Régiment Colonel-Général (1780)

(Redirigé depuis Régiment de Picardie (1558))
Régiment Colonel-Général
Image illustrative de l'article Régiment Colonel-Général (1780)
Drapeau d’Ordonnance du régiment Colonel-Général

Création 1558
Dissolution 1794
Pays France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment Colonel-Général est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1558 par le roi Henri II de France. C'est le premier corps formé après le combat de Saint-Quentin en 1557.

Selon le règlement de 1616, il ne roule point.

Lignage

  • 22 mars 1558 : création de la légion de Picardie à partir des bandes de Picardie (1479)
  • 27 octobre 1567 : formation du régiment de Sarrieu à partir de deux enseignes de Gardes et 16 de Picardie
  • 1578 : renommé régiment de Saint-Luc
  • 1579 : renommé régiment de Sérillac
  • janvier 1585 : renommé régiment de Picardie
  • 1776 : dédoublé, ses 2e et 4e bataillons formant le régiment de Provence
  • 1780 : renommé régiment Colonel-Général
  • 1er janvier 1791 : renommé 1er régiment d’infanterie de ligne
  • février 1794 : réformé, son 1er bataillon étant incorporé à la 1re demi-brigade de bataille et son 2e bataillon à la 2e demi-brigade de bataille lors de la formation des demi-brigades

Équipement

Drapeaux

Le drapeau d’Ordonnance du régiment Colonel-Général, de même que son drapeau Colonel, porte la devise latine Praetriti fides exemplumque futuri, signifiant « fidélité au passé, exemple pour l’avenir ».

Habillement

  • Habit et parements blancs
Soldat du régiment de Picardie en 1710.
Soldat du régiment de Picardie en 1750

Historique

Colonels et mestres de camp

  • 29 mai 1569 : Roger de Sarrieu
  • 1578 : François d’Épinay Saint-Luc
  • 1579 : Jean-François de Faudoas de Sérillac
  • 1585 : Jean Louppiat de Montcassin
  • 1587 : Antoine Louppiat de Montcassin
  • 1589 : Gilles de Faverolles
  • janvier 1590 : Jean Messeau, baron de Romefort
  • 1593 : Louis d’Estrées, marquis de Cœuvres
  • 1er février 1595 : Jean de Gontaut, baron de Saint-Blancard
  • 1er janvier 1617 : Jean Zamet, baron de Murat
  • septembre 1621 : Roger du Plessis-Liancourt, duc de La Rocheguyon
  • 14 janvier 1625 : François de Béthune, duc d’Orval
  • 19 septembre 1627 : Louis de Béthune, comte de Charost
  • septembre 1634 : Pierre, marquis de Bréauté
  • 27 août 1640 : François de Brichanteau, marquis de Nangis
  • 1er septembre 1644 : Nicolas de Brichanteau, marquis de Nangis
  • 8 mars 1645 : Charles, duc de La Vieuville
  • 29 octobre 1653 : Claude de Brichanteau, marquis de Nangis
  • 25 octobre 1658 : Henri Robert Eschallard de La Boulaye, comte de La Mark
  • 29 août 1675 : Henri d’Anglure, marquis puis comte de Bourlemont, brigadier le 24 février 1676, † 17 mars 1677
  • 17 mars 1677 : Henri, duc d’Harcourt, brigadier le 30 mars 1683, maréchal de camp le 24 août 1688, lieutenant général le 30 mars 1693, maréchal de France le 14 janvier 1703, † 19 octobre 1718
  • 25 février 1691 : Louis Ier de Melun, prince d’Épinoy
  • 18 juin 1702 : Pierre Armand de Rohan, prince de Montbazon, brigadier le 19 juin 1708, † 26 juin 1717
  • 26 juin 1717 : Charles de Rohan-Rochefort, prince de Montauban[1], brigadier le 20 février 1734, maréchal de camp le 18 octobre 1734, lieutenant général le 20 février 1743
  • 18 novembre 1734 : Armand Mathurin[2], chevalier puis marquis de Vassé, brigadier le 20 février 1743, déclaré maréchal de camp le 25 juillet 1745 par brevet du 1er mai
  • 20 août 1745 : Louis de Pardaillan-Gondrin, duc d’Antin, brigadier le 3 octobre 1746, maréchal de camp le 25 août 1749, † 14 septembre 1757
  • 25 août 1749 : Marie Jacques, marquis de Bréhant
  • 26 février 1761 : Louis Philippe, comte de Durfort
  • 5 juin 1763 : Marc Antoine, comte de Lévy-Lugny
  • 25 mars 1776 : Marc Antoine, comte de Lévis-Lugny
  • 13 avril 1780 : Jean-Henri, comte de Rabodanges
  • 11 novembre 1782 : François Marie, marquis de Sennevoy
  • 1er janvier 1784 : Jean François, marquis de Rochedragon
  • 25 juillet 1791 : Jean Dubois de Chantereine
  • 23 novembre 1791 : Charles Augustin de Courcy d’Hervilly
  • 26 octobre 1792 : Louis-Adrien Brice de Montigny

