Régiment d'Auvergne

Régiment d'Auvergne
Image illustrative de l'article Régiment d'Auvergne
Drapeau d'Ordonnance du régiment d'Auvergne

Création 6 mars 1597
Dissolution 1794
Pays Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Branche Infanterie
Ancienne dénomination Régiment du Bourg de Lespinasse
Régiment d'Estissac
Régiment de Maugiron
Devise À moi, Auvergne ; c’est l’ennemi !
Guerres Huitième guerre de religion (1585–1598)
Guerre de Quatre-Vingts Ans
Guerre franco-savoyarde
Rébellions huguenotes
Guerre de Trente Ans
Guerre franco-espagnole
La Fronde
Guerre de Dévolution
Guerre de Hollande
Guerre de la Ligue d'Augsbourg
Guerre de Succession d'Espagne
Guerre de la Quadruple-Alliance
Guerre de Succession de Pologne
Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Batailles Siège d'Amiens (1597)
Siège de Montauban
Siège de Nègrepelisse
Siège de Montpellier
Siège de La Rochelle
Siège de Privas
Siège de Turin
Siège de Gérone
Siège de Tournai
Siège de Douai
Siège de Lille
Siège de Maastricht
Siège de Valenciennes
Siège de Saint-Omer
Siège d'Ypres
Siège de Philippsburg
Sac du Palatinat
Siège de Namur
Bataille de Steinkerque
Bataille de Carpi
Bataille de Chiari
Bataille de Höchstädt
Bataille de Cassano
Bataille de Castiglione
Siège de Lérida
Siège de Gérone
Siège de Barcelone
Siège de Fontarrabie
Bataille de Parme
Bataille de Guastalla
Siège de Prague
Bataille de Dettingen
Bataille de Fontenoy
Siège de Namur
Siège de Charleroi
Bataille de Rocourt
Bataille de Lauffeld
Siège de Maastricht
Bataille de Minden
Bataille de Rossbach
Bataille de Krefeld
Bataille de Kloster Kampen
Commandant Antoine du Maine, baron du Bourg-Lespinasse
Benjamin de La Rochefoucauld, comte d'Estissac
Claude, comte de Maugiron

Le régiment d’Auvergne est un régiment d'infanterie du Royaume de France, créé en 1597 sous le nom de régiment du Bourg de Lespinasse, est l'une des plus anciennes unités militaires, l'un des cinq Petits Vieux, devenue à partir de la Révolution le 17e régiment d'infanterie de ligne.

Régiment d'Auvergne

Sommaire

Création et différentes dénominations

Première réorganisation ou premier amalgame ou première formation

Mestres de camp et colonels

Régiment du Bourg de Lespinasse
Régiment d'Estissac
Régiment de Maugiron
Régiment d'Auvergne

Campagnes et batailles

Régiment du Bourg de Lespinasse

Guerres de religion

La première action du régiment eut lieu durant la huitième guerre de religion (1585–1598) à Amiens. Créé le 6 mars 1597, le régiment du Bourg de Lespinasse est envoyé dès le 11 pour assiéger Amiens qui avait été prise par surprise la veille par l'ennemi. Après la capitulation de la ville le 25 septembre 1597 le régiment resta en poste dans la Picardie jusqu'au 6 mai 1598 date à laquelle il fut réformé et réduit à une compagnie. Il est envoyé en garnison dans la province du Lyonnais, d'où était originaire son mestre de camp Antoine du Maine, baron du Bourg de Lespinasse.

Guerre franco-savoyarde

Le 3 avril 1600, à la suite d'un nouveau brevet délivré par Henri IV, le baron du Bourg de Lespinasse, rétablit le régiment et participe à la guerre de Savoie.
Le 14 août Henri IV déclare la guerre à la Savoie et le régiment, fort de 200 hommes, est envoyé, dans le marquisat de Saluces convoité par le duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier. Le régiment, incomplet, harcelé, ne pouvant atteindre le marquisat, le mestre de camp décide de retourner à Lyon compléter le régiment puis se dirige sur Grenoble pour participer à l'expédition de Savoie[24].
Il se distingue à partir du

Le Traité de Lyon du 17 janvier 1601 met fin au conflit et le régiment est de nouveau réduit à la compagnie de mestre de camp.

Complot de Biron

Le régiment est réorganisé le 31 mai 1602, en raison de la découverte du complot du maréchal de Biron et du duc de Bouillon, qui se sont alliés à l'Espagne et à la Savoie pour renverser Henri IV.
Il est envoyé pour réprimer les troubles de Metz. Le roi séjournera dans la ville du 15 au 21 mars 1603 dans le but d'apaiser la révolte de ses habitants qui s'étaient mutinés contre Roger de Comminges sieur de Saubole que le duc d'Épernon leur avait imposé comme gouverneur.
Le calme revenu, le régiment est, pour la troisième fois, réduit en 1604.

Guerre de Quatre-Vingts Ans

Durant la guerre de Quatre-Vingts Ans, en 1605, le prince Philippe-Guillaume d'Orange, époux d'Éléonore de Bourbon-Condé, se mit sous la protection du roi de France et demanda à récupérer la citadelle d'Orange qui lui avait été cédée par son père Guillaume. La citadelle était tenue par le marquis de Blacons, qui ne voulait pas la céder, prétextant qu'il ne cèderait pas à un seigneur catholique et renforça même la garnison. Le roi de France ordonne alors à François de Bonne de Lesdiguières de faire en sorte que la forteresse soit rendue au prince. Citation|Lesdiguières prenant le régiment de Bourg, qui était en garnison dans la province, avec 3 canons et 2 000 hommes de pied qu'il leva à ses dépens, se mit en état de faire ce qui lui était ordonné. Le marquis de Blacons envoya un messager à Lesdiguières et les deux parties se rencontrèrent à Montélimar ou Blacons remis la citadelle au pouvoir du prince d'Orange[26].
Le régiment resta ensuite dans les provinces de Bresse et du Lyonnais

Guerre de succession de Montferrat

En 1613, devant les vues belliqueuses du duc de Savoie envers les possessions de Montferrat appartenant à Ferdinand de Mantoue, Louis XIII fait mettre en mouvement ses troupes pour aller au secours du duc de Mantoue. C'est le début de la guerre de succession de Montferrat. Le régiment du Bourg de Lespinasse se met en mouvement vers la Provence afin de gagner Montferrat par Savone. Ce mouvement de troupe invite Charles-Emmanuel Ier de Savoie à rester tranquille.

Seconde guerre civile

En avril 1615, les princes avec Condé à leur tête, allument la seconde guerre civile[27]. Le régiment du Bourg alors attaché à l'armée du maréchal Urbain de Laval Boisdauphin, prend part aux sièges de Creil et de Sens avant d'être envoyé en direction de la Guyenne. La signature du traité de Loudun entre Marie de Médicis et les nobles rebelles mettant fin à la guerre civile, le régiment est réduit à une compagnie le 6 mai 1616.

