Régiment de Diesbach

Régiment de Diesbach
Image illustrative de l’article Régiment de Diesbach
Drapeau d’Ordonnance du régiment de Diesbach

Création 1690
Dissolution 1792
Pays Confédération suisse
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment de Diesbach est un régiment d’infanterie suisse du Royaume de France créé en 1690.

Lignage

  • 1er janvier 1690 : création du régiment de Salis
  • 23 janvier 1702 : renommé régiment de May[note 1].
  • 28 mai 1715 : renommé régiment du Buisson
  • 4 janvier 1721 : renommé régiment de Diesbach
  • 1er janvier 1791 : renommé 85e régiment d’infanterie de ligne
  • 20 août 1792 : licencié

Équipement

Drapeaux

8 drapeaux dont un blanc Colonel semé de fleurs de lys d’or, & croix blanches, et 7 d’Ordonnance, « flâmes rouges, bleues, jaunes & blanches, & croix blanches, au milieu desquelles est une main tenant 3 lys d’or renversez au-dessus d’un Monde peint en or »[1].

Habillement

Historique

Colonels et mestres de camp

  • 1er janvier 1690 : Jean-Baptiste de Salis le jeune, brigadier le 30 mars 1693, † 23 décembre 1701
  • 23 janvier 1702 : Rodolphe May, brigadier le 18 avril 1706, † 27 mai 1715
  • 28 mai 1715 : Amy du Buisson, brigadier le 18 avril 1706, † 1er janvier 1721
  • 4 janvier 1721 : François Philippe, comte de Diesbach, brigadier le 20 février 1734, maréchal de camp le 1er mars 1738, † 1764
  • 1764 : François Romain de Diesbach de Belle-Roche, baron, puis comte de Diesbach, brigadier le 15 août 1758, maréchal de camp le 20 février 1761, lieutenant général le 1er mars 1780
  • 1785 : François Philippe Ladislas, comte de Diesbach de Belleroche
  • 1792 : Rodolphe de Diesbach, † 30 mars 1797

Quartiers

Campagnes et batailles

En 1722, il a participé à la construction du canal du Loing[note 2].

Personnalités

Notes et références

Notes

  1. « Le 16 janvier 1702, on sut que le Roi [Louis XIV] avait donné le régiment de Salis à May (Homme de naissance du canton de Berne et bon officier), lieutenant-colonel du régiment de Villars, ce qui devait le consoler en quelque sorte de n'avoir pas eu l'autre, comme il devait naturellement l'avoir, et devait aussi contenter le canton de Berne dont il était. » Voir Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, tome 7 p. 183.
  2. On en trouve trace dans les registres paroissiaux de Montcourt-Fromonville (Seine et Marne) dans lesquels sont enregistrés plusieurs actes de naissance ou de décès de soldats de ce régiment.

Références

  1. a et b Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer, Lemau de la Jaisse, Paris 1739

Annexes

Bibliographie

  • Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer - Depuis novembre 1737 jusqu’en décembre 1738, Pierre Lemau de La Jaisse, Paris 1739
  • Chronologie historique-militaire, par M. Pinard, tomes 7 et 8, Paris 1764 et 1778

Article connexe

Lien externe