Privatisation

Manifestant américain contre la privatisation.

Une privatisation est un transfert de la propriété d'une grosse partie, voire de la totalité, du capital d'une entreprise du secteur public au secteur privé. Après une privatisation, une entreprise peut rester sous le contrôle partiel ou complet de l'État si ce dernier choisit de rester actionnaire. Les privatisations des années 1980 ont été les plus importantes, visant d'abord des sociétés en concurrence puis des monopoles publics. Elles se sont traduites par une logique de rentabilité renforcée, afin d'alimenter les espoirs de progression des cours de la société en Bourse, qui a parfois mené à la suppression de services non rentables lorsque les États ne les subventionnaient pas. Des hausses de tarifs ou des fermetures de sites jugés pas assez rentables ont pu rendre certaines privatisations impopulaires ou pointées du doigt par les mouvements antilibéraux dans les pays en voie de développement.

Privatisation pour une mise en concurrence

Certaines entreprises ont longtemps été nationalisées tout en ayant des concurrents, comme Renault. D'autres secteurs ouverts récemment à la concurrence ont conservé des entreprises nationalisées ou publiques (train, postes).

Mise en concurrence et monopole

La privatisation d'une entreprise s'accompagne parfois d'une suppression de son monopole et de ses statuts particuliers, le législateur estimant qu'une rente de monopole ne doit pas être confisquée par des personnes privées.

Concurrence internationale

Dans le cas d'entreprises nationales exerçant à l'étranger, le cas de la concurrence déloyale peut se poser si l'entreprise bénéficie d'avantages particuliers. Ainsi, une entreprise concurrente privatisée ne bénéficiant pas des mêmes avantages est défavorisée face à l'entreprise publique étrangère.

C'est pour cette raison que l'OMC (par l'accord général sur le commerce des services) ou, sur son territoire, la commission européenne sanctionnent les États qui ne traitent pas toutes les entreprises d'un même marché sur un pied d'égalité. Ainsi, ils forcent les États à accepter la présence d'entreprises étrangères aux mêmes conditions que les entreprises nationales. Cette présence de concurrents ne permet plus à l'État de réguler le marché en contrôlant une unique entreprise publique ; à défaut, pour contrôler ou exiger certains comportements de ces acteurs, les gouvernements doivent réglementer le marché privatisé. Toutefois, les États peuvent conserver des parts non négligeables dans les entreprises privatisées, et agissent ensuite en tant qu'actionnaire. À noter que certains secteurs d'activités stratégiques, sensibles ou difficiles à mettre en concurrence peuvent bénéficier de règles particulières. C'est notamment le cas pour la santé, l'éducation, l'accès à l'eau ou la défense.

Cette privatisation, forcée pour accéder au marché mondial, déstabilise les États qui ne parviennent pas à règlementer et régir suffisamment le secteur privé. Lorsque les pouvoirs régaliens (police et justice) ne sont pas assez forts ou que la règlementation est inadaptée, les dirigeants des entreprises privées peuvent en profiter pour favoriser leurs intérêts particuliers à l'intérêt général. Les multinationales peuvent obtenir, dans ces cas, le contrôle de pans entiers de l'économie d'un pays et provoquer des crises majeures comme aux Philippines[1].

Privatisations sans motivation de mise en concurrence

Ressources financières pour l'état pour l'entreprise privatisée

Les privatisations sont un moyen de trouver des ressources financières pour alimenter le budget de l'État. Revers de la médaille, il ne perçoit plus de dividende de ces entreprises. En théorie, la privatisation dispense l'État de souscrire aux augmentations de capital lorsque ces entreprises ont besoin de se désendetter, mais dans la pratique, il est souvent obligé de s'y résoudre, comme ce fut le cas en 2003 pour France Télécom, six ans après sa privatisation, lors de la crise boursière de France Télécom et Vivendi.

Création d'entreprises par l'État

Pour faciliter la création de certaines entreprises difficiles à créer dans un système concurrentiel, les États peuvent créer des entreprises publiques avec monopole en prévoyant de les privatiser une fois qu'elles auront atteint une taille critique ou que le marché en question sera prêt à devenir concurrentiel.