Fin août 1616, certains Grands engagent un conciliabule contre Concini et la reine-mère. Richelieu fait alors arrêter Henri II de Bourbon-Condé, déclenchant une nouvelle guerre civile.
Antoine du Maine, baron du Bourg de Lespinasse rétablit son régiment le 27 août 1616 qui est rattaché au maréchal de Montigny commandant en chef des troupes du Bourbonnais. Le régiment se retrouve aux

et d'autres petites places de la province tenues par les alliés du prince de Condé.
En 1619, il perdit son mestre de camp et créateur Antoine du Maine, baron du Bourg de Lespinasse qui fut remplacé par Gaspard de Champagne, comte de La Suze époux d'une petite-fille de l'amiral de Coligny. En 1620, « Montbrun[29] s’étoit soulevé dans le Dauphiné, et ayant entrepris sur la ville de Grenoble, le comte de La Suze, esprit inquiet et factieux, huguenot, s’alla joindre à lui. Il fut remplacé par Pons Charles de Lauzières, marquis de Thémines, second fils du maréchal de Thémines »[30].
Le régiment reste en poste dans le Duché de Bourbon de 1616 jusque 1621.

Rébellions huguenotes

En 1621, lors des rébellions huguenotes, le marquis de Lauzières conduit son régiment au

Régiment d'Estissac

En décembre, le régiment du Bourg de Lespinasse fut donné à Benjamin de La Rochefoucauld, comte d'Estissac[8] « qui y incorpora, par ordre du 20 décembre 1621, un régiment de son nom levé en 1615 et qui avait servi avec distinction aux sièges de Saint-Jean-d'Angély, Nérac, Montauban et Monheurt » sous le nom de Régiment d'Estissac.

Rébellions huguenotes

En 1622, le comte d'Estissac se rend à Nantes et participe en

Il part ensuite en Languedoc et participe aux

Il est ensuite chargé de la garde des frontières du Languedoc puis il est envoyé en 1625 en Picardie pour garder, également, les frontières jusqu'en 1627. Il est alors appelé au

  • Siège de La Rochelle, où il est chargé de la garde de la digue. Les 3 et 4 octobre 1628 le régiment combat et repousse la flotte anglaise de Lindsay[31], sur la ligne de vaisseaux qui fermaient la digue.

Après la capitulation des huguenots le régiment séjourne dans la province avant d'effectuer un raid en Italie.

guerre de Succession de Mantoue

Le régiment est dirigé sur le Piémont où il participe à la guerre de Succession de Mantoue et se couvre de gloire aux côtés des Gardes-Françaises le

Après ce raid en Piémont, l’armée de La Rochelle repasse les Alpes et le régiment est donné le 1er mai 1629 à François de la Rochefoucauld, prince de Marsillac[9] le neveu du comte d'Estissac[8].

Il reste en poste le reste de l'année 1629, avant de repasser une nouvelle fois les Alpes le 23 février 1630, par le Mont-Cenis.

Il continue de servir en Italie jusqu'au Traité de Cherasco.
Le 24 mars 1631 le commandement du régiment est confié à Louis Olivier[10] marquis de Leuville[11] qui est chargé du maintien de l'ordre en Provence.

Régiment de Maugiron

En 1633, le marquis de Leuville embastillé par Richelieu[33], nomme un nouveau mestre de camp; Claude comte de Maugiron[12] qui avait déjà eu un régiment d'infanterie à son nom en 1630 et le renomme Régiment de Maugiron.

Guerre franco-espagnole et guerre de Trente Ans

La guerre de Trente Ans, dont la guerre franco-espagnole fait partie intégrante, étant une série de conflits armés, Louis XIII décide d'envoyer des forces armées contenir les véleités de Ferdinand II de Habsbourg. Le régiment de Maugiron retourne donc en Italie, où pendant deux ans il ne se passe rien.

L'année 1635 marque un véritable tournant. La France déclare la guerre ouverte à l'Espagne de Philippe IV et le régiment de Maugiron se retrouve au milieu des hostilités en Italie :

Régiment d'Auvergne

Le 15 septembre 1635, le régiment de Maugiron gagne le drapeau blanc et prend le titre de la province d'Auvergne tout en gardant son mestre de camp. Ce régiment, affecté à l'armée d'Italie, allait devenir célèbre.
Il participe à la guerre de Trente Ans, la guerre franco-espagnole et la conquête du Roussillon.

Guerre franco-espagnole et guerre de Trente Ans

En 1636, le régiment d'Auvergne combat aux

En 1637,

En 1638, le régiment est

En 1639, Auvergne est au

En 1640,

En 1641, il contribue à la défaite du cardinal de Savoie lors des

En 1642, il prend part

En 1643,

En fin d'année 1643, le régiment d'Auvergne rentre en France et passe l'hiver en Guyenne. En 1644, le régiment est de retour en Italie. On le trouve aux

  • Siège de Ponzone (Ponzone)
  • Siège de Santia (?Santia? dans le Piémont)
  • Au nouveau siège d'Asti (Asti) qui avait été reprise par les Espagnols.

En 1645, le régiment se trouve

Détail tiré d'une gravure de 1646 représentant le siège et la prise de Portolongone (île d'Elbe), pendant la guerre franco-espagnole (1635-1659).

En 1646,

  • En juillet-août, 90 hommes du régiment, enfermés à Ponzone soutiennent un siège durant 19 jours.
  • En septembre le régiment embarque avec le comte du Plessis-Praslin
  • Le 27 septembre, il prend l'ile d'Elbe qu'il quitte le 4 octobre et participe du
  • 5 au 9 octobre au siège de Piombino (Piombino) avant de retourner le
  • 10 octobre sur l'ile d'Elbe à Portolongone (Porto-Longone). Après la capitulation de la ville, le 29 octobre, le régiment y demeura en garnison jusqu'à la fin 1647 où le régiment retourna sur le continent pour prendre part au
  • Siège de Crémone (Crémone)
  • Quelques compagnies furent laissées à la garde de Porto-Longone qui se défendit, en 1650, durant 47 jours contre une armée espagnole.
  • Après la prise de Crémone, le régiment y demeura en garnison jusqu'en 1648
  • Les traités de Westphalie ayant fait cesser les hostilités en Italie.

Guerre des faucheurs

En 1649 le régiment fut envoyé pour intervenir dans la Guerre des faucheurs

En 1650, malgré les troubles de la Fronde et le retrait d'une bonne part des troupes françaises pour lutter dans la guerre civile française le régiment resta en Espagne.

  • Le 22 février il s'empare de Terrassa (Terrassa)

En 1651, la couronne de Castille profitant de l'affaiblissement des troupes françaises en Catalogne, décide de marcher sur Barcelone et investissent la ville en juillet 1651. La ville est défendue par 1 200 hommes des régiments suisses et 3 000 hommes des régiments français. Afin de briser le siège, les Français et les Catalans ont lancé une série d'attaques.

  • Le régiment d'Auvergne a participé à ses attaques qui n'ont toutefois pu empêcher la ville, après 15 mois de siège de capituler le 10 octobre 1652.
  • Le régiment se retire alors dans le Roussillon

En juin 1653, sous le commandement de Jacques de Rougé du Plessis-Bellière, il repasse les Pyrénées au Perthus, et

En 1654, Auvergne est

Après cette victoire, 18 compagnies du régiment d'Auvergne se rendent à Toulon pour participer à l'expédition de Naples avec le duc de Guise.

