Pogrom de Cracovie de 1945

Le pogrom de Cracovie de 1945 s'est déroulé dans la ville de Cracovie en Pologne le 11 août 1945 et d'après les historiens aurait fait un mort et cinq blessés graves.

Genèse des émeutes

Entre 68 000 et 80 000 Juifs vivent à Cracovie avant la Seconde Guerre mondiale et l'invasion de la Pologne par les Allemands en septembre 1939. À la suite de la Shoah et du déplacement de population qui en a résulté, il ne reste qu'environ 500 Juifs à Cracovie en janvier 1945, immédiatement après l'arrivée des troupes soviétiques[1]. Ce nombre va graduellement augmenter avec le retour d'environ 2 000 habitants juifs de Cracovie d'avant-guerre. En plus de nombreux réfugiés juifs des villages et villes environnantes, retournant d'Union soviétique, s'installent à Cracovie[2],[3]. En mai 1945, le nombre de Juifs dans la ville s'élève à 6 637.

Le retour de la population juive n'est pas bien vu par tout le monde, particulièrement par les éléments antisémites de la population ainsi que par ceux qui se sont approprié des biens juifs pendant la guerre et qui craignent maintenant de devoir les restituer. La sécurité de la communauté juive à Cracovie devient un problème très sérieux, même si « aucun événement sérieux n'est enregistré dans les régions rurales et dans les petites villes environnantes[4] ». En juin 1945, le voïvode de Cracovie décrit les tensions grandissantes dans son rapport:

« En ce qui concerne l'attitude de la population polonaise envers les Juifs, des relents de l'influence nazie, acquise durant la période d'occupation, persistent encore… Des vols accompagnés du meurtre de Juifs ont lieu: les motifs et les coupables ne sont généralement pas trouvés. Néanmoins, leur motivation antisémite est apparente… Lors du mois précédant, il n'y a pas eu d'évènements anti-Juifs sérieux dans la voïvodie, cependant, il n'y a aucune évidence que l'attitude de la société ait changé envers les Juifs... Un évènement totalement insignifiant, ou la plus improbable rumeur peut déclencher de sérieuses émeutes. L'attitude de la populace envers les Juifs est un sérieux problème nécessitant une vigilance constante de la part des autorités et une interaction adéquate avec les organisations de niveau inférieur[2]. »

L'émeute

Le 27 juin 1945, une femme juive est amenée au poste de police de la Milicja Obywatelska (Milice civique), faussement accusée d'avoir tenté d'enlever un enfant. En dépit du fait que l'investigation ait révélé que la mère avait laissé son enfant à la garde de la suspecte, des rumeurs commencent à se propager qu'une femme juive a enlevé un enfant afin de le tuer[5]. Une foule criant des slogans anti-Juifs se rassemble alors sur la place Kleparski, mais un détachement de la Milice ramène le calme. Pendant ce temps, des rumeurs de crimes rituels continuent à se propager: treize corps d'enfants chrétiens auraient été découverts. Le 11 août, le nombre de victimes supposées a atteint quatre-vingt[5]. Des groupes de voyous se réunissent sur la place Kleparski et vont régulièrement jeter des pierres sur la synagogue Kupa[5]. Le 11 août 1945, un jeune garçon de treize ans qui jette des pierres, est appréhendé, mais réussit à s'enfuir vers la place du marché proche en criant: « Aidez-moi, les Juifs ont essayé de me tuer[6] ». Immédiatement la foule se précipite et pénètre dans la synagogue Kupa et moleste les Juifs qui priaient ce samedi matin, jour de Chabbat[7] et brûle les rouleaux de Torah[8]. L'auberge juive qui accueillait des émigrés est aussi attaquée[8]. Des hommes, des femmes et aussi des enfants juifs sont battus jusque dans la rue; leurs maisons sont saccagées et pillées[6]. Certains juifs blessés pendant le pogrom sont hospitalisés et seront de nouveau frappés à l'hôpital même. Une des victimes du pogrom atteste :

