Rêves et Cauchemars (série télévisée)

Rêves et cauchemars

Titre original Nightmares and Dreamscapes:
From the Stories of Stephen King
Genre Série d'anthologie,
fantastique
Création Stephen King
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Australie Australie
Chaîne d'origine TNT
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 8
Durée 42 minutes
Diff. originale

Rêves et cauchemars (Nightmares and Dreamscapes: From the Stories of Stephen King) est une série télévisée australo-américaine en huit épisodes de 42 minutes, créée d'après le recueil de nouvelles éponyme de Stephen King et diffusée entre le 12 juillet et le sur la chaîne TNT.

En France, la série a été diffusée à partir du sur TPS Star.

Synopsis

Article détaillé : Épisodes de Rêves et Cauchemars.

Cette série est une anthologie d'histoires fantastiques basées sur des nouvelles de Stephen King.

Fiche technique

  • Réalisation : Rob Bowman, Mikael Salomon (2 épisodes chacun), Brian Henson, Mark Haber, Sergio Mimica-Gezzan et Mike Robe (1 épisode chacun)
  • Scénario : Divers, d'après des nouvelles de Stephen King
  • Photographie : John Stokes et Ben Nott (4 épisodes chacun)
  • Montage : Michael D. Ornstein, Scott Vickrey (3 épisodes chacun) et Benjamin A. Weissman (2 épisodes)
  • Musique : Jeff Beal
  • Décors : Otello Stolfo et Stewart Burnside (4 épisodes chacun)
  • Costumes : Marion Boyce
  • Effets spéciaux : Stargate Studios
  • Sociétés de production : Ostar Productions, Coote Hayes Productions et TNT
  • Pays d'origine : États-Unis, Australie
  • Langue : anglais
  • Genre : horreur, fantastique
  • Durée : 42 minutes environ

Distribution

Article détaillé : Épisodes de Rêves et Cauchemars.

Épisodes

Article détaillé : Épisodes de Rêves et Cauchemars.
  1. Petits Soldats (Battleground)
  2. Crouch End (Crouch End)
  3. La Dernière Affaire d'Umney (Umney’s Last Case)
  4. Le Grand Bazar : Finale (The End of the Whole Mess)
  5. Quand l'auto-virus met cap au nord (The Road Virus Heads North)
  6. Quatuor à cinq (The Fifth Quarter)
  7. Salle d'autopsie quatre (Autopsy Room 4)
  8. Un groupe d'enfer (You Know They Got a Hell of a Band)

Production

Les épisodes de la série ont été entièrement tournés à Melbourne, en Australie, et dans ses environs, sauf les scènes avec les soldats de plomb de l'épisode Petits Soldats qui ont été tournées sur fond vert à Los Angeles. Une équipe de 150 personnes a été nécessaire pour les effets spéciaux de cet épisode. Le tournage de chaque épisode a duré environ deux semaines[1]. Mick Garris devait réaliser une adaptation de la nouvelle Accouchement à domicile d'après son propre scénario mais a dû y renoncer en raison d'autres obligations et cet épisode a été remplacé par Salle d'autopsie quatre[2].

Malgré le titre de la mini-série, seuls cinq épisodes sur les huit qu'elle comporte sont tirés du recueil Rêves et Cauchemars. En ce qui concerne les trois autres, Quand l'auto-virus met cap au nord et Salle d'autopsie quatre sont tirés de Tout est fatal, et Petits Soldats de Danse macabre.

Accueil critique

Marc Toullec, de Mad Movies, met en avant Petits Soldats, « le meilleur épisode du lot, le plus efficace et percutant », Salle d'autopsie quatre, « exercice de style drôle et éprouvant », et Le Grand Bazar : Finale, « fable philosophique assez émouvante » ; alors qu'il déconseille Quand l'auto-virus met cap au nord, « épisode convenu » et Quatuor à cinq, « énigme policière basique qui semble s'être trompée de série »[3].

Damien Taymans, du site Cinemafantastique.net, met en avant Petits Soldats, « excellente réussite » au « rythme haletant » et aux « effets spéciaux à couper le souffle », Le Grand Bazar : Finale, histoire innovante « empreinte de tendresse basée sur des liens fraternels puissants » et qui bénéficie d'un excellent scénario, et Salle d'autopsie quatre, qui « parvient à mêler humour et suspense » et « a la bonne idée de nous plonger dans des flashbacks mettant en scène le cadavre » ; alors qu'il déconseille Crouch End, qui « accuse beaucoup de longueurs » et « est entaché d’effets visuels peu attrayants qui paraissent ridicules », et Quand l'auto-virus met cap au nord, « réalisation bancale » qui « ne parvient jamais à créer une ambiance semblable à celle de l’écrit »[4].

L'Écran fantastique délivre une critique globalement positive pour tous les épisodes à l'exception de Crouch End, épisode « mal rythmé » à la mise en scène « trop sobre ou trop maniérée selon les séquences », avec une mention spéciale pour Petits Soldats, qualifié de « merveille de mise en scène sollicitant des effets visuels extrêmement performants ». La Dernière Affaire d'Umney offre pour sa part « une reconstitution impressionnante du Los Angeles de 1938 » et un « double rôle savoureux » pour William H. Macy ; alors qu'Un groupe d'enfer est un « épisode cauchemardesque » peuplé de sosies de stars décédées du rock & roll dont la plupart sont « particulièrement ressemblants » et s'achevant sur une « image finale vertigineuse »[5].

Distinctions

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database.

Récompenses

  • Emmy Awards 2007
    • Meilleure composition musicale pour une mini-série ou un téléfilm pour Jeff Beal (pour l'épisode Petits Soldats)
    • Meilleurs effets spéciaux pour une mini-série ou un téléfilm (pour l'épisode Petits Soldats)
  • ASC Award 2007 de la meilleure photographie dans un téléfilm ou une mini-série pour John Stokes (pour l'épisode La Dernière Affaire d’Umney)
  • VES Award 2007 des meilleurs effets spéciaux dans un téléfilm ou une mini-série (pour l'épisode Petits Soldats)
  • Golden Reel Award 2007 du meilleur montage sonore pour la télévision (pour l'épisode Petits Soldats)
  • Golden Tripod 2007 de l'Australian Cinematographers Society de la meilleure photographie dans un téléfilm ou une mini-série) pour John Stokes (pour l'épisode La Dernière Affaire d’Umney)

Nominations

Sortie vidéo

La version française du DVD se présente sous la forme d'un coffret de 3 DVD paru le chez Aquarelle et comprenant les 8 épisodes de la série ainsi que les bonus suivants :

Notes et références

  1. « Nightmares and Dreamscapes - Making-of », Aquarelle, 2010, DVD
  2. (en) Scott Von Doviak, Stephen King Films FAQ, Applause, (ISBN 978-1-4803-5551-4), p. 207
  3. Marc Toullec, « À poings fermés », Mad Movies, no HS 22,‎ , p. 142-143
  4. Damien Taymans, « Bonne anthologie », sur cinemafantastique.net (consulté le 29 décembre 2013)
  5. « Nuits blanches sur petit écran », L'Écran fantastique, no HS 24,‎ , p. 77
  6. « Nightmares and Dreamscapes », sur dvdfr.com (consulté le 11 septembre 2016)

Liens externes