  • Le 11 novembre, la flotte arrive dans le golfe de Naples.
  • Prise de Castellamare (Castellammare di Stabia)
  • Le 24 novembre, le régiment rembarque pour Toulon où il arrive courant décembre.

En 1655 le régiment est de retour sur le front italien et

  • Il assiège Pavie (Pavie)

Il est envoyé ensuite, de nouveau, en Catalogne ou il est

  • prise du cap de Quiers (Cap de Creus)
  • Et force les Espagnols à lever le siège de Solsona (Solsona)

En 1656, il est de retour en Italie et

Et en 1658

Dernière opération avant le traité des Pyrénées.
Il rentre alors en France et prend ses quartiers en Provence

Première guerre austro-turque

Le régiment d'Auvergne reprend du service en 1664, lors de la première guerre austro-turque où il partit avec le comte de Moussy à sa tête pour porter secours en Hongrie à l'empereur d'Allemagne, Léopold, menacé par une très importante armée ottomane. Le choc entre l’armée coalisée impériale et les armées turques a lieu le

  • 1er août 1664 près du village de Saint-Gothard lors d'une tentative de franchissement du cours d'eau des forces ottomanes. C'est la bataille de Saint-Gothard au cours de laquelle le régiment se couvrit une nouvelle fois de gloire, mais en perdant son colonel, le comte de Moussy qui fut tué dès le début de l'engagement.

Le régiment fut donné au comte de Séry qui avait fait la campagne de Hongrie en tant que volontaire et qui avait été grièvement blessé lors de la bataille de Saint-Gothard.
Le régiment revient ensuite en France et est appelé en
Janvier 1666

Guerre de Dévolution

En 1667, Auvergne fait partie des 4 brigades que le roi conduit en Flandre dans le cadre de la guerre de Dévolution. Il se retrouve

Il contribua ensuite aux défaites du général Jean-Gaspard Ferdinand de Marchin commandant des armées d'Espagne dans les Pays-Bas venu au secours de Lille. Une violente bataille a lieu, le 31 août, sur le canal de Bruges où les troupes françaises sous les ordres du marquis de Créquy, obligent les troupes espagnoles à se retirer derrière Gand.
Le régiment passe l'hiver en Flandre

Les conquêtes de Louis XIV

En 1668, le régiment, sous les ordres de Condé, prend part à la conquête de la Franche-Comté qui est conquise en 15 jours.

En septembre 1670, le régiment, sous les ordres de maréchal de Créquy, prend part à la conquête de la Lorraine. On retrouve le régiment aux

Guerre de Hollande

En 1672, lors de la guerre de Hollande, le régiment, qui est sous les ordres de Condé et du roi en personne, se trouve aux

  • Siège d'Orsoy (Orsoy)
  • Siège de Rheinberg (Rheinberg)
  • Siège de Wesel (Wesel) où il emporte les forts de la Lippe et d’Émerik
  • il est en première ligne lors du passage du Rhin ainsi que
  • 15 au 21 juin 1672, au Siège de Doesbourg (Doesbourg) sur l'Yssel puis
  • Siège d'Utrecht (Utrecht)
  • le 10 octobre au Combat de Woerden (Woerden)

En 1673, sous les ordres de Condé il est

  • Du 13 au 26 juin au siège de Maastricht
  • Après ce siège sanglant le régiment part se reconstituer à Metz qu'il quitte
  • le 11 novembre pour se rendre à Trèves

En mai 1675, on retrouve le régiment d'Auvergne au camp de Charleville sous le maréchal de Créqui. Après la mort du maréchal Turenne à la bataille de Salzbach, il est envoyé en Alsace où il contribue à faire lever

  • le siège d'Haguenau (Haguenau) puis
  • le siège de Saverne (Saverne)
  • Il prend ensuite ses quartiers d'hiver à Colmar

En janvier 1676 il est envoyé par détachement guerroyer contre les brigands[41] qui se cachent dans les îles du Rhin pour attaquer les bateaux avant de se débander. Il rejoignit ensuite l'armée du duc de Luxembourg et participe à

Au début de 1677, il passe à l'armée de Flandre[42] et participe

Il est ensuite renvoyé sur le Rhin où il participe

Il commence la campagne de 1678 en Flandre prenant part aux

En juin, le régiment est renvoyé sur la Rhin et on le retrouve le

En 1679, Auvergne se distingue au

Guerre de la Ligue d'Augsbourg

En 1688, pour le début de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, le régiment est envoyé

En 1689, il aide le marquis de Boufflers à faire la conquête du Palatinat
En 1690, il est à l'armée de Flandre et

  • combat à Fleurus où 2 capitaines et 4 lieutenants sont tués et 12 autres officiers blessés

En 1691, il prend part au

Après le siège il est envoyé à l'armée de Moselle.
Début 1692, le régiment d'Auvergne fournit 6 compagnies qui forment le noyau du 3e bataillon du régiment de Navarre.
Il fait campagne sur la Meuse et en Flandre. On le retrouve ainsi aux

Il retourne ensuite sur la Meuse prendre ses quartiers d'hiver.
En janvier 1693, il est rappelé en Flandre pour le

Après le siège le régiment est séparé en deux :

  • Deux bataillons se rendent en Allemagne rejoindre l'armée du maréchal de Lorges où, en juillet, les grenadiers du régiment se distinguent avec ceux du

régiment de Picardie lors des

Pendant ce temps le reste du régiment se dirige sur la frontière des Alpes où il prend une part active à la

  • Défense de Pignerol[45] (Pignerol)
  • Le 24 juillet, la compagnie du capitaine d'Affs, chargée de la garde du fort de Saint-Pierre est entouré par les troupes du Duc de Savoie. La compagnie effectue une sortie, parvient à percer l'encerclement ennemi et rejoint Pignerol
  • Le 27 juillet, la compagnie du capitaine Fourcade, est engagée dans un combat autour du fort Sainte-Brigitte[46],[45], où le capitaine est tué.
  • Le 4 août, nouvelle attaque de la compagnie pour dégager la voie de communication entre le fort Sainte-Brigitte et la citadelle de Pignerol. Le capitaine de La Coudraye est mortellement blessé d'un coup de baïonnette.
  • Le 6 août, le capitaine Moussolins et onze hommes mettent en fuite l'ennemi qui se retranchait sur la voie de communication.
  • Le 4 octobre, après avoir quitté Pignerol, le régiment est à la bataille de Marsaglia et retourne
  • En novembre à Pignerol, qu'il avait si bien défendu.

En 1694 et 1695, sous les ordres du maréchal de Catinat, le régiment reste en poste défensif à Pignerol.
En 1696 le régiment est au

Le régiment est alors envoyé à l'armée d'Allemagne et ne posa les armes qu'au traité de Ryswick.

Période de paix et Succession d'Espagne

Après le traité de Ryswick, signé les 20-21 septembre 1697 la paix s'installe pour la France.

