Place Dupleix

15e arrt
Place Dupleix
Vue depuis le parvis de l'église Saint-Léon
Vue depuis le parvis de l'église Saint-Léon
Situation
Arrondissement 15e
Quartier Grenelle
Début 26, rue Dupleix et rue de Pondichéry
Fin rue de Presles et rue Auguste-Bartholdi
Morphologie
Longueur 113 m
Largeur 61 m
Forme rectangulaire
Historique
Création avant 1751
Dénomination 1807
Ancien nom place de Grenelle
Géocodification
Ville de Paris 3034
DGI 3005

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place Dupleix
Images sur Wikimedia Commons

La place Dupleix est une voie située dans le quartier de Grenelle dans le 15e arrondissement de Paris.

Situation et accès

La place Dupleix est desservie à proximité par la ligne (M)(6) à la station Dupleix ainsi que par les lignes de bus RATP 42 69 87.

Origine du nom

Cette place a été nommée en mémoire de Joseph François Dupleix (1697-1763), gouverneur général des établissements français de l'Inde, de même que la rue Dupleix[1]

Historique

Le château et la ferme de Grenelle vers 1700, dessin publié en 1702.

Elle s'appelait place de Grenelle au XVIIIe siècle, ainsi qu'on peut le voir sur le plan d'arpentage de 1751 réalisé en vue de la construction de l'École militaire[2]. Elle était le centre du lieu-dit Grenelle, attesté en 1240[3]. Le château de Grenelle, aussi appelé ferme de Grenelle[4], s'élevait devant elle sur son côté nord-ouest, tandis qu'une autre ferme de Grenelle, appartenant à l'abbaye Sainte-Geneviève, se trouvait sur son côté sud-ouest. Ces deux propriétés, avec chacune leur vaste domaine, furent vendues à l'École royale militaire, respectivement en 1751[5] et en 1753[6], afin de bâtir l’École militaire et de lui assurer un revenu par le surplus de terres[7]. L'architecte Ange-Jacques Gabriel y travailla sur les plans de l'École militaire pendant plus de dix ans[8].

Après la Révolution, en 1792, sur l'ordre de la Convention, le chimiste Jean-Antoine Chaptal organise une fabrique de poudre de guerre dans le château de Grenelle. Le (24 fructidor an III) à h 30 du matin, la fabrique a explosé pour une raison inconnue, faisant environ 100 morts et plus de 1500 blessés et endommageant plusieurs bâtiments, dont le palais du Luxembourg où se trouvait alors une prison[8].

La place de Grenelle prit son nom actuel de place Dupleix en 1807, d'après un décret impérial de mai 1806.

Entre 1852 et 1856, la caserne Dupleix fut construite sur les ruines du château de Grenelle. Elle abritait successivement des unités de cavalerie de ligne, de dragons et de cuirassiers avant de devenir un centre d'instruction de pompiers de Paris en 1942. De 1945 et jusqu'à sa démolition en 1989, la caserne abritait le 1 er régiment du Train. Seul deux bâtiments et la grille d'entrée ont subsisté, ils occupent actuellement le côté ouest de la place[8].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Place Dupleix (mairie de Paris)

Références

  1. Voir La Topographie de Paris, ou Plan détaillé de la ville de Paris et de ses faubourgs, par N.-M. Maire, Paris, 1808, p. V et p. 51 et voir le Dictionnaire des rues de Paris accompagné d'un plan de Paris, par J. de La Tynna, Paris, 1812, p. 147.
  2. Minute du plan et de l'arpentage des marais et terres à prendre depuis le mur de l'hôtel des Invalides et le Gros Caillou jusqu'au bâtiment et au jardin de Grenelle, levé par Matis, 1751. Archives départementales des Yvelines, cote A 303 (voir en ligne).
  3. Voir l'Atlas de Paris au Moyen Âge, par Philippe Lorentz et Dany Sandron, Parigramme, 2006.
  4. En particulier c'est sous ce nom que cet édifice figure sur le plan de 1751 cité plus haut.
  5. Lien vers l'acte de vente du 20 juin 1751 dans le minutier aux archives nationales.
  6. Lien vers l'acte de vente du 10 février 1753 dans le minutier aux archives nationales.
  7. Voir Actes du quatre-vingt huitième congrès national des sociétés savantes, section d'histoire moderne et contemporaine, volume 86, 1961, p. 229-230.
  8. a, b et c Brigitte Hermann, Sophie-Marguerite, Paris 15e, balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton éditeur, , 224 p. (ISBN 9782862534923), p. 56—57