Primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2016

Précédent 2012 Drapeau des États-Unis
Primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2016
2 472 délégués
2 363 délégués engagés + 109 délégués libres
(1 237 délégués pour être investi)
au
Type d’élection Élection primaire
Donald Trump official portrait (cropped).jpg Donald Trump – Parti républicain
Voix 14 015 993
44,95 %
Grands électeurs 1 725
Ted Cruz, official portrait, 113th Congress.jpg Ted Cruz – Parti républicain
Voix 7 822 100
25,08 %
Grands électeurs 484
Governor John Kasich.jpg John Kasich – Parti républicain
Voix 4 290 448
13,76 %
Grands électeurs 125
Marco Rubio, Official Portrait, 112th Congress.jpg Marco Rubio – Parti républicain
Voix 3 515 576
11,27 %
Grands électeurs 123
Diagramme
  •      Ted Cruz
  •      Donald Trump
  •      Marco Rubio
  •      John Kasich
  •      Non engagés
Candidat à l'élection présidentielle
Candidat en 2012 Candidat en 2016
Mitt Romney Donald Trump

Les primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2016 (en anglais : Republican Party presidential primaries, 2016) sont le processus par lequel les membres et sympathisants du Parti républicain des États-Unis désignent leur candidat à l'élection présidentielle de 2016.

Cette campagne d'une extrême violence voit le magnat de l'immobilier Donald Trump faire abandonner un par un chacun de ses onze concurrents avant de s'imposer comme candidat républicain. Il créé à nouveau la surprise en étant élu 45e président des États-Unis le face à Hillary Clinton avec 304 grands électeurs contre 227.

Contexte

Ne pouvant se représenter après avoir exercé deux mandats, le démocrate Barack Obama doit céder la place de président des États-Unis deux mois après l'élection présidentielle, en janvier 2017.

Les primaires républicaines sont longtemps marquées par une grande incertitude quant à leur issue. Elles interviennent alors que le Parti républicain détient la majorité au Congrès, mais n'a pas remporté d'élection présidentielle depuis 2004. Les primaires démocrates voient quant à elles s'affronter seulement deux favoris : l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton et le sénateur du Vermont Bernie Sanders.

Procédures

Déroulement

Chaque délégation est composée de trois types de délégués : les membres Comité national républicain (RNC), les délégués des districts congressionnels (CD) et des délégués de l'État (AL). Ils peuvent avoir un mandat impératif, qui les engage quant à leur vote lors de la convention, ou un mandat libre (représentatif), qui ne les contraint pas sur le vote lors de la convention.

Si un candidat suspend sa campagne, les délégués au mandat impératif qui lui avaient été attribués peuvent se transformer en délégués au mandat libre suivant les règles de chaque État. Par exemple, dans l'Iowa, les délégués au mandat impératif demeurent liés à leur candidat, même dans le cas où celui-ci suspendrait sa campagne.

Types de délégués et de mandats et mode de scrutin par État et territoire[1]
Date État ou territoire Type de délégués Type de mandats Mode de scrutin
RNC AL CD Engagés Libres
1er février  Iowa 3 15 2 30 0 Caucus fermés
9 février  New Hampshire 3 20 0 23 0 Primaires semi-fermées
20 février  Caroline du Sud 3 26 21 50 0 Primaires ouvertes
23 février  Nevada 3 27 0 30 0 Caucus fermés
1er mars  Alabama 3 26 21 50 0 Primaires ouvertes
Alaska 3 25 0 28 0 Caucus fermés
Arkansas 3 25 12 40 0 Primaires ouvertes
Géorgie 3 31 42 76 0 Primaires ouvertes
Massachusetts 3 12 27 42 0 Primaires semi-fermées
Minnesota 3 11 24 38 0 Caucus ouvert
Oklahoma 3 25 15 43 0 Primaires fermées
Tennessee 3 28 27 58 0 Primaires ouvertes
Texas 3 44 108 155 0 Primaires ouvertes
Vermont 3 13 0 16 0 Primaires ouvertes
Virginie 3 13 33 49 0 Primaires ouvertes
5 mars  Kansas 3 25 12 40 0 Caucus fermés
Kentucky 3 25 18 46 0 Caucus fermées
Louisiane 3 25 18 46 0 Primaires fermées
Maine 3 14 6 23 0 Caucus fermés
6 mars  Porto Rico 3 20 0 23 0 Primaires ouvertes
8 mars  Hawaii 3 10 6 19 0 Caucus fermés
Idaho 3 29 0 32 0 Primaires fermées
Michigan 3 14 42 59 0 Primaires ouvertes
Mississippi 3 25 12 40 0 Primaires ouvertes
10 mars  Îles Vierges 3 6 0 6 3 Caucus fermés
12 mars  Guam 3 6 0 0 9 Convention Territoriale fermée
Washington (DC) 3 16 0 19 0 Convention fermée
Wyoming 3 14 12 26 3 Caucus fermés
15 mars  Caroline du Nord 3 69 0 72 0 Primaires semi-fermées
Floride 0 18 81 99 0 Primaires fermées
Îles Mariannes du Nord 3 6 0 9 0 Caucus fermés
Illinois 3 12 54 69 0 Primaires ouvertes
Missouri 3 25 24 52 0 Primaires ouvertes
Ohio 3 63 0 66 0 Primaires semi-ouvertes
22 mars  Arizona 3 28 27 58 0 Primaires fermées
Samoa américaines 3 6 0 0 9 Convention territoriale ouverte
Utah 3 37 0 40 0 Caucus fermés
1er avril Dakota du Nord 3 10 3 0 28 Caucus fermés
2 avril Colorado 3 10 21 34 3 Caucus fermés
5 avril  Wisconsin 3 15 24 42 0 Primaires ouvertes
19 avril  New York 3 11 81 95 0 Primaires fermées
26 avril  Connecticut 3 10 15 28 0 Primaires fermées
Delaware 3 13 0 16 0 Primaires fermées
Maryland 3 11 24 38 0 Primaires fermées
Pennsylvanie 3 14 54 17 54 Primaires fermées
Rhode Island 3 10 6 19 0 Primaires semi-fermées
3 mai  Indiana 3 27 27 57 0 Primaires ouvertes
10 mai  Nebraska 3 24 9 36 0 Primaires fermées
Virginie-Occidentale 3 22 9 34 0 Primaires semi-fermées
17 mai  Oregon 3 10 15 28 0 Primaires fermées
24 mai  Washington 3 11 30 44 0 Primaires fermées
7 juin  Californie 3 10 159 172 0 Primaires fermées
Dakota du Sud 3 26 0 29 0 Primaires fermées
Montana 3 24 0 27 0 Primaires ouvertes
New Jersey 3 48 0 51 0 Primaires semi-fermées
Nouveau Mexique 3 12 9 24 0 Primaires fermées
Total 2 363 109

Débats

Treize débats sont programmés pour départager les candidats, entre le 6 août 2015 et le 21 mars 2016, soit sept de moins qu'en 2012. Finalement, il n'y en eu que douze, le treizième fut annulé après le désistement de Trump et Kasich pour un discours pour l'AIPAC.