Guerre de Succession d'Espagne

En 1701, le régiment, engagé dans la guerre de Succession d'Espagne, est sur le front italien sous le commandement du maréchal de Villeroy et se retrouve

  • le 9 juillet à la bataille de Carpi
  • le 1er septembre à la bataille de Chiari. Dans cette bataille, Auvergne fut chargé avec Normandie d'attaquer le village par la droite, où ils ne pensaient trouver que quelques centaines d'hommes en défense. Les deux régiments franchirent deux retranchements ennemis sans problèmes, en prenant plusieurs maisons isolées et églises, mais arrivés à la 3e ils furent reçus par le feu de 24 bataillons et de 50 pièces d'artillerie[47]. Après 4 heures de combats les régiments français durent battre en retraite sous un déluge de feu.

Après cette défaite, un détachement d'Auvergne passa l'hiver à Crémone contribuant le

Le maréchal de Villeroy fait prisonnier lors de cette bataille, le régiment passe sous le commandement du maréchal de Vendôme où le régiment s'illustre lors des

Il alla ensuite passer l'hiver à Guastalla où meurt son colonel le marquis de Chavigny. Au début de l'année 1703, le 2e bataillon, commandé par le lieutenant-colonel de Bourgueil se rend en Allemagne sous les ordres du maréchal de Villars et se distingue

Le 1er bataillon resté sur le front italien, prend part à l'expédition sur les frontières du Tyrol. On le retrouve le

  • 26 juillet au combat de San Benedetto (San Benedetto Po) où le passage des montagnes fut forcé
  • Prise de Brescello (Brescello)
  • Prise de Nago (Nago)
  • Prise d'Arco (Arco)
  • Bombardement de Trente (Trente)

Le but de cette expédition, qui était d'aider l'armée de Bavière, ayant échoué, le maréchal de Vendôme conduit ses troupes dans le Montferrat, où les deux bataillons réunis prennent leur quartier d'hiver.
La campagne de 1704 débuta par le

  • Siège de Verceil (Verceil) sous le commandement du comte Albergotti
  • Siège d'Ivrée
  • Du 14 octobre 1704 au 9 avril 1705 il est au Siège de Verrue[48] (Verrua Savoia).
    • Le 29 octobre, le régiment prend le fort de Guerbignano et s'y installe.
    • Le 26 décembre, le colonel du régiment, Jean-Louis de Wassinghac, chevalier d'Imécourt est tué au combat
    • Le 4 janvier 1705, David d'Alba devient le nouveau colonel du régiment.
    • Le 1er mars 1705, les grenadiers d'Auvergne et de Bourgogne se couvrent de gloire lors de l'assaut de la courtine et de la face qui regarde le .

Après la prise de Verrue le régiment effectue le

Après la prise de la ville, il rejoint l'armée de Lombardie et se distingue lors d'une

Puis il part prendre ses quartiers d'hiver à Desenzano sur le lac de Garde. En 1706, le régiment se trouve le

Réduit à 440 hommes, il termine la campagne sous les ordres du comte de Grancey.

En 1707, le régiment, toujours sous les ordres du comte de Grancey, passe sur le front d'Espagne où il n'arrive qu'après la bataille d'Almanza.

  • Le 11 octobre 1707, le régiment est à la tête de l'attaque sur le corps de la place de Lérida chasse l'ennemi du chemin couvert, et parvient à se loger sur la brèche le long de la contregarde[50]. Les assiégés étonnés de ses rapides progrès, sonnent le tocsin, garnissent les retranchements intérieurs et ouvrent sur le régiment un feu à bout portant épouvantable. Mais rien n'ébranle Auvergne. À 10 heures du soir, il est parfaitement couvert et maitre de son logement.
  • Le 13 juin 1708 il investit Tortosa (Tortosa) et, aidé du régiment d'Orléans, il s'empare du poste des Capucins et de 120 Espagnols qui le défendent.

En 1709, le régiment commence la campagne en Espagne sous les ordres du maréchal de Bezons.
En juillet il passe en Roussillon où il est occupé le restant de l'année à faire la chasse aux Miquelets.
En 1710, il passe en Dauphiné sous le commandement du maréchal de Berwick et surveille la frontière.
En fin d'année 1710, il retourne en Espagne et est immédiatement employé

  • Siège de Gérone (Gérone). Le 3 janvier 1711, le régiment prend d'assaut le bastion Sainte-Marie obligeant la ville à capituler le lendemain.

Durant l'année 1711 on retrouve le régiment à

En 1712 et 1713 le régiment continue de servir en Catalogne. Il est presque constamment occupé au

En 1714,

Guerre de la Quadruple-Alliance

En 1719, à la suite de la conspiration de Cellamare, le régent, Philippe d'Orléans envoie une armée sur la frontière des Pyrénées; c'est le début de la guerre de la Quadruple-Alliance où le régiment sert aux

Le 20 février 1720 la paix de La Haye est signée qui met fin à la guerre.

Période de paix

De 1720 à 1733 la paix s'installe pour la France.

En juin 1720, lors de l'épidémie de la Peste à Marseille et en Provence il est employé au cordon sanitaire de Marseille et était cantonné le long du Rhône de Tournon à Beaucaire.

En décembre 1720 on le retrouve en Bretagne lors du grand incendie de Rennes, mais les soldats appelés à l'aide pour lutter contre le sinistre mettent plus d'entrain à piller les habitations qu'à éteindre les flammes.

En 1732, on retrouve le régiment d'Auvergne au camp d'Alsace.

En 1733, le régiment est occupé aux travaux des fortifications de Metz.

Guerre de Succession de Pologne

Le 5 octobre 1733, le régiment, engagé dans la guerre de Succession de Pologne dans l'armée d'Italie et prend part aux

En 1734, il débute par la

  • Prise de Serravalle (Serravalle Scrivia) puis
  • Siège de Novare (Novare)
  • Siège de Tortone (Tortone)
  • Le 4 mai le maréchal de Villars et le roi de Sardaigne et leurs escortes sont pris à partie par 400 Autrichiens. C'est l'affaire de Martinara. 2 compagnies du régiment accourent au bruit de la fusillade, chargent les Impériaux, tuent 50 hommes et font 30 prisonniers[51].
  • Le 4 juin 1734 à la bataille de Colorno (Colorno), le colonel Georges-Jacques, comte de Clermont d'Amboise est mortellement blessé d'un coup de fusil[52].
  • Le 29 juin le régiment est à la bataille de Parme où son nouveau colonel, le marquis de Contades est blessé
  • Le 19 septembre, il est à la bataille de Guastalla. Après la bataille le terrain est jonché d'uniformes aux couleurs violettes. Le régiment est réduit à 400 hommes. Il assiste cependant
  • au Siège de la Mirandole (Mirandole)

puis prend ses quartiers d'hiver à Lodi
En 1735 on le retrouve à

  • la prise du château de Gonzague
  • la prise de Reggiolo (Reggiolo)
  • la prise de Revere (Revere)
  • la prise de Guastalla (Guastalla)

Le régiment rentre en France en septembre 1736, après la signature par François de Lorraine de l'acte de cession du duché de Bar à Stanislas Leszczynski.

