Prix Anagrama

Prix Anagrama
Prix Anagrama
Image associée à la récompense
Logo de la maison d'édition Anagrama.

Nom original Premio Anagrama
Prix remis 8 000 euros[1]
Description Prix récompensant un essai inédit en castillan.
Organisateur Editorial Anagrama 
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Date de création 1973
Dernier récipiendaire José Luis Pardo 
Site officiel www.anagrama-ed.es

Le Prix Anagrama (en espagnol : Premio Anagrama, ou de son nom complet Premio Anagrama de Ensayo), est un prix littéraire qui est attribué chaque année par la maison d'édition Editorial Anagrama  à un auteur pour le meilleur essai inédit écrit en castillan. Le prix est doté de 8 000 euros. Dans les bases du prix[1], il est spécifié que bien que le thème est libre, le jury préférera les travaux d'imagination critique à ceux de caractère érudit ou strictement scientifique.

Histoire

Créé en 1973, il prend son nom de la maison d'édition Editorial Anagrama , qui édite les livres récompensés. La dotation est de 8 000 euros et le lauréat ainsi que le finaliste seront publiés en mars de l'année suivant la cérémonie, qui a lieu en avril[2].

Lauréats

Fernando Savater, lauréat en 1982.
Antonio Elorza, lauréat en 1984.
Antonio Escohotado, lauréat en 1991.
Carlos Monsiváis, lauréat en 2000.
Vicenç Navarro , lauréat en 2002.

Ce prix a été décerné depuis sa création en 1973 sans interruption, excepté en 1977, 1979 et 1988[3],[2], et les lauréats sont espagnols, sauf mention :

