Pierre Rosenberg

Pierre Rosenberg, né le à Paris, est un conservateur, historien de l’art et collectionneur français. Il est académicien français, élu en 1995 au fauteuil 23, succédant à Henri Gouhier. Il est l’époux de Béatrice de Rothschild.

Biographie

Réfugié pendant l’occupation allemande en Lot-et-Garonne et en Gironde avec ses parents Charles Rosenberg, avocat et Gertrude Nassauer, Pierre Rosenberg a fait ses études secondaires au lycée Charlemagne à Paris. Ayant obtenu par la suite une licence en droit (1960) et un diplôme de l’École du Louvre (1961), il est entré en 1962 comme assistant au Département des Peintures du musée du Louvre et désigné boursier Focillon. Il occupera différentes fonctions jusqu’au poste de conservateur général chargé de la direction du département des peintures[1].

Pierre Rosenberg a fait toute sa carrière au musée du Louvre, comme conservateur, chef du département des Peintures de 1987 à 1994[2], puis président-directeur de 1994 à 2001. Grand connaisseur de la peinture européenne des Temps modernes, il est reconnu comme l’un des spécialistes de Nicolas Poussin. Il a été élu à l’Académie française le 7 décembre 1995, au fauteuil d’Henri Gouhier (23e fauteuil).

Il est membre d'honneur de l'Observatoire du patrimoine religieux (OPR), une association multiconfessionnelle qui œuvre à la préservation et au rayonnement du patrimoine cultuel français et président des éditions Arthena, association qui œuvre à la diffusion de l'histoire de l'art.

Musée du Louvre

Il a fait des séjours à l’université Yale, en tant que lauréat de la bourse Focillon (1961-1962) ; à l’Institute for Advanced Study de Princeton (1977) ; à l’université de Cambridge (1986), en tant que titulaire de la chaire Slade. Professeur à la chaire de peinture française à l’École du Louvre en 1970-1971, il a été président de la Société de l’histoire de l’art français (1982-1984) et président du Comité français d’histoire de l’art (1984). Il a été membre du comité de rédaction de la Revue de l’Art depuis sa fondation en 1969, de XVIIe siècle, de Print Quarterly, d’Artibus et Historiae, de Dialoghi, de Museum Management and Curatorship, de la Revue du Louvre. D’octobre 1994 à avril 2001, il a été président-directeur du musée du Louvre, devenu un établissement public en 1992.

De 1985 à 1988, il a été impliqué dans l'affaire de l'acquisition contestée d'une œuvre de Murillo, en lien avec l'affaire judiciaire Suzanne de Canson[3]. Son expertise est également vivement critiquée dans l'affaire du tableau de Nicolas Poussin, la Madone à l'escalier. Alors que la conservation du Louvre évitait délibérément la donation proposée par le propriétaire français, il est tenu pour responsable de la dévalorisation du tableau en doutant de son authenticité[4]. Celui-ci est finalement vendu au musée de Cleveland et reconnu comme l'œuvre originale[5].

Académie française

Membre de l’Académie française (il y fut reçu le 14 novembre 1996 par José Cabanis[6]), Pierre Rosenberg est membre étranger de l’American Academy of Arts and Sciences, de l’American Philosophical Society (Philadelphie), honorary fellow de la Royal Academy (Londres), membre étranger de l’Accademia Nazionale dei Lincei et de l’Accademia Nazionale di San Luca, ainsi que de l’Accademia del Disegno (Florence), de l’Accademia Pietro Vanucci (Pérouse), de l’Ateneo Veneto (Venise), de l'Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti (Venise) et de l’Accademia Clementina (Bologne). Il a reçu sous la Coupole Philippe Beaussant.

Travaux de recherches

Le dessin et la peinture française et italienne des XVIIe et XVIIIe siècles ont été ses principaux thèmes de recherche, faisant l'objet de nombreux ouvrages, expositions et articles. P. Rosenberg a notamment publié les catalogues raisonnés des dessins de Nicolas Poussin qu'il considère « comme l'un des plus grands peintres de son siècle et peut-être le plus grand peintre français de tous les temps »[7], d'Antoine Watteau et de Jacques-Louis David, en collaboration avec Louis-Antoine Prat. Il a également enseigné à l'École du Louvre.

Livres

  • Jean Restout (1692-1768): Musée des Beaux-arts de Rouen, juin-septembre 1970, avec Antoine Schnapper, Rouen, 1970
  • Le XVIIe siècle français, Paris, éditions Princesse, 1976 (OCLC 26908615)
  • Le Chat et la Palette : le chat dans la peinture occidentale du XVe au XXe siècle, avec Élisabeth Foucart-Walter, Paris, Biro, 1987
  • Poussin : « Je n'ai rien négligé », avec Renaud Temperini, coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 233), Paris, Gallimard, 1994
  • Catalogue raisonné des dessins de Poussin, avec Louis-Antoine Prat,Milan, éditions Léonardo, prix XVIIe siècle en 1995
  • Chardin : La nature silencieuse, avec Hélène Prigent, coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 377), Paris, Gallimard, 1999
  • Du dessin au tableau : Poussin, Watteau, Fragonard, David et Ingres, Paris, Flammarion, 2001 (OCLC 48449212)
  • Jacques-Louis David 1748-1825. Catalogue raisonné des dessins, avec Louis-Antoine Prat, Milan, éditions Leonardo Arte, 2002, 2 vol. (OCLC 51105812)
  • De Raphaël à la Révolution. Les relations artistiques entre la France et l’Italie, Milan, Skira, 2005 (ISBN 88-7624-006-3)
  • Dictionnaire amoureux du Louvre, Paris, Plon, 2007 (ISBN 978-2-286-04003-1)
  • Venise, Arles, Actes Sud, 2011 (ISBN 978-2-7427-9660-1)
Conférences
  • Enseigner l’histoire de l’art ?, colloque sur « L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école », Paris, La Sorbonne, 21 septembre 2009 (en ligne).

Décorations

  • Commandeur de la Légion d'honneur
  • Chevalier de l’ordre national du Mérite
  • Commandeur des Arts et des Lettres
  • Grand officier de l’ordre du Mérite de la République italienne
  • Commandeur de l’ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne

Notes et références

  1. Journal des arts, Pierre Rosenberg est à la fois admiré et redouté
  2. A l'époque, on ne disait pas directeur
  3. Christie rattrapé par l'affaire Canson
  4. A. Crex, « L’exemplaire histoire de l’attribution de “La Madone à l’escalier” », Valeurs de l’Art, n° 52, mars-avril 1998, p. 49-56
  5. Prise de bec autour d'un tableau de Poussin. La cour d'appel de Versailles a donné en partie raison à l'ancien propriétaire du «faux-vrai» Poussin., liberation.fr, 7 juin 1995
  6. « Réponse au discours de réception de Pierre Rosenberg | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 6 juin 2018)
  7. Bernard Lahire, Ceci n'est pas qu'un tableau, éditions la découverte 2015 p. 504

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque apostolique vaticane • WorldCat
  • Académie française
  • Notices relatives à la recherche : Cairn • Canal-U • Dictionary of Art Historians • Persée