Privatisations nomenklaturistes

Certaines privatisations ont pu permettre aux amis du pouvoir de faire fortune rapidement, notamment dans les pays de l'ancien bloc soviétique. Inversement, une entreprise ou un service de l'État qui œuvre plus dans l'intérêt corporatif de son appareil et/ou de son personnel, plutôt que des administrés et usagers, peut être considéré comme ayant subi une privatisation de fait souterraine par une caste d'État (nomenklatura).

Changements induits par les privatisations

Aménagement du territoire et délocalisations

En dirigeant directement l'entreprise, le gouvernement a les mains libres pour organiser à sa manière l'aménagement du territoire. Il peut ainsi imposer l'implantation dans certaines zones, pour équilibrer directement l'emploi sur le territoire. A contrario, la logique libérale, que peuvent appliquer les entreprises avec des objectifs de rentabilité, équilibre différemment l'implantation des entreprises, en favorisant les zones aux coûts moins élevés, notamment en main d'œuvre. Si cette logique peut favoriser l'emploi dans les pays ou les zones défavorisées, les changements d'implantation à l'étranger permis par les privatisation, appelés « délocalisations », sont souvent vécu douloureusement par les employés perdant leurs emplois.

Gestion sociale

La privatisation transfère la gestion sociale de l'entreprise aux règles du secteur privé. Dans les pays où les fonctionnaires ont des avantages différents des employés du secteur privé, la privatisation oblige à une transition. En fonction des pays, les fonctionnaires déjà embauchés à la privatisation gardent leur statut et ses avantages jusqu'à leur départ ou leur retraite ; à l'opposé, les nouveaux embauchés obtiennent directement un statut privé (cas des entreprises privatisées en France).

La privatisation transfère du gouvernement au secteur privé les choix politiques de gestion sociale. Dans les démocraties, la privatisation peut se ressentir comme une perte de pouvoir des électeurs face aux logiques du libéralisme.

Gestion de l'entreprise

La privatisation force une gestion rentable des entreprises qui n'est pas obligatoire pour une entreprise publique. Elle peut donc induire une gouvernance plus efficace sur la gestion budgétaire.

Par ailleurs, la libre concurrence favorise l'innovation par l'initiative privée en accueillant de nouveaux entrants. A contrario, sans laisser place à suffisamment de nouveaux entrants, la privatisation peut au contraire bloquer l'innovation en créant des monopoles ou des oligopoles privés.

Objectifs de l'entreprise

Si une entreprise nationale peut avoir une logique de rentabilité et de service au client, la privatisation rend la rentabilité obligatoire. Passer de la démarche service public à usager à la démarche entreprise à client demande une réorganisation parfois radicale des entreprises, l'abandon pour les agents de missions qu'ils jugent essentielles est parfois très frustrant. La phase précédant la mise sur le marché est capitale, car il est théoriquement nécessaire, pour que l'entreprise soit privatisable, que ses comptes économiques soient durablement assainis, souvent à l'inverse, une démarche de fragilisation financière permet de justifier la privatisation, c'est la stratégie d'assèchement.


Notes et références

  1. Histoire économique récente des Philippines, par Arnaud Zacharie, Directeur du département de recherche et de plaidoyer politique au Centre national de coopération au développement en Belgique

