Deuxième révolution burkinabé

(Redirigé depuis Révolution burkinabè de 2014)
Révolution de 2014 au Burkina Faso
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestation le 31 octobre 2014.
Informations
Date 28 octobre -
(24 jours)
Localisation Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Ouahigouya, Burkina Faso
Caractéristiques
Organisateurs Union pour le progrès et le changement et
Union pour la renaissance/Mouvement sankariste et
Le Balai Citoyen et
Mouvement du Peuple pour Progrès
Revendications Abandon de l'amendement constitutionnel,
puis départ du président Blaise Compaoré
Nombre de participants Plus de 10 000[1]
Types de manifestations
Répression
Blessés Plus de 100[2]
Morts Au moins 4 ; jusqu'à une trentaine[2]

La deuxième révolution burkinabé est un soulèvement populaire qui commence le par une série de manifestations massives qui se sont étendues à plusieurs villes du Burkina Faso. Elles se sont produites en réponse à la soumission d'une révision constitutionnelle visant à autoriser le chef de l'État Blaise Compaoré à se représenter pour un cinquième mandat après 27 ans passés au pouvoir[3].

Les évènements tumultueux du 30 octobre, dont l'implication de Kouamé Lougué et la destruction de plusieurs bâtiments symboliques, entraînent la dissolution du gouvernement et du parlement, et la déclaration de l'état de siège. Le général Honoré Traoré annonce qu'un gouvernement de transition sera formé jusqu'à l'organisation d'élections dans les 12 mois.

La journée du 31 octobre entraîne une montée de pressions à l'encontre de Blaise Compaoré qui, lâché par l'armée[4], finit par accepter de démissionner, et débouche par son remplacement à la tête de l'État par Honoré Traoré[5].

Le , le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida s'autoproclame chef de l'État burkinabè lors d'une allocution place de la Nation[6].

Le , le diplomate Michel Kafando est nommé président de transition[7]. Il nomme Yacouba Isaac Zida, Premier ministre.

Contexte

Un amendement de l'année 2000 de la Constitution de la quatrième République du Burkina Faso limite le nombre de mandats présidentiels à deux quinquennats. Cependant, cet amendement n'étant pas rétroactif, Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987, a pu se représenter aux élections présidentielles de 2005 et de 2010[8], et être réélu.

En 2014, avec comme perspective les élections présidentielles de 2015, Compaoré tente de faire amender la constitution pour lever cette restriction du nombre de mandats. Il en résulte une forte protestation de l'opposition, tandis que l'amendement est en débat à l'Assemblée nationale[9].

Le pays faisait alors déjà face à des troubles politiques et sociaux, dus pour partie à une économie à croissance forte non-inclusive, les retombées n'étant pas assez substantielles pour atteindre la population, mais aussi à un État qui offre peu de réponses à ces problématiques. Le pays avait affronté ses plus graves troubles politiques depuis l'arrivée au pouvoir de Blaise Compaoré lors de la révolte de 2011.

Chronologie

Commencement

Le , un million de manifestants (selon les organisateurs) défilent dans les rues de la capitale Ouagadougou à l'appel de l'opposition, pour protester contre l'amendement de l'article 37 de la constitution burkinabè limitant le nombre de mandats[10]. Le projet de loi avait été annoncé le . Les jours qui suivent sont ponctués de manifestations et d'affrontements avec les forces de l'ordre, contre ce qui est perçu comme un « coup d’État constitutionnel ». Les syndicats appellent à une grève générale le , alors que l'amendement doit être débattu à l'Assemblée nationale le lendemain[11].

30 octobre

La journée du marque un tournant dans l'enchaînement des évènements. Des dizaines de milliers de manifestants descendent dans les faubourgs de Ouagadougou, et convergent vers des bâtiments symboliques du pouvoir. La police utilise des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser la foule[12], mais ils parviennent à outrepasser les cordons de police et pillent ou incendient plusieurs édifices gouvernementaux dont le siège du Congrès pour la démocratie et le progrès (parti du président Blaise Comparoé), ainsi que les domiciles de dignitaires du régime.

