Pseudépigraphe

(Redirigé depuis Pseudépigraphique)

Un pseudépigraphe (du grec ψευδής, pseudḗs, "faux", et ἐπιγραφή, epigraphḗ, "inscription" ou "nom") est un texte faussement attribué à un auteur qui ne l'a pas écrit[1].

Définition

En général, l'ouvrage pseudépigraphe est attribué à une figure historique du passé, aussi bien dans le cadre de la littérature que dans le cas de plusieurs livres de la Bible[2]. Cette attribution erronée peut correspondre à une volonté d'édification religieuse ; ainsi Renan évoque-t-il, dans sa Vie de Jésus, les « innombrables productions pseudépigraphes de l'Inde »[3].

Durant l'Antiquité, ce processus était couramment employé, pour des raisons parfois obscures. Par exemple, de nombreux textes de l'époque hellénistique ont notamment été attribués à Hénoch, Noé, Moïse, Salomon, Baruch, et d'autres[4].

Des vendeurs peu scrupuleux proposaient des œuvres qu'ils avaient eux-mêmes écrites ou compilées, en prétendant qu'elles venaient d'auteurs illustres, comme Aristote ou Platon. De plus, les auteurs qui traitaient des mêmes matières étaient généralement regroupés dans les bibliothèques antiques. Une quantité prodigieuse de livres fut attribuée aux auteurs les plus illustres de l'Antiquité[5].

Une tablette cunéiforme assyrienne retrouvée au Proche-Orient contient un catalogue de textes et d'auteurs. Ce catalogue recense les textes les plus connus parmi les écoles de scribes, et donne pour chacun ce qui est perçu comme l'auteur et l'éditeur. La tablette mixe trois types d'auteurs : la déesse Ea, des personnages légendaires, et des érudits reconnus[6]. Ce texte assyrien peut être comparé au Talmud de Babylone, qui assigne un auteur illustre à chaque livre de l'Ancien Testament[7].

Pseudépigraphes et pseudo-auteurs

Nombreux sont les textes de l'Antiquité faussement attribués à tel ou tel auteur. Le plus souvent, c'est dû à des erreurs lors de constitutions de manuscrits ou des paternités attribués par un style et des thématiques proches. Il est coutumier dans ce cas d'attacher au nom de l'auteur mis en avant le préfixe « pseudo ». En sachant que pour plusieurs pseudo-auteurs, il faut appliquer le pluriel, car plusieurs œuvres attribuées à tort ont des différences stylistiques trop marquées pour être attribués au même anonyme. Ces œuvres sont apocryphes et concerne surtout des ouvrages de l'époque antique. On peut citer[8] :

Nouveau Testament

Plusieurs livres du Nouveau Testament sont jugés pseudépigraphes par la critique historique : la moitié des Épîtres pauliniennes ainsi que les évangiles selon Matthieu et selon Jean. Ces deux derniers ont longtemps été attribués aux apôtres Matthieu et Jean, thèse qui n'est plus retenue par les chercheurs.

Notes et références

  1. LSJ entry for ψευδεπίγραφος, http://perseus.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/getobject.pl?c.83:2:17.LSJ, accessed 1/20/11
  2. Richard Bauckham, "Pseudo-Apostolic Letters", Journal of Biblical Literature, Vo. 107, No. 3, September 1988, p. 469–94.
  3. « Pseudépigraphe », dictionnaire du CNRTL.
  4. Philippa Townsend et Moulie Vidas, Revelation, Literature, and Community in Late Antiquity, p. 35
  5. Histoire de l'école d'Alexandrie comparée aux principales écoles contemporaines, p. 125
  6. Karel Van der Toorn, Scribal Culture and the Making of the Hebrew Bible. p. 42-43
  7. Karel Van der Toorn, Scribal Culture and the Making of the Hebrew Bible. p. 44
  8. Liste provenant en partie du catalogue de 2016 de la collection Budé des éditions Les Belles Lettres qui recense 15 auteurs grecs ou latin avec le préfixe « -Pseudo »
  9. Les notices de l'édition Budé sont formelles, il est impossible que les Guerres d'Egypte, d'Alexandrie et de Germanie furent écrites par le même auteur.

Voir aussi