Prosodie

D'une manière générale, la prosodie est l'inflexion, le ton, la tonalité, l'intonation, l'accent, la modulation que nous donnons à notre expression orale, de manière à rendre nos émotions et intentions plus intelligibles à nos interlocuteurs[1]. En outre, c'est l'étude des traits phoniques, c'est-à-dire l'étude du rythme (vitesse d'élocution), de l'accent et de l'intonation.

Grammaire

En grammaire, la « prosodie grammaticale » traite de la quantité syllabique et de l'accent tonique. Réservé tout d'abord aux langues antiques grec et latin, le terme a été appliqué avec la même signification aux langues modernes dès la Renaissance. La Prosodie de l'abbé d'Olivet (1736) a longtemps fait autorité pour ce qui concerne les règles de quantité syllabique en français.

Linguistique

La linguistique a redéfini la prosodie comme l'ensemble des phénomènes dits supra-segmentaux, c'est-à-dire échappant au découpage de la chaîne parlée en phonèmes, à savoir rythme, accent, intonations et quantité syllabique. Sur ce terrain, la prosodie est complémentaire de la phonologie[2].

Il existe plusieurs éléments prosodiques. Les principaux sont les suivants :

  • La variation de la hauteur de la voix
  • La longueur des sons
  • Le niveau sonore
  • Le timbre (qualité du son)

Cela correspond globalement aux termes suivants :

  • La fréquence fondamentale (F0, mesurée en Hertz)
  • La durée (millisecondes ou secondes)
  • L'intensité (mesurée en décibels)
  • Les caractéristiques du spectre

Différentes combinaisons de ces éléments sont utilisées suivant les fonctions linguistiques de l'intonation ainsi que d'autres éléments prosodiques tels que le rythme, les pauses et le tempo[3].

Poésie

C'est par abus qu'on appelle parfois prosodie l'ensemble des règles de construction des vers. C'est la métrique, et non la prosodie, qui traite de la structure des vers : on devrait donc réserver le terme de prosodie aux propriétés intrinsèques des syllabes[réf. nécessaire]. Si la métrique a un lien avec la prosodie, c'est parce qu'elle est susceptible de s'appuyer (mais sans les englober) sur des propriétés prosodiques. Par exemple, la métrique gréco-latine se fonde sur la quantité (prosodique) des syllabes. Elle ne tient en revanche aucun compte de l'accent tonique, qui appartient pourtant aussi à la prosodie. Sur ce terrain, la prosodie et la métrique sont donc distinctes mais complémentaires, même s'il n'est pas toujours facile de délimiter très précisément leurs champs respectifs.

Musique

En musique vocale, on appelle aussi prosodie la manière dont sont mises en mesure et en rythme les syllabes du texte. En France, par exemple, jusque vers le troisième quart du XVIe siècle, le rythme musical s'est surtout calqué sur le mètre poétique, sans chercher à privilégier d'autres syllabes que celles de la césure et de la rime. Avec la musique mesurée lancée dans les années 1570 par l'Académie de musique et de poésie, on assiste à une tentative d'envergure de rendre en musique la quantité syllabique. Un siècle plus tard, le récitatif s'attachera plutôt à mettre en relief les accents toniques du texte, pratique qui restera la norme.

Autisme

Les personnes concernées par le syndrome d'Asperger et l'autisme en général[4] ont un débit de parole, un niveau sonore vocal, une hauteur de voix inhabituelle et une prosodie, y compris grammaticale significativement modifiée, au détriment de la « prosodie émotionnelle »[5], qui peut contribuer à des difficultés communicationnelles[6],[7],[8],[9].

Notes et références

  1. Encyclopédie Vulgaris Médical : Prosodie
  2. http://w3.gril.univ-tlse2.fr/francopho/lecons/prosodie.html#21
  3. Di Cristo, A. (2013). La prosodie de la parole. De Boeck Superieur.
  4. Courtois, N. (2007). Troubles prosodiques chez les personnes autistes. Rééducation orthophonique, 139.
  5. Chassaint A (2009) Étude de la perception de la prosodie émotionnelle chez des enfants autistes, dans la perspective de l'élaboration d'une fiche-conseil pour la prise en charge orthophonique (Doctoral dissertation).
  6. Chevallier, C. (2009). La communication dans le syndrome d’Asperger (Doctoral dissertation, Lyon 2).
  7. Tiengou, L., Dupin, H., Laval, V., & Gil, S. (2012). Pragmatique et compréhension du langage chez les adolescents atteints du syndrome d'Asperger: le rôle du contexte situationnel et de la prosodie émotionnelle (Doctoral dissertation).
  8. Latry, M. (2007). Adaptation à la langue française du test PEPS évaluant les compétences prosodiques chez les sujets présentant un autisme de haut niveau ou un syndrome d'Asperger (Doctoral dissertation).
  9. Laval, V., Sourn-Bissaoui, L., Girard, P., Chevreuil, C., & Aguert, M. (2012). Prosodie émotionnelle et compréhension des actes de langage expressifs chez des enfants et adolescents avec un Trouble du Spectre Autistique. Revue française de linguistique appliquée, 17(2), 77-88.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

Bibliographie

  • Éléments de linguistique générale, d'André Martinet est un livre de référence