  • 1973 – Xavier Rubert de Ventós  (1939-), pour La estética y sus herejías
— Non décerné à un finaliste
  • 1974 – Sebastián Serrano (?-?), pour Elementos de lingüística matemática
— Finalistes : Antonio Escohotado (1941-), pour De physis a polis. La evolución del pensamiento filosófico griego desde Thales a Sócrates ; Eduardo Subirats  (1947-), pour Utopía y subversión ; Jenaro Talens  (1946-), pour El espacio y las máscaras. Introducción a la lectura de Cernuda
  • 1975 – Eugenio Trías  (1942-2013), pour El artista y la ciudad
— Finaliste : Fernando Cesarman (?-?, Drapeau du Mexique Mexique), pour El ojo de Buñuel. Psicoanálisis desde una butaca
  • 1976 – Enrique Gil Calvo (1946-), pour Lógica de la libertad. Por un marxismo libertario
— Finalistes : José Luis Pardo  (1954-), pour Transversales. Texto sobre los textos ; Luis Racionero  (1940-), pour Filosofías del underground
  • 1977 – Non décerné
— Non décerné à un finaliste
  • 1978 – Jordi Llovet  (?-?), pour Por una estética egoísta. Esquizosemia
— Non décerné à un finaliste
  • 1979 – Non décerné
— Non décerné à un finaliste
— Non décerné à un finaliste
  • 1981 – Juan García Ponce  (1932-2003, Mexique), pour La errancia sin fin: Musil, Borges, Klossowski
— Finalistes : Francesc Hernández, Francesc Mercadé et Benjamín Oltra, pour La ideología nacional catalana ; Josep Muntañola  (1940-), pour Poética y arquitectura
— Finalistes : Magda Catalá (?-?), pour Reflexiones desde un cuerpo de mujer ; José Jiménez (?-?), pour El ángel caído
  • 1983 – Luis Racionero  (1940-), pour Del paro al ocio
— Non décerné à un finaliste
  • 1984Antonio Elorza (1943-), pour La razón y la sombra. Una lectura política de Ortega y Gasset
— Non décerné à un finaliste
  • 1985 – Ángel López García  (1949-), pour El rumor de los desarraigados. Conflicto de lenguas en la península ibérica
— Non décerné à un finaliste
  • 1986 – Joaquim Lleixà (?-?), pour Cien años de militarismo en España
— Non décerné à un finaliste
— Finaliste : Enrique Lynch (?-?, Drapeau de l'Argentine Argentine), pour La lección de Scheherezade
  • 1988 – Non décerné
— Non décerné à un finaliste
  • 1989 – Víctor Gómez Pin , pour Filosofía. El saber del esclavo
— Finaliste : Vicente Verdú  (1942-), pour Días sin fumar
  • 1990 – Josep Maria Colomer (?-?), pour El arte de la manipulación política
— Finalistes : Pedro Azara (?-?), pour De la fealdad del arte moderno ; J. R. Llobera, pour La identidad de la antropología
— Finalistes : José Luis Brea  (1957-2010), pour Las auras frías ; Óscar A. Guasch (?-?), pour La sociedad rosa
  • 1992 – José Antonio Marina  (1939-), pour Deseo de ser piel roja. Novela familiar
— Finalistes : Pedro Azara (?-?), pour Imagen de lo Invisible ; Sergio González Rodríguez (?-?, Mexique), pour El Centauro en el paisaje
  • 1993 – Soledad Puértolas  (1947-) (1er), pour Deseo de ser piel roja. Novela familiar
— Finalistes : Norbert Bilbeny  (1953-), pour El idiota moral ; Enrique Ocaña (?-?), pour El Dioniso moderno y la farmacia utópica
  • 1994 – Miguel Morey  (1950-), pour Los estados transparentes
— Finalistes : Gurutz Jáuregui (?-?), pour La democracia en la encrucijada ; Julio Quesada (?-?), pour Ateísmo difícil
  • 1995 – Javier Echeverría  (?-?), pour Cosmopolitas domésticos
— Finaliste : Santiago Alva Rico (?-?), pour Las reglas del caos. Apuntes para una antropología del mercado
  • 1996 – Vicente Verdú (1942-), pour El planeta americano
— Finaliste : Gabriel Zaid  (1934-, Mexique), pour Los demasiados libros
  • 1997 – Norbert Bilbeny (1953-), pour La revolución en la ética. Hábitos y creencias en la sociedad digital
— Finaliste : José Miguel G. Cortés (?-?), pour Orden y caos. Un estudio cultural sobre lo monstruoso en el arte
  • 1998 – Alejandro Gándara  (1957-), pour Las primeras palabras de la creación
— Finaliste : Mercedes Odina  et Gabriel Halevi, pour El factor fama
  • 1999 – Manuel Delgado (1956-), pour El animal público. Hacia una antropología de los espacios urbanos
— Finaliste : Miguel Dalmau (?-?), pour Los Goytisolo
  • 2000Carlos Monsiváis (1938-2010, Mexique), pour Aires de familia. Cultura y sociedad en América Latina
— Finaliste : Albert Forment (?-?), pour José Martínez : la epopeya de Ruedo Ibérico
  • 2001 – Nora Catelli  (1946, Drapeau de l'Argentine Argentine), pour Testimonios tangibles. Pasión y extinción de la lectura en la narrativa moderna
— Finaliste : Helena Béjar (?-?), pour El mal samaritano. El altruismo en tiempos del escepticismo
  • 2002 – Vicenç Navarro  (1937-), pour Bienestar insuficiente, democracia incompleta. Sobre lo que no se habla en nuestro país
— Finaliste : Tomás Abraham  (1946-, Argentine), pour Situaciones postales
  • 2003 – Josep Casals (1955-), pour Afinidades vienesas. Sujeto, lenguaje, arte
— Finaliste : Tomás G. Perdiguero (?-?), pour La responsabilidad social de las empresas en un mundo global
  • 2004 – Jordi Gracia (1965-), pour La resistencia silenciosa. Fascismo y cultura en España
— Finaliste : Rafael del Águila (1953-2009), pour Sócrates furioso. El pensador y la ciudad
  • 2005 – Manuel Cruz  (?-), pour Las malas pasadas del pasado. Identidad, responsabilidad, historia
— Finaliste : J. Benito Fernández  (1956-), pour Eduardo Haro Ibars : los pasos del caído
  • 2006 – Rafael Rojas Gutiérrez  (1965-, Drapeau de Cuba Cuba), pour Tumbas sin sosiego. Revolución, disidencia y exilio del intelectual cubano
— Finaliste : Pere Saborit (?-?), pour Vidas adosadas. El miedo a los semejantes en la sociedad contemporánea
  • 2007 – Andrés Barba  (1965-) et Javier Montes (1976-), pour La ceremonia del porno
— Finaliste : Antoni Martí Monterde  (1968-), pour Poética del Café. Un espacio de la modernidad literaria europea
— Finaliste : Andreu Domingo (?-?), pour Descenso literario a los infiernos demográficos
  • 2009 – Jesús Ferrero  (1952-), pour Las experiencias del deseo. Eros y misos[5]
— Finaliste : Agustín Fernández Mallo  (1967-), pour Postpoesía. Hacia un nuevo paradigma
  • 2010 – Eloy Fernández Porta  (1974-), pour €®O$ (Eros). La superproducción de los afectos[6]
— Finaliste : Beatriz Preciado (1970-?), pour Pornotopía. Arquitectura y sexualidad en «Playboy» durante la guerra fría
  • 2011 – Vicente Serrano (1959-), pour La herida de Spinoza. Felicidad y política en la vida posmoderna[7]
— Finaliste : Jorge Fernández Gonzalo (?-?), pour Filosofía zombi
  • 2012 – José Ovejero  (1958-), pour La ética de la crueldad[8]
— Finaliste : Graciela Speranza (?-?, Argentine), pour Atlas portátil de América Latina: arte y ficciones errantes
— Finaliste : Jorge Carrión (1976-), pour Librerías
  • 2014 - Sergio González Rodríguez (1950-, Mexique), pour Campo de guerra[10]
  • 2015 - Patricia Soley-Beltran (?-?, Espagne), pour ¡Divinas! Modelos, poder y mentiras[11]
Pas de finaliste
  • 2016 - José Luis Pardo  (1954-, Espagne), pour Estudios del malestar. Políticas de la autenticidad en las sociedades contemporáneas
— Finaliste : Luciano Concheiro (Mexique), pou Contra el tiempo. Filosofía práctica del instante

