Rafle du 5 novembre 1942

La rafle du 5 novembre 1942 concerne 1 060 Juifs[1] de nationalité grecque à Paris et en zone occupée[2],[3]. Ils sont déportés par le convois No. 44, en date du 9 novembre 1942[4] de Drancy vers Auschwitz[5]

La Rafle

Selon Klarsfeld (2012): "Le 6 octobre [1942}, Knochen a donné l'ordre aux Kommandos de la SIPO-SD en province de zone occupée d'arrêter les Juifs appartenant aux catégories déportables. [...] Röthke dispose de plus de 2 500 Juifs déportables. Röthke, prudent en raison des 211 Juifs du convoi 39, demande à Knochen son accord pour mettre en marche dans les dix premiers jours de novembre trois convois de 800 à 1 000 Juifs chacun. L'ambassade allemande ayant informé Röthke que les Juifs grecs devenaient déportables, il exige du préfet de Police que cette rafle ait lieu le 5 novembre[6]."

Il continue: "Quarante-huit heures après le départ du convoi n° 40, part le convoi intitulé n° 42 par suite d'une erreur de la macabre comptabilité de la Gestapo. Entre-temps à partir de 0 heure, le 5 novembre a eu lieu la rafle des Juifs grecs : 1 060 arrestations sur 1 416 fiches de Juifs grecs. Röthke est satisfait : « le résultat doit être qualifié de très bon... nous demandons qu'éventuellement la Préfecture de police se voie exprimer notre reconnaissance pour ce travail ». Les Juifs grecs seront déportés par le convoi 44"'[7].

Enfin, il note: "La liste 43 n'est que la copie du convoi 45. Le 5 novembre, à l'issue de la rafle des Juifs grecs, Röthke avait demandé à Eichmann l'autorisation de faire partir le 11 novembre un quatrième convoi rendu possible par l'arrestation des Juifs grecs qui constituent la presque totalité du convoi 44. Celui-ci quitte Drancy le 9 novembre à 8h 55 avec 1 000 Juifs, dont 163 âgés de moins de 18 ans. Les hommes valides sont descendus à Kosel pour des travaux forcés dans les camps de Haute-Silésie[7]".

Parmi les 80 enfants du 11e arrondissement de Paris, d'origine grecque victimes de la rafle du 5 novembre: Mathilde Azaria (9 ans), Marcelle-Marie Azaria (7 ans) et Simone Azaria (3 ans), Albert Gerassi (12 ans) et Maurice Gerasasi (13 mois), Jeannette Aboave (2 ans), Henriette Beja (2 ans), Maurice Benmoya (16 ans) , Henri Benmoya (12 ans), Henriette Benmoya (8 ans) et Jacqueline Benmoya (3 ans), Myriam Mordoh (13 ans), Luna Mordoh (12 ans), Isaac Mordoh (10 ans), Lucie Mordoh (8 ans), Léon Mordoh (5 ans), Joseph Mordoh (4 ans), Rose Mordoh et Victorine Mordoh ,jumelles de (2 ans), Sarah Morgenstein (2 ans), Samuel Scioel (5 ans),Liliane Scioel (3 ans) et Nicole Scioel (9 mois), Gabriel Torrez (4 ans),[9].

Bibliographie

  • Serge Klarsfeld, Mémorial de la déportation des Juifs de France, Paris, Fils et Filles des Déportés Juifs de France, .
  • Alain Vincenot. Vel d'hiv - 16 juillet 1942. Archipel, 2012, (ISBN 2809807388), (ISBN 9782809807387)[10]

Notes et références

Articles connexes

Liens externes