Réorganisation des corps d'infanterie français (1887)

Réorganisation des corps d'infanterie français en 1887
Loi du
Image illustrative de l’article Réorganisation des corps d'infanterie français (1887)

Création 1887
Pays Drapeau de la France France
Branche Infanterie

La loi du réorganise les corps de l'armée française en transformant les 144 régiments d'infanterie et les 30 bataillons de chasseurs à pied et en créant 18 nouveaux régiments d'infanterie.

Historique

La loi du relative à l'organisation de l'infanterie, créait 144 régiments de ligne de 4 bataillons chacun, plus deux compagnies de dépôt, et 30 bataillons de chasseurs à pied de 5 compagnies chacun, dont une de dépôt.
Ces troupes se recrutaient dans les 144 subdivisions de régions, à raison d'un régiment par subdivision[1].

Loi du

La loi du supprime les compagnies de dépôt des 144 régiments d'infanterie et des 30 bataillons de chasseurs à pied ; elle supprime de même les quatrièmes bataillons des 144 régiments. Ainsi, ces régiments ne se composent désormais que de trois bataillons, dont le recrutement par subdivisions de région est maintenu.

La loi crée ensuite dix-huit nouveaux régiments d'infanterie, également à raison de trois bataillons chacun, recrutés sur l'ensemble de la région militaire (d'où leur surnom de « régiment régionaux ») et affectés aux places fortes pour servir à la défense mobile. Ces dix-huit régiments qui ont été définitivement formés le et qui se numérotent de 145 à 162, occupent les emplacements suivants :

Pour organiser ces régiments, les bataillons furent pris sur les 144 quatrièmes bataillons supprimés.

Quant aux bataillons de chasseurs à pied, la majoration des effectifs s'est opérée comme suit : dans 90 régiments, par la fusion dans les trois bataillons maintenus, des hommes du quatrième, supprimé. Dans les 72 autres régiments, soit 54 anciens et 18 nouveaux, par l'introduction dans les régiments des hommes des 288 compagnies de dépôt. Enfin, dans les bataillons de chasseurs, par l'incorporation des hommes de la cinquième compagnie ou compagnie de dépôt supprimée, dans les quatre compagnies maintenues. Dès lors, au lieu de 80 hommes, les compagnies d'infanterie en comptent 125 et celles de chasseurs 133.
12 bataillons de chasseurs à pied sont spécialisé au service alpin qui exige six compagnies par bataillon, de manière à pouvoir opposer 72 compagnies françaises aux 75 compagnies italiennes. Ainsi :

Cavalerie

Bibliographie

Notes, sources et références