Campagne de Corse

En janvier 1738, le régiment qui était en garnison à Marseille, reçoit l'ordre, avec 4 autres régiments, de passer en Corse. C'est le début de la campagne de Corse qui durera jusqu'en 1741. Les forces françaises fortes de 3 000 hommes débarquent le 5 février sous les ordres du comte de Boissieux, en Corse, à l'appel de la république de Gênes dont dépendait l'île[53].
Après plusieurs mois de pourparlers avec les chefs du parti Corses libres les discussions finirent de s'aigrir et en octobre les combats commencèrent.
Les troupes françaises occupèrent Borgo et Lucciana.

  • À la nouvelle, les Corses, qui tenaient leur assemblée à Orezza, appellent la population aux armes et 3 000 hommes viennent attaquer Borgo défendu par 500 soldats du régiment d'Auvergne sous les ordres du capitaine de Courtois. Le combat dura 3 jours et 2 nuits et ne cessa qu'avec l'arrivée d'une troupe de 2 000 hommes envoyée en renfort qui dégagea le régiment d'Auvergne.
  • Le 14 octobre, les troupes françaises rentèrent à Bastia.

Le comte de Boissieux, malade, décéda le 2 février 1739. Son successeur, le marquis de Maillebois, arriva en mars 1739. Les hostilités commencèrent alors sérieusement. Auvergne prit part à presque tous les combats.

  • 25 août 1739, le 2e bataillon s'empare d'un poste retranché près de Bastelica
  • Pendant l'hiver 1739-1740 le régiment est occupé à désarmer les montagnards du centre de l'île.
  • Au printemps il rentre en garnison à Bastia et il y reste jusqu'en avril 1741, où il est rappelé en France.

Guerre de Succession d'Autriche

En mars 1742, dans le cadre de la guerre de Succession d'Autriche, il passe en Bavière pour aller porter secours à l'armée de Bohême. Le régiment fait partie de la division de Pierre Gaspard de Clermont Gallerande marquis de Rambures.
Le régiment d'Auvergne arrive à Prague en juin 1742. Le corps est réduit à 984 hommes en raison des combats et des longues marches.

  • Pendant le siège de Prague il est chargé de défendre le gué de la Moldau[54] devant l'Hôtel des Invalides. Forcé de se replier, il prend position dans la redoute de Piémont sur le front d'attaque.
    • Le 17 août, les batteries autrichiennes contraignent le régiment à rentrer en ville.
    • Le 18 août, il fait partie des troupes, commandées par le duc de Biron, chargée de tenter une sortie. Après un terrible combat, le régiment emporte une redoute forçant les troupes du prince Charles à reculer ses postes.
    • Le 22 août le régiment se distingue lors d'une sortie.
    • Le 14 septembre, lors d'une nouvelle attaque, Auvergne contraint les Autrichiens à reculer de nouveau. Lors de cette attaque, le colonel du régiment Armand-Henri marquis de Clermont-Gallerande y eut une cuisse emportée par un boulet et mourut peu de jours après.
  • Le 16 décembre, commandé par le général de Belle-Isle, Auvergne quitte Prague en laissant dans les hôpitaux de la ville 9 officiers et un grand nombre de soldats blessés ou malades.
  • Le 17 décembre, durant cette pénible retraite, la colonne est harcelée continuellement par les hussards autrichiens qui voltigent sur les ailes.
  • Le 18 décembre, au soir en quittant Targowitz, les Croates et hussards autrichiens soutenus par 12 escadrons de cuirassiers tentèrent une attaque sur le centre de l'armée française afin de la couper en deux. Auvergne leur donna une leçon.
Configuration du champ de bataille de Dettingen.
  • Le régiment atteint le Rhin en février 1743. Le régiment avait été chargé d'escorter, depuis Donauworth, l'état-major de l'armée. Il ne comptait plus alors que 60 officiers et 700 soldats et à peine 2 bataillons.

Mis au repos, le régiment se reconstitua si bien qu'il avait 3 bataillons à l'ouverture de la campagne de 1743. Le 3e bataillon était formé de soldats rentrés tardivement de Bohême
Les deux premiers bataillons, rejoignirent l'armée du comte de Noailles et sont placés le

  • 25 juin 1743, avec Touraine et Orléans à la garde du pont de Seligenstadt sur le Mein.
  • Le 27 juin, lors de la bataille de Dettingen, emmenés par le duc de Duras, le régiment prend une pièce d'artillerie ennemie qu'il ramène dans ses lignes. La bataille ne coutera au régiment que 9 soldats tués et 7 officiers et 24 soldats blessés.

Les 2 régiments achevèrent la campagne dans la basse Alsace au camp de Schleithal et travaillèrent aux lignes de fortification de la Lauter du pont de Salmbach au moulin de Beywath.
Le 3e bataillon fut rattaché au maréchal de Broglie et lorsque le 5 juin les Autrichiens forcèrent le passage du Danube à Pochin il se retira sous Ratisbonne et rejoignait en juillet les deux premiers bataillons en Alsace.
En 1744, Auvergne passe à l'armée de Flandre et se rend immédiatement à

  • Douai où il sert de garde au roi de France pendant son séjour dans la ville. On retrouve ensuite le régiment aux
  • Siège de Menin (Menin)
  • Siège d'Ypres (Ypres)
  • Siège de Furnes puis rejoint (Furnes)
  • le camp de Courtrai où il passe l'hiver.

En 1745 il est

Plan du champ de bataille de Roccoux le 11 octobre 1746.

Lors de la campagne de Flandre en 1746, Auvergne arrive

À la fin de la campagne, le régiment est porté à 4 bataillons comme tous les Vieux Corps.
En 1746, le régiment est placé sous les ordres du marquis de Contades son ancien colonel devenu lieutenant-général. On retrouve Auvergne sur les sièges de la rive gauche du bas Escaut :

  • Siège du fort de La Perle[57]
Maurice de Saxe à la bataille de Lauffeld, œuvre contemporaine de Pierre Lenfant.
  • Siège du fort de Liefkenshoek (Liefkenshoek)
  • 1er mai 1747 : Siège d'Hulst (Hulst)
    • Le 5 mai les compagnies attaquent Zandberg qui couvre Hulst et tuent 300 Hollandais.
    • Le 16 mai Axel capitule

Après quelques jours de repos le régiment entre dans Anvers pour rejoindre, en juin, le camp de Tongres et participer le

En 1748, le régiment d'Auvergne n'arriva au

  • siège de Maastricht qu'après l'ouverture des tranchées d'approche. Il prend position près de Westwesel en compagnie des régiments de Piémont et des Gardes Françaises.
    • Le 4 mai ses grenadiers avec ceux de Rohan et de La Fère attaquent une chemin couvert, en chassent l'ennemi jusqu'au corps de place et s'y installent. L'ouvrage étant miné, une grande partie des soldats furent brulés, mutilés et ensevelis. Les survivants se maintinrent sur les positions en ruines jusqu'au lendemain malgré le feu des assiégés.

