Place de la Réunion (Paris)

20e arrt
Place de la Réunion
Place de la Réunion vue depuis la rue de la Réunion.
Place de la Réunion vue depuis la rue de la Réunion.
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Charonne
Voies desservies Rue Alexandre-Dumas
Rue de Terre-Neuve
Rue de la Réunion
Rue Vitruve
Sentier de la Pointe.
Morphologie
Forme Circulaire
Historique
Création
Dénomination
Géocodification
Ville de Paris 8164
DGI 8179

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place de la Réunion
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place de la Réunion est une place située dans le quartier de Charonne du 20e arrondissement de Paris.

Situation et accès

La place de la Réunion est desservie à proximité par la ligne (M)(2) à la station Alexandre Dumas et par la ligne (M)(9) à la station Maraîchers, ainsi que par les lignes de bus RATP 26.

Origine du nom

Elle doit son nom à la réunion du petit et du grand Charonne en raison du voisinage de la rue de la Réunion.

Historique

Cette place, de l'ancienne commune de Charonne, a été créée par un décret du 8 septembre 1849 par la réunion des rues Alexandre Dumas, de Terre-Neuve, de la Réunion et Vitruve et du sentier de la Pointe[1].

Elle prend sa dénomination actuelle par une délibération municipale de la commune de Charonne du 16 novembre 1850 et est classée dans la voirie parisienne en vertu du décret du 23 mai 1863.

Au centre de la place est installée une fontaine circulaire, ornée d'une vasque supportée par trois putti hydrophores, œuvre d'Albert-Ernest Carrier-Belleuse (fonte Durenne). La patine originelle du monument en bronze est aujourd'hui invisible : un acte de vandalisme (commis par la mairie) survenu entre 2010 et 2013, a repeint la fontaine dans une couleur jaune vif. A l'initiative d'une école du quartier, cependant, la fontaine a ensuite été partiellement recouverte de pastilles multicolores.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Partie sud de la place

C'est sur cette place, à la suite des incendies criminels de différents hôtels meublés où de nombreux locataires trouvèrent la mort en 1986 que naît le Comité des mal logés[2] et son projet de squat dans un immeuble situé au 67, rue des Vignoles, occupation qui durera de 1986 à 1990. Après l'évacuation en mai 1990 par les forces de police du squat et du square de la place où campaient depuis quatre mois des familles expulsées, l’association « droit au logement » sera créée[3].

Notes et références

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 339
  2. [PDF] du Comité des mal logés.
  3. le Dal 20 ans de lutte pour le logement sur le site www.lexpress.fr