Prix national de littérature (Chili)

(Redirigé depuis Prix national de Littérature (Chili))
Prix national de littérature du Chili
Nom original Premio Nacional de Literatura de Chile
Prix remis Un diplôme, 6 562 457 pesos (évolutif) et une rente à vie[1]
Description Prix récompensant l'ensemble de l'œuvre littéraire d'un auteur chilien, quel qu'en soit le genre.
Organisateur Ministère de l'Éducation
Pays Drapeau du Chili Chili
Date de création 1942
Dernier récipiendaire Manuel Silva Acevedo 

Le prix national de littérature du Chili (en espagnol : Premio Nacional de Literatura de Chile, est un prix littéraire qui est attribué chaque année par le ministère chilien de l'Éducation à un auteur chilien pour récompenser l'ensemble de son œuvre littéraire, quel qu'en soit le genre.

Histoire

Le prix national de littérature fait partie des Prix nationaux du Chili [2] et est considéré comme le plus prestigieux prix de littérature du pays. Il a été créé le [3] pendant la présidence de Juan Antonio Ríos. C'est une année particulière, puisqu'il s'agit des 100 ans du Mouvement littéraire de 1842[4],[1].

« Le prix tient ses origines de la préoccupation née de la Société des écrivains[N 1] pour l'orphelinat social dans lequel vivaient les écrivains chiliens. Cet orphelinat faisait référence à l'incapacité de vivre de ses droits éditoriaux et d'être les seuls travailleurs qui n'étaient pas protégés par les lois prévisionnelles et qui ne disposaient pas de droits d'assistance, une situation qui perdure, avec de rares exceptions, de nos jours[N 2],[1]. »

Sous le gouvernement précédent[N 3], en 1940, la SECH avait obtenu des avancées considérables en vue de ce projet de loi, mais la mort d'Aguirre Cerda mit en suspens le processus[4],[1]. Quand Antonio Ríos fait voter la loi, la SECH est composée des plus prestigieux écrivains du pays, puisque Jerónimo Lagos Lisboa  en est le président et que les directeurs sont Rubén Azócar , Nicanor Parra, Manuel Rojas et Francisco Coloane[4].

Le prix était à l'origine décerné par un jury composé de membre de la SECH « pour une vie entière consacrée à l'exercice des lettres[N 4] » et consiste en un diplôme, une somme indivisible d'argent et une pension à vie[N 5],[4],[1]. Le prix est décerné chaque année depuis sa première cérémonie en 1942 par un jury composé du recteur de l'Université du Chili, un représentant du ministère de l'Éducation et un représentant de la SECH[1].

En 1960, le nombre de membres du jury augmente : un autre représentant de la Société des écrivains ainsi qu'un autre membre de l'Académie de la langue obtiennent un siège supplémentaire[5].

Mais le , le prix devient bisannuel[6]. Par ailleurs, le jury change : il est désormais constitué du recteur de l'Université du Chili, d'un représentant de l'Académie chilienne de la Langue, de deux représentants des écrivains — l'un étant désigné par le PEN club du Chili et l'autre par la Société des écrivains — ainsi que du représentant du Ministère de l'Éducation[4]. Ainsi, le prix national de littérature n'est pas décerné en 1973, et le , le Diario Oficial confirme, au moyen d'un Decreto Ley} (décret loi), la périodicité du prix, précise les genres littéraires reconnus — poésie, roman, conte, théâtre, essai et critique littéraire — en spécifiant qu'il devait y avoir une alternance entre les genres d'une année sur l'autre (art. 7), et que le candidat, avec l'aide de l'institution qu'il représente, devait présenter un dossier expliquant ses mérites[4].

En septembre 1992, grâce à la loi no 19169[2], le Ministère de l'Éducation promeut de nouvelles reformes, notamment le fait qu'un candidat peut être choisi indépendamment de son genre littéraire de prédilection[N 6] que « le jury est souverain dans la sélection des postulants[N 7] », qui n'ont plus besoin de présenter de dossier expliquant leurs mérites — bien que la pratique demeure[4]. La composition du jury est également modifiée : les deux représentants des écrivains sont remplacés par un autre académicien ; il est donc composé de 4 personnes et le représentant du Ministère de l'Éducation décide du lauréat en cas d'égalité[4]. Par ailleurs, le système de rétribution est lui aussi modifié : l'article no 17 stipule que le prix consiste en un diplôme, une somme de 6 562 457 pesos (qui se réajuste tous les ans selon l'indice du coût de la vie) ainsi que d'une pension à vie de 20 unités tributaires mensuelles[1].

La SECH mène depuis 2010 une campagne pour redonner au prix son caractère annuel[4].