Notes et références

  1. a et b (es) « Premio Anagrama - Bases », sur anagrama-ed.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  2. a et b (es) « Liste des lauréats du prix Anagrama », sur www.epdlp.com, (consulté le 28 octobre 2013)
  3. (es) « Premio Anagrama - Premiados », sur anagrama-ed.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  4. (es) El Cultural.es, « El venezolano Gustavo Guerrero gana el XXXVI Premio Anagrama », sur elcultural.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  5. (es) EuropaPress, « Jesús Ferrero, Premio Anagrama de Ensayo », sur europapress.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  6. (es) Laura Fernández, « Eloy Fernández Porta gana el Anagrama de Ensayo », sur elmundo.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  7. (es) « Vicente Serrano gana el Premio Anagrama de Ensayo con 'La herida de Spinoza' », sur lavanguardia.com, (consulté le 8 octobre 2013)
  8. (es) Núria Cuadrado, « José Ovejero gana el Premio Anagrama de Ensayo », sur elmundo.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  9. (es) David Moran, « Luis Goytisolo, Premio Anagrama de Ensayo », sur abc.es, (consulté le 8 octobre 2013)
  10. (es) El Cultural, « Sergio González Rodríguez gana el Premio Anagrama de Ensayo », sur elcultural.es, (consulté le 8 avril 2014)
  11. (es) Mercè Pérez Pons, « Una exmodelo gana el Anagrama de Ensayo con una crítica a la moda », sur El País, (consulté le 20 avril 2015).