Rainbow Warrior I

Rainbow Warrior I
Image illustrative de l’article Rainbow Warrior I
Le Rainbow Warrior I de 1978
Autres noms Sir William Hardy (1955-1977)
Histoire
Lancement 1955
Statut Coulé le à Auckland
Caractéristiques techniques
Longueur 40 m
Tirant d'eau 4,6 m
Puissance 2 moteurs Diesel
620 m2 de voiles
Vitesse 12 nœuds (moteurs)
5 à 7 nœuds (voiles)
Carrière
Armateur Ministère de l'agriculture du Royaume-Uni (1955-1977)
Greenpeace (1978-1985)

Le premier Rainbow Warrior (littéralement « Guerrier de l'arc-en-ciel »[1], nommé d'après une légende amérindienne[2]) était un navire de l'ONG écologiste Greenpeace. Il a été utilisé par cette association dans les années 1980 contre les essais nucléaires français en cours à cette époque dans le Pacifique, sur les îles polynésiennes de Moruroa et Fangataufa.

Alors que le navire était en route en 1985 vers Mururoa afin d'entraver ces essais, et qu'il mouillait dans le port d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, il fut coulé par des agents des services secrets français, déclenchant l'affaire du Rainbow Warrior.

Carrière

Construit en 1955 à Aberdeen en Écosse en tant que chalutier sous le nom de Sir William Hardy, il a été utilisé par le ministère de l'agriculture du Royaume-Uni jusqu'en 1977.

Vendu pour 40 000 livres à Greenpeace, il a subi quatre mois de travaux pour devenir le Rainbow Warrior, leur premier bateau et navire amiral, lancé le 29 avril 1978.

Naufrage

Article détaillé : Affaire du Rainbow Warrior.

Alors qu'il est au mouillage à Auckland sur sa route vers Mururoa pour protester contre les essais nucléaires français, les services secrets français, commandités par le ministre de la Défense français Charles Hernu (avec l'autorisation explicite du président de la République française François Mitterrand), font exploser le navire. Le photographe Fernando Pereira périt dans le naufrage.

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Lien externe