Maastricht se rendit le 6 mai et cette conquête mit fin à la guerre de Succession d'Autriche, par le Traité d'Aix-la-Chapelle dont les négociations durèrent du 24 avril au 18 octobre 1748.
Le régiment d'Auvergne fut alors envoyé en garnison à Cambrai.

Guerre de Sept Ans

En 1753, il est au camp d'Aimeries-sur-Sambre et
en 1756, au début de la guerre de Sept Ans il se rend en Basse-Normandie pour s'opposer au débarquement anglais. Il est ensuite dirigé sur le camp de Granville. En 1757, rattaché à l'armée du Bas-Rhin il passe dans le Hanovre avec la maréchal de Richelieu.
Après 72 jours de marche il arrive près de Cassel et se trouve à la

Plan de la bataille de Minden, vers 6h30 du matin.
  • Il reste ensuite au camp de Halberstadt jusqu'au mois de novembre.

Après le désastre de Rossbach, les troupes du maréchal de Richelieu, rétrogradent. Toutefois après les violations de la convention de Closterseven, par laquelle les Hanovriens s'engageaient à garder la neutralité, Richelieu revient dans le Hanovre et Auvergne prend part au passage en force de l'Aller puis cantonne dans le pays.
Au début de 1758, l'armée se replie sur le Rhin.

  • Le 3 mars 1758, 2 compagnies d'Auvergne se font tailler en pièces à la bataille d'Hammelspring.
  • Le 23 juin il est à la bataille de Crefeld
  • Il prend ensuite ses quartiers à Cologne

Le 15 mai 1759, le régiment quitte Cologne pour Niederweimar 

  • Le 1er août il est à la bataille de Minden
  • Début décembre une partie du régiment était bloqué dans Giessen (Giessen) par le prince Ferdinand.
    • Le 10 décembre, 150 volontaires effectuent une sortie et parviennent à Wieseck . Par cette action audacieuse et en raison de la saison avancée, l'ennemi lève le siège de Giessen.

Lors de la campagne de 1760 on retrouve Auvergne

À la suite de la bataille de Corbach l'armée française reste maitresse du champ de bataille alors que l'armée allemande s'installe sur les hauteurs de Sachsenhausen (Waldeck) , distante l'une de l'autre d'une lieue.

Informé qu'un corps considérable menace Marbourg, le maréchal de Broglie fait partir

Auvergne, presque détruit à Clostercamps, est envoyé à Dusseldorf et reçoit l'ordre de rentrer en France pour y être réorganisé. Mais il demanda avec insistance à continuer la guerre et ce lui fut accordé.

  • Le 14 février 1761, il quitta Dusseldorf et contribua les alliés à lever les sièges de Ziegenhain (Ziegenhain) et de Cassel
  • Le 15 juillet le régiment est à la bataille de Villinghausen[60] (Willingshausen). Les grenadiers d'Auvergne parviennent à prendre la redoute qui défend les approches du village et s'y maintiennent jusqu'à l'arrivée de l'avant-garde française, à 10 heures du soir, et cèdent la place au régiment de Poitou.
  • Le lendemain, la bataille de Villinghausen recommença, mais son issue ne fut guère favorable aux Français. Auvergne y perdit une centaine d'hommes et termina la campagne
  • en octobre au siège de Wolfenbüttel (Wolfenbüttel) où les 4 pièces d'artillerie régimentaire tirèrent toute la journée contribuant à démonter les batteries adverses. Wolfenbüttel) se rendit le 11 octobre.

La campagne de 1762 fut insignifiante. Les Français et les Allemands étaient las d'une guerre où chacun se ruinait sans profit. Auvergne se trouva toutefois le

  • 21 septembre à la prise du château d'Amenebourg (Amenebourg) qui se rendit juste avant l'assaut. Les Français firent prisonnière la garnison composée d'un bataillon de la Légion Britannique, de plusieurs détachements anglais et hanovriens et de montagnards écossais.

Le 10 février 1763, le traité de Paris met fin à la guerre de Sept Ans.

Période de paix

La paix s'installe pour la France

  1. Les 1er et 3e bataillons restent régiment d'Auvergne et prend le no 17 dans le classement définitif du 19 février 1777.
  2. Les 2e et 4e bataillons forment le nouveau régiment sous le nom de Gâtinais et prend le no 18 dans le classement définitif du 19 février 1777.

Guerre d'indépendance des États-Unis

Bataille d'Ouessant - Huile sur toile par Théodore Gudin.

Cherchant à prendre sa revanche sur la Grande-Bretagne et le Traité de Paris de 1763, Louis XVI pourtant défavorable à une aide aux révoltés américains trouve dans un premier temps au compromis avec une aide matérielle clandestine par le biais de Beaumarchais.

  • En mars 1777, le régiment est ainsi envoyé à Brest

La défaite britannique de Saratoga en 1777 encouragea la France à entrer en guerre et le 6 février 1778, la France passe une alliance et un traité d'amitié avec les insurgés américains et l'entrée officielle de la France dans la guerre d'indépendance des États-Unis.

  • En juillet 1778, un détachement embarque sur le Ville de Paris au sein de l'escadre commandée par le comte d'Orvilliers.
  • Le 27 juillet 1778, les flottes anglaise et française se rencontrent à 100 milles marins à l'ouest de l'île d'Ouessant[61]. Le détachement se fait remarquer au cours de cette bataille, le capitaine Vinezac méritant sa citation dans le rapport de l'amiral.
  • En novembre 1778, le régiment quitte Brest et prend ses quartiers à Lille.
  • En juillet 1779, il est en poste à Bergues.
  • En juin 1780, il est envoyé aux environs d'Avranches pour garder les côtes normandes.
  • En août 1782, il est à Guingamp où il s'équipe en vue de traverser l'océan Atlantique.
  • Le 10 septembre 1782, le régiment d'Auvergne embarque sur l'escadre du chevalier de Borda chargée de transporter un corps de troupe en Martinique.
  • Le 25 octobre 1782, Auvergne débarque au Fort-Royal en Martinique et se prépare en vue d'une expédition projetée sur la Jamaïque l'année suivante.

Les préliminaires de paix, qui aboutiront aux traités de Paris et de Versailles, étant engagés l'expédition sur la Jamaïque est annulée. Auvergne est renvoyé en métropole.

Période de paix et Révolution française

Les prémices de la Révolution française commencent à se fait sentir.
Le contrecoup de la Révolution se fait sentir dans le régiment d’Auvergne. Travaillé par les agents provocateurs, des querelles surgissent entre les soldats. En mars 1790, les grenadiers voulurent chasser un des leurs ; le reste du régiment prit fait et cause pour l'évincé et il en résulta une sanglante mêlée à la suite de laquelle les officiers et les compagnies d’élite furent obligés de se retirer sur les terres de l’Empire. Ce détachement se rendit, en logeant la frontière, à Conflans près de Metz, pour se mettre à la disposition du marquis de Bouillé. Les compagnies de fusiliers, après réflexion, vinrent bientôt le rejoindre.