Le nombre de candidats s'élève au départ à 17, ce qui est très important et trop problématique pour la tenue de débats dans de bonnes conditions. Il fut ainsi décidé de scinder les débats : le débat principal ne concerne que les dix candidats les mieux classés dans les institutions de sondages, tandis que les autres candidats, moins bien classés (qui ont au moins 1 % de promesse de vote dans les sondages, condition que certains candidats n'atteignent pas), débattent dans un débat secondaire, diffusé plus tôt sur internet.

Il existe également des forums, au total de neuf, où les candidats qui le souhaitent expriment leurs idées. Ce ne sont pas des débats car les candidats ne s'expriment qu'une seule fois, sans interactions avec un autre. Le parti républicain ne réglemente pas ces forums, contrairement aux débats, mais considère que les candidats peuvent y participer. C'est le fait de participer à un débat non officiel qui est illégal.

Campagne

Jeb Bush, favori des sondages entre 2014 et 2015.
L'homme d'affaires Donald Trump, invité surprise des primaires.
Marco Rubio, un temps candidat de l'establishment républicain pour faire face à la candidature de Donald Trump.
Ted Cruz, figure de l'aile conservatrice du parti.

Longtemps, l'incertitude demeure et les sondages sont très fluctuants alors que le nombre de candidats se multiplie. Chris Christie voit les intentions de vote en sa faveur s'effondrer à la suite de l'affaire de la fermeture de voies routières à Fort Lee[2]. À partir de 2014, Jeb Bush apparaît comme étant le favori, notamment en raison de sa capacité à récolter des fonds[3]. Mitt Romney, le candidat républicain à l'élection présidentielle de 2012, semble être un possible recours, mais il annonce qu'il ne se présente pas le 30 janvier 2015[4]. D'autres candidats font alors une percée dans les sondages, notamment Scott Walker, qui est un temps donné favori[5].

L'homme d'affaires milliardaire Donald Trump, qui n'a jamais occupé une fonction politique, annonce sa candidature en juin 2015 et se place dès le mois suivant en tête des sondages[6]. Il se démarque des candidats traditionnels par sa volonté de financer lui-même sa campagne par sa rhétorique anti-politiquement correct, ainsi que par son style et ses discours polémiques, notamment sur les questions d'immigration. Sa candidature, dans un premier temps peu prise au sérieux, finit par inquiéter la direction du Parti républicain. Il apparaît ponctuellement menacé, notamment par Ben Carson et Carly Fiorina, mais se maintient à un niveau élevé[7],[8].

En octobre 2015, la campagne semble se cristalliser autour des candidatures de Donald Trump, Ben Carson, Marco Rubio et Ted Cruz. Jeb Bush, très attaqué par Donald Trump, a alors perdu considérablement du terrain. Ben Carson est rapidement fragilisé par ses positions en matière de politique étrangère et voit les intentions de vote en sa faveur diminuer de façon continue, notamment au profit de Ted Cruz, perçu comme étant le plus conservateur des candidats. La campagne se centre en particulier sur la question de l'immigration, ce qui permet à Donald Trump et Ted Cruz, tous deux détestés par l'establishment républicain, de prendre un certain avantage.

Lorsque débute le processus des primaires, Donald Trump est toujours en tête des enquêtes d'opinion. Bien que son score dans le caucus de l'Iowa ait déçu, il parvient à s'imposer lors des primaires suivantes. L'establishment se divise, de son côté, entre les candidatures de Marco Rubio, Chris Christie, Jeb Bush et John Kasich, mais Bush et Christie abandonnent tous deux en février après avoir réalisé de mauvais scores aux primaires. Lors du « super mardi » du 1er mars 2016, Trump l'emporte dans l'Alabama, l'Arkansas, la Géorgie, le Massachusetts, le Tennessee, le Vermont et la Virginie, tandis que Cruz s'impose dans son État du Texas, ainsi que dans l'Oklahoma et l'Alaska ; de son côté, Marco Rubio remporte son premier État avec le Minnesota, tandis que Kasich réalise un bon score dans le Vermont et dans le Massachusetts. Après ces scrutins, Ben Carson retire sa candidature, tandis que Carly Fiorina apporte son soutien à Ted Cruz[9].

Donald Trump, au fil des primaires, conforte son statut de favori, sans pour autant parvenir à s'imposer de façon indéniable. Des tribunes politiques et des publicités télévisées négatives financées par des comités d'action politique (PAC) continuent à l'assaillir[10],[11]. La campagne entre les différents candidats semble alors très tendue et l'hypothèse d'une candidature dissidente de Donald Trump en cas de défaite aux primaires est toujours évoquée. Lors du second « super mardi », le 15 mars 2016, Donald Trump arrive notamment en tête en Floride, l'État natal de Marco Rubio, qui comptait un important nombre de délégués. À la suite de cet échec, Marco Rubio se retire de la course, laissant le champ libre à John Kasich[12].

Dès lors, la course se joue à trois : Donald Trump apparaît comme le candidat nationaliste, Ted Cruz comme le conservateur et John Kasich comme le modéré[13]. Trump et Cruz sont les deux favoris, le second accusant le premier de ne pas être un « vrai conservateur », en raison notamment de ses prises de position passées en faveur du Parti démocrate. Au début du mois d'avril 2016, le doute persiste sur la capacité de Donald Trump à obtenir les 1 237 délégués nécessaires pour obtenir l'investiture, alors que John McCain s'était déjà imposé à ce stade en 2008 et que Mitt Romney était proche de la victoire en 2012[14].

