Plazas de soberanía

Les différentes places de souveraineté

En Espagne, les plazas de soberanía (en français : lieux ou territoires de souveraineté), parfois appelés « présides »[1], sont cinq territoires localisés en Afrique du Nord près des côtes marocaines de la mer Méditerranée. Tous ces territoires sont sous la souveraineté espagnole et sont parfois également désignés par le terme d’Afrique du Nord espagnole (África Septentrional Española) ou simplement Afrique espagnole (África Española).

Ces territoires sont revendiqués par le Maroc qui les considère comme étant des reliquats de la colonisation, occupés.

Géographie

Les Plazas mayores

Ceuta et Melilla ayant acquis le statut de villes autonomes, elles sont de moins en moins décrites comme lieux de souveraineté.

Les Plazas menores

Au nombre de trois, elles sont directement administrées par le gouvernement espagnol.

L'îlot Persil, qui a joué un rôle dans un incident militaire entre l'Espagne et le Maroc en 2002, est inhabité et est revendiqué par l'Espagne comme appartenant à Ceuta, bien qu'il n'apparaisse pas explicitement dans le statut d'autonomie.

Démographie

La population totale est d'environ 151 000 habitants (79 000 pour Ceuta et 72 000 pour Melilla).

Statut

Ces territoires espagnols font partie de l'Union européenne et la monnaie qui y circule est l'euro.

Le Maroc revendique ces territoires qu'il considère comme étant « occupés ».

L'île Alborán est parfois considérée comme place de souveraineté, mais est rattachée administrativement à la commune d'Almería et donc à la communauté autonome d'Andalousie. Elle ne fait a priori pas l'objet de revendication par le Maroc[2].

Histoire

Carte des présides espagnols.

La Castille, alors en concurrence avec l'Empire portugais, commence à intervenir en Afrique du Nord quand Henri III de Castille débute la colonisation des îles Canaries en 1402 par l'intermédiaire de l'explorateur normand Jean de Béthencourt.

Les villes et villages côtiers d'Espagne, d'Italie et des îles méditerranéennes sont à l'époque sous la menace régulière des barbaresques nord-africains : Formentera fut abandonnée pour un temps par ses habitants, ainsi que de larges portions des côtes espagnoles et italiennes. En 1514, 1515 et 1521, les Baléares sont attaquées par le célèbre corsaire ottoman Khayr ad-Din Barberousse: les populations capturées pendant les XVIe siècle et XVIIe siècle sont généralement revendues comme esclaves.

En 1481, la bulle papale Æterni regis place toutes les terres au sud des Canaries sous souveraineté portugaise. Seul l'archipel, ainsi que les villes de Sidi Ifni (14761524) (connue à l'époque sous le nom de Santa Cruz de Mar Pequeña), Melilla (capturée par Pedro de Estopiñán en 1497), Villa Cisneros (fondée en 1502 dans l'actuel Sahara occidental), Mazalquivir (1505), Peñón de Vélez de la Gomera (1508), Oran (15091790), Peñón d'Alger (151029), Béjaïa (151054), Tripoli (151151), Tunis (153569) et Ceuta (cédée par le Portugal en 1668) resteront territoires espagnols en Afrique.

En 1848, les troupes espagnoles conquièrent les îles Chafarinas.

Lorsque l'Espagne cesse sur la "zone nord" son protectorat au Maroc et reconnait l'indépendance de ce dernier en 1956, elle refuse de restituer les plazas de soberanía, considérant avoir affirmé sa souveraineté sur celles-ci bien avant la création du protectorat et de ce fait comme en tant que telles n'avoir pas fait partie des territoires sous protectorat espagnol. Les plazas font depuis lors partie des revendications territoriales marocaines[3]. Ces territoires ne font cependant pas partie des territoires non-autonomes en attente de décolonisation tels que définis par l'ONU.

L'îlot Persil (Isla Perejil en espagnol ou Leila en arabe), qui ne possède aucune habitation permanente, est le théâtre d'une confrontation entre l'Espagne et le Maroc en 2002. Le problème est résolu après une médiation américaine, et aucun des deux pays n'est aujourd'hui autorisé à avoir une présence militaire sur l'îlot.

Notes et références

Voir aussi

Sources et bibliographie

Articles connexes