  • En avril-mai 1790 Auvergne est en garnison à Bitche et y reste jusqu'au.
  • 14 mai 1791, où il est envoyé à Phalsbourg.

Par ordonnance du ministre de la Guerre, Louis Le Bègue Duportail, en date du 1er janvier 1791, les noms d’Ancien Régime des régiments sont abolis.
Dans le but de rationaliser le système, et de la volonté de faire table rase du passé, les régiments se voient attribuer un simple numéro qui correspondait au rang qu’ils occupaient depuis le 25 mars 1776.
Le régiment d'Auvergne devient donc le 17e régiment d'infanterie

La bataille de Valmy, le 20 septembre 1792, peinture de Jean-Baptiste Mauzaisse, 1835.

Le régiment est à cette époque travaillé par des tentatives d’embauchage de la part des émigrés. Le résultat de ces menées fut de mettre les soldats en état d'insurrection contre leurs officiers. Ceux-ci furent tous chassés, sans distinction et les soldats, restés sans chefs, se formèrent en une société patriotique, qui n’obéit plus à rien ni à personne.
Nommé le 25 juillet 1791, le nouveau colonel, Guillaume Mathieu Dumas de Saint-Marcel[23], membre de l'Assemblée nationale parvint à faire rentrer le régiment dans le devoir. Il écrit le 7 octobre, une lettre circulaire à tous les officiers, pour les engager à venir reprendre leur service mais il ne s’en présenta que 7.

17e régiment d'infanterie de ligne

Guerres de la Révolution française

Depuis 1791, les monarchies d'Europe assistent avec préoccupation à la Révolution française et ses bouleversements et se demandent s'ils doivent intervenir, soit pour aider Louis XVI, soit pour profiter du chaos en France.
Le 27 août 1792, Léopold II et le roi Frédéric-Guillaume II de Prusse, après avoir reçu en consultation des nobles émigrés français, publièrent la déclaration de Pillnitz qui déclarait l'intérêt des monarques d'Europe au bien-être de Louis XVI et de sa famille et menaçaient de vagues mais graves conséquences quiconque les agresserait.
L'Assemblée nationale législative déclara la guerre à l'Archiduché d'Autriche lors du vote du 20 avril 1792 après que le ministre des Affaires étrangères, Dumouriez, lui ait présenté une longue liste de griefs.
Alors que le gouvernement révolutionnaire levait frénétiquement des troupes fraîches et réorganisait ses armées, une armée alliée, essentiellement prussienne, commandée par Charles-Guillaume-Ferdinand, duc de Brunswick se rassembla à Coblence sur le Rhin.
En juillet, l'invasion commença et l'armée de Brunswick prit facilement les forteresses de Longwy et de Verdun.

En 1792, 1er bataillon et la compagnie de grenadiers du 2e se rendirent à l’armée du Nord, commandée par La Fayette.
Le reste du régiment est placé à Metz et fait partie de l'armée du centre sous Kellermann.

  • Le 20 septembre 1792, les deux bataillons du 17e régiment d'infanterie se trouvent ainsi à la bataille de Valmy.

Après l'évacuation de la France par les Prussiens les deux bataillons du 17e régiment suivent Dumouriez en Belgique et combattent

En 1793, le régiment est

  • le 18 mars 1793 à la bataille de Neerwinden qui se termine par un désastre. Après la malheureuse issue de cette dernière journée, l’armée française se retire sur Kumtich et Pellenberg.
  • Le 22 mars les impériaux lancent une attaque générale sur Pellenberg et Korbeek. Les grenadiers hongrois s'emparent de Bierbeek, qui couvre le front de la division Le Veneur. Ce dernier envoie alors Auvergne à la rescousse. Le régiment, avec le colonel Dumas[23] en tête, se précipite au pas de charge et à la baïonnette sur les Hongrois et les chasse de Bierbeek après leur avoir pris 2 canons et tué la moitié de leurs bataillons.
    Toutefois les troupes françaises, démoralisées par la défaite de Neerwinden évacuent la Belgique en direction de Valenciennes.
    Pendant cette retraite, Auvergne prend part à tous les petits combats d'arrière-garde livrés à Condé et Valenciennes et en particulier
  • le 8 mai près de Raismes, ou le 17e RI effectua une retraite, d'arrière-garde lente et bien ordonnée sous le feu des batteries autrichiennes.

Équipement

Drapeaux

Les drapeaux d'Ordonnance du régiment d'Auvergne avaient :

  • deux carrés violet.
  • deux carrés noirs.

Le violet était la marque distinctive des Petits Vieux.
Le noir était un souvenir des bandes de Piémont. Le régiment d'Auvergne avait été formé dans le Dauphiné et le Lyonnais sous le nom de régiment du Bourg de Lespinasse

Le drapeau d'ordonnance sous l’Ancien Régime est écartelé : au 1 et 4 de sable, au 2 et 3 violet, à la croix blanche brochant sur le tout.

Habillement

Jean-Baptiste Symon de Solémy, premier major général de l'infanterie à l'armée de Condé, en uniforme du régiment d'Auvergne (règlement de 1779).
Description de l'uniforme en 1734 

Auvergne avait habit, veste et culotte blancs, collet et parements violets, boutons blancs et galon de chapeau en or; Poches en travers, 3 boutons sur les poches et autant sur les parements.

Description de l'uniforme en 1776 

Le revers fut violet et il eut les boutons jaunes.

Personnalités ayant servi au régiment

Le régiment d’Auvergne à la bataille de Kloster Kampen

Le 15 octobre 1760 lors de la bataille de Kloster Kampen le régiment eut près de 800 hommes mis hors de combat, et 58 officiers tués ou blessés.
Les tués étaient :

Capitaines
  • d'Assas, de Juignan, Saint-Firmin, de Roquade, d'Alba, de Saignard et de La Roche-Pancée.
Lieutenants
  • Dupuy, Laugier
203 soldats

Les blessés étaient :

Colonel
Lieutenant-colonel
Major
  • Périchon
Aide-majors
  • d'Haupré, et du Roure.
Capitaines
  • Hostallier, de Liabel, d'Ollias, La Bune, Chambarlhac, Duquel, de Morgues, de Laval, de Regnerie, de Fontagnan, de Fatre, Chéry, Despans, de Barillac, La Ferté, Chaumouroux, de Sanhard de Sasselange, Malherbe, Saint-Victor.
26 lieutenants ou sous-lieutenants
512 soldats

Bibliographie

  • Histoire de l'ancienne infanterie française par le général Louis Susane
  • Histoire du Connestable de Lesdiguieres par Louis Videl secrétaire dudit connestable
  • Mémoires du duc de Villars