Une partie de la foule se dirige également vers le palais présidentiel de Kosyam, placé sous haute protection. Pendant ce temps, l'armée tire à blanc sur les quelque 1 500 manifestants qui prennent d'assaut l'Assemblée nationale alors que les députés venaient d'y entrer pour siéger. Après que ces derniers ont été exfiltrés in extrémis, les manifestants brûlent des documents et volent du matériel informatique, tandis que sont incendiés plusieurs véhicules situés à l'extérieur. Une partie du bâtiment est incendié et détruit, sauf la chambre principale qui n'a pas été atteinte[13]. De nombreux députés ont dû se réfugier dans un hôtel proche. Le député d'opposition Ablassé Ouedraogo explique : « J'étais à l'intérieur [de l'Assemblée nationale] quand les manifestants ont envahi les lieux. J'ai été mis en lieux sûrs par le personnel de sécurité du parlement. À l'heure actuelle, il est difficile de dire ce qu'il va se passer ensuite, mais les choses sont hors de contrôle car les manifestants n'écoutent personne »[14].

La garde présidentielle tire à balles réelles sur les manifestants attaquant le domicile de François Compaoré au bord du boulevard Charles de Gaulle, causant au moins la mort de trois civils[12].

Les bâtiments de la Radiodiffusion-Télévision du Burkina sont envahis par les manifestants. Étant la télévision d’État, des manifestants posent avec le présentateur du journal télévisé du soir, pendant que des soldats se déploient à l'extérieur des bâtiments pour les défendre de la foule[13]. Cinq personnes ont été tuées pendant les affrontements de la journée. Certains soldats, dont l'ancien ministre de la Défense le général Kouamé Lougué[réf. souhaitée], se sont ralliés aux manifestants.

Plusieurs maisons sont incendiés dans un quartier ou vivent des parlementaires, tandis que l'hôtel Azalaï Indépendance de la capitale est saccagé puis incendié. La télévision et la radio publique n’émettent plus, tandis que les SMS et le réseau 3G sont bloqués. L'accès à Internet et le réseau téléphonique sont cependant toujours fonctionnels.

De violentes manifestations ont également éclaté dans la deuxième ville du pays, Bobo-Dioulasso, incluant le renversement de statues et le saccage des locaux du parti du pouvoir dans cette ville. Les manifestations se sont aussi étendues à Ouahigouya, dans le nord du pays. L'aéroport de Ouagadougou a été fermé, causant l'annulation de tous les vols[15].

Le chef de l'armée burkinabè, le général Honoré Traoré, annonce l'instauration d'un couvre-feu sur tout le territoire de 19 h 0 GMT à h 0 GMT dans le cadre de l'état de siège[16] ; ainsi que la dissolution de l'Assemblée nationale et la formation d'un gouvernement de transition pour une durée de douze mois[17].

Dans une allocution télévisée, le président Blaise Compaoré annonce son ouverture à des « pourparlers » allant dans le sens d'une « transition » et annule l'état de siège[18].

31 octobre au 1er novembre

Le , le président Blaise Compaoré démissionne. Selon la Constitution (article 43), « en cas de vacance de la présidence du Faso pour quelque cause que ce soit ou d’empêchement absolu ou définitif constaté par le Conseil constitutionnel saisi par le gouvernement, les fonctions du président du Faso sont exercées par le président de l’Assemblée nationale. »

En fait, il est remplacé par Honoré Traoré qui s'autoproclame chef de l'État par intérim. Plusieurs milliers de manifestants se regroupent place de la Nation et devant le quartier général de l'armée, à l'appel de Zéphirin Diabré.

Le même jour, Blaise Compaoré quitte son palais présidentiel de Kosyam et se porte vers le sud avec un convoi de 28 véhicules civils sous escorte militaire. Le convoi doit cependant s'arrêter à une cinquantaine de kilomètres au nord de car la population fait barrage. La France envoie alors un hélicoptère Gazelle des forces spéciales basées à Ouagadougou. L'appareil exfiltre l'ancien président et quelques proches, puis atterrit à Fada N'Gourma tandis que le reste du convoi fait route vers le Bénin. À Fada N'Gourma, Blaise Compaoré embarque ensuite sur un avion français qui décolle pour Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire, où il est accueilli par Alassane Ouattara[19],[20].

