Place Saint-François

Place Saint-François
Image illustrative de l’article Place Saint-François
Vue de la place et de l'église Saint-François
Situation
Image illustrative de l’article Place Saint-François
Carte de la place et des environs
Coordonnées 46° 31′ 10″ nord, 6° 37′ 57″ est
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
Ville Lausanne

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Place Saint-François

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Place Saint-François

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Place Saint-François

La place Saint-François est une place-carrefour de la ville vaudoise de Lausanne, en Suisse.

Localisation

La place, située au centre-ville, relie la rue du Grand-Pont et la rue du Grand-Chêne à l'ouest à la rue de Bourg, l'avenue du Théâtre et l'avenue Benjamin-Constant à l'est. Elle est un nœud important des Transports publics de la région lausannoise avec près d'une dizaine de lignes de trolleybus et de bus s'y arrêtant.

Histoire

La place tire son nom de l'église homonyme qui se trouve en son centre. Elle est bordée de plusieurs immeubles dont le bâtiment central de la Banque cantonale vaudoise, le bâtiment principal de la poste ou les galeries Saint-François.

Un manège existait originellement tout contre les arcs-boutants ; il fut transformé dès 1805 pour accueillir le premier hôtel des Postes. Celui-ci servira jusqu'en 1864 et la mise en service du second bâtiment des postes de l'autre côté de la place, puis sera transformé en bâtiment commercial avant d'être détruit en 1903 lors des travaux d'agrandissement de la place[1].

En 1830 est démoli la "Porte d'Ouchy", appelée aussi De Rive ou Condémine, vestige des fortifications lausannoise, datant du XIIIe siècle. Cette porte se trouvait appuyée au chevet de l'église Saint-François, soit en haut de la "Descente d'Ouchy", l'actuelle rue de la Grotte. En 1825, Charles Vuillermet apprenant la nouvelle s'empressa d'en faire un croquis[2]. En 1977, lors des travaux d'aménagements de la place pour construire les passages souterrains, des vestiges des remparts ont été découverts. L'archéologue a été frappé par le fait que leur situation avait été relevée au centimètre près sur un des plans cités, celui dressé par l'architecte Gabriel de Legranges, en 1739[3].

En 1896 est construit un kiosque, qui ressemblait d'abord à un chalet suisse. C'est entre 1911-1913, qu'il prend sa forme actuelle. Il était dévolu comme point de vente pour les tramways lausannois, ainsi que de toilettes publiques. En 1978, des travaux d’aménagement sont faits sur la place St-François, et le kiosque, sous peine d’être détruit, fut déplacé de quelques mètres. Entre 1980 et 1990, il a accueilli le bureau de renseignement des transports publics, un guichet d’informations, ainsi que le bureau des objets trouvés. Après avoir été délaissé pendant les années nonante, il est entièrement rénové en 2012 pour faire place à un petit café, et l’horloge, qui était conservée au Musée historique de Lausanne a été remise à sa place pour l'occasion[4].

En 1920 fut démoli l'hôtel Gibbon pour céder la place au bâtiment de la Société de banque suisse, édifié plus en retrait, et en 1930, fut démoli la maison Bugnion, datant du XVIIIe siècle (où habita notamment Pierre-Maurice Glayre), à l'angle de la rue du Grand-Chêne et de la rue du Petit-Chêne qui avait été construit dans le même alignement que l'hôtel Gibbon. Là aussi, le nouveau bâtiment fut construit plus en retrait, dans le but d'élargir la rue du Grand-Chêne[5].

Le , la rue Saint-François, au nord de l'église Saint-François, et la partie inférieure de la rue de Bourg, jusqu'à la rue du Lion-d'or, soit 240 mètres, deviennent piétonnes. Il s'agit de la première zone piétonnière de Suisse[6],[7]. C'est l'ingénieur en transport Olivier Keller qui a proposé de fermer ces rues à la circulation automobile[8].

La place donne également son nom à un espace d'art contemporain qui s'y trouve ainsi qu'à un parking couvert et un restaurant. Sur la place se tient traditionnellement le marché de Noël de Lausanne[9].

À la fin des années 1970, on construit deux passages souterrains. Le premier, nommé tunnel ouest relie la place à la rue du Petit-Chêne et le second nommé tunnel est relie la place à la rue de la Grotte[A 1]. En 2019, d'importantes rénovations ont lieu dans le tunnel est pour le rendre plus convivial[10].

Géologie

Place Saint-François, vers 1840

La place Saint-François est bâtie sur une couche de moraine qui s'étire du quartier de Béthusy jusqu'au bas de la ville à la Maladière, qui repose, elle-même, sur une couche de molasse[A 2]. Des sondages effectués entre 1978 et 1980 révèlent une composition du sol faite de 58 % de sables limoneux, 34 % de limons sableux et 8 % de graviers sableux. Pour les sables limoneux, ils sont composés à 55 % d'éléments ayant une granulométrie supérieure à 60 μm de diamètre, et donc respectivement 45 % d'éléments ayant une granulométrie inférieure à ce diamètre et pour les limons sableux ces proportions sont de 20 % pour une granulométrie au diamètre supérieur à 60 μm et respectivement 80 % pour les éléments au diamètre inférieur[A 3].

Références

  • RECOR : Comportement de l'église Saint-François à Lausanne pendant les travaux d'aménagement de la place
  1. RECOR, p. 273
  2. RECOR, p. 274-275
  3. RECOR, p. 275
  • Autres références :
  1. « Place Saint-François: », sur skyscrapercity.com (consulté le 7 mai 2012)
  2. Saint-François 1830-1980, De la Porte d'Ouchy au souterrain de la Grotte, Nouvelle Revue de Lausanne, 16 avril 1980
  3. Decouverte à Saint-François, Remparts du XIIIe siècle, La Tribune de Lausanne, 10 novembre 1977 (page 5)
  4. Les 6 secrets de Lausanne, MyLausanne
  5. La belle maison d'angle d'autrefois, Nouvelle revue de Lausanne, 4 novembre 1989 (page 15)
  6. Aménagements piétonniers, Ville de Lausanne
  7. Lausanne, rue Saint-François et rue de Bourg, défense de circuler et de stationner, 24 Heures, 25 juillet 1962 (page 11)
  8. Olivier Keller, pionnier du transport urbain, n’est plus, 24 heures, 3 août 2017
  9. « Fêtes de Noël à Lausanne », sur noel-lausanne.ch/ (consulté le 7 mai 2012)
  10. Il en faut peu pour lever le pied sous Sainf', 24 heures (Suisse), 27 mai 2019

Bibliographie