Ted Cruz obtient plusieurs victoires significatives, mais a du mal à s'imposer en dehors des États conservateurs des Grandes Plaines. Donald Trump l'emporte largement à New York le 19 avril, ce qui lui permet d'être le seul à prétendre pouvoir obtenir les 1 237 délégués. L'idée d'une « convention ouverte » en juillet reste néanmoins évoquée, avec notamment l'hypothèse d'une candidature de consensus qui parviendrait à s'imposer, comme celle de Paul Ryan[15]. Le 24 avril 2016, Ted Cruz et John Kasich s'accordent pour s'opposer à Donald Trump, chacun des deux laissant le champ libre à celui ayant le plus de chances de l'emporter dans les États de l'Indiana, de l'Oregon et du Nouveau Mexique, afin d'empêcher Trump de réunir le nombre requis de délégués[16].

Cette stratégie montre ses limites avec la large victoire de Donald Trump dans l'Indiana, le 3 mai. Ted Cruz puis John Kasich suspendent alors leur campagne[17]. Donald Trump est ainsi assuré d'être désigné candidat du Parti républicain[18].

Le 26 mai 2016, d'après plusieurs médias américains, Donald Trump obtient la majorité requise pour l'investiture[19],[20]. Donald Trump l'annonce le jour même lors d'une conférence de presse à Bismarck, dans le Dakota du Nord[21],[22]. Il recueille par ailleurs le meilleur score en nombre de voix (14 millions) jamais obtenu par un candidat à des primaires républicaines[23],[24],[25],[26].

Candidats

Cette primaire établit un record pour le nombre de candidats[27].

Campagnes actives
Campagnes abandonnées
Caucus de l'Iowa
Super Tuesday
Fin des primaires républicaines
Convention républicaine
Rick PerryScott WalkerBobby JindalLindsey GrahamGeorge PatakiMike HuckabeeRand PaulRick SantorumCarly FiorinaChris ChristieJim GilmoreJeb BushBen CarsonMarco RubioTed CruzJohn KasichDonald Trump

Candidat désigné

Candidatures retirées

Les personnes suivantes ont abandonné après le début officiel des primaires, le 1er février 2016 :

Les personnes suivantes s'étaient portées candidates, mais ont abandonné en cours de campagne, dès fin 2015 :

Pressentis

Les personnes suivantes ont publiquement exprimé leur intérêt, mais ne se sont pas portées candidates :

Sondages

Sondages nationaux

Au début de la campagne, au mois de juin 2015, l'ancien gouverneur de Floride et favori de la course Jeb Bush, le gouverneur du Wisconsin Scott Walker et le sénateur de Floride Marco Rubio arrivent en tête des intentions de vote dans la plupart des sondages réalisés à l'échelle nationale. Donald Trump n'est situé qu'en fin de peloton avec seulement 3 % des intentions de vote selon CNN [70], et souffre de la plus faible popularité parmi tous les candidats républicains (32 % d'approbation contre 66 % d'opinion défavorable) selon NBC News[71]. Néanmoins, Fox News remarque une percée du milliardaire new-yorkais immédiatement après l'annonce de sa candidature, avec 11 % d'intentions de vote, tout juste derrière Jeb Bush qui recueille 14 % d'opinion favorable[72].

Par ailleurs, à partir du mois de juillet 2015, Donald Trump prend progressivement la tête de la liste des prétendants, obtenant le soutien de près de 20 % des potentiels électeurs républicains selon l'Université Quinnipiac [73] et NBC News[74]. Cette dynamique en faveur de Donald Trump se confirme tout au long du mois et son avance se renforce continuellement. Après le premier débat télévisé organisé le 6 août 2015 par la chaîne télévisée Fox News, le nouveau favori républicain atteint 25 % des intentions de vote[75]. Parallèlement, on peut constater une lente mais conséquente descente de l'ancien favori, Jeb Bush, qui est désormais dépassé par des personnalités jusqu'alors moins connues, comme le sénateur du Texas Ted Cruz et le nérochirurgien Ben Carson. Ce dernier parvient à se hisser à la seconde place de l'ensemble des sondages réalisés aux mois de septembre et d'octobre. Aussi, une autre personnalité remarquée pour ses bonnes performances télévisées, Carly Fiorina, voit ses intentions de vote légèrement augmenter, atteignant même la troisième place à la fin du mois de septembre selon un sondage de NBC News [76].Tandis que Donald Trump continue de grimper (il reçoit le soutien de 33 % des républicains sondés dans un sondage réalisé pour ABC News), Ben Carson obtient 20 % d'intentions de vote dans la même enquête[77]. Il parvient même à le dépasser dans un sondage de CBS News publié le 27 octobre 2015, avec 26 % d'opinion favorable contre 22 % pour le milliardaire[78]. Cette courte avance est confirmée par un autre sondage réalisé au cours d'une période similaire par NBC News, qui octroie un avantage de 6 % à Ben Carson[79].

Néanmoins, ce retard inattendu de Donald Trump face à son concurrent afro-américain est rapidement éclipsé. En effet, le meneur républicain reprend très rapidement la main dès le mois de novembre de la même année. Fox News identifie un soutien de 28 % des sondés à la mi-novembre, contre seulement 18 % pour Ben Carson et à peine 3 % pour Carly Fiorina. Un sondage réalisé par CNN au début du mois de décembre place même Donald Trump en tête de la liste des prétendants républicains à la Maison Blanche avec une avance remarquable de 20 points. Cependant, Ted Cruz et Marco Rubio créent la surprise en effectuant une remontée inespérée au cours du mois de décembre. Le sénateur du Texas reçoit le soutien de 19 % des potentiels électeurs républicains dans une enquête menée par le New York Times au début du mois de janvier, tandis que Marco Rubio atteint 12 % des intentions de vote, désormais troisième. Cependant, Donald Trump garde une large avance avec le soutien de 35 % des sondés de la même enquête[80]. Quant aux autres candidats, l'ancien favori Jeb Bush, le gouverneur du New Jersey Chris Christie, ou encore le sénateur libertarien du Kentucky Rand Paul, restent nettement sous la barre des 10 %, ne parvenant pas à créer la moindre dynamique en leur faveur, et ce depuis le début de la campagne.

À l'issue du caucus de l'Iowa qui s'est tenu le premier février 2016, Ted Cruz, vainqueur surprenant de cette étape, engendre une nette progression dans les sondages nationaux. Malgré cette victoire, il ne parvient à s'imposer face à Donald Trump qui reste largement dominant dans l'écrasante majorité des sondages. Il brille même à 49 % des intentions de vote dans un sondage publié par CNN le 2 mai 2016[81]. Il est par ailleurs à noter que le gouverneur de l'Ohio, John Kasich, a profité d'un rebond dans les sondages à l'échelle nationale suite à sa bonne performance dans la primaire du New Hampshire. Néanmoins, depuis le début des échéances électorales des primaires de 2016, Donald Trump resté le meneur incontesté dans la généralité des enquêtes.