« J'ai été emmené à la seconde circonscription de la milice, où ils ont appelé une ambulance. Il y avait cinq autres personnes là-bas, dont une femme polonaise sérieusement blessée. Dans l'ambulance, j'ai entendu les commentaires du soldat escorteur et de l'infirmière qui parlaient de nous comme de la racaille juive qu'ils devaient sauver et qu'ils ne devraient pas, car nous avions tué des enfants et que nous devrions tous être abattus. Nous avons été conduits à l'hôpital St Lazarus rue Kopernik. J'ai été le premier à être conduit en salle d'opération. Après l'opération, un soldat est venu et a dit qu'il va conduire tout le monde en prison après l'opération. Il a frappé un des blessés juifs qui attendait une opération. Il nous a surveillé avec son fusil armé et nous a interdit de boire de l'eau. Quelques instants plus tard, deux cheminots sont apparus et l'un d'eux a dit : "C'est un scandale qu'un Polonais n'ai pas le courage civil de frapper une personne sans défense ", et il a frappé un des blessés. Un des pensionnaires de l'hôpital m'a frappé avec une béquille. Les femmes, y compris les infirmières, se tenaient derrière les portes nous menaçant qu'elles n'attendaient que nous en ayons fini avec les opérations afin de nous mettre en morceaux[9].  »

Durant le pogrom, certains Polonais ont été pris pour des Juifs et ont aussi été attaqués[10]. Les émeutes se sont principalement déroulées dans les rues Miodowa, Starowislna, Przemyska et Jozefa du quartier Kazimierz[11], et furent les plus intenses entre 11 heures du matin et 13 heures, se calmant vers 14 heures, pour reprendre de la vigueur dans la soirée où le feu a été mis à la synagogue Kupa[11]. Des policiers et des soldats ont participé activement aux évènements[12]. Parmi les vingt-cinq personnes accusés d'incitation à la haine raciale, de vols et de violence contre les Juifs, douze d'entre eux étaient des membres des forces de l'ordre[12].

Les victimes

Dans les archives du Département de médecine légale de Cracovie, il est fait état d'un mort pendant les évènements du 11 août 1945. La victime, Róża Berger, 56 ans est une survivante d'Auschwitz, qui a été tuée en se tenant derrière une porte fermée[13],[14].

L'historienne polonaise, Anna Cichopek, mentionne dans sa thèse de Maitrise universitaire, publiée ultérieurement sous forme de livre[15] que toutes les sources historiques confirment qu'il n'y a eu qu'un mort[1].

Cependant, elle indique aussi que dans une photo d'archive de funérailles, on voit clairement cinq cercueils. Elle suggère donc qu'il y a peut-être eu cinq morts; elle affirme aussi dans son livre que The New York Times en 1946 indique la mort d'un homme, Anszel Zucker, et que la Polska Agencja Prasowa mentionne la mort d'une autre femme inconnue, en plus de Róża Berger, et des cinq blessés graves[1].

L'historien polonais Julian Kwiek, qui a publié les documents polonais existants concernant les évènements de Cracovie, indique n'être pas familier avec le document cité par Cichopek, en dehors de la littérature scientifique. Il écrit qu'un mort est confirmé d'après toutes les sources historiques, et qu'en conséquence, on peut réellement se poser la question si un tel évènement répond vraiment à la définition d'un pogrom, même si la majorité des sources le définit ainsi[6],[7],[8],[9],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30].

Un autre historien, Dariusz Libionka, du Centre de recherche sur la Shoah[31] de l'Académie polonaise des sciences, suggère que les photos montrant les cercueils ont été prises le 24 avril 1946, soit au printemps de l'année suivante et proviennent des funérailles à Cracovie de cinq Juifs abattus le 21 avril 1946 par les partisans de Józef Kuraś, de nom de guerre Ogień, près de Nowy Targ. Dans tous les cas, Libionka conclut qu'il aurait été plus approprié pour Anna Cichopek de s'en tenir aux études existantes plutôt qu'au matériel d'archive. Il constate que Polska Agencja Prasowa mentionne un mort et cinq blessés. Libionka met aussi en doute les sources d'information concernant la mort d'Anszel Zucker. Selon lui, on doit conclure que le pogrom de Cracovie n'a fait qu'un mort et cinq blessés graves.

