République et liberté

République et liberté

En France, le groupe parlementaire République et liberté regroupe, de 1993 à 1997, plusieurs députés de gauche, de centre et de droite membres de petites formations ou non-inscrits. Présidé par le maire de Tours Jean Royer, il était d'une certaine façon l'équivalent du groupe RDSE au Sénat et comptait de nombreuses personnalités du Mouvement des radicaux de gauche, du Mouvement des citoyens et du Mouvement des réformateurs...

Historique du groupe

Dans la déclaration politique du groupe remise à la présidence de l'Assemblée nationale le 29 avril 1993, il est mentionné que « la liberté de conscience, la liberté de la pensée et de son expression sont l'apanage de la République. Elles sont inséparables de la dignité du citoyen et leur défense est le premier devoir du parlementaire. Pour le respect de ces libertés fondamentales dans le cadre de l'Assemblée nationale, se regroupent les députés agissant sous leur responsabilité personnelle et n acceptant d'autres directives que celle de leur conscience. En conséquence et pour l'exercice de leur mandat, les soussignés déclarent s'associer à la constitution du groupe “République et liberté”. »

Lors de sa création le 29 avril 1993, le groupe République et liberté comportait 23 membres : Thérèse Aillaud (DVD), Gilbert Baumet (MDR), Jean-Louis Borloo (DVD), Édouard Chammougon (DVD), Bernard Charles (MRG), Régis Fauchoit (PS dissident), Alain Ferry (MDR), Pierre Gascher (RPR), Jacques Le Nay (DVD), Jean-Claude Lenoir (DVD), Alain Madalle (DVD), Philippe Martin (DVD), Alfred Muller (Mouvement démocratie alsacienne), Jean Royer (DVD), Gérard Saumade (PS dissident), Jean-Pierre Soisson (MDR), Bernard Tapie (MRG), Christiane Taubira-Delannon (MRG à partir de 1994), André Thien Ah Koon (DVD), Jean Urbaniak (centriste), Paul Vergès (PCR), Aloyse Warhouver (SE), Émile Zuccarelli (MRG).

Le 29 mars 1994, Jean-Pierre Chevènement, Jean-Pierre Michel et Georges Sarre, députés MDC quittent le groupe socialiste pour le groupe « République et liberté ». Thérèse Aillaud, Alain Madalle et Philippe Martin rejoignent le groupe RPR tandis qu'Édouard Chammougon est déchu de plein droit par décision du Conseil constitutionnel du 3 novembre 1994.

Après la dissolution du groupe

Le groupe n'est pas reconduit en 1997 mais la plupart des députés radicaux de gauche et du mouvement des citoyens forment alors le groupe Radical-citoyen-vert. Élu sénateur en 2008, Jean-Pierre Chevènement siège au groupe RDSE aux côtés de radicaux de gauche et valoisiens. Au cours de la XIIe législature, Jean-Louis Borloo et Alain Ferry ont rejoint le parti radical valoisien.

Source