Révolution républicaine

Révolution républicaine

La révolution républicaine ou révolution de 1994 est le nom que le Parti républicain a donné à son succès aux élections législatives fédérales américaines de 1994. Cette victoire politique s’est traduite par un gain de 54 sièges à la Chambre des représentants et de 8 au Sénat. Le jour suivant l’élection, le sénateur démocrate de l’Alabama Richard Shelby changea de parti et rejoignit les républicains.

Le gain de ces sièges durant ces élections permit aux républicains de contrôler les deux chambres du Congrès à partir de janvier 1995. Cela faisait 40 ans que les Républicains n’avaient pas eu la majorité à la Chambre des représentants, c'est-à-dire depuis le 83e Congrès (élu en 1952) dirigé par le républicain Joseph William Martin Jr. .

La première conséquence de cette vague républicaine fut le discours sur l’état de l'Union de Bill Clinton en janvier 1996 dans lequel il renonça officiellement à une partie de ses prochaines réformes.

On attribue cette victoire politique aux stratèges républicains Newt Gingrich, Dick Armey et Tom DeLay.

Articles connexes