Notes et références

  • La source provient exclusivement de l'histoire de l'ancienne infanterie française par le général Louis Susane pages 388 à 443.
  • Quelques suppléments sont tirés des ouvrages cités dans bibliographie
  1. On le trouve écrit Bourg-Lespinasse ou Bourg de L'Espinasse avec divers variantes
  2. Brevet par lequel le roi de France pourvoit à des charges et offices militaires
  3. La possession d'un drapeau blanc devint le privilège et la marque des corps permanents, mais on laissait aux formations temporelles la possibilité d'obtenir le drapeau blanc si elles s'en montraient dignes.
  4. Nous étions le Nouveau Monde, Jean-Claude Germain, Hurtibise, p. 145, 2009
  5. A la Révolution, le régiment de Gâtinais devient le 18e régiment d’infanterie
  6. Demi-brigades de première formation n° 1 à 50 sur www.1789-1815.com
  7. Antoine du Maine, baron du Bourg de Lespinasse fut gouverneur de la Bastille à Paris en 1588 par le duc de Mayenne
  8. a, b et c Généalogie de Benjamin de La Rochefoucauld, comte d'Estissac sur geneanet.org
  9. a et b Le prince de Marsillac est maistre de camp il a alors 16 ans. Il fut fait maréchal de camp le 19 mai 1646. Il est l'auteur des maximes
  10. a et b Le cardinal de Richelieu à la conquête de la Lorraine: Correspondance, 1633 Par Marie-Catherine Vignal Souleyreau
  11. a et b Petite biographie du marquis de Leuville
  12. a, b et c Claude, comte de Maugiron avait eu un régiment d'infanterie à son nom en 1630. Il quitta le régiment d'Auvergne en 1641 et obtint le régiment de cavalerie de la Reine-Mère à sa création en 1643. Il fut nommé maréchal de camp le 27 septembre 1643 et lieutenant-général le 12 juin 1651
  13. Le marquis de Calvisson fut mestre de camp en 1650 et eut le brevet de maréchal de camp le 4 octobre 1651
  14. Le comte de Moussy sera tué lors de la bataille de Saint-Gothard le 1er août 1664
  15. Volontaire lors de la première guerre austro-turque en Hongrie il fut grièvement blessé à la bataille de Saint-Gothard le 1er août 1664
  16. Claude-François de Bouthillier, marquis de Chavigny meurt à Guastalla à la fin de l'année 1702
  17. Tué le 26 décembre 1704 au siège de Verrue (Verrua Savoia) alors qu'il venait d'être nommé maréchal de camp. Le chevalier d'Imécourt avait été nommé brigadier le 29 janvier 1702 et avait été nommé maréchal de camp le 26 octobre 1704. Il avait eu 8 frères au service comme lui et il était le 5e à tomber sur le champ de bataille
  18. David d'Alba était entré dans le régiment d'Auvergne comme sous-lieutenant en 1665 et était passé lentement par tous les grades. Il occupa successivement les charges de major le 4 janvier 1689, de lieutenant-colonel le 16 décembre 1703, colonel en 1705 et brigadier le 20 juillet 1711. Le 16 août 1705 à la bataille de Cassano il est blessé, grièvement, pour la 10e fois de sa carrière.
  19. Le colonel Georges-Jacques, comte de Clermont d'Amboise est mortellement blessé d'un coup de fusil à la bataille de Colorno le 4 juin 1734. Il mourut le 6 juin 1734. Il avait été nommé brigadier le 20 février de cette année
  20. Lors d'une sorti, le 14 septembre, durant siège de Prague en 1742 le colonel Armand-Henri marquis de Clermont-Gallerande y eut une cuisse emportée par un boulet et mourut peu de jours après.
  21. César-François de Beauvoir, marquis de Chatellux était colonel en 1749. Il est fait brigadier le 20 février 1761, maréchal de camp le 25 juillet 1762 et lieutenant-général en 1781.
  22. a, b et c Guillaume Mathieu Dumas de Saint-Marcel né le 15 avril 1755 à Montpellier mort le 1er mai 1826 à Versailles. Il fut membre de l'Assemblée nationale, conseiller d'État et général de division
  23. Le voyage de Henri IV en Savoie pendant le siège de Montmélian
  24. Le Fort de Montmélian
  25. Histoire du Connestable de Lesdiguieres pages 447 et suivantes
  26. Racan (1589-1670) Histoire Anecdotique Et Critique de Sa Vie Chapitre VII page 106 et suivantes
  27. Écrit Autrain, il s'agit d'Entrains-sur-Nohain proche de Donzy
  28. Il s'agit de Saint-André-Montbrun fils de Charles Dupuy de Montbrun
  29. Histoire de l'ancienne infanterie française par le général Louis Susane T3 Pages 393-394
  30. Robert Bertie, 1er comte de Lindsey  (17 décembre 1583 - Edge Hill  24 octobre 1642)
  31. Gravure du combat du pont de Carignan le 6 août 1630 par Charles Gavard
  32. Par la suite, après la mort de Richelieu, le marquis de Leuville sera fait maréchal de camp le 4 mai 1646 et lieutenant-général le 4 novembre 1650
  33. Estampe du siége de Valence sur le Pô
  34. Fort de Breme basti par les françois sur le bord du Po aux confins du milanois assiegé par les Espagnols sous le commandt du marquis de Leganes le vendredi 12 mars 1638 rendu le 28 dudt mois
  35. Souvent écrit Bordilly
  36. [1]
  37. [2]
  38. [3]
  39. L'ouvrage cite le nom de Schnappans
  40. NB : Armée de Flandre pas armée des Flandres
  41. 25 décembre 1692-7 janvier 1693
  42. Carte de Furnes (Belgique. - Siège) (1692-1693)
  43. a et b Cartes des environs de Pignerol sur gallica.bnf
  44. Le fort Sainte-Brigitte est situé à 1/4 de lieue environ au Nord de Pignerol
  45. Histoire de l'ancienne infanterie française, par le général Louis Susane page 410
  46. Plan de Verrue, attaquée par l'armée du roy commandée par Mgr le duc de Vendosme
  47. La grand-garde où les grand-gardes étaient les avant-postes
  48. Contregarde : Ouvrage construit autour d'un bastion, d'une demi-lune, etc
  49. Les Mémoires du duc de Villars tome 3 page 262 indiquent 50 hommes tués et 30 prisonniers alors que l'Histoire de l'ancienne infanterie française par le général Louis Susane page 417 indique 150 hommes tués et 30 prisonniers.
  50. le colonel Georges-Jacques, comte de Clermont d'Amboise mourut le 6 juin 1734
  51. Mémoires, de l'Académie nationale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, Marcelle Delpastre
  52. Moldauégalement écrit Moldaw
  53. Les 2 autres bataillons restant au siège de Tournai
  54. Peut-être s'agit-il de l'Abbaye d'Affligem ??
  55. Indiqué fort de La Perle dans l'ouvrage il est possible qu'il s'agisse du fort de Perel. Cela reste à confirmer
  56. En 1777 Louis XVI de France créa une pension de 1 000 livres à perpétuité en faveur des héritiers de Louis d'Assas
  57. également écrit Willingshausen
  58. par 48° 40' de latitude et 9° 42' de longitude.
  59. a et b
  60. Demi-brigades de première formation n°s 1 à 50
  61. Dominique François Dumoulin Pentaignan de La Bartelle était engagé volontaire en 1727. Il fut nommé lieutenant-colonel le 24 juin 1758. Il avait déjà été blessé à Guastalla en 1734, au siège de Prague en 1742 et à Rocoux en 1746

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes