Reșița

Reșița
ROU CS Resita CoA.png
Resita Sud (centru), in departare Resita Nord, 1 nov 2008.jpg
Nom local
(ro) Reșița
Géographie
Pays
Județ
Localisation géographique
Chef-lieu
Reșița ()
Capitale de
Superficie
197,65 km2
Altitude
208 m
Coordonnées
45° 18′ 00″ N, 21° 53′ 25″ E
Resita in Romania.png
Démographie
Population
73 282 hab. ()
Densité
370,8 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Municipalité de Roumanie (en), Chef-lieu du comté ()
Chef de l'exécutif
Ioan Popa () (depuis )
Contient les localités
Reșița (), Câlnic (), Cuptoare (), Doman (), Moniom (), Secu, Țerova ()
Jumelages
Identifiants
Code postal
320011–320236
Site web

Reșița (en hongrois Resicabánya, en allemand Reschitz, en serbe Rešica - Решица) est une ville de Roumanie occidentale et le chef-lieu du județ de Caraș-Severin, dans la région du Banat.

Située sur les terres de l'ancienne couronne d'Autriche et fondée du temps de l'empire d'Autriche, la ville fut d'une grande importance pour la couronne d'Autriche du fait de l'industrialisation de la zone et de sa position géographique stratégique.

Important centre sidérurgique (fer et acier), Reșița possède des hauts-fourneaux, des fonderies de fer et des usines d'appareillage, de produits chimiques, de fabrication de machines et de matériaux électriques.

Centre d'extraction pendant la période romaine, la ville actuelle a été fondée au XVIIIe siècle où une fonderie y fut établie.

Le nom de Reșița vient du slave Rechitza, qui dérive de reka', rivière.

En outre, la ville est un point d'accès aux centres d'intérêt touristiques alentour. Près de Reșița se situent la station de ski de Semenic, le lac Gozna (Crivaia), le lac Secu et le lac Trei Ape. Les sites remarquables sont aussi Gărâna (Wolfsberg), Brebu (Weidental) et Văliug (Franzdorf).

Histoire

Historiquement, la ville a ses origines au XVe siècle, où elle est connue sous le nom de Rechyoka ou Rechycha. Des recherches archéologiques ont trouvé des traces d'habitations remontant au Néolithique, et aux époques dace et romaine.

Elle est mentionnée en 1673 sous le nom de Reszinitza, d'où les citoyens payent des taxes à Timișoara, et dans les années 1690-1700, elle fait partie du district de Bocșa avec d'autres villes de la vallée de Bârzava.

La ville est référencée dans l'acte de conscription de 1717 sous le nom de Retziza. Dans les années 1770, elle devient un centre majeur de la métallurgie dans la région. La Reșița industrielle fut fondée par l'établissement de fabriques près des villages de Reșița Română et Reșița Montană. Reșița Montană fut dans un premier temps habitée par des Roumains, mais en 1776, 70 familles allemandes s'y installèrent.

Entre 1910 et 1925, Reșița est sous le statut de zone rurale, et en 1925, elle est déclarée ville grâce au développement d'une puissante industrie. En 1968, elle devient une municipalité.

Comme toute la Roumanie, Reșița a subi les régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989, mais connaît à nouveau la démocratie depuis 1990.

Démographie

Lors du recensement de 2011, 81,64 % de la population se déclarent roumains, 2,11 % comme hongrois, 1,71 % comme allemands et 1,42 % comme roms (1,53 % déclarent une autre appartenance ethnique et 11,56 % ne déclarent pas d'appartenance ethnique)[1].

Politique

Élections municipales de 2016[2]
Parti Sièges
Parti national libéral (PNL) 9
Parti social-démocrate (PSD) 9
Parti vert (PV) 2
Parti Mouvement populaire (PMP) 1

Jumelage

Transports

Le réseau de transport est géré par la compagnie Prescom. Cette dernière fait circuler 30 lignes de bus ainsi que 2 lignes de tramway. La ville ne possède pas d'aéroport, le plus proche étant situé à Caransebeș, dans le même județ. La gare des Chemins de fer roumains permet de relier la ville à Bucarest. Il y a également une gare routière

Personnalités

Voir la catégorie : Naissance à Reșița.

Notes et références

  1. (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur recensamantromania.ro.
  2. (ro) « Rezultate finale 5 iunie 2016 », sur www.2016bec.ro (consulté le 12 juin 2016).

Liens externes