Sondages par États

Les États qui ont suscité le plus d'intérêt des sondeurs et des observateurs politiques étaient les deux premiers à organiser leurs primaires. Il s'agit de l'Iowa, qui a tenu son scrutin le premier février 2016, et le New Hampshire qui a organisé le sien le neuf février de la même année. Les enquêtes conduites dans le premier État avant la déclaration de candidature de Donald Trump distinguaient une avance confortable du gouverneur du Wisconsin Scott Walker, le favori du moment Jeb Bush ne figurant qu'en milieu de peloton avec des candidats comme Ben carson, Rand Paul ou encore l'ancien gouverneur de l'Arkansas Mike Huckabee[82]. Cet avantage de Scott Walker peut se justifier par l'originalité des idées politiques des républicains de l'Iowa. Petit État du Midwest, il s'agit d'une terre rurale et agricole, avec une forte population chrétienne évangélique qui aime mettre sur la table des discussions des sujets souvent controversés ou origiaux comme l'avortement, les valeurs famillales ou encore le mariage homosexuel[83]. Le discours chrétien très affirmé de Scott Walker lui a sans doute permis de tenir la tête un certain temps dans les intentions de votes de cet État[84]. A contrario, dans le deuxième État à tenir ses primaires, le New Hampshire, c'est Jeb Bush qui garde généralement une nette avance sur ses rivaux jusqu'à l'entrée en campagne de Donald Trump. En février 2015, il ainsi crédité de 16 % des intentions de vote selon CNN [85] et Bloomberg[86].

Cependant, dès l'annonce de sa candidature, le milliardaire new-yorkais gagne peu à peu du terrain dans les deux États. Dès le mois de juin, dans le New Hampshire, il rattrape progressivement Jeb Bush, avec 11 % de soutien contre 16 % pour le gouverneur de Floride selon CNN et 12 % contre 21 % selon Gravis Marketing[87]. Donald Trump, profitant d'une dynamique nationale, dépasse finalement Jeb Bush dans les intentions de vote des potentiels électeurs républicains au mois de juillet. Il garde une large avance jusqu'au jour du scrutin, pas un seul sondage ne donnant un autre candidat devant lui depuis lors. Dans l'Iowa, le discours chrétien et conservateur de Scott Walker ne lui permet pas non plus de contenir la vague anti-système que représente Donald Trump. Celui-ci dépasse le gouverneur de Wisconsin à partir du mois d'août. Ainsi, CNN donne une avance de Donald Trump équivalente à 8 % dans une enquête publiée le 12 août[88], Scott Walker s'effondrant à 9 %, à la troisième place, derrière l'outsider Ben Carson, nouvelle surprise de la course. Ce dernier talonne Donald Trump dans les intentions de votes des électeurs de l'Iowa jusqu'à la mi-octobre. A compter de cette période, Ben Carson prend un net avantage face au milliardaire, avec par exemple, un soutien des électeurs républicains crédité à hauteur de 28 % selon un sondage de Bloomberg, contre seulement 19 % pour Donald Trump, en deuxième position[89]. Néanmoins, Trump parvient à reprendre en main la situation quelques semaines plus tard, vers la mi-novembre. Effectivement, un autre prétendant semble percer au détriment de Ben Carson. Il s'agit du sénateur du Texas, Ted Cruz, qui paraît reprendre attirer vers sa candidature une grande partie des électeurs du neurochirurgien. D'après un sondage réalisé au mois de novembre par CBS News, Donald Trump est crédité de 30 % des intentions de vote, 21 % pour Ted Cruz, et à peine 19 % pour Ben Carson, désormais troisième du classement[90]. Depuis cet instant jusqu'à la tenue des caucus, les sondages se contredisent quant à la première place du podium. Certains placent Ted Cruz en tête, et d'autres prétendent que c'est toujours Donald Trump qui domine le champ. Malgré tout, c'est finalement Ted Cruz qui remporte le scrutin, réunissant près de 28 % des suffrages exprimés, contre 24 % pour Donald Trump. Notons par ailleurs que le sénateur de Floride Marco Rubio, troisième homme, a réalisé un score bien plus élevé que dans les enquêtes d'opinion, avec 23 % des voix, alors qu'aucun sondage n'avait anticipé ce résultat[91].

