Prisonnier politique

Un prisonnier politique est une personne emprisonnée pour des motifs politiques, c'est-à-dire pour s'être opposés par des actions (violentes ou non) au pouvoir en place (autoritaire ou moins) de leur pays (internationalement reconnu ou non) et qu'il ne faut pas confondre avec un prisonnier d'opinion, emprisonné non pour avoir agi, mais pour avoir simplement exprimé ses opinions ou convictions[réf. nécessaire]. Le motif politique est lui-même l'objet d'évaluations subjectives pour chaque situation.

Amnesty International, cependant, donne une définition différente, et considère que « La catégorie des prisonniers politiques comprend aussi bien celle des prisonniers d’opinion - les seuls prisonniers dont AI exige la relaxe immédiate et inconditionnelle - que celle des personnes qui ont recours à une violence criminelle pour des motifs politiques »[1] .

Exemples de personnalités parfois présentées comme prisonniers politiques

  • Georges Ibrahim Abdallah, fondateur des Fractions armées révolutionnaires libanaises qui ont revendiqué de nombreux assassinats terroristes en France (et parfois présenté comme le plus vieux prisonnier politique d’Europe)[2]
  • Leonard Peltier, condamné pour le meurtre de deux agents du FBI. L'organisation Amnesty International le considère comme un prisonnier politique, qui « devrait être libéré immédiatement et sans condition ».
  • Mumia AbuJamal, meurtrier d'un policier.
  • Oscar Lopez Rivera [3], fondateur du mouvement marxiste-léniniste porto-ricain des Fuerzas Armadas de Liberación Nacional, qui commit cent vingt attentats à la bombe entre 1974 et 1983.
  • Ana Montes , fonctionnaire américaine condamnée pour espionnage au profit de Cuba.
  • Nelson Mandela
  • Mahatma Gandhi
  • Leonora Christina Ulfeldt
  • Nasser Zefzafi
  • Bobby Sands, membre du groupe paramilitaire nord-irlandais l'Armée républicaine irlandaise provisoire (l'IRA), condamné pour possession d'une arme à feu ayant servi lors d'une fusillade contre des policiers. Il n'obtiendra jamais le statut de prisonnier politique, et entame deux grèves de la faim, dont une lui sera fatale le 5 mai 1981, à l'âge de 27 ans.
  • On peut aussi considérer comme prisonnier politique un militant de la C.G.T et d'alternative libertaire nommé Antoine qui a été arrête arbitrairement lors d'une manifestation contre la loi travail à Lille (Nord Pas-de-Calais) France le 17/05/2016. Relâché 1 mois plus tard avec une peine de : 8 + 2 mois avec sursis

Notes et références

  1. AI Handbook, Prisonniers politiques (en anglais).
  2. J.Clopeau, « Le plus vieux prisonnier politique d’Europe est en France », Médiapart,‎ , https://blogs.mediapart.fr/j-clopeau/blog/231015/le-plus-vieux-prisonnier-politique-deurope-est-en-france
  3. Oscar López Rivera, page Wikipédia en anglais

Voir aussi

Articles connexes