Procopius Divisch

Procopius Divisch
Divis.jpg

Procope Divisch, eau-forte de Johann Balzer  (1772)

Biographie
Naissance
Décès
(à 67 ans)
Přímětice ()
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Procope Divisch (Václav Divíšek, latinisé en Procopius Divisch ; né le à Helvíkovice; † à Přímětice, quartier de l'actuelle Znojmo), est un chanoine tchèque de l’ordre des Prémontrés. Il construisit une machine météorologique pour prévenir des coups de foudre.

Biographie

Natif de Bohême orientale, Procopius Divisch fréquenta l'école jésuite de Znaïm puis étudia la philosophie à l’abbaye de Louka de 1720 à 1724. En 1725 il fut ordonné diacre et reçut la prêtrise en 1726. Il se tourna alors vers l’étude de la théologie, qu'il poursuivit jusqu'en 1734 à l’Université de Salzbourg. De retour à l’abbaye prémontrée de Louka, il en fut le prieur jusqu’en 1742 puis rejoignit l’abbaye de Přímětice en tant que père supérieur : il ne devait plus changer d’affectation par la suite.

Ses goûts prédisposaient Divisch à l’étude des sciences naturelles, de la physique et surtout de l’électricité. Il étudia l’influence de ce phénomène sur les cultures, et tenta même de s’en servir à des fins médicales. Divisch correspondait régulièrement avec les érudits et théologiens de son temps, parmi lesquels les théologiens wurtembergeois Johann Ludwig Fricker  et Friedrich Christoph Oetinger.

C'est au cours des années 1740 que Divisch réalisa le plus gros de ses expériences avec l’électricité. À la suite de l'expérience qui coûta la vie au professeur Georg Wilhelm Richmann le 26 juillet 1753, lors d'essais avec l'électricité atmosphérique à Saint-Pétersbourg, Divisch adressa à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg un mémorandum en latin sur les leçons à tirer de l’événement[1]. Il pareillement alla au contact du professeur de physique pragois Jan Antonín Scrinci  et du mathématicien Leonhard Euler. On l’ignora en raison de lui être un théologien - puis, on discerna des erreurs dans sa théorie.

Ignoré par la communauté scientifique, en 1754, il ordonna aux paysans locaux de édifier une machine météorologique de façon à prouver sa théorie. Cette machine pour modifier la météo était attachée au sommet d’un poteau de 40 mètres de haut, en son prieuré de Přímětice. En 1759, une sécheresse frappant le pays fit les paysans démolir la machine de leur pasteur. Ses supérieurs ordonnèrent Divisch d’arrêter les tentatives de manipulation du temps.

Plus tard, sa machine a été interprétée comme un paratonnerre autoportant, égal aux efforts de Benjamin Franklin. Bien que cela ait été prévu autrement, sa construction a en fait servi de paratonnerre, aussi. Son rôle de « Franklin Européen » est ainsi contesté[2],[3].

Œuvre

L’Académie de Berlin avait mis au concours de 1755 la question de la nature de la foudre ; le mémoire de Divisch, Deductio theoretica de electrico igne, fut supplanté par celui de Johann Euler, fils de Léonard Euler. Sa Magia naturalis (traitant là encore d’électricité) ayant été censurée par Vienne, il la fit publier à Tübingen en 1765 par son ami Friedrich Christoph Œtinger[4], surintendant extraordinaire d'Herrenberg, sous le titre Procopii Divisch Theologiae Doctoris & Pastoris zu Prendiz bey Znaim in Mähren längst verlangte Theorie von der meteorologischen Electricite.

Découvertes

Paratonnerre de la maison de Divisch.
  • Le Denis d'or, un instrument de musique non-identifiable à 790 cordes, censé imiter les instruments à vent et à cordes. Cet appareil capricieux pouvait envoyer de manière impromptue une décharge électrique au musicien[5].
  • La machine météorologique. Divisch fabriqua deux modèles de sa machine avant qu’il ne soit interdit de continuer.

Écrits

  • Alpha, et omega. Seu principium, et finis duobus tractatibus [...] constans, 1735
  • Längst verlangte Theorie von der meteorologischen Electricite, 1765
  • Ara Theologica, 1735
  • Descriptio machinae meteorologicae
  • Deductio theoretica de electrico igne

Bibliographie

  • Reinhard Breymayer : Bibliographie zu Prokop Diviš. In: Friedrich Christoph Oetinger: Die Lehrtafel der Prinzessin Antonia. Hrsg. von Reinhard Breymayer und Friedrich Häußermann, Teil 2. Anmerkungen. Berlin, New York: Walter de Gruyter 1977, p. 431-453
  • Luboš Nový (Hrsg.): Dějiny exaktních věd v českých zemích do konce 19. století. Prag 1961
  • Wolfgang Grassl: Culture of Place: An Intellectual Profile of the Premonstratensian Order. Bautz, Nordhausen 2012.

Notes et références

  1. Titre du mémoire : Reflexio Procopii Divisch sanctæ scripturæ doctoris canonici Præmonstratensis super infeliciter tentatum experimentum meteorologicum a domino professore Richmanno Peterburgensi die 26. julii 1753.
  2. I. Bernard Cohen, Robert Schofield, « Did Diviš Erect the First European Protective Lightning Rod, and Was His Invention Independent? », Isis, vol. 43, no 4,‎ , p. 358–364 (ISSN 0021-1753, lire en ligne)
  3. Karel Hujer, « Father Procopius Diviš — The European Franklin », Isis, vol. 43, no 4,‎ , p. 351–357 (ISSN 0021-1753, lire en ligne)
  4. Cf. [1] Friedrich Christoph Oetinger dans: PlusPedia.
  5. Becky Ferreira, « Comment un moine du 18ème siècle a inventé la musique électronique », Vice Motherboard, 28 mars 2017.

Source