Candidat arrivé en tête dans chaque État :
  •      Ted Cruz
  •      Donald Trump
  •      Marco Rubio
  •      John Kasich
  •      Non-assigné
Résultats des primaires républicaines par État,[1], - Majorité pour obtenir l'investiture : 1 237
Date État ou territoire Mandats de délégués Distribution délégués Trump
Donald Trump
Kasich
John Kasich
Cruz
Ted Cruz
Rubio
Marco Rubio
Carson
Ben Carson
Bush
Jeb Bush
Gilmore
Jim Gilmore
Christie
Chris Christie
Fiorina
Carly Fiorina
Paul
Rand Paul
Huckabee
Mike Huckabee
Santorum
Rick Santorum
Voix 14 009 098 4 287 325 7 810 477 3 513 879 857 023 286 634 146 24 373 15 259 8 481 3 345 1 779
Délégués engagés 1 457 160 553 166 7 4 0 0 1 2 1 0
Engagés Abstentions Libres Libres disponibles Délégués libres 80 3 16 - - - - - - - - -
2 351 12 99 10 Délégués 1 537 163 569 166 7 4 0 0 1 2 1 0
01/02 Iowa 30 0 0 0 Proportionnelle % 24,30 % 1,86 % 27,64 % 23,12 % 9,30 % 2,80 % 0,01 % 1,76 % 1,86 % 4,54 % 1,79 % 0,95 %
Délégués engagés 7 1 8 7 3 1 - - 1 1 1 -
Voix 45 429 3 474 51 666 43 228 17 394 5 238 12 3 284 3 485 8 481 3 345 1 779
09/02 New Hampshire 23 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 35,24 % 15,72 % 11,63 % 10,52 % 2,28 % 10,96 % 0,05 % 7,38 % 4,12 %
Délégués engagés 11 4 3 2 - 3 - - -
Voix 100 735 44 932 33 244 30 071 6 527 31 341 134 21 089 11 774
20/02 Caroline du Sud 50 0 0 0 Winner-take-all % 32,51 % 7,61 % 22,33 % 22,48 % 7,23 % 7,84 %
Délégués engagés 50 - - - - -
Voix 240 882 56 410 165 417 166 565 53 551 58 056
23/02 Nevada 28 2 0 0 Proportionnelle % 45,75 % 3,59 % 21,30 % 23,77 % 4,79 %
Délégués engagés 14 1 6 7 -
Voix 34 531 2 709 16 079 17 940 3 619
01/03 Alabama 50 0 0 0 Winner-take-most % 43,42 % 4,43 % 21,09 % 18,66 % 10,22 %
Délégués engagés 36 - 13 1 -
Voix 371 736 37 970 180 606 159 805 87 515
Alaska 28 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 33,64 % 3,99 % 36,37 % 15,16 % 10,83 %
Délégués engagés 11 - 12 5 -
Voix 7 740 918 8 369 3 488 2 492
Arkansas 40 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 32,75 % 3,71 % 30,47 % 24,90 % 5,70 %
Délégués engagés 16 - 15 9 -
Voix 133 145 15 098 123 871 101 238 23 171
Géorgie 76 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 38,81 % 5,59 % 23,60 % 24,45 % 6,23 %
Délégués engagés 42 - 18 16 -
Voix 502 994 72 508 305 847 316 836 80 723
Massachusetts 42 0 0 0 Proportionnelle % 48,99 % 17,94 % 9,50 % 17,75 % 2,57 %
Délégués engagés 22 8 4 8 -
Voix 312 425 114 434 60 592 113 170 16 360
Minnesota 38 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 21,30 % 5,75 % 28,99 % 36,48 % 7,30 %
Délégués engagés 8 - 13 17 -
Voix 24 019 6 488 32 682 41 129 8 231
Oklahoma 41 2 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 28,32 % 3,59 % 34,37 % 26,01 % 6,22 %
Délégués engagés 14 - 15 12 -
Voix 130 267 16 524 158 078 119 633 28 601
Tennessee 58 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 38,94 % 5,29 % 24,71 % 21,18 % 7,59 %
Délégués engagés 33 - 16 9 -
Voix 333 180 45 301 211 471 181 274 64 951
Texas 155 0 0 0 Winner-take-most % 26,75 % 4,16 % 43,76 % 17,73 % 4,25 %
Délégués engagés 48 - 104 3 -
Voix 757 628 120 257 1 239 393 502 227 117 780
Vermont 16 0 0 0 Proportionnelle seuil 20 % % 32,72 % 30,39 % 9,71 % 19,31 % 4,17 %
Délégués engagés 8 8 - - -
Voix 19 969 18 543 5 927 11 781 2 542
Virginie 49 0 0 0 Proportionnelle % 34,73 % 9,42 % 16,90 % 31,91 % 5,86 %
Délégués engagés 17 5 8 16 3
Voix 355 961 96 519 173 191 327 045 60 091
05/03 Kansas 40 0 0 0 Winner-take-most % 23,35 % 11,07 % 47,50 % 16,83 %
Délégués engagés 9 1 24 6
Voix 18 443 8 741 37 512 13 295
Kentucky 46 0 0 0 Proportionnelle % 35,92 % 14,42 % 31,57 % 16,36 %
Délégués engagés 17 7 15 7
Voix 82 494 33 129 72 501 37 582
Louisiane 43 3 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 41,45 % 6,43 % 37,83 % 11,22 %
Délégués engagés 25 - 18 -
Voix 124 854 19 359 113 968 33 813
Maine 23 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 32,59 % 12,19 % 45,90 % 8,01 %
Délégués engagés 9 2 12 -
Voix 6 070 2 270 8 550 1 492
06/03 Porto Rico 23 0 0 0 Winner-take-all % 13,05 % 1,33 % 8,63 % 71,02 %
Délégués engagés - - - 23
Voix 5 052 516 3 340 27 485
08/03 Hawaii 19 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 42,40 % 10,57 % 32,74 % 13,16 %
Délégués engagés 11 - 7 1
Voix 5 673 1 414 4 380 1 761
Idaho 32 0 0 0 Proportionnelle seuil 20 % % 28,11 % 7,43 % 45,42 % 15,91 %
Délégués engagés 12 - 20 -
Voix 62 474 16 518 100 943 35 349
Michigan 59 0 0 0 Proportionnelle seuil 10 % % 36,50 % 24,23 % 24,86 % 9,32 %
Délégués engagés 25 17 17 -
Voix 482 825 320 505 328 894 123 231
Mississippi 40 0 0 0 Winner-take-most % 47,24 % 8,84 % 36,12 % 5,26 %
Délégués engagés 25 - 15 -
Voix 196 659 36 795 150 364 21 885
10/03 Iles Vierges 6 0 3 0 Proportionnelle % 6,39 % - 11,74 % 9,90 %
Délégués engagés 6 - - -
Délégués libres 3 - - -
Délégués 9 - - -
Voix 104 - 191 161
12/03 Guam 0 0 9 0 NC % NC - - -
Délégués libres 9 - - -
Voix NC - - -
Washington (DC) 19 0 0 0 Proportionnelle seuil 20 % % 13,77 % 35,54 % 12,36 % 37,30 %
Délégués engagés - 9 - 10
Voix 391 1 009 351 1 059
Wyoming 25 1 1 2 NC % NC - NC NC
Délégués engagés 1 - 23 1
Délégués libres 0 - 1 0
Délégués 1 - 24 1
Voix NC - NC NC
15/03 Caroline du Nord 72 0 0 0 Proportionnelle % 40,23 % 12,67 % 36,76 % 7,73 %
Délégués engagés 29 9 27 6
Voix 462 465 145 678 422 651 88 915
Floride 99 0 0 0 Winner-take-all % 45,72 % 6,8 % 17,1 % 27,04 %
Délégués engagés 99 - - -
Voix 1 079 870 159 976 404 891 638 661
Îles Mariannes du Nord 9 0 0 0 Winner-take-all % 72,82 % 2,12 % 23,99 % 1,06 %
Délégués engagés 9 - - -
Voix 343 10 113 5
Illinois 69 0 0 0 Winner-take-most % 38,80 % 19,74 % 30,23 % 8,74 %
Délégués engagés 54 6 9 -
Voix 562 464 286 118 438 235 126 681
Missouri 52 0 0 0 Winner-take-most % 40,84 % 10,10 % 40,63 % 6,09 %
Délégués engagés 37 - 15 -
Voix 383 631 94 857 381 666 57 244
Ohio 66 0 0 0 Winner-take-all % 35,61 % 46,83 % 13,10 % 2,91 %
Délégués engagés - 66 - -
Voix 727 585 956 762 267 592 59 418
22/03 Arizona 58 0 0 0 Winner-take-all % 45,95 % 10,0 % 27,61 %
Délégués engagés 58 - -
Voix 286 743 65 965 172 294
Samoa américaines 0 0 9 0 NC % NC - -
Délégués libres 9 - -
Voix NC - -
Utah 40 0 0 0 Winner-take-all % 14,03 % 16,81 % 69,17 %
Délégués engagés - - 40
Voix 24 861 29 779 122 563
01/04 Dakota du Nord 0 0 28 0 NC % NC - NC
Délégués libres 17 - 11
Voix NC - NC
02/04 Colorado 34 0 0 3 Winner-take-all % NC - NC
Délégués engagés 1 - 33
Voix NC - NC
05/04 Wisconsin 42 0 0 0 Winner-take-most % 35,02 % 14,10 % 48,20 %
Délégués engagés 6 - 36
Voix 387 295 155 902 533 079
19/04 New York 95 0 0 0 Proportionnelle seuil 20 % % 59,21 % 24,68 % 14,53 %
Délégués engagés 89 6 -
Voix 554 522 231 166 136 083
26/04 Connecticut 28 0 0 0 Proportionnelle % 57,87 % 28,36 % 11,71 %
Délégués engagés 28 - -
Voix 123 484 60 503 24 978
Delaware 16 0 0 0 Winner-take-all % 60,77 % 20,35 % 15,90 %
Délégués engagés 16 - -
Voix 42 472 14 225 11 110
Maryland 38 0 0 0 Winner-take-most % 54,45 % 23,03 % 18,88 %
Délégués engagés 38 - -
Voix 236 627 100 086 82 043
Pennsylvanie 17 0 49 5 Winner-take-most % 56,71 % 19,36 % 21,66 %
Délégués engagés 17 - -
Délégués libres 42 3 4
Délégués 59 3 4
Voix 897 544 306 476 342 752
Rhode Island 19 0 0 0 Proportionnelle % 62,92 % 24,01 % 10,29 %
Délégués engagés 12 5 2
Voix 39 221 14 963 6 416
03/05 Indiana 57 0 0 0 Winner-take-most % 53,26 % 7,57 % 36,63 %
Délégués engagés 57 - -
Voix 591 514 84 111 406 783
10/05 Nebraska 36 0 0 0 Winner-take-all % 61,47 %
Délégués engagés 36
Voix 122 327
Virginie-Occidentale 33 1 0 0 Proportionnelle % 77,05 %
Délégués engagés 32
Voix 157 238
17/05 Oregon 28 0 0 0 Proportionnelle % 64,16 %
Délégués engagés 18
Voix 252 748
24/05 Washington 41 3 0 0 Proportionnelle % 75,46 %
Délégués engagés 41
Voix 455 023
07/06 Californie 172 0 0 0 Winner-take-most % 74,76 %
Délégués engagés 172
Voix 1 665 126
Dakota du Sud 29 0 0 0 Winner-take-all % 67,09 %
Délégués engagés 29
Voix 44 867
Montana 27 0 0 0 Winner-take-all % 73,68 %
Délégués engagés 27
Voix 115 594
New Jersey 51 0 0 0 Winner-take-all % 80,44 %
Délégués engagés 51
Voix 356 391
Nouveau Mexique 24 0 0 0 Proportionnelle % 70,64 %
Délégués engagés 24
Voix 73 908

Convention

La convention nationale du Parti républicain a eu lieu du 18 au 21 juillet 2016 à la Quicken Loans Arena à Cleveland, Ohio.

Donald Trump et Mike Pence sont officiellement désignés comme candidats du Parti républicain le 19 juillet 2016[92].

Récapitulatif des votes des délégués[93]
Donald Trump Ted Cruz John Kasich Marco Rubio Ben Carson Jeb Bush Rand Paul Carly Fiorina Mike Huckabee
Votes à la suite des primaires 1 537 569 163 166 7 4 2 1 1
Votes définitifs validés à la Convention 1 725 475 120 114 7 3 2 0 0

Donald Trump obtient largement la majorité absolue avec 1 725 voix (70 % des délégués).

Participation record des électeurs

Bien qu'un peu moins élevée qu'à celle du Parti démocrate, la participation à la primaire du Parti républicain est historiquement importante, avec environ 28,89 millions d'électeurs, une progression de 67,8 % par rapport aux 17,22 millions d'électeurs des primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2012 et un chiffre qui représente près du double des 14,88 millions d'électeurs des primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2008.

Critique des médias

Lors de la primaire républicaine, un débat émerge sur l'impartialité des médias, globalement critiqués par une partie des journalistes pour avoir favorisé la candidature de Donald Trump en lui donnant beaucoup plus de couverture que les autres candidats républicains[94], tandis que d'autres estiment au contraire qu'il n'a pas été avantagé, car cette forte couverture lui a aussi attiré l'hostilité de beaucoup d'électeurs centristes[95].

La candidature de Trump a en effet reçu une couverture très supérieure à celle des autres républicains, selon divers calculs effectués par le statisticien Nate Silver. Sur la période allant du 14 juin 2015 au 12 juillet 2015 un total de 46 % des articles traitait de la candidature Trump, comparé à 13 % pour celle de Jeb Bush, 9 % pour celle de Chris Christie, 8 % pour celle de Scott Walker, les candidatures de Cruz and Rubio n'étant mentionnées que dans 4 % des articles, et celles de Paul et Kasich dans 2 % d'entre eux[96]. Le débat sur cette couverture déséquilibrée est accentué par le fait que plusieurs médias (Politico, BuzzFeed, Des Moines Register, Huffington Post) ont été temporairement exclus des événements organisés par Trump, ce qui est perçu comme une forme de pression par The Washington Post[97]. Une étude de la société mediaQuant indique que le temps gratuitement consacré par les médias à Trump représente une valeur de 1,98 milliard de dollars[98], sur la base des tarifs publicitaires d'achat d'espace, soit neuf fois plus que pour son principal rival Jeb Bush, loin devant tous les autres candidats, ce qui permet au milliardaire de compenser le fait qu'il a acheté beaucoup moins de spots de publicité que les autres (10 millions de dollars contre 82 millions de dollars pour Jeb Bush).