Lauréats

Première époque (1942-1972)

  • 1942 – Augusto d'Halmar  (1882-1950), romancier et conteur ;
  • 1943 – Joaquín Edwards Bello  (1887-1968), romancier et chroniqueur ;
  • 1944 – Mariano Latorre  (1886-1955), romancier et conteur ;
  • 1945Pablo Neruda (1904-1973), poète ;
  • 1946 – Eduardo Barrios  (1884-1963), conteur, dramaturge et romancier ;
  • 1947 – Samuel Lillo  (1913-1999), poète et romancier ;
  • 1948 – Ángel Cruchaga Santa María  (1893-1964), poète et chroniqueur ;
  • 1949 – Pedro Prado  (1886-1952), poète, essayiste et romancier[7] ;
  • 1950 – José Santos González Vera  (1897-1970), romancier ;
  • 1951Gabriela Mistral (1889-1957), poétesse
  • 1952 – Fernando Santiván  (1886-1973), romancier et conteur[8] ;
  • 1953 – Daniel de la Vega  (1992-1971), poète, dramaturge, chroniste et romancier ;
  • 1954 – Víctor Domingo Silva  (1882-1960), poète, dramaturge et romancier ;
  • 1955Francisco Antonio Encina (1874-1965), essayiste ;
  • 1956 – Max Jara  (1886-1965), poète[9] ;
  • 1957Manuel Rojas (1896-1973), romancier ;
  • 1958 – Diego Dublé Urrutia  (1877-1967), poète ;
  • 1959 – Hernán Díaz Arrieta  (« Alone ») (1891-1984), essayiste[10] ;
  • 1960 – Julio Barrenechea  (1910-1979), poète et romancier ;
  • 1961 – Marta Brunet  (1897-1967), romancière et conteuse[11] ;
  • 1962 – Juan Guzmán Cruchaga  (1895-1979), poète ;
  • 1963Benjamin Subercaseaux (1902-1973), romancier et essayiste ;
  • 1964Francisco Coloane (1910-2002), conteur et romancier ;
  • 1965Pablo de Rokha (1894-1968), poète et essayiste ;
  • 1966 – Juvencio Valle  (1900-1999), poète ;
  • 1967 – Salvador Reyes Figueroa  (1899-1970), romancier et conteur ;
  • 1968 – Hernán del Solar  (1901-1985), essayiste, poète, romancier et conteur infantile ;
  • 1969Nicanor Parra (1914-), poète ;
  • 1970 – Carlos Droguett  (1912-1996), romancier et conteur ;
  • 1971 – Humberto Díaz Casanueva  (1906-1992), poète ;
  • 1972 – Edgardo Garrido  (1888-1976), romancier.

Deuxième époque (1974-)

  • 1974 – Sady Zañartu  (1893-1983), romancier et conteur ;
  • 1976 – Arturo Aldunate Phillips  (1902-1985), poète[12] ;
  • 1978 – Rodolfo Oroz  (1895-1997), scientifique — prix très contesté[13] ;
  • 1980 – Roque Esteban Scarpa  (1914-1995), romancier et essayiste ;
  • 1982Marcela Paz (1902-1985), romancière infantile ;
  • 1984 – Braulio Arenas  (1913-1988), poète, dramaturge et romancier ;
  • 1986 – Enrique Campos Menéndez  (1914-2007), romancier ;
  • 1988 – Eduardo Anguita  (1914-1992), poète ;
  • 1990José Donoso (1924-1996), romancier ;
  • 1992Gonzalo Rojas (1917-2011), poète ;
  • 1994Jorge Edwards (1931-), romancier et conteur ;
  • 1996 – Miguel Arteche  (1926-2012), poète, romancier et essayiste[14],[15] ;
  • 1998 – Alfonso Calderón  (1930-2009), poète, romancier et essaysite ;
  • 2000 – Raúl Zurita  (1950-), poète ;
  • 2002Volodia Teitelboim (1916-2008), essayiste ;
  • 2004Armando Uribe (1933-), poète ;
  • 2006 – José Miguel Varas  (1928-2011), romancier et conteur ;
  • 2008 – Efraín Barquero  (1931-), poète ;
  • 2010Isabel Allende (1942-), romancière ;
  • 2012 – Óscar Hahn  (1938-), poète ;
  • 2014Antonio Skármeta (1940-), romancier ;
  • 2016 - Manuel Silva Acevedo  (1942-), poète.

