Primates (classification phylogénétique)

Cette page a pour objet de présenter un arbre phylogénétique des Primates, c'est-à-dire un cladogramme mettant en lumière les relations de parenté existant entre leurs différents groupes (ou taxons), vivants ou éteints, telles que les dernières analyses scientifiques les proposent. Cette classification évolue régulièrement, et les principaux débats qui subsistent au sein de la communauté scientifique sont brièvement présentés ci-dessous, avant la bibliographie.

Arbre phylogénétique

Le cladogramme présenté ici se veut cohérent avec les dernières analyses publiées et accessibles. Il n'est pas forcément consensuel, et on peut toujours se référer à la bibliographie indiquée au bas de l'article.

Le symbole renvoie à la partie immédiatement supérieure de l'arbre phylogénétique du vivant. Le signe renvoie à la classification phylogénétique du groupe considéré. Tout nœud de l'arbre portant plus de deux branches montre une indétermination de la phylogénie interne du groupe considéré.

Les habitudes typographiques des botanistes et des zoologistes sont différentes. Ici, par commodité de lecture, et certains groupes actuels relevant des deux domaines traditionnels, les noms de taxons supérieurs au genre sont tous écrits en caractères droits, les noms de genres ou d'espèces en italiques.

À la suite d'un taxon, sa période d'apparition, quand elle est connue, peut être indiquée suivant la légende suivante : (Plé) : Pléistocène ; (Pli) : Pliocène ; (Mio) : Miocène ; (Oli) : Oligocène ; (Éoc) : Éocène ; (Pal) : Paléocène ; (Cré) : Crétacé ; (Jur) : Jurassique ; (Tri) : Trias ; (Per) : Permien ; (Car) : Carbonifère ; (Dév) : Dévonien ; (Sil) : Silurien ; (Ord) : Ordovicien ; (Camb) : Cambrien ; (Edi) : Édiacarien. Pour plus de précision si possible, (-) : inférieur ; (~) : moyen ; (+) : supérieur.



Débats scientifiques relatifs à la phylogénie des Primates

La phylogénie des Primates a été longtemps perturbée par l'appartenance de l'espèce humaine à cet ordre. Aujourd'hui, il est admis par la communauté scientifique que l'Homme fait partie des « grands singes ».

Les Tarsiers, autrefois classés parmi les Prosimiens, sont reconnus comme plus proches des Singes que des Lémuriens.

Références

Bibliographie

  • Morris Goodman, Calvin A. Porter, John Czelusniak, Scott L. Page, Horacio Schneider, Jeheskel Shoshani, Gregg Gunnell et Colin P. Groves, « Toward a Phylogenetic Classification of Primates Based on DNA Evidence Complemented by Fossil Evidence »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 9, n°3, 1998, pp. 585-598

Voir aussi

Liens internes