Regards sur la poésie du XXe siècle

Regards sur la poésie du XXe siècle

Série d'études critiques sur la poésie du XXe siècle dirigées par Laurent Fels et publiées aux Presses universitaires de Namur / Éditions namuroises.

Si le XXe siècle est l’une des époques les plus paradoxales de notre Histoire – à la fois générateur du progrès technique qui devait accroître la qualité de vie des hommes, et triste berceau de deux guerres mondiales qui n’ont cessé de multiplier ravages et victimes pendant presque trente ans –, il a produit un nombre considérable de poètes qui continuent d’intéresser un large public.

La poésie du XXe siècle est traversée par un sentiment d’affranchissement qui se cristallise dans cette partie du Moi profond où l’on cherche à comprendre pourquoi « les joies ne sont que mascarades » (Gervais de Collins) . C’est un dialogue avec l’Autre dans un pays où les méditations foisonnent et où la rêverie amorce le processus créateur de la transsubstantiation poétique. En somme, la poésie trace le seuil entre le silence, la solitude et l’autre limite du mot. Quelque part, elle a gardé une trace de la triste et cruelle anamnèse d’un âge belliqueux qu’on eût préféré conduire dans les cages de l’oubli. Le poème s’écrit désormais dans le langage d’un cœur éclaté en silences.

L’écriture poétique aurait-elle donc rencontré sa propre limite ? Celle où le mot se consume devant l’indifférence d’une oreille sourde et d’un œil aveugle ? La parole ne sera-t-elle plus utilisée que pour faire des déclarations de guerre, lancer des insultes ou annoncer des licenciements nombreux ? Là où le mot devrait réconcilier, offrir une parole à moitié tue, comme une main tendue pour en accueillir une autre, il blesse, tue et détruit. Autant de sueur et de sang versés sur une argile asséchée. Il appartient donc au poète de restituer au Verbe sa valeur initiale et initiatique, à condition que sa parole soit imbibée de fièvre d’homme.

Le volume de Regards sur la poésie du XXe siècle qui contient des études sur Ion Barbu, Henry Bauchau, Samuel Beckett, Francesca Caroutch, Paul Celan, Blaise Cendrars, Maurice Chappaz, René Char, Achille Chavée, Andrée Chedid, Davertige, Lucie Delarue-Mardrus, André du Bouchet, T.S. Eliot, Gérard Vergniaud Étienne, Eugène Guillevic, Nâzim Hikmet, Gaspard Hons, Philippe Jaccottet, Francis Jammes, Pierre Jean Jouve, James Joyce, Henri Michaux, Marcel Migozzi, Gaston Miron, Bernard Noël, Jacques Prévert, Pierre Reverdy, Saint-John Perse, Jude Stéfan, Salah Stétié et Marcel Thiry constitue le premier tome d’une série consacrée exclusivement à la poésie du XXe siècle.

Le travail se distingue de ceux qui l’ont précédé en ce sens que le projet réunit dans un même ouvrage des poètes vivants et des poètes défunts, européens et non-européens et que les regards portés sur eux par les spécialistes se situent à l’estuaire du commentaire universitaire et de la lecture métapoétique. C’est une expérience qui vient seulement de commencer, mais qui trouvera peut-être à l’avenir une place dans l’histoire de la poésie du XXe siècle.

Regards sur la poésie du XXe siècle – tome 1 Textes réunis et présentés par Laurent Fels Presses universitaires de Namur / Éditions namuroises

(ISBN 978-2-930378-61-9) / 580 pages  –  30,00 €