Réparsac

Réparsac
Réparsac
La mairie de Réparsac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Jarnac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Christian Meunier
2014-2020
Code postal 16200
Code commune 16277
Démographie
Gentilé Réparsacais
Population
municipale
615 hab. (2016 en diminution de 2,54 % par rapport à 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 52″ nord, 0° 14′ 06″ ouest
Altitude Min. 10 m
Max. 39 m
Superficie 11,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Réparsac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Réparsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Réparsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Réparsac

Réparsac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Réparsacais et les Réparsacaises[1].

Géographie

Localisation et accès

Réparsac est une commune de l'ouest du département de la Charente située à 7 km au nord-ouest de Jarnac, à 11 km au nord-est de Cognac et 32 km à l'ouest d'Angoulême.

C'est une commune rurale située en Fins Bois, cru classé du vignoble d'appellation cognac.

Le bourg de Réparsac est aussi à 14 km à l'ouest de Rouillac[2].

Le bourg de Réparsac est traversé par deux départementales, la D 22 et la D 158. La D 15 de Cognac à Rouillac par Sigogne passe au sud de la commune, à Nercillac. La N 141, maillon occidental de la route Centre-Europe Atlantique entre Angoulême et Saintes, passe à 7 km au sud de la commune, sur l'autre rive de la Charente et relie Jarnac et Cognac[3].

La gare la plus proche est celle de Cognac ou celle de gare de Jarnac, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Saintes et Royan avec correspondance à Angoulême pour Paris, Bordeaux, Poitiers et Limoges, et à Saintes pour La Rochelle et Niort.

Hameaux et lieux-dits

L'habitat est très dispersé avec de nombreux hameaux, dont les plus importants sont la Flaudrie, la Vénerie, la Vallade, la Roche Croisat[3].

Communes limitrophes

Géologie et relief

Comme toute cette partie de la rive droite de la Charente, géologiquement, Réparsac est dans le Jurassique supérieur. Le terrain date du Tithonien (anciennement nommé étage Portlandien) et présente des affleurements de marnes et d'argiles. Réparsac fait partie du Pays bas, ancienne zone lagunaire du Purbeckien (fin du Jurassique, mordant sur le Crétacé inférieur, étage Berriasien), riche en gypse. Le centre de la commune, bourg compris, est occupé par un épandage d'alluvions du Quaternaire[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'une plaine d'une altitude moyenne de 20 m. Une basse colline allongée occupe l'ouest de la commune. Le point culminant est à une altitude de 39 m, situé au nord-ouest à la Vénerie. Le point le plus bas est à 10 m, situé en limite nord-ouest en lisière de la forêt de Jarnac. Le bourg est à environ 20 m d'altitude[3].

Hydrographie

La Soloire à Réparsac.

Réparsac fait partie du bassin versant du fleuve Charente. Elle est traversée par la Soloire, un affluent de la Charente rive droite et son affluent le Tourtrat qui passe au bourg.

Les terres argileuses et la faible pente concourent à ce que les parties les plus basses de la commune sont inondables.

On trouve quelques sources et fontaines, comme la Rouillouse près de la Vénerie, ou la Rivelette près du bourg, ou les fontaines du Pigeon et du Pin à la Flaudrie[3].

Climat

Le climat est océanique aquitain et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,1
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[7].
Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie

Une forme ancienne est Reparsaco (non daté)[8].

L'origine du nom de Réparsac pourrait remonter à un nom de personne gallo-romain Reparatius, du cognomen Reparatus, auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Reparatiacum, « domaine de Reparatius »[9]. Selon Dauzat, elle pourrait remonter à un nom de personne latin Parcius, dérivant peut-être de Patricacus, précédé d'un préfixe obscur[10].

Le hameau de la Vénerie, près de la forêt de Jarnac, doit son nom à un rendez-vous de chasse des seigneurs de Jarnac qui s'y trouvait autrefois[11].

Histoire

La voie d'Agrippa dans la forêt de Jarnac se détache de la D 55 ; vue vers l'ouest

Un ensemble de fossés circulaires protohistoriques a été trouvé aux Brousses.

L'ancienne voie romaine d'Agrippa, de Saintes à Lyon, fait la limite de commune avec Houlette au nord et passe dans la forêt de Jarnac.

Un cimetière médiéval de 300 à 400 tombes a été détruit lors de l'exploitation d'une carrière de sable[12].

Au bourg était un ancien logis qui avait appartenu à la famille de Montalembert.