Notes et références

Notes

  1. La SECH : Société des écrivains du Chili, fondée en 1931[4].
  2. Texte original : « El Premio, tuvo sus orígenes en la preocupación nacida de la Sociedad de Escritores por la orfandad social en la que vivían los escritores chilenos. Esta orfandad se refería a la incapacidad de vivir de sus derechos editoriales y de ser los únicos trabajadores que no estaban protegidos por las leyes previsionales y que no contaban con beneficios asistenciales, situación que persiste, salvo contadas excepciones, hasta nuestros días[4]. »
  3. Celui de Pedro Aguirre Cerda.
  4. Texte original : « por una vida entera entregada al ejercicio de las letras »
  5. La somme d'argent est équivalente à 50 salaires vitaux mensuels de la part du département de Santiago, versée à partir du 1er janvier de l'année suivant l'obtention du prix ; la pension à vie correspond à 8 salaires mensuels du département de Santiago.
  6. Ce changement met fin à une certaine injustice, dans la mesure où certains auteurs étaient exclu du système d'alternance antérieur[4].
  7. Texte original : « el jurado es soberano en la selección de postulantes »

Références

  1. a, b, c, d, e, f et g (es) « Un galardón no exento de polémicas: Premio Nacional de Literatura », sur memoriachilena.cl, Bibliothèque nationale du Chili (consulté le 31 décembre 2014)
  2. a et b (es) Ministère de l'Éducation, « Loi 19169 : « Establece normas sobre otorgamiento de Premios Nacionales » (« Établit les normes sur l'octroi des prix nationaux ») », sur leychile.cl, (consulté le 31 décembre 2014).
  3. (es) Ministère de l'Éducation, « Loi 7368 : « Crea el Premio Nacional de Literatura y el "Premio Nacional de Arte" » (« Crée le prix national de littérature et le prix national d'Art ») », sur leychile.cl, (consulté le 31 décembre 2014).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (es) « Premio Nacional de Literatura », sur sech.cl, (consulté le 31 décembre 2014).
  5. (es) « Premio Nacional de Literatura - Cronología », sur memoriachilena.cl, Bibliothèque nationale du Chili (consulté le 2 janvier 2015).
  6. (es) Ministère de l'Éducation, « Loi 17595 : « Establece normas para otorgar los Premios Nacionales que indica » (« Établit les normes pour décerner les prix nationaux indiqués ») », sur leychile.cl, (consulté le 31 décembre 2014).
  7. (es) Raul Silva Castro, « Pedro Prado, Premio Nacional de Literatura », Tirada aparte de Occidente, Santiago, vol. 11, no 43,‎ , p. 1-9 (lire en ligne).
  8. (es) « Los Premios Nacionales de Literatura: Vida y obras (Fernando Santivan) », Pro Cultura ?,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  9. (es) « Los Premios Nacionales de Literatura: Vida y obras (Max Jara) », Pro Cultura ?,‎ (lire en ligne).
  10. (es) J. R. F., « Hernán Díaz Arrieta (Alone), Premio National de Literatura 1959 », La Prensa Austral,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  11. (es) Gaston Colina, « Premios Nacionales de Literatura: Marta Brunet (1961) », ?,‎ (lire en ligne).
  12. (es) Fernando Durán V., « Arturo Aldunate Phillips: Premio para una nueva dimensión de literatura », ?,‎ (lire en ligne).
  13. (es) VV AA, « Juicio al jurado », Hoy, (Chili), no 67,‎ (lire en ligne).
  14. (es) P. F., « Arteche, Premio Nacional », ?,‎ (lire en ligne).
  15. (es) Jaime Quezada, « Miguel Arteche: Flamante Premio Nacional de Literatura », La Tribuna, Los Ángeles (Chili),‎ , p. 2 (lire en ligne).

Annexes

Bibliographie

  • (es) Mario Ferrero, Premios nacionales de literatura, Santiago, Ercilla (2 vol.), (OCLC 2414981)
  • (es) Luis Enrique Galván Candiotti, El Premio nacional de literatura y los escritores de Chile, Lima (Pérou), [Imprenta "El Condor"], , 31 p. (OCLC 11041466)
  • (es) Luis Merino Reyes, Escritores chilenos laureados con el Premio Nacional de Literatura, Santiago, Arancibia Hnos., , 132 p. (OCLC 6319655)
  • (es) Hernán del Solar, Breve estudio y antología de los premios nacionales de literatura, Santiago, Zig-Zag, , 371 p. (OCLC 2822361)
  • (es) Pedro Pablo Zegers B, Alone y los premios nacionales de literatura : recopilación y selección, Santiago, Dirección de Bibliotecas, Archivos y Museos, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, , 338 p. (ISBN 9789562440103)
  • (es) « Cuarta etapa editorial: Premios Nacionales de Literatura », La Discusion,‎ , p. 2 (lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes

  • (es) « Un galardón no exento de polémicas: Premio Nacional de Literatura », sur memoriachilena.cl, Bibliothèque nationale du Chili (consulté le 31 décembre 2014)
  • (es) « Premio Nacional de Literatura », sur sech.cl, (consulté le 31 décembre 2014)