Dans la nuit de vendredi à samedi, le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida, numéro 2 de la garde présidentielle, s'autoproclame, dans un communiqué diffusé à la radio, chef de l'État burkinabè et reçoit le soutien de l'armée le . Il précise dans son communiqué qu'il « assume les responsabilités de chef de cette transition et de chef de l'Etat pour assurer la continuité de l'État »[21].

2 novembre[22]

3 novembre

En début de soirée, Zéphirin Diabré, le chef de l'opposition, a déclaré que l’armée était entièrement disposée à se concerter avec les forces vives de la nation pour établir un schéma écrit devant conduire à un processus de transition démocratique conforme à la Constitution.

Il pourrait y avoir un président de transition issu de la société civile. Quant à l'armée, elle se verrait confier un grand ministère chargé des questions de sécurité et de défense[23].

17 au 21 novembre

Le 17 novembre 2014, Michel Kafando est nommé président de transition du Burkina Faso par un conseil de désignation. Il est chargé particulièrement de préparer la prochaine élection présidentielle. Il prête serment dès le lendemain[24], afin de pouvoir nommer le Premier ministre, et il est investi le 21 novembre[25] Yacouba Isaac Zida est nommé Premier ministre.

Victimes

Les manifestations du 30 octobre ont fait une trentaine de morts et plus de cent blessés selon l'opposition au pouvoir, qui n'a pas précisé si ce bilan concernait seulement la capitale Ouagadougou ou tout le pays[26].

Réactions

Réactions nationales

  • Zéphirin Diabré, un des chefs de file de l'opposition, conteste l'état d'urgence et réclame la démission du président Blaise Compaoré[27].
  • Bénéwendé Stanislas Sankara, un ténor de l'opposition, qualifie la prise de pouvoir de l'armée de « coup d'État »[28].

Réactions internationales

Pays

  • Drapeau de la Belgique Belgique : le ministère des Affaires étrangères déconseille fortement à ses ressortissants de se rendre au Burkina Faso, et demande à ses expatriés « d'éviter les manifestations et rassemblements, de suivre la couverture médiatique et de s'informer sur les développements actuels »[29].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : la Maison-Blanche fait part de sa « vive inquiétude » en déclarant : « Nous estimons que les institutions démocratiques sortent renforcées lorsque les règles établies sont respectées »[30].

Organisations

  • Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest : la CEDEAO annonce qu'elle ne reconnaîtrait aucune prise du pouvoir par la force au Burkina Faso, soulignant « la nécessité de respecter les principes de démocratie et de gouvernance constitutionnelle » et appelant « la classe politique à privilégier le dialogue dans le but de dégager un consensus politique en vue de parvenir à des élections libres, justes et crédibles, dans le respect des dispositions constitutionnelles »[31].
  • Drapeau des Nations unies ONU : le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, décide d'envoyer un émissaire dans le pays. Stéphane Dujarric, son porte-parole, déclare que le secrétaire général « suit avec grande inquiétude la détérioration de la situation au Burkina Faso »[32].
  • Union africaine : la présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, exprime sa profonde préoccupation face à la situation au Burkina Faso et suit de très près son évolution. Elle appelle toutes les parties concernées à faire preuve de calme et de la plus grande retenue et exhorte « les acteurs politiques et le peuple burkinabé à s'abstenir de tout acte de violence et à agir dans l'intérêt suprême de leur pays ». Elle dépêche une équipe qui fera partie d'une délégation conjointe composée de l'UA, de la CEDEAO et des Nations unies, « pour consulter toutes les parties prenantes burkinabè »[33].
  • Drapeau de l’Union européenne Union européenne : un porte-parole de la chef de diplomatie européenne déclare que la situation est très préoccupante et appelle les parties à s'abstenir de recourir à la violence et à engager rapidement un dialogue constructif[34].

