Prix Louis-Delluc

Prix Louis-Delluc
Pays Drapeau de la France France
Date de création 1937

Le prix Louis-Delluc est une récompense cinématographique française décernée depuis 1937. Souvent considéré comme le « Goncourt du cinéma »[1],,[3], il est ainsi nommé en hommage à Louis Delluc (1890-1924), réalisateur, scénariste et premier critique de cinéma français, fondateur des ciné-clubs.

Depuis 1999, il s'est vu adjoindre un prix Louis-Delluc du premier film.

Introduction

Le prix a été fondé en 1937 par Maurice Bessy et Marcel Idzkowski. Le jury était composée pour la première année de Maurice Bessy, Marcel Achard, Paul Gordeaux, Georges Altman, Georges Cravenne, Henri Jeanson, Claude Aveline, Pierre Bost, Odile Cambier, Suzanne Chantal, Louis Cheronnet, Émile Cerquant, Georges Charensol, Benjamin Fainsilber, Nino Frank, Paul Gilson, Pierre Humbourg, Marcel Idzkowski, André Le Bret, Roger Lesbats, Pierre Ogouz, Roger Régent, et Jean Vidalref name="Comoedia"/>.

Le jury en 2013 était présidé par Gilles Jacob et composé de Sophie Avon, Pierre Bouteiller, Michel Ciment, Annie Coppermann, Jean-Michel Frodon, Jerome Garcin, Daniele Heymann, Serge Kaganski, Jean-Marc Lalanne, Gérard Lefort, Pascal Mérigeau, Pierre Murat, et Marie-Noelle Tranchant (non-exhaustif)[4].

Ont également fait partie du jury Pierre Tchernia[5], Nicolas de Rabaudy[6], Serge Toubiana[7].

Les membres du jury en 2016 sont au nombre de seize. Ils sont élus à vie par cooptation[8].

Il récompense tous les ans, en décembre, une œuvre cinématographique jugée comme étant le « meilleur film français sorti dans l'année ». Son jury rassemble une vingtaine de critiques et de personnalités du cinéma, sous la présidence de Gilles Jacob, membre du jury depuis 1975[6]. Les délibérations ont lieu au restaurant parisien le Fouquet's sur les Champs-Élysées. Par analogie, il est souvent appelé le « prix Goncourt du cinéma ».

Il est exempt de toute préoccupation commerciale. Il est arrivé quelques fois que le prix honore un film n'étant pas encore sorti en salles comme en 1958 pour Moi, un noir, distribué en mars 1960, Le Roi et l'oiseau en 1979, exploité en mars de l'année suivante, ou encore Danton en 1982, sorti en janvier, un mois après l'attribution de la récompense.

Le critère d'éligibilité concerne surtout la nationalité du réalisateur et de la production. Ainsi, deux films non-francophones ont remporté le prix : Espoir, sierra de Teruel en 1945, et Sils Maria en 2014. Jusqu'en 1986 néanmoins, le film éligible devait être tourné en France[5].

Les films récompensés doivent allier exigence artistique, singularité du style, vision d'auteur et reconnaissance publique. Ils sont sélectionnés indifféremment parmi des premiers films (Jean-Paul Rappeneau en 1965 ou Sandrine Veysset en 1996) ou des réalisations d'auteurs confirmés et reconnus (Jean-Luc Godard et Louis Malle, conjointement distingués en 1987, Claude Chabrol en 2000…). Même si jusqu'en 1986, la convention était de récompenser un réalisateur jeune et de préférence jamais primé[5],[9].

Quelques cinéastes ont reçu le prix à plusieurs reprises : Alain Resnais l'a obtenu trois fois (en 1966, 1993 et 1997), puis Michel Deville deux fois (en 1967 et 1988), comme Louis Malle (en 1957 et 1987), Claude Sautet (en 1969 et 1995) et Abdellatif Kechiche (en 2007 et 2013).

Palmarès

À noter pour que à partir des années 1990, les instances du prix mirent en place un présélection avec des films nommés. Pour les années antérieurs, sont indiqués les films ayant reçus des voix ou ayant été très discutés.