Notes et références

  1. a et b (en) « Republican Detailed Delegate Allocation - 2016 », sur thegreenpapers.com (consulté le 9 mars 2016).
  2. (en) « Chris Christie’s Access Lanes To The GOP Nomination Are Closed », sur FiveThirtyEight,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  3. (en) « Pols And Polls Say The Same Thing: Jeb Bush Is A Weak Front-Runner », sur FiveThirtyEight,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  4. « Mitt Romney ne sera pas candidat à la Maison Blanche », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  5. (en) Chris Stirewalt, « 2016 Power Index: Unsteady Walker still Jeb’s top rival, but press pile on continues », sur Fox News,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  6. « Etats-Unis: Donald Trump domine les sondages républicains », sur L'Obs,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  7. (en) Margaret Hoover, « Ben Carson, rise of the anti-Trump », sur CNN.com,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  8. (en) « Poll: Carly Fiorina surges to second place behind Donald Trump after GOP debates », sur syracuse.com,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  9. (en) Julia Manchester, « Carly Fiorina endorses Ted Cruz, 'horrified' by Donald Trump », sur CNN.com,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  10. « Donald Trump confronté à la violence dans ses meetings », sur ladepeche.fr,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  11. « Les républicains lancent l'opération anti-Trump », sur europe1.fr,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  12. « Le retrait de Marco Rubio de la Course à la Maison Blanche », sur France Culture,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  13. « John Kasich, un républicain pas si modéré que cela », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  14. Gilles Paris, « Primaires américaines : guerre de tranchées au Parti républicain », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 9 avril 2016).
  15. « Présidentielle américaine, J-234 : vers une convention républicaine « ouverte » ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  16. « Ted Cruz et John Kasich s'allient pour faire barrage à Donald Trump », sur rts.ch,‎ (consulté le 25 avril 2016).
  17. « Primaires américaines : John Kasich jette l’éponge, Trump seul en lice », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  18. « L’investiture de Trump, scénario du pire pour le parti républicain », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  19. (en) « Delegate tracker », sur Associated Press,‎ (consulté le 27 mai 2016).
  20. (en) Wilson Andrews, Kitty Bennett et Alicia Parlapiano, « 2016 Delegate Count and Primary Results », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  21. « Donald J. Trump on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016).
  22. « Donald J. Trump on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016).
  23. « Donald J. Trump on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016).
  24. « Donald J. Trump - I am honored by your support. Together,... | Facebook », sur facebook.com (consulté le 9 juin 2016).
  25. (en) « Trump Scores Historic 13 Million GOP Primary Vote Blowout », sur Breitbart,‎ (consulté le 9 juin 2016).
  26. (en) « Graph: Trump's Historic 13 Million Primary Votes Compared To Every GOP Nominee Since 1908 | The Sean Hannity Show », sur The Sean Hannity Show (consulté le 10 juin 2016).
  27. « #ETATS-UNIS L'élection présidentielle américaine de 2016 a déjà atteint un record : un 16e candidat républicain à la Maison Blanche vient de se déclarer », sur http://tempsreel.nouvelobs.com/,‎ (consulté le 14 novembre 2016).
  28. Gilles Paris, « Donald Trump, un milliardaire excentrique candidat à l’investiture républicaine », Le Monde,‎ .
  29. « Mike Huckabee, sixième candidat à l’investiture républicaine », sur 20minutes.fr,‎ .
  30. « Mike Huckabee renonce à l’investiture républicaine », RTL,‎ (consulté le 4 février 2016).
  31. (en) Michael Bender, « Rand Paul at a Crossroads », sur Bloomberg.com/politics,‎ (consulté le 25 février 2016).
  32. (en) Mike Allen, « Rand gathering leaves little doubt on '16 », sur Politico,‎ (consulté le 25 février 2016).
  33. « Élections USA: Rand Paul quitte la course », Le Figaro,‎ (consulté le 4 février 2016).
  34. Le Monde.fr avec AFP, « Le très conservateur Rick Santorum à nouveau dans la course à la Maison Blanche », Le Monde,‎ (consulté le 28 mai 2015).
  35. « Rick Santorum, huitième candidat républicain à renoncer », Le Monde,‎ (consulté le 4 février 2016).
  36. (en) Nick Gass, « Carly Fiorina: 'Yes, I am running for president' », Politico,‎ (consulté le 4 mai 2015).
  37. « Primaires américaines : la républicaine Carly Fiorina se désiste », Le Monde,‎ (consulté le 10 février 2016).
  38. « Primaire aux Etats-Unis : Ted Cruz choisit Carly Fiorina comme colistière, s'il gagne la nomination dans le camp républicain », sur franceinfo.fr,‎ .
  39. Gilles Sengès, « Chris Christie rejoint le peloton des candidats républicains à la Maison Blanche », l'Opinion,‎ (consulté le 30 juin 2015).
  40. (en) Dan Hirschhorn, « Chris Christie Exits Presidential Race After New Hampshire Defeat », sur Time.com,‎ (consulté le 25 février 2016).
  41. « Élections américaines : Chris Christie apporte un soutien de poids à Donald Trump », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  42. Le Monde.fr avec AFP, « Etats-Unis : un 17e candidat à la primaire républicaine », lemonde.fr,‎ (consulté le 30 juillet 2015).
  43. Gilles Paris, « Primaires américaines : abandon de Jim Gilmore, candidat républicain fantôme », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  44. Maxime Bourdeau, « Jeb Bush officiellement candidat à la présidentielle américaine de 2016 », Huffington Post,‎ (consulté le 15 juin 2015).
  45. (en) Jordan Frasier, « Jeb Bush Suspends 2016 Presidential Campaign », sur NBC News,‎ (consulté le 25 février 2016).
  46. (en) Steve Peoples, « Ben Carson, famed neurosurgeon, running for president », Yahoo! News,‎ (consulté le 9 mai 2015).
  47. « Le républicain Ben Carson se met en retrait de la course à la Maison Blanche », sur Le Point,‎ (consulté le 5 mars 2016).
  48. « Election américaine 2016: Ben Carson soutient Donald Trump », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 22 mars 2016).
