Psychisme

Le psychisme est l'ensemble des processus et phénomènes psychiques.

L’ensemble des caractères psychiques conscient ou inconscient, considéré en totalité ou partiellement, des phénomènes, des processus relevant de l’esprit, de l’intelligence, de l’affectivité et de la volonté constitue la vie psychique d'un individu.

Dans une autre acception, le mot psychisme désigne un ensemble particulier de phénomènes psychiques formant un tout. Par exemple : le psychisme inconscient, le psychisme animal, le psychisme morbide[1].

Étymologie, psyché et psychisme

1873 : le mot « psychisme » est dérivé de psyché, issu du grec ancien ψυχή (« âme, souffle de vie ») avec le suffixe -isme.[réf. souhaitée]

Mis à part son emploi en grec moderne et dans un registre précieux ou allusif au monde antique (en philosophie et littérature), « psyché » n'est pas un mot en usage dans les langues modernes, contrairement au terme créé de « psychisme », « mot assez barbare », qui peut correspondre, selon le philosophe Yvon Brès, à la notion plus banale de mind en anglais[2].

Toutefois, les mots « psyché » et « psychisme » désigneraient en général l'ensemble des phénomènes et processus pouvant être rapportés à l' « âme » « entendue au sens empirique » en deçà d'une précision d'option pour son contenu, et à l'exclusion de sa signification métaphysique ou religieuse[2].

Définition du psychisme en psychologie

Dans la mesure où le mot « psychisme » « est — ou plutôt se veut — “scientifique” », pense Yvon Brès, il se définit par rapport à la science dont « il est censé désigner l'objet », c'est à dire la psychologie[2]. Comme de la conscience on ne peut qu'évoquer l'expérience vécue et que par là, elle échappe à toute définition, toute définition du psychisme risque de se révéler circulaire ou pour le moins limitative[2]. Brès propose dès lors cette définition: « on appellera “psychisme” ce qui est objet de la psychologie en tant que discipline distincte de la métaphysique et de la biologie », tout en considérant que la difficulté demeure en fonction des limites et des principes de la psychologie qui sont eux-mêmes problématiques[2].

Psychanalyse

Le psychisme est un concept central en psychanalyse et chez Sigmund Freud.

Psychologie analytique

Le terme psyché est employé particulièrement par Carl Gustav Jung et en psychologie analytique.

Théorie historico-culturelle du psychisme

La théorie historico-culturelle du psychisme soutient que le psychisme humain n'est pas seulement influencé par les racines biologiques et héréditaires de l'homme, mais aussi et surtout par son insertion au sein d'une société et d'une culture.

Psychologie et médecine

Peau et psychisme

La distinction soma/psyché est mise à mal lorsqu'il s'agit de la peau. Il existe des manifestations cutanées directement liées au psychisme (affections psychogènes d'ordre psychiatrique) ; des dermatoses peuvent être influencées par des facteurs psychiques (stress émotionnel). À l'inverse des dermatoses peuvent retentir sur le psychisme par leur caractère inesthétique, leur chronicité, un prurit persistant[3],[4].

Neurologie et psychanalyse

Selon la philosophe Catherine Malabou :

« la neurologie contemporaine conteste fondamentalement le concept et l'existence de ce que Freud a mis au jour sous le nom « d'énergie psychique ». Cette dernière constitue pour Freud le moteur de la régulation de tous les incidents qui surviennent au psychisme, de tout ce qui lui arrive[5] »

Notes et références

  1. Paul Foulquié, Dictionnaire de la langue philosophique, PUF, .
  2. a b c d et e Yvon Brès, « psyché, psychisme », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Paris, Hachette Littératures, , p. 1369-1371.
  3. R. Aron-Brunetiere et H. Loo, « Psychiatrie et dermatologie » (fascicule 37670 B10), Encyclopédie médico-chirurgicale, psychiatrie,‎ , p. 1-8.
  4. M.S. Doustre et C. Beylot, « Peau et psychisme », Le Concours Médical, vol. 114, no 36,‎ , p. 3283-3287.
  5. Catherine Malabrou, Les nouveaux blessés. De Freud à la neurologie : penser les traumatismes contemporains, éditions des Presses Universitaires de France, Paris, 2007, [lire en ligne], point 3 de l'introduction de la première partie : « La remise en question de l'énergie psychique ».

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes