Place Roger-Salengro (Toulouse)

Place Roger-Salengro
(oc) Plaça Roger Salengro
Image illustrative de l'article Place Roger-Salengro (Toulouse)
La place vue depuis la rue des Puits-Clos.
Situation
Coordonnées 43° 36′ 10″ nord, 1° 26′ 42″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Ville Toulouse
Quartier(s) Capitole
Morphologie
Type Place
Forme Triangulaire
Superficie 685 m2
Histoire
Création 1849
Anciens noms Place Saint-Pantaléon (1849)
Place Roger-Salengro (1937)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Place Roger-Salengro(oc) Plaça Roger Salengro

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Place Roger-Salengro(oc) Plaça Roger Salengro

La place Roger-Salengro (en occitan : plaça Roger Salengro) est une place du centre historique de Toulouse, en France. Elle se situe dans le quartier Capitole, dans le secteur 1 de la ville. Elle appartient au secteur sauvegardé de Toulouse.

Toponymie

La place porte le nom de Roger Salengro (1890-1936), homme politique socialiste originaire de Lille, maire de cette ville et député du Nord, devenu ministre de l'Intérieur du gouvernement de Front populaire de Léon Blum en juin 1936. Il se suicida le 18 novembre 1936, après avoir été la cible d'une campagne de presse menée par les journaux d'extrême-droite, parmi lesquels l'Action française et Gringoire, qui l'accusait d'avoir déserté pendant la Première Guerre mondiale.

Depuis le XVIe siècle au moins, le carrefour que formaient les rues des Puits-Clos, Saint-Pantaléon et de la Barutte était désigné comme la place du Puits-Verdet, car un puits de ce nom s'y trouvait. Pendant la Révolution, en 1794, la place devint place de la Concorde, mais l'appellation ne subsista pas et elle conserva le nom de Puits-Vert. Lorsque la place actuelle fut créée, entre 1847 et 1849, par la démolition de plusieurs maisons entre les rues Saint-Pantaléon et de la Barutte, la nouvelle place reçut naturellement le nom de Saint-Pantaléon[1]. En 1937, la municipalité socialiste d'Antoine Ellen-Prévot décida d'honorer la mémoire de Roger Salengro, mais en 1940, André Haon et les autorités vichystes de Toulouse firent effacer le nom du ministre socialiste, qui retrouva finalement sa place après la fin de la guerre, en 1946.

Description

Voies rencontrées

La place Roger-Salengro rencontre les voies suivantes, dans l'ordre des numéros croissants :

  1. Rue des Puits-Clos
  2. Rue Baour-Lormian
  3. Rue Saint-Pantaléon
  4. Rue de la Barutte

Histoire

Au Moyen Âge, une petite place existe au carrefour des rues du Puits-Verdet (actuelle rue des Puits-Clos), Saint-Pantaléon et de la Barutte, à la limite entre les capitoulats de la Pierre et de Saint-Étienne. Au centre de la place se trouve un puits connu comme le Puits Verdet ou le Puits Vert, qui lui donne son nom[2].

À partir du XVIe siècle, les membres de l'élite urbaine se font plus nombreux : on retrouve plusieurs capitouls, tels Amadieu La Fourcade, capitoul en 1527-1528 et 1544-1545 (emplacement des actuels no 20 rue des Puits-Clos et no 1 place Roger-Salengro). Au siècle suivant, plusieurs parlementaires occupent les immeubles des rues voisines. Mais le locataire le plus prestigieux reste Pierre-Paul Riquet, seigneur de Bonrepos, créateur du Canal du Midi, qui y a sa résidence entre 1660 et 1674 (emplacement de l'actuel no 1). Son fils, Jean-Mathias de Riquet, seigneur de Bonrepos et conseiller au Parlement en 1664, puis président à mortier en 1683, conserve l'immeuble jusqu'à sa mort en 1714[3].

Au début du XIXe siècle, la municipalité toulousaine mène un vaste projet d'élargissement des voies, afin de faciliter le transport et les déplacements. En 1847, trois immeubles entre la rue Saint-Pantaléon et la rue de la Barutte sont expropriés pour cause d'utilité publique, par l'ordonnance royale du 13 septembre 1846. Les travaux de démolition sont commencés en 1847 et la place est achevé en 1849. Deux nouveaux immeubles sont élevés afin de fermer la place au nord (actuels no 8 et 10), mais les autres immeubles sont préservés. Afin d'animer la nouvelle place, le marché aux fleurs des allées Lafayette (actuelles allées Roosevelt) est installé sur cette place le 15 octobre 1849. Deux ans plus tard, la population riveraine obtient l'érection d'une fontaine : celle-ci, commandée aux ateliers du Val d'Osne, est inaugurée en 1853[4].

Lieux et monuments remarquables

  • no  1 : immeuble de Pierre-Paul Riquet (1660-1674) ; immeuble (2e moitié du XVIIIe siècle).
    L'immeuble, de style classique, a été élevé dans la 2e moitié du XVIIIe siècle. Au XVIIe siècle, un immeuble précédent avait été la demeure toulousaine de Pierre-Paul Riquet. La façade principale, large de six travées, se développe sur quatre niveaux. Les étages sont décroissants et séparés par un cordon de brique. Les fenêtres sont mises en valeur par un léger ressaut et celles du 1er étage sont dotées de garde-corps en fer forgé[5].
  • centre de la place : fontaine Saint-Pantaléon (1852).
    La fontaine est conçue par les fonderies du Val d'Osne et créée entre 1851 et 1852. Elle est inaugurée l'année suivante. Elle a servi de modèle à la fontaine de la place Olivier, élevée dans le quartier Saint-Cyprien dans les années 1880.
    La fontaine est composée d'un bassin en pierre sur lequel s’élève la fontaine en fonte. Le piédestal est bordé par quatre tritons, qui soufflent dans des cornes. Au-dessus, une large vasque supporte un groupe de deux oiseaux au milieu de roseaux. Tout en haut, une deuxième vasque en forme de coquillage supporte une korè grecque[6].

Notes et références

  1. Jules Chalande, 1929, p. 110.
  2. Jules Chalande, 1929, p. 114.
  3. Jules Chalande, 1929, p. 113-115.
  4. Jules Chalande, 1929, p. 113-114.
  5. Annie Noé-Dufour, « Fiche d'information détaillée Patrimoine Architectural: IA31124838 », Inventaire général Région Occitanie, Ville de Toulouse, sur le site Urban-Hist, Archives municipales de Toulouse, 1998, consulté le 22 février 2018.
  6. Laure Krispin et Sonia Moussay, « Fiche d'information détaillée Patrimoine Architectural: IA31130716 », Inventaire général Région Occitanie, Ville de Toulouse, sur le site Urban-Hist, Archives municipales de Toulouse, 2003 et 2013, consulté le 22 février 2018.

Voir aussi

Bibliographie

  • Jules Chalande, « Histoire des rues de Toulouse », Mémoires de l'Académie des Sciences et Belles-Lettres de Toulouse, 12e série, tome VII, Toulouse, 1929, p. 113-116. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Salies, Dictionnaire des rues de Toulouse, 2 vol., éd. Milan, Toulouse, 1989 (ISBN 978-2867263545).

Articles connexes

Lien externe