Autres officiers

  • En 1728, l'officier suivant sert dans le régiment : Le lieutenant Edouard-François-Xavier Saguez de Breuvery)
  • En 1734, les officiers suivants servent dans le régiment : le lieutenant-Colonel de Souillard, le major de Blaizel, quatre aides-major et des capitaines dont le capitaine Edouard-François-Xavier Saguez de Breuvery, blessé la même année à la bataille de Parme), des lieutenants (dont le Chevalier de Breuvery (Pierre-Philippe Saguez de Breuvery) .
  • en 1735; l'officier suivant sert dans le régiment : le Lieutenant Pierre-Louis Saguez de Breuvery
  • en 1736, L'officier suivant sert dans le régiment : le Chevalier de Breuvery (aide-Major Pierre-Philippe Saguez de Breuvery)
  • En 1738, les officiers suivants servent dans le régiment : le lieutenant-colonel du Vivier, le major Guerin de Brulart, les aides-major le Chevalier de Breuvery (Pierre-Philippe Saguez de Breuvery), d'Hiermont et d'Auteroche.
  • en 1741, L'officier suivant sert dans le régiment : Le Chevalier de Breuvery (capitaine Pierre-Philippe Saguez de Breuvery)
  • en 1743, le Capitaine Pierre-Louis Saguez de Breuvery
  • En 1758, les officiers suivants servent dans le régiment : le lieutenant-colonel de Farges, le major Duvivier.
  • En 1762, les officiers suivants servent dans le régiment : le lieutenant-colonel de Farges, le major Duvivier, les aides-major Themericourt, de Vaurs, le Pretre de Themericourt, de Boifrioux

Composition

Par l'Ordonnance du 1er novembre 1733 revue par l'Ordonnance du 10 février 1734, la composition du régiment est la suivante[3] :

  • un colonel, un lieutenant colonel, un major, quatre aides-major, 66 capitaines, 68 lieutenants, 66 lieutenants en second
  • quatre bataillons à 17 compagnies et à 685 soldats, soient 2 740 hommes dans le régiment, compris 126 sergents et 68 tambours, avec 12 drapeaux à 3 par bataillon et une prévôté.

D'après l'Ordonnance du Roi du 8 janvier 1737, la composition du régiment était la suivante[4] :

  • un colonel, un major, trois aides-major, 49 capitaines (dont 2 commandants de bataillon et 3 capitaines de grenadiers), 51 lieutenants (dont 3 lieutenants de grenadiers, 3 sous-lieutenants de grenadiers), 9 lieutenants en second et de 2 Enseignes.
  • trois bataillons de 510 soldats, soient 1 530 soldats.

D'après une ordonnance de 1746, le régiment de Picardie est porté à 5 bataillons

D'après l'ordonnance du 20 décembre 1748, le régiment de Picardie est réduit à 4 bataillons : « les sergents et fusiliers des 16 compagnies à réformer seront distribués et incorporés dans les 64 compagnies de fusiliers qui seront conservées par l'ancienneté des capitaines qui les commandent, après avoir completé la compagnie de grenadiers du cinquième bataillon ».