Prix Louis-Delluc

Années 1930/1940

Années 1950

Années 1960

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

,

Années 2010

Prix Louis-Delluc du premier film

Notes

  1. Le journal Le Monde est assez imprécis sur les autres films discutés mais mentionne Mes petites amoureuses de Jean Eustache, Trompe-l'œil de Claude d'Anna et L'important c'est d'aimer de Andrzej Żuławski. Le jury avait également décidé par convention de ne pas attribuer le prix à Lancelot du Lac de Robert Bresson et Lacombe Lucien de Louis Malle, les réalisateurs étant déjà primés, en dépit d'être les plus grands succès critiques de l'année.
  2. a et b Fait assez exceptionnel : les deux films lauréats ne furent pas présélectionnés et ne faisaient pas partie des nommés. Le jury expliqua que on pouvait rajouter exceptionnellement des films en cas de coup de cœur. À noter que les deux lauréats sont sortis en novembre après l'annonce de la liste restreinte et qu'ils passèrent inaperçus au box-office.

Références

  1. Une appellation attestée dès le Comœdia du 22 décembre 1936 consultable sur Gallica.
  2. Mathilde Cesbron, « La Vie d'Adèle reçoit le prix Louis-Delluc », Le Figaro, (consulté le 22 décembre 2013)
  3. « Award Ceremony at the Fouquet's », sur Getty Images,
  4. a, b, c et d « Le Delluc à Mauvais Sang », sur Le Monde,
  5. a, b et c « La Gifle Prix Delluc », sur Le Monde,
  6. « L'Effrontée prix Louis-Delluc », sur Le Monde,
  7. a, b et c « Prix Louis-Delluc 2016 : Stéphane Brizé au nom d'Une Vie », sur Le Figaro,
  8. a et b « Le Prix Louis-Delluc décerné à Jean-Luc Godard et Louis Malle », sur Le Monde,
  9. « Le grand prix du cinéma et le prix Louis Delluc ont été décernés hier soir », Paris-soir,‎ , p. 12 (disponible sur Gallica)
  10. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k634560n/f10.item.r="prix%20louis-delluc".zoom
  11. « La Belle et la Bête obtient le Prix Louis-Delluc », sur Le Monde,
  12. « Le Cinéma Paris 1900 obtient le prix Louis-Delluc », sur Le Monde,
  13. « Crise de la qualité », sur Le Monde,
  14. « Alexandre Astruc remporte le prix Louis-Delluc », sur Le Monde,
  15. Jean-Luc Godard, « Prix Louis-Delluc 1958 », Arts, no 701,‎ , republié dans Jean-Luc Godard et Alain Bergala (dir.), Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard : 1950-1984, t. 1, Cahiers du cinéma, éditions de l'Étoile, , 638 p., « Les Années cahiers », p. 155
  16. « Benjamin Prix Louis-Delluc », sur Le Monde,
  17. « Le Prix Delluc est attribué au Genou de Claire d'Éric Rohmer », sur Le Monde,
  18. « L'Argent des Autres de Christian de Chalonge obtient le prix Louis-Delluc », sur Le Monde,
  19. « Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre », sur Le Monde,
  20. « Le Prix Delluc au film La Diagonale du fou », sur Le Monde,
  21. « CINÉMA Le prix Louis-Delluc à La Lectrice », sur Le Monde,
  22. « Le prix Louis-Delluc à Un monde sans pitié d'Eric Rochant », sur Le Monde,
  23. « Les prix Louis-Delluc », sur Le Monde,
  24. « Le Prix Louis-Delluc 1991 au réalisateur Alain Corneau », sur Le Monde,
  25. « CULTURE EN BREF PRIX : le Delluc s'étoffe », sur Le Monde,
  26. « EN BREF CINEMA: première sélection pour le prix Delluc », sur Le Monde,
  27. « Cinéma: huit candidats pour le Delluc », sur Les Échos,
  28. « Cinéma : la première liste du prix Louis-Delluc », sur Les Échos,
  29. « Merci… pour le Prix Louis-Delluc », sur Libération,
  30. « Intimité de Patrice Chéreau reçoit le prix Louis-Delluc », sur L'Obs,
  31. a et b « La sélection du Prix Louis-Delluc », sur L'Obs,
  32. a et b « Le prix Louis-Delluc 2006 récompense Lady Chatterley, de Pascale Ferran », sur Le Monde / AFP,
  33. a et b « Bonello, Godard et Assayas nominés pour le prix Louis-Delluc », sur Les Inrocks,
  34. a et b « Prix Louis-Delluc 2015 : découvrez les nominations », sur Télérama,
  35. « Cinéma : six films pour le Delluc », sur Les Échos,

Annexes

Articles connexes

Liens externes