  49. a et b (en) Ashley Parker, « Marco Rubio Announces 2016 Presidential Bid », The New York Times,‎ (consulté le 13 avril 2015).
  50. (en) « Marco Rubio drops out of presidential campaign after Florida loss », sur CNN,‎ (consulté le 16 mars 2016).
  51. (en) Ken Herman, « Could there be a President Ted Cruz? », Austin American-Statesman,‎ (lire en ligne).
  52. (en) Paul West, « Questions about the qualifications of Ted Cruz, the GOP's newest star », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne).
  53. (en) Mark McKinnon, « Ted Cruz Has Just About Everything in Common With Obama but Ideology », The Daily Beast,‎ (lire en ligne).
  54. (en) James Pindell, « Ted Cruz says Texas could be a blue state by the time he runs for president. Yes, president! », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne).
  55. « Ted Cruz abandonne la course à la Maison-Blanche », 3 mai 2016.
  56. Agence France-Presse, « John Kasich, un 16e candidat à l'investiture républicaine », La Presse,‎ (consulté le 21 juillet 2015).
  57. « Primaire républicaine: John Kasich, le dernier adversaire de Donald Trump, jette l'éponge », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  58. Gilles Paris, « Rick Perry, dixième candidat à l’investiture républicaine », Le Monde,‎ (consulté le 4 juin 2015).
  59. Steve Peoples, « Rick Perry se retire de la course à l'investiture du Parti républicain », La Presse,‎ (consulté le 11 septembre 2015).
  60. Agence France-Presse, « Scott Walker dans la course à la Maison-Blanche », La Presse,‎ (consulté le 13 juillet 2015).
  61. Gilles Paris, « Scott Walker, républicain résolu, abandonne à son tour la course à la Maison-Blanche », Le Monde,‎ (consulté le 21 septembre 2015).
  62. (en) David A. Fahrenthold et James Hohmann, « Bobby Jindal announces entry into 2016 presidential race », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne).
  63. (en) « Bobby Jindal Drops Out of 2016 Republican Presidential Race », sur ABC News,‎ (consulté le 25 février 2016).
  64. Gilles Paris, « Etats-Unis : un quatrième candidat républicain se retire de la course à l’investiture », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  65. Gilles Paris, Lindsey Graham, un « faucon » dans la campagne républicaine - Le Monde, 1er juin 2015.
  66. Agence France-Presse, « L'ex-gouverneur de New York George Pataki candidat à l'investiture républicaine », La Presse,‎ (consulté le 28 mai 2015).
  67. « Le républicain George Pataki abandonne la course à la Maison Blanche », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  68. Le Monde, « Paul Ryan exclut une candidature de compromis », Le Monde,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  69. Le Monde, « Mitt Romney ne sera pas candidat à la Maison Blanche », Le Monde,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  70. Jennifer Agiesta, CNN Polling Director, « Poll: New speed bumps for Hillary Clinton », sur CNN (consulté le 7 février 2017).
  71. (en) « Jeb Bush's Standing Improves Among Republicans », NBC News, (lire en ligne).
  72. (en) Fox Nation, « Fox News Poll: Bush, Trump Score Post-Announcement Bumps », sur FoxNation.com,‎ (consulté le 7 février 2017).
  73. lefigaro.fr, « USA: Trump domine les sondages républicains », Le Figaro, (lire en ligne).
  74. (en) « Donald Trump Surges in New NBC News/WSJ Poll », NBC News, (lire en ligne).
  75. (en) « Fox News Poll: Sanders gains on Clinton », Fox News,‎ (lire en ligne).
  76. (en) « NBC/WSJ Poll: Trump and Carson Lead GOP; Clinton Loses Ground », NBC News, (lire en ligne).
  77. A. B. C. News, « Clinton's Support Drops as Trump, Carson Surge in GOP Race », sur ABC News,‎ (consulté le 7 février 2017).
  78. (en) « CBS/NYT Poll: Ben Carson edges out Donald Trump », , (lire en ligne).
  79. (en) « NBC/WSJ Poll: Carson Surges Into Lead of National GOP Race », sur nbcnews.com,‎ (consulté le 7 février 20117).
  80. Thomas Kaplan et Dalia Sussman, « Hillary Clinton’s Lead Over Bernie Sanders Slipping in New Poll », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  81. Jennifer Agiesta, CNN Polling Director, « US agrees Clinton, Trump headed for faceoff », sur CNN (consulté le 7 février 2017).
  82. (en) « Iowa Poll: Walker maintains popularity with 7-point lead », Des Moines Register, (lire en ligne).
  83. « Les évangéliques, des faiseurs de roi en Iowa », , (lire en ligne).
  84. Trip Gabriel, « Scott Walker, a Pastor’s Son, Runs on Faith as Iowa Beckons », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  85. Eric Bradner CNN, « Bush narrowly leads New Hampshire poll », sur CNN (consulté le 8 février 2017).
  86. « New Hampshire Poll: Jeb Bush Grabs Narrow Lead », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne).
  87. (en) « New Hampshire poll: Bush leads GOP field, Trump moves into top-tier status - Gravis », Gravis,‎ (lire en ligne).
  88. « CNN/ORC Poll: Donald Trump takes the top slot in Iowa », sur CNN (consulté le 9 février 2017).
  89. « Carson Surges Past Trump in Latest Bloomberg Politics/Des Moines Register Iowa Poll », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne).
  90. (en) « Poll: Trump retakes lead, Cruz surges in IA; Rubio second in NH », , (lire en ligne).
  91. Jonathan Martin, « Ted Cruz Wins Republican Caucuses in Iowa », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  92. « Donald Trump formellement désigné candidat républicain à la Maison Blanche », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  93. Les Décodeurs, « Primaires américaines : Donald Trump largement désigné candidat du Parti républicain », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  94. (en) John Sides et Kalev Leetaru, « A deep dive into the news media’s role in the rise of Donald J. Trump », sur Washington Post,‎ (consulté le 22 novembre 2016).
  95. (en) Molly Ball, « Stop Blaming the Media for Trump », The Atlantic,‎ (lire en ligne)
  96. (en) Kalev Leetaru, « Is Donald Trump dominating media coverage of the Republican race? », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  97. (en) Margaret Sullivan, « Does it matter that Donald Trump has banned us? Not in the way you’d think. », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne).
  98. (en) Nicholas Confessore et Karen Yourish et Karen Yourish, « $2 Billion Worth of Free Media for Donald Trump », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).

Voir aussi