Régiment de Soissonnais (1684)

Régiment de Soissonnais
Image illustrative de l’article Régiment de Soissonnais (1684)
drapeau d’ordonnance du régiment de Soissonnais

Création 1684
Dissolution 1762
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment de Soissonnais est un régiment d’infanterie du royaume de France créé en 1684.

Lignage

  • 1684 : création du régiment de Soissonnais
  • 25 novembre 1762 : licencié, à l’exception des grenadiers incorporés dans le corps des Grenadiers de France

Équipement

Drapeaux

Drapeaux bleus avec barre diagonale jaune dans chaque carré.

Habillement

Veste, collet et parements bleus ; boutons et galons dorés ; poches ordinaires garnies de 5 boutons.

Historique

Colonels

  • 19 septembre 1684 : N. de Goyon-Grimaldi, duc de Valentinois
  • 14 avril 1696 : Charles d’Ambly, marquis de Chaumont, brigadier le 26 octobre 1704, † 16 août 1705
  • 17 août 1705 : André Jules, comte de Barville, brigadier le 3 octobre 1706, maréchal de camp le 8 mars 1718, † 10 janvier 1731
  • août 1716 : N., comte de Rions
  • 1716 : N., marquis de Courtaumer
  • juin 1724 : Louis-Armand-Melchior de Saulx (1691-xxxx), chevalier de Tavannes[note 1].
  • 2 février 1731 : Charles François Christian de Montmorency-Luxembourg, comte de Luxe puis prince de Tingry en janvier 1735, brigadier le 1er janvier 1740, déclaré maréchal de camp le 7 juin 1744 par brevet du 2 mai, lieutenant général des armées du roi le 10 mai 1748
  • 16 avril 1738 : Guy Marie de Lopriac de Coëtmadeuc, comte de Donges, brigadier le 1er janvier 1740, déclaré maréchal de camp le 7 juin 1744 par brevet du 2 mai
  • juin 1744 : Guy Louis de Lopriac, comte de Donges, fils du précédent
  • 19 septembre 1747 : Jean Jacques, comte d’Esparbès de Lussan
  • 1er février 1749 : Jean François, comte de Narbonne-Lara

Campagnes et batailles

Mémoire et traditions

Personnalités ayant servi au régiment

  • M. de Canetta, futur lieutenant du roi à Aigues-Mortes, où il s'illustra en faisant libérer les dernières prisonnières de la tour de Constance (parmi lesquelles Marie Durand), fut lieutenant-colonel au régiment.

Références

  1. De la Chesnaye des Bois, « Dictionnaire de la Noblesse », tome 18, édition 3, 1873 – p 318.

Annexes

Bibliographie

  • Chronique historique-militaire, Pinard, tomes 5, 7 et 8, Paris 1762, 1764 et 1778

Liens externes