Notes et références

  1. http://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/burkina-faso-des-manifestants-s-attaquent-a-l-assemblee-et-a-la-television-publique-suivez-la-situation-en-direct_732175.html.
  2. a et b http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/10/31/ce-que-l-on-sait-de-la-situation-au-burkina-faso_4516227_3212.html
  3. « Au Burkina Faso, Blaise Compaoré rêve encore de pouvoir », Le Figaro, 22 octobre 2014.
  4. (en) Bettina Engels, « Political Transition in Burkina Faso: the Fall of Blaise Compaoré », Governance in Africa, vol. 2, no 1,‎ (ISSN 2053-4825, DOI 10.5334/gia.ai, lire en ligne)
  5. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/10/31/burkina-faso-l-opposition-maintient-la-pression-et-exige-le-depart-de-compaore_4516035_3212.html.
  6. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/11/01/le-jour-ou-le-colonel-zida-a-pris-le-pouvoir-a-ouagadougou_4516457_3212.html.
  7. http://www.rfi.fr/contenu/ticker/burkina-faso-le-diplomate-michel-kafando-nomme-president-transition/.
  8. « Burkina Faso parliament set ablaze », BBC News (consulté le 30 octobre 2014).
  9. « Burkina Faso's revolution 2.0 », the Guardian (consulté le 30 octobre 2014).
  10. « Burkina Faso : manifestation massive contre le régime de Blaise Compaoré », Le Monde, 28 octobre 2014.
  11. « Burkina Faso : mobilisation massive contre « un coup d'État constitutionnel » », Le Monde, 30 octobre 2014.
  12. a et b Jason Patinkin, « Could Burkina Faso protests signal end of president's 27-year rule? », The Christian Science Monitor, (consulté le 30 octobre 2014).
  13. a et b http://www.asianage.com/international/burkina-faso-parliament-set-ablaze-protest-over-president-902.
  14. « Ministers flee as Burkina Faso’s national assembly building burns », the Guardian (consulté le 30 octobre 2014).
  15. « Burkina Faso's Ouagadougou Airport Closed Amidst Protests; All Flights Canceled », International Business Times, (consulté le 30 octobre 2014).
  16. « Burkina : l'armée impose un couvre-feu », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  17. « Burkina : l'armée instaure un gouvernement de transition », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  18. « Burkina : Compaoré se dit « disponible » à ouvrir « des pourparlers » », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  19. Jeune Afrique : « Exclusif. Burkina : comment la France a exfiltré Blaise ».
  20. RFI : « Burkina Faso : la France a bien exfiltré Blaise Compaoré ».
  21. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/11/01/burkina-faso-un-lieutenant-colonel-de-l-armee-dit-avoir-pris-les-commande-du-pays_4516451_3212.html.
  22. Se baser notamment sur ceci.
  23. http://www.rfi.fr/afrique/2min/20141103-direct-burkina-ouagadougou-zida-serene-compaore-journee-armee-ua/.
  24. « Burkina Faso : Prestation de serment du nouveau président de la transition », koaci.com, 18 novembre 2014.
  25. « Le président de la transition sera investi le 21 novembre 2014 », Burkina24, 16 novembre 2014.
  26. « Émeutes au Burkina Faso : 30 morts », Le Figaro, 31 octobre 2014.
  27. « Burkina : l'opposant Diabré conteste l'état d'urgence et réclame la démission de Compaoré », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  28. « Burkina Faso : un « coup d'État » », Le Figaro, 31 octobre 2014.
  29. « La Belgique déconseille d'aller au Burkina Faso », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  30. « Burkina Faso : les USA « très inquiets » », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  31. « Burkina : la CEDEAO met en garde contre un coup d'État », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  32. « L'ONU envoie un émissaire au Burkina Faso », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  33. « Burkina : l'Union africaine, « profondément préoccupée », appelle à la « retenue » », Le Figaro, 30 octobre 2014.
  34. « Burkina : L'UE appelle à la fin des violences », Le Figaro, 30 octobre 2014.

Article connexe