Président éternel de la République

Président éternel de la République
공화국의 영원한 주석
Gonghwagugui yeongwonhan juseog
Image illustrative de l'article Président éternel de la République
Titulaire actuel
Kim Il-sung
depuis le

Création
Résidence officielle Palais du Soleil Kumsusan (Pyongyang)

Le titre de « Président éternel de la République » (hangeul : 공화국의 영원한 주석 ; RR : Gonghwagugui yeongwonhan juseog) est attribué à Kim il-sung le par un amendement constitutionnel dans la préface de la constitution de la Corée du Nord :

« Sous la direction du Parti du travail de Corée, la République démocratique populaire de Corée et le peuple coréen tiendront le Grand Chef camarade Kim Il-sung en haute estime en tant que Président éternel de la République...[1] »

Selon les auteurs Ashley J. Tellis et Michael Wills, cet amendement au préambule est une indication de la caractéristique unique de la Corée du Nord en tant qu'État théocratique fondé sur un culte de la personnalité centré sur Kim Il-sung. De plus, la Corée du Nord a adopté le calendrier juche débutant en 1912, année de naissance de Kim Il-sung[2].

Présidence de la Corée du Nord

Le titre de « Président de la République démocratique populaire de Corée » est établi dans la constitution de 1972 de la Corée du Nord. Avant cela, Kim Il-sung, de facto le dirigeant du pays, tenait les postes de Premier ministre de Corée du Nord  et Secrétaire général du Parti du travail de Corée.

En 1972, la présidence est établie et Kim Il-sung est élu à cette position par l'Assemblée populaire suprême, la législature nord-coréenne, le . Il tient ce poste jusqu'à sa mort en 1994 et celui-ci reste vacant par la suite.

La constitution révisée en 1998 aboli la présidence et créé le titre honorifique de « Président éternel de la République », qui est attribué à Kim Il-sung.

Chef d'État de la Corée du Nord après 1994

De nos jours, il n'y a pas de président de la Corée du Nord car le poste est laissé vacant depuis la mort de Kim Il-sung en 1994 et est ipso facto aboli par les changements apportés à la constitution en 1998.

Ainsi, les fonctions et pouvoirs appartenant précédemment au président sont divisées entre trois postes officiels : celui de chef de gouvernement, de Premier ministre de Corée du Nord et de président de l'Assemblée suprême populaire. Le petit fils de Kim Il-sung, Kim Jong-un, occupe actuellement les postes de chef des armées, de président du comité de la défense nationale (remplacée par la commission des affaires de l'État de la Corée du Nord en 2016) et de commandant suprême de l'Armée populaire de Corée , précédemment occupés par son grand-père.

Le dernier Kim est également président du Parti du travail de Corée et est considéré comme le « Chef suprême » disposant d'un contrôle absolu sur le pays à travers les Dix principes pour l'établissement d'un système idéologique monolithique.

Voir aussi

Notes et références

  1. Constitution de la Corée du Nord (1972) Wikisource
  2. Ashley J. Tellis et Michael Wills, Domestic Political Change and Grand Strategy, NBR, (ISBN 978-0-9713938-8-2, lire en ligne), p. 128