Plectrude

Plectrude
Plectrude.jpg
Fonction
Roi des Francs
Biographie
Naissance
Lieu inconnu
Décès

Lieu inconnu
Activité
Aristocrate
Père
Mère
Fratrie
Adèle de Pfalzel
Regintrud (en)
Conjoint
Enfants

Plectrude ou Plectrudis (née vers 650 et morte après 717), fille de Hugobert, sénéchal de Clovis III, et probablement d'Irmina d'Oeren[1], fut une épouse de Pépin de Herstal, maire du palais d'Austrasie. Elle était issue des Hugobertides, une puissante famille qui possédait de nombreuses terres entre Cologne et Trèves.

C'est une sainte des Églises chrétiennes célébrée le 10 août[2],.

Biographie

Elle épouse entre 670 et 675[4] Pépin de Herstal[5], maire du palais d'Austrasie et donne naissance à :

  • Drogon († 708), duc de Champagne ;
  • Grimoald († 714), maire du palais.
  • éventuellement un Pépin, mort en bas âge, cité dans le Liber memorialis de Remiremont à proximité de Pépin de Herstal, de Grimoald, de Drogo et de Charles Martel, sans indication lien de parenté. Les historiens qui se sont penchés sur cette liste estiment qu'il s'agit d'un fils de Pépin de Herstal, non autrement connu car mort jeune[6].

En 687, Pépin de Herstal écrase les Neustriens et contrôle l'ensemble des royaumes francs. En 690, Pépin prend une concubine, Alpaïde, qui donne naissance au futur Charles Martel. Peu avant sa mort, Pépin organise sa succession en installant son fils Grimoald, déjà maire du palais d'Austrasie depuis 695, comme maire du palais de Neustrie et de Bourgogne, mais ce dernier est assassiné par un Frison en avril 714. Pépin désigne alors comme successeur son petit-fils Théodebald, âgé de sept ans[7].

Les Neustriens, conduits par Ragenfrid, se révoltent contre Plectrude et la battent en 715 dans la forêt de Compiègne. Ragenfrid s'empare des trésors de Plectrude, abandonnés sur le champ de bataille et, Dagobert III venant juste de mourir, place Chilpéric II sur le trône neustrien. Puis il proclame Chilpéric également roi d'Austrasie, s'allie à Radbod, duc des Frisons, et attaque l'Austrasie. C'est à ce moment que Charles Martel parvient à regrouper des partisans pour repousser les Neustriens. Après un premier échec, il leur tend avec succès une embuscade à Amblève, puis les défait à Vinchy le . Désormais accepté par les Austrasiens comme leur chef, il oblige Plectrude et Theodebald à renoncer au pouvoir, confisque les biens de Plectrude et l'enferme dans un couvent[8],[9].

Généalogie

 
 
Hugobert
(† 698)
sénéchal
 
 
 
 
 
 
Irmina d'Oeren
(† ap. 710)
abbesse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plectrude
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin le Jeune
(† 714)
maire du palais
 
 
 
Alpaïde
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Drogon
(† 708)
duc de Champagne
 
 
 
 
 
 
 
Grimoald II
(† 714)
maire du palais
 
Charles Martel
(v. 690 † 741)
maire du palais
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Arnulf
duc
 
Hugues
évêque de Rouen
 
Godofried
 
Pépin
 
Théodebald
(v. 707 † 741)
maire du palais

Notes et références

  1. Voir l'article Hugobertides à propos de l'ascendance de Plectrude.
  2. Nominis : sainte Plectrude.
  3. .Settipani 1993, p. 154.
  4. Généalogie de Pépin de Herstal.
  5. Settipani 1993, p. 156-8.
  6. Settipani 1993, p. 164.
  7. Riché 1983, p. 44-5.
  8. Settipani 1993, p. 166.

Bibliographie

  • Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », (réimpr. 1997), 490 p. (ISBN 2-01-278851-3, présentation en ligne), p. 38, 44-45 et tableaux généalogiques II et III.
  • Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France, vol. 1), Villeneuve d'Ascq, éd. Patrick van Kerrebrouck, , 545 p. (ISBN 978-2-95015-093-6), p. 154-165.
  • Jean-Charles Volkmann, Bien connaître les généalogies des rois de France, Éditions Gisserot, , 127 p. (ISBN 978-2-87747-208-1).
  • Michel Mourre, Le Petit Mourre. Dictionnaire d'Histoire universelle, Éditions Bordas, (ISBN 978-2-04-732194-2).