Bibliographie

  • (pl): Julian Kwiek: Wydarzenia antyżydowskie 11 sierpnia 1945 r. w Krakowie: dokumenty; in "Biuletyn Żydowskiego Instytutu Historycznego"; nr 1; 2000; pages: 77 à 89.
  • (pl): Anna Cichopek: Pogrom Żydów w Krakowie, 11 sierpnia 1945 r.; Żydowski Instytut Historyczny; 2000.
  • (en): Anna Cichopek: The Cracow pogrom of August 1945 in Joshua D. Zimmerman: Contested Memories: Poles and Jews During the Holocaust and Its Aftermath; éditeur: Rutgers University Press; 2003; page: 87.
  • (pl): Magdalena Tytuła: Kielce na Kazimierzu, in Gazeta Wyborcza (Journal local de Cracovie); 11 août 2000.
  • (pl): Darisz Libionka: Critique du livre d'Anna Cichopek: "Pogrom Żydów w Krakowie", in Pamięć i Sprawiedliwość; nr 1; 2002; pages: 179 à 182
  • (pl): Tomasz Konopka: Śmierc na ulicach Krakowa w latach 1945-1947 w materiale archiwalnym krakowskiego Zakladu Medycyny Sadowej in Pamięć i Sprawiedliwość; IPN; 2005; nr 2, page: 148
  • (en): Bożena Szaynok: The Role of Antisemitism in Postwar Polish-Jewish Relations in Robert Blobaum: Antisemitism And Its Opponents In Modern Poland; éditeur: Cornell University Press; 2005; page: 272..
  • (pl): Marcin Zaremba: Psychoza we krwi; Polityka du 5 juillet 2006; republié sur Onet.pl
  • (pl): Analyse de Stefan Grajek; Po wojnie i co dalej? Żydzi w Polsce, w latach 1945−1949; traduction de l'hébreu par Aleksander Klugman; Żydowski Instytut Historyczny; Varsovie; 2003.

