinese readers have learned that "the Lhasa riots" were "planned and organized long ago" by this same government-backed band of activists. »
  105. (en) Doug Saunders, Beijing has become the guardian of the Chinese brand, 19 avril 2008.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • (fr) Site officiel des Jeux de Pékin 2008
  • (fr) Site officiel du relais de la torche
  • (fr) Vidéos sur la flamme olympique
  • (en) The Holy Olympic Torch, Atheism and Tibet