Rasoherina

Rasoherina
Illustration.
Portrait de la reine Rasoherina.
Titre
Reine de Madagascar
(5e monarque de Madagascar)

(4 ans, 10 mois et 20 jours)
Couronnement
Premier ministre Rainivoninahitriniony
Rainilaiarivony
Prédécesseur Radama II
Successeur Ranavalona II
Biographie
Dynastie Merina
Nom de naissance Rabodozanakandriana
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Tananarive
Père Andriantsalamanandriana
Mère Rafaramanjaka
Conjoint 1) Radama II
2) Rainivoninahitriniony
3) Rainilaiarivony

Rasoherina
Monarques de Madagascar

Rasoherina (Rasoherina-Manjaka)[1] née en 1814 et décédée le à Tananarive (quartier d'Amboditsiry) est une reine malgache.

Après l'assassinat de son premier mari, le roi Radama II, elle fut notamment sous l'influence de ses Premiers ministres et époux successifs : Rainivoninahitriniony, puis son frère Rainilaiarivony.

Biographie

Origines et succession

Rasoherina et son premier époux le roi Radama II.

Rasoherina naît sous le nom de Rabodozanakandriana (ou Rabodo) en 1814[2]. Elle est la fille d'Andriantsalama et de Rafaramanjaka et donc la nièce de la reine Ranavalona Ire.

Elle épouse le fils et héritier de Ranavalona, Rakoto. Il succède à sa mère en 1861 sous le nom de Radama II et Rabodo est couronnée reine consort. Le lendemain de l'assassinat de son époux en 1863, un conseil réunissant des princes mené par Rainilaiarivony approche Rabodo. Ils lui posent alors les conditions à remplir afin qu'elle puisse accéder au trône, comme la défense de la liberté de culte par la monarchie. Rabodo accepte et est couronnée le sous le nom de règne Rasoherina.

Une reine sous l'influence de son Premier ministre

Le réel détenteur du pouvoir au début de son règne est le Premier ministre Rainivoninahitriniony, qui l'épouse quelques semaines après le couronnement.

En , Rasoherina le remplace en nommant son frère Rainilaiarivony Premier ministre, qui devient de facto le réel dirigeant de Madagascar, avant de devenir lui aussi l'époux de la reine. Huit mois plus tard, Rainivoninahitriniony accusé d'avoir comploté contre la reine, est condamné à l'exil.

Rasoherina, reine régnante de Madagascar.

Sous son règne, la capitale, Tananarive, se modernise et voit émerger des maisons bourgeoises, souvent d'architecture victorienne.

Diplomatie

Les Malgaches se souviennent aujourd'hui de la reine Rasoherina pour avoir envoyé des ambassadeurs à Paris et à Londres, ainsi que pour avoir fait interdire les marchés le dimanche.

Le , elle signe un traité avec le Royaume-Uni donnant aux citoyens britanniques le droit de louer et posséder des terres sur l'île.

Avec les États-Unis, elle signe un accord de commerce qui limite l'importation d'armes et l'exportation de bétail.

Mais surtout, la reine signe avec la France un traité de paix entre ses descendants et ceux de l'empereur des français, Napoléon III.

Décès et succession

Funérailles de la reine Rasoherina en 1868.

À sa mort, en 1868, Ramoma, première cousine de Rasoherina, lui succède sous le nom de Ranavalona II.

Ascendance

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. Andrianavalonakelimiaina
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Prince Andriantsalamanandriana
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1. Rasoherina
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Roi Andriambelomasina d'Avaradrano et Imerinatsimo
 
 
 
 
 
 
 
12. Prince Andriantsimitovizafinitrimo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Princesse Rasoherimananitany
 
 
 
 
 
 
 
6. Prince Andriantsalamanjaka
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Andrianampianarivo
 
 
 
 
 
 
 
13. Rabodomanjaka
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Ratomponivololona Ravololonandriantsimitovy
 
 
 
 
 
 
 
3. Princesse Rafaramanjaka
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Andriamiaramanjaka
 
 
 
 
 
 
 
14. Prince Andriandamboranto
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Princesse Ranavalonandriambelomasina
 
 
 
 
 
 
 
7. Princesse Rabodonandriantompo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Andriankirahinimerina
 
 
 
 
 
 
 
15. Princesse Ramboakovelo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Princesse Ranavalonjananjanahary
 
 
 
 
 
 

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Dominique Ranaivoson, Madagascar : dictionnaire des personnalités historiques, Sépia, Saint-Maur-des-Fossés ; Tsipika, Antananarivo, 2011 (2e éd.), p. 161 (ISBN 978-2-84280-101-4)

Articles connexes

Liens externes