  • quatre bataillons de fusiliers à 16 compagnies de 40 hommes par compagnie

Campagnes et batailles

  • En 1557, il combat à Saint-Quentin sous les ordres du Connétable de Montmorency.
  • En 1558, il participe à la campagne du Duc de Guise et à la prise de Thionville qui termine la guerre.
  • Il est formé définitivement sous le nom de "Picardie" au camp de La Rochefoucault, en 1569.
  • En 1587, meilleur régiment de l'armée catholique du Duc de Joyeuse, il est écrasé à Coutras par l'artillerie du Roi de Navarre, le futur Henri IV, commandant l'armée protestante.
  • En 1589, il est au camp sous Paris ou Henri III et Henri de Navarre se réconcilient, après l’assassinat du premier, il est un des premiers corps a reconnaître Henri IV pour roi de France, et fut dès lors de toutes les campagnes du roi, dont son entrée solennelle dans Paris en 1594.
  • En 1621, il fait la campagne et le Siège de Montauban.
  • 1622: Siège de Montpellier
  • En 1636, il fait le siège de Corbie, et en 1640, il prend une part considérable au succès du siège d'Arras[5]
  • En 1620, il prend une grande part à la victoire des Ponts-de-Cé où il tient l'aile droite.
  • En 1643, à Rocroi, il tient l'aile droite du dispositif français du Prince de Condé.
  • En 1648, il sert sous les ordres du même prince à la victoire de Lens.
  • 1650, Bataille de Rethel
  • En 1658, il combat à la victoire des Dunes sur les Espagnols.
  • En 1664, il combat dans le première Armée d'Afrique, à Djigelli.
  • En 1673, sous le commandement de D'Artagnan, il participe au siège de Maestricht, auquel il prend une part considérable.
  • En 1701, au début de la guerre de succession d'Espagne dans les Pays-Bas espagnols, trois bataillons du régiment de Picardie sont envoyés par le maréchal de Boufflers en 1701 pour défendre la place d'Anvers[6]. Dans la même guerre il combattra a Ramillies et Malplaquet.
  • 1734 la Bataille de San Pietro
  • En 1757, il sauve l'armée à Haastembeck, victoire qui permettra l'invasion du Hanovre.
1er régiment d’infanterie de ligne

Alors que le régiment était en garnison à Dunkerque, presque tous les officiers, sollicités pour émigrer et rejoindre le prince de Condé, abandonnent leurs soldats le 24 avril 1791 pour se rendre à Furnes, en emportant tous les drapeaux. Cet événement n’entama pas la bonne conduite du corps, et la garde nationale de Dunkerque lui donna un de ses drapeaux pour remplacer ceux qui lui avaient été soustraits.

Le 1er régiment d’infanterie de ligne participe aux campagnes de 1792 et 1793 avec l’armée de la Moselle, et combat à la première victoire de Fleurus. Le 1er bataillon se trouve encore à la prise de Kaiserslautern avant son incorporation dans la 1re demi-brigade de bataille.

Notes et références

Références

Annexes

Sources et bibliographie

  • Histoire de l’infanterie en France, par le lieutenant-colonel Belhomme, tome 1, Paris, Henri Charles-Lavauzelle
  • Lemau de la Jaisse, Abrégé de la carte générale du militaire de France depuis l'établissement de la monarchie jusqu'au 20 février 1734 : Présenté au Roy, (Paris), , 221 p..
  • Lemau de la Jaisse, Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer : Présenté au Roy, (Paris), , 109 p. (lire en ligne).
  • Lieutenant général de Vault, Mémoires militaires relatifs à la guerre d'Espagne sous Louis XIV, vol. 1, Imprimerie Royale (Paris), , 910 p. (lire en ligne).
  • Chronologie historique-militaire, par M. Pinard, tomes 3, 5, 7 et 8, Paris 1760, 1762, 1764 et 1778

Articles connexes

Lien externe