Notes et références

  1. a, b et c (en): Anna Cichopek: The Cracow pogrom of August 1945 in Contested Memories: Poles and Jews During the Holocaust and Its Aftermath de Joshua D. Zimmerman; éditeur: Rutgers University Press; New Brunswick, NJ; 2003; pages: 221 à 238; (ISBN 0813531586); (OCLC 54961680)
  2. a et b (en): Anna Cichopek: The Cracow pogrom of August 1945; page: 223.
  3. (en): Adam Dylewski: Where the Tailor Was a Poet…; site créé sous l'égide du Adam Mickiewicz Institute; Varsovie; éditeur en chef: Dr Piotr M. A. Cywinski; Assistantes directoriales: Dr Anna Marta Szczepan-Wojnarska et Kaja Wieczorek de l'Institut historique juif de Varsovie
  4. (en): Joshua D. Zimmerman: Contested Memories; page: 224
  5. a, b et c (en): Anna Cichopek: The Cracow pogrom of August 1945; page: 224.
  6. a, b et c (pl): Marcin Zaremba: Psychoza we krwi (Psychose sanglante); Polityka; site onet.pl; 5 juillet 2006; Onet.pl
  7. a et b (en): Joanna Beata Michlic: Poland's threatening other : the image of the Jew from 1880 to the present; éditeur: University of Nebraska Press; Lincoln, NB; 2006; page: 220; (OCLC 62302216); (ISBN 0803232403).
  8. a, b et c (en): David Engel: Patterns Of Anti-Jewish Violence In Poland, 1944-1946 page: 32; in Yad Vashem Studies; Vol. XXVI; 1998; éditeur: Yad Vashem; Jérusalem; consulté le 23 août 2011.
  9. a et b (en): István Deák; Jan Tomasz Gross et Tony Judt: The politics of retribution in Europe : World War II and its aftermath; éditeur: Princeton University Press; Princeton, N.J; 2000; page: 111; (OCLC 43840165); (ISBN 0691009538).
  10. (pl): Anna Cichopek: Pogrom Żydów w Krakowie, 11 sierpnia 1945; Żydowski Instytut Historyczny; 2000; str. 10.
  11. a et b (en): Anna Cichopek: The Cracow pogrom of August 1945; page: 233.
  12. a et b (en): Anna Cichopek: The Cracow pogrom of August 1945; page: 230
  13. (pl): Tomasz Konopka: Śmierc na ulicach Krakowa w latach 1945-1947 w materiale archiwalnym krakowskiego Zakladu Medycyny Sadowej; Pamięć i Sprawiedliwość (Mémoire et Justice); IPN, 2005, nr 2, page: 148
  14. (pl): Tomasz Konopka: 11 sierpnia 1945 roku doszło do rozruchów antyżydowskich. Rozruchy w Krakowie nie były tak tragiczne jak rok później w Kielcach, ale nie obyło się bez ofiary śmiertelnej. 56-letnia Róża Berger zginęła od strzału oddanego przez zamknięte drzwi. Sekcja zwłok, oprócz rany postrzałowej, wykazała wiele ran pochodzących od uderzeń rozbitego strzałem zamka; Historia Krakowa pisana protokołami sekcyjnymi; disponible sur le site: www.forensic-medicine.pl [1]
  15. (pl): Anna Cichopek: Pogrom Żydów w Krakowie, 11 sierpnia 1945; Żydowski Instytut Historyczny; 2000, str. 10 (le livre est une version révisée et complétée de la thèse écrite en 1998, dans le Département d'histoire et de culture juive de l'université jagellonne de Cracovie, sous la direction du professeur Józef A. Gierowski et de Krzysztof Lincz-Lenczowski).
  16. (en): Bozena Szaynok: Antisemitism And Its Opponents In Modern Poland; éditeur: Cornell University Press; 2005; chapitre: The Role of Antisemitism in Postwar Polish-Jewish Relations; page: 272; (OCLC 57557379); (ISBN 0801489695).
  17. (en): Norman M Naimark: Revolution and Counterrevolution in Eastern Europe in The Crisis of Socialism in Europe de Christiane Lemke; page: 77; éditeur: Duke University Press; 1992; (OCLC 23462173); (ISBN 0822311976).
  18. (en): David Engel: Patterns Of Anti-Jewish Violence In Poland, 1944-1946; AAN-MAP 786-90.
  19. (en): Paul R. Carlson: Christianity After Auschwitz: Evangelicals Encounter Judaism in the New Millennium; éditeur: Xlibris; 2000; chapitre: The Eleventh Commandment; page: 52; (OCLC 46665787); (ISBN 0738815837).
  20. (en): Iwona Irwin-Zarecka: Neutralizing memory : the Jew in contemporary Poland; éditeur: Transaction Publishers; 1989; chapitre: Poland's Jews - A Memory Void ; page: 48; (OCLC 17841360); (ISBN 0887382274).
  21. (en): Celia Stopnicka Heller: On the Edge of Destruction: Jews of Poland Between the Two World Wars; éditeur: Columbia University Press; 1977; chapitre: Epilogue; page: 297; (OCLC 2778495); (ISBN 0231038194).
  22. (en): Jan T. Gross: After Auschwitz: The Reality and Meaning of Postwar Antisemitism in Poland in Dark times, dire decisions Jews and Communism de Jonathan Frankel ; page: 204; éditeur: Oxford University Press; 2004; (OCLC 61362769); (ISBN 142372223X).
  23. (en): Joseph J Preil: Holocaust testimonies : European survivors and American liberators in New Jersey; éditeur: Rutgers University Press; 2001; page: 102; (OCLC 45024375); (ISBN 0813529476).
  24. (en): David M. Crowe: Schindler:The Untold Account of His Life, Wartime Activities, and the True Story Behind the List; éditeur: Westview Press; 2004; page: 463; (OCLC 55679121); (ISBN 081333375X).
  25. (en): Efrayim Dekel: B'riha: Flight to the Homeland; éditeur: Herzl Press; 1973; page: 176; (OCLC 658157);
  26. (de): Andreas Hofman: Die polnischen Holocaust-Uberlebenden Zwischen Assimilation und Emigration in Überlebt und unterwegs: Jüdische displaced persons im nachkriegs Deutschland de Fritz Bauer; éditeur: Campus Verlag; 1997; page: 57; (OCLC 38499545); (ISBN 3593358433).
  27. (de): Hanns-Seidel-Stiftung; journal=Politische Studien; 1954; page: 310; (OCLC 56525037); (ISSN 0032-3462).
  28. (pl): Julian Grzesik: Alija; éditeur: J. Grzesik?; Lublin; 1989; page: 79; (OCLC 24409205).
  29. (de): Roland Brockmann, Dieter Luippold et Rainer Eisenschmid: Polen; éditeur: Mair Dumont Baedeker; 2006; page: 347; Pogrom de Cracovie de 1945; (OCLC 76749833); (ISBN 3829710968).
  30. (de): Tadeusz Lipinski et Hans Duda: Hans Duda und die Askaris; éditeur: Hamenora; Tel-Aviv; 1971; page: 17; (OCLC 10180081).
  31. (pl): Centrum Badań nad Zagładą Żydów Instytut Filozofii i Socjologii Polskiej Akademii Nauk: [2]