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Alexander, Jason. 2009. Contracting Through the Lens of Classical Pragmatism: An Exploration of Local Government Contracting. Applied Research Project. Texas State University. http://ecommons.txstate.edu/arp/288/.
  • (en) David T. Beito, Peter Gordon, and Alexander Tabarrok (editeurs); foreword by Paul Johnson, The voluntary city: choice, community, and civil society, Ann Arbor, University of Michigan Press/The Independent Institute, (ISBN 0-472-08837-8)
  • (en) Bel, Germà (2006), "The coining of `privatisation´and Germany's National Socialist Party", Journal of Economic Perspectives 20(3), 187-194
  • (en) Black, Bernard et al., 'Russian Privatization and Corporate Governance: What Went Wrong? (2000) 52 Stanford Law Review 1731
  • (en) Clarke, Thomas (ed.) (1994) "International Privatisation: Strategies and Practices" Berlin and New York: Walter de Gruyter, (ISBN 3-11-013569-8)
  • (en) Clarke, Thomas and Pitelis, Christos (eds.) (1995) "The Political Economy of Privatisation" London and New York: Routledge, (ISBN 0-415-12705-X)
  • (en) Dovalina, Jessica. 2006. Assessing the Ethical Issues Found in the Contracting Out Process. Applied Research Project. Texas State University. http://ecommons.txstate.edu/arp/108/.
  • (en) von Hayek, Friedrich, (1960) The Constitution of Liberty
  • (en) Juliet D’Souza, William L. Megginson (1999), "The Financial and Operating Performance of Privatised Firms during the 1990s", Journal of Finance August 1999
  • (en) Kemp, Roger L., PhD, "Privatization: The Provision of Public Services by the Private Sector", McFarland & Co., Jefferson, NC, USA; and London, UK., 2007.
  • (en) Kosar, Kevin R. (2006), "Privatisation and the Federal Government: An Introduction", Report from the Congressional Research Service
  • (en) Laffont, Jean-Jacques et Mathieu Meleu, A positive theory of privatisation for sub-Saharan Africa, Journal of african economies, 1999, 8:30-67 (résumé)
  • (de) Mayer, Florian (2006) Vom Niedergang des unternehmerisch tätigen Staates: Privatisierungspolitik in Großbritannien, Frankreich, Italien und Deutschland, VS Verlag, Wiesbaden, (ISBN 3-531-14918-0)
  • (en) Megginson and Netter, From state to market: A survey of empirical studies on privatization, Journal of Economic Literature 39(2), June 2001, 321-89.
  • (en) Richard Onses, Benchmarking Privatization: the building of privatization index using fuzzy logic, Valladolid, International Conference on Modeling and Simulation, (ISBN 8468878677)
  • (en) Richard Onses, The privatization leaders guide, e-privatization.com publication, (ISBN 8460796132)
  • (it) Perrone, Nico (2002), Economia pubblica rimossa, Milan, Giuffrè (ISBN 88-14-10088-8)
  • (it) Pestoni, Graziano (2013) Privatizzazioni, Il monopolio del mercato e le sue conseguenze, Lugano (Svizzera), Fondazione Pellegrini Canevascini - Sindacato svizzero dei servizi pubblici, (ISBN 978-88-88146-11-9)
  • (en) Segerfeldt, Fredrik. 2006. Water for sale: how business and the market can resolve the world’s water crisis. Stockholm Network. http://www.stockholm-network.org/downloads/events/d41d8cd9-Amigo%20Segerfeldt.pdf
  • (en) Smith, Adam (1776) The Wealth of Nations
  • (en) Jeb Sprague, 2007. Haiti: Workers Protest Privatisation Layoffs. Inter Press Service.
  • (en) Stiglitz, Joseph Globalization and its Discontents
  • (en) von Weizsäcker, Ernst, Oran Young, and Matthias Finger (editors): Limits to Privatisation. Earthscan, London 2005 (ISBN 1-84407-177-4)
  • (en) Zullo, Roland. (2009). Does Fiscal Stress Induce Privatization? Correlates of Private and Intermunicipal Contracting, 1992-2002. Governance 22.3 (July): 459-481.
  • Feghali, Khalil.(2013). "La privatisation au Liban:Allocation des ressources et efficacité de la gestion". L'Harmattan, Paris, (ISBN 978-2-343-00839-4)
  • Graziano Pestoni, Privatisations, le monopole du marché et ses conséquences, éditions d'en bas, Lausanne, 2015, (ISBN 978-2-8290-0500-8)

Liens externes

  • Présentation universitaire
    • Hervé Alexandre, Le point sur les privatisations, cahier du FARGO no 1051203, décembre 2005, 16 pages.
      présentation des principales directions prises par la recherche récente sur les privatisations

Articles critiques

  • Organisations non gouvernementales :
    • ATTAC Association pour la taxation des transactions financières et l'aide aux citoyens |http://france.attac.org/spip.php?rubrique30]
  • Agences d'État
    • Agence de participation de l'État français
    • (en) Shareholder executive : l'équivalent au Royaume-Uni
    • (en) l'équivalent en Pologne