Au début du XXe siècle, l'industrie était représentée par un moulin mû par la Soloire[11].

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Aimé Rouger    
2008 2014 Sylvie Gadiou-Charbonnier SE Attachée commerciale
2014 En cours Christian Meunier    

Fiscalité

La fiscalité en 2007 est d'un taux de 13,24 % sur le bâti, 35,82 % sur le non bâti, et 6,47 % pour la taxe d'habitation.

La communauté de communes de Jarnac prélève la taxe professionnelle au taux 10,26 %.

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2016, la commune comptait 615 habitants[Note 1], en diminution de 2,54 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
327400364449457482506523550
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
560527520501512476487466478
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
452419396405420410355422425
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
451458490531506562570636615
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

Pyramide des âges à Réparsac en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,4 
5,5 
75 à 89 ans
8,2 
11,0 
60 à 74 ans
9,6 
23,8 
45 à 59 ans
22,1 
23,1 
30 à 44 ans
23,9 
15,2 
15 à 29 ans
15,0 
21,4 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques

Réparsac présente une grande stabilité de sa population sur les deux derniers siècles.

Économie

La fromagerie

Agriculture

La viticulture occupe une partie importante de l'activité agricole.

La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[19].

Industrie

La SAS Grand'Ouche, une importante unité de fabrication de fromages emploie environ 200 personnes pour la fabrication de divers produits laitiers dont certains portent les marques commerciales Tartare et Chavroux.

Commerces et artisanat

La commune comporte des pépiniéristes viticoles, un producteur d'engrais et une grande surface de vente de matériel agricole pour les agriculteurs et les particuliers.

Les artisans sont un coiffeur, un plâtrier-carreleur, un menuisier, un couvreur, un plombier-chauffagiste et un garagiste.

Il y a trois artisans d'art, un ferronnier, une graveuse sur verre et une tisserande.

Tourisme

Il existe deux familles d'agriculteurs qui proposent des chambres d'hôtes.

Équipements, services et vie locale

Enseignement

L'école publique est un RPI entre Houlette et Réparsac. Réparsac accueille l'école élémentaire, avec deux classes, et Houlette l'école primaire. Le secteur du collège est Cognac (Félix-Gaillard)[20].

Autres services

Il y a une agence postale.

Médecins, pharmacie, infirmières et tous les autres types de service sont sur les communes voisines.

Vie associative

  • Entente sportive Nercillac-Réparsac ;
  • Société de chasse ;
  • Parents d'élèves ;
  • Comité des fêtes.

Lieux et monuments

L'église

L'église paroissiale Saint-Pierre est une ancienne vicairie perpétuelle de l'ancien diocèse de Saintes qui était unie au prieuré de Montour, lequel se trouvait sur son territoire. L'église date des XIIe et XIIIe siècles ; elle a été réparée en 1720, restaurée en 1742, puis en 1893. Elle est à plan allongé avec un seul vaisseau, en pierre de taille en voûte d'ogives et voûte en berceau. Il y a des sculptures de fleur de lys au niveau de la clef de voûte du chœur et d'atlantes aux culots à la retombée de la voûte du chœur. Le toit est à longs pans, à pignon découvert avec une couverture de tuiles. Il y a un escalier en vis sans jour[21],[22]. Un moulin et de nombreuses fermes forment un important patrimoine rural datant en majorité du milieu du XIXe siècle[23].

La salle des fêtes a été une des premières de Charente, construite au début du XXe siècle par le propriétaire de la laiterie.

Le monument aux morts

Son monument aux morts est surmonté d'un coq gaulois.

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 13 mars 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Matha », sur Infoterre, (consulté le 20 novembre 2011)
  7. « Cognac, Charente (16), 30 m - [1961-1990] », sur infoclimat.fr (consulté le 22 avril 2012)
  8. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 443
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 518,563.
  11. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 280
  12. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 137
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. « Evolution et structure de la population à Réparsac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  19. Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes » [PDF], (consulté le 7 décembre 2015)
  20. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 16 juillet 2012)
  21. « Église Saint-Pierre », notice no IA00049623, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Jean Nanglard, « Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. I », dans Bulletin et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, t. II-IV, Angoulême, imprimerie Chasseignac, 1892-1894, 683 p. (lire en ligne)
    Publié sur trois années ; en 1892: p. 1-324, disponible sur Gallica ; en 1893: p. 1-291, disponible sur Gallica ; en 1894: p. 1-66, disponible sur Gallica.
  23. « Réparsac », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes