Place Louis-Lépine

4e arrt
Place Louis-Lépine
L'unique entrée de la station de métro Cité qui se trouve sur la place Louis-Lépine.
L'unique entrée de la station de métro Cité qui se trouve sur la place Louis-Lépine.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Notre-Dame
Début Quai de la Corse
Fin Rue de la Cité
Morphologie
Longueur 115 m
Largeur 76 m
Historique
Dénomination Arrêté du 27 janvier 1934
Géocodification
Ville de Paris 5735
DGI 5794

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place Louis-Lépine
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place Louis-Lépine se situe dans le 4e arrondissement de Paris, sur l’île de la Cité.

Situation et accès

Elle est limitée par les rues de la Cité (à l’est), de Lutèce (au sud), Aubé (à l’ouest), le quai de la Corse (au nord), et est parcourue par l’allée Célestin-Hennion.
Elle accueille le marché aux fleurs Reine-Elizabeth-II.

La station de métro Cité y a son unique entrée.

Origine du nom

Elle porte le nom de Louis Lépine, un des plus célèbres préfets de police de la Seine (la fonction est aujourd’hui devenue préfet de police de Paris).

Historique

Cette portion de voie publique a reçu par l’arrêté du 27 janvier 1934 le nom de Louis Lépine (1846-1933), administrateur français, préfet de police.

Cette voie a englobé une partie de la rue de Lutèce et de la rue de la Cité. L’assiette de la rue Aubé, qui avait également été englobée, a été déclassée par l’arrêté du 22 mai 1962.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

  • Le tribunal de commerce qui a été construit de 1860 à 1865 par l’architecte Antoine-Nicolas Bailly sur une commande de Napoléon III qui lui demanda de prendre modèle sur l’hôtel de ville de Brescia, en Italie.
    L’édifice fut élevé sur l’emplacement de l’ancienne église Saint-Barthélémy. Celle-ci était la paroisse du palais royal (sis à l’emplacement du Palais de Justice) du IXe au XVe siècle.
    L’église disparaît au milieu du XVIIIe siècle, et est remplacée par le « Théâtre de la Cité » qui devient, en 1807, le « Bal du Prado » qui est lui-même démoli en 1858 pour laisser la place au bâtiment actuel. Celui-ci possède une belle coupole s’élevant à une hauteur de plus de 40 mètres.
  • La préfecture de police dont le bâtiment actuel qu’elle occupe depuis 1871, est en fait une caserne construite en 1863 à 1867, par l’architecte Pierre-Victor Calliat (1801-1881) à l’instigation du Baron Haussmann pour accueillir la Garde républicaine. Cet ensemble s’élèvait sur l’emplacement de l’ancienne abbaye Saint-Martial, fondée par saint Éloi au VIIe siècle.
  • L’Hôtel-Dieu qui est le plus ancien hôpital de la capitale, mais dont les bâtiments actuels furent élevés de 1866 à 1878 sur les plans de l’architecte Arthur-Stanislas Diet.
  • Les deux fontaines Wallace de la place sont les seules de la ville à être protégées aux monuments historiques.
  • Le marché aux fleurs et aux oiseaux de Paris, portant depuis le le nom de : « marché aux fleurs Reine-Elizabeth-II ».

Voir aussi