Plateau Rouher

Plateau Rouher
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Oise
Ville Creil
Arrondissement Senlis
Code postal 60100
Démographie
Population 12 121 hab. (2009)
Densité 9 183 hab./km2
Géographie
Coordonnées
Superficie 132 ha = 1,32 km2
Transport
Bus STAC : lignes A, B, C, D, 8[1]

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France <div style="position:absolute;top:%;left:%;width:0px;height:0px;margin:0;padding:0;line-height:0px;background-color:transparent;">
City locator 14.svg
Plateau Rouher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France <div style="position:absolute;top:%;left:%;width:0px;height:0px;margin:0;padding:0;line-height:0px;background-color:transparent;">
City locator 14.svg
Plateau Rouher

Le plateau Rouher est un quartier situé à Creil dans l'Oise. Il s'agit d'un ensemble de barres et de tours d'immeubles qui abritait 12121 habitants en 2009[2], construit entre les années 1950 (par exemple le secteur des Volets verts) et les années 1980 (le secteur Maternité).

Il est situé sur le plateau surplombant le bassin creillois et est visible à plusieurs kilomètres à la ronde, de par la hauteur de certains bâtiments (par exemple la tour Biondi qui fait 61 mètres). C'est le plus grand quartier de l'Oise et le deuxième de la région Picardie, en fonction de la taille et du nombre d'habitants.

Secteurs

Le quartier du plateau a subi de nombreux travaux et rénovations durant ces dernières années. Toutefois, on peut très clairement distinguer plusieurs secteurs dans le quartier :

  • La Roseraie : immense copropriété de 1000 logements construite dans les années 1960 (une des 10 plus grandes de France) qui comporte une tour de 15 étages, une barre de 10 étages et une dizaine d'immeubles de 5 étages.
  • Les « Volets verts » : ensembles de petites barres d'immeubles de 3 étages datant des années 1950 en majorité,situé à l'entrée du quartier, juste à côté de la Roseraie.
  • Herbeval : secteur constitué de barres de 5 étages, et d'une tour de 15 étages (appelée « la Garenne » mais aussi « Tour bleue »). Une barre de 10 étages se trouvait à côté de la tour mais a été démoli dans le cadre de la rénovation du quartier.
  • Nerval : ce secteur est constitué de longues barres de 5 étages, et de deux immeubles de 10 étages, on y trouvait aussi à l'époque la tour Dunant (Démolie en 2003) et une barre de 10 étages (démolie également).
  • Martinique : ce secteur est considéré comme le secteur le plus sensible du plateau, il est constitué de longues barres de 5 étages et d'une tour de 61 mètres (tour Jean Biondi).
  • Maternité : secteur composé de petits immeubles de 4 étages datant des années 1980 et d'une tour de 8 étages datant des années 1970.
  • Paterson : secteur presque entièrement démoli de nos jours : on y trouvait la tour Lamartine (démolie en 2010) et la barre K2 (démolie en 2008).

Urbanisme

Le plateau est rapidement urbanisé entre 1954 et 1962, aidé par la géographie de ses terrains[3]. Depuis 1982, il a fait l'objet de six dispositifs de politique de la ville, qui le classeront Zone urbaine sensible (ZUS), Zone de redynamisation urbaine (ZRU) et Zones franche urbaine (ZFU)[4],[5].

Selon L'Express, le quartier est surnommé localement « la Médina » ou encore « la cité Mickey », du fait du nombre d'antennes paraboliques accrochées aux fenêtres[6].

Indicateurs sociaux

Le quartier est le plus pauvre de la ville de Creil. À certains endroits, tels que dans le secteur de la « Martinique », 60% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Il est souvent décrit comme un quartier difficile par, notamment, les différents trafics de stupéfiants qui s'y déroulent mais aussi les nombreux incidents survenus tels que des règlements de compte ou des incendies criminels. Le taux de chômage est de 18 % au plateau contre 13 % pour la ville. Le plateau Rouher est considéré comme l'un des quartiers les plus sensibles de France.

Équipements

Apparitions audiovisuelles

  • Le quartier a fait parler de lui dans « l'affaire des foulards » : deux jeunes filles ayant été rejetées de leur collège (situé dans le quartier) pour port de leur voile islamique.
  • Dans la série documentaire des « chroniques de la violence ordinaire », paru en 2005 et connu pour son reportage sur le quartier de la Commanderie à Nogent-sur-Oise (près de Creil), le quartier est montré à plusieurs reprises et est décrit comme un endroit « contrôlé par les bandes ».
  • Le documentaire « Nous d'en haut », réalisé en 2007 par Nabila Amghar et Corine Wable, est centré sur l'histoire et la vie du plateau[7],[8].

Notes et références

  1. Plan de Creil
  2. ZUS : Plateau Rouher, 2009
  3. Plan Local d'Urbanisme - Rapport de présentation, septembre 2016
  4. Pierre-Jacques Olagnier, « L'urbanisme à Creil », sur INA.fr, (consulté le 7 mai 2016)
  5. Frédéric Noury, Le futur visage du plateau Rouher à Creil, 15 novembre 2005
  6. Besma Lahouri, Creil, terre de mission, 30 avril 2006.
  7. C.G., Un film sur les habitants du Plateau-Rouher, 4 juin 2008
  8. Nous d'en haut, 29 juin 2013

Cet article « Plateau